Cyril Roussel, Reconfiguration des espaces transfrontaliers dans le conflit syrien

Ce texte vient de paraître sur Noria Research

Les dynamiques actuelles aux frontières de la Syrie et de l’Irak, pays dont les pouvoirs centraux sont en crise depuis plusieurs années, représentent d’excellents exemples des mutations en cours au Moyen-Orient. Les conséquences de l’affaiblissement des régimes irakien et syrien se font sentir sur leurs voisins : Turquie, Iran, Jordanie, Liban, Israël. Quels rôles jouent dorénavant les frontières de ces États construits par un pouvoir central autoritaire et sécuritaire, mais dont l’influence ne parvient plus à s’étendre sur l’ensemble du territoire national ? Quels acteurs cherchent alors à s’approprier les marges d’un territoire en déliquescence, dont les morceaux sont susceptibles de devenir les lieux d’autant de processus de reconstruction territoriale[1] ? Les frontières, marges difficiles à contrôler, deviennent parfois, en période de conflit, des zones aux dynamiques propres, lieux de focalisation d’enjeux où échelles locale et régionale entrent en interaction. Les groupes qui cherchent alors à s’en assurer le contrôle – militaire et/ou économique –, constituent peut-être l’une des clés des transformations en cours, que nous nommerons « reconfigurations », dans cette région. Par « reconfiguration », nous n’entendons pas ici une modification des tracés, mais bien un changement radical du mode de contrôle des frontières et des dynamiques circulatoires qui y sont attachées. Dans les lignes qui suivent, nous proposons de présenter les transformations en cours dans les espaces frontaliers de la Syrie et de l’Irak, que ce soit entre ces deux pays ou avec leurs voisins respectifs.

source : C. Roussel / réalisation: X. Houdoy

Lire la suite ou le PDF