Plongée dans un camp de réfugiés syriens de la Bekaa (signalement)

A signaler, un article d’Elisabeth Longuenesse sur Orient XXI

Le camp de réfugiés de Jarrahiyeh (Békaa, Liban)

Au Liban, ne voulant pas réitérer l’expérience palestinienne de 1948-1950, le gouvernement a refusé d’installer officiellement des camps. On estimait à la mi-2012, alors qu’ils étaient encore à peine 60 000 enregistrés au HCR (mais probablement déjà plus de 100 000), que la moitié était logée dans des appartements loués, tandis que seul un quart étaient installés dans des camps de fortune construits sur des terrains privés. Le dernier quart était hébergé dans des locaux mis à leur disposition par les autorités locales et les familles. Près de deux ans plus tard, alors que le nombre de réfugiés dépasse le million, les proportions sont probablement toujours les mêmes. Les camps informels se sont néanmoins multipliés dans la Bekaa, non sans susciter des incidents parfois violents1. Si les organismes internationaux, ONG et groupes informels qui interviennent sur le terrain se sont multipliés, ils le font dans le plus grand désordre, généralement sans coordination, souvent en compétition et l’aide reste bien en deçà des besoins, dans un pays qui compte désormais un réfugié pour quatre habitants.

A lire ici


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *