Les enjeux du soutien iranien au régime syrien

Entretien avec Samy Adghirni, journaliste de la Folha de São Paulo, spécialiste du Moyen Orient.

M. Adghirni a travaillé sur le terrain lors des révoltes qui ont eu lieu en Tunisie, en Libye, en Egypte et en Syrie. Il est correspondant permanent à Téhéran depuis décembre 2011.

 Propos recueillis par Laura Rufalco, stagiaire, GREMMO.

Grenoble/Téhéran, le 10 avril 2014.

 

Laura Rufalco : Concrètement, comment l’Iran est en train d’aider le régime d’Assad ?

Samy Adghirni : J’ai été deux fois en Syrie : avant la crise, en 2007, donc j’ai vu à quoi ressemblait le régime de Bachar ; ensuite, j’y suis allé vers la fin de 2012, quand c’était une situation opposée et quand c’était peut être le pire moment pour Assad, un moment où on s’était dit que ses jours étaient comptés. C’était vraiment l’impression que tout le monde avait quand j’y suis allé ; c’était très tendu, Bachar était sur le point de perdre Damas. Les rebelles étaient vraiment puissants ; Assad était affaibli financièrement, politiquement, militairement. La situation a beaucoup changé depuis cette époque là : Assad va très bien, la situation à Damas a été normalisé, il y a moins de check points… Donc pour revenir à la question : le soutien iranien à Assad se donne de plusieurs façons : c’est tout d’abord un soutien militaire très significatif. L’année dernière une vidéo iranienne montre l’action des Gardiens de la Révolution iraniens en Syrie. C’est une vidéo qui a été filmée par les services de communication interne des Gardiens de la Révolution, pour des fins de propagande interne en Iran, où l’on voit les iraniens en action en Syrie : essentiellement de l’encadrement militaire par des généraux des Gardiens de la Révolution. C’est la formation et l’encadrement de milices, c’est du renseignement militaire – les iraniens sont très bons en renseignement.

Il y a également de plus en plus un soutien financier. Une des dernières nouvelles qui circule actuellement c’est que l’Iran aurait envoyé plusieurs milliers de tonnes de blé et de nourriture pour la population syrienne, évidemment la population dans les zones contrôlées par le régime. L’Iran a mis également en place des facilités pour l’acquisition du pétrole : la Syrie en ce moment a du mal à exploiter ses propres ressources, qui déjà ne sont pas énormes, donc l’Iran l’aide dans ce sens là. Après il faut dire qu’il y a beaucoup de guessing quand on parle de ces relations, parfois c’est dur de vérifier certaines informations.

Le soutien politique de l’Iran est plus modeste parce que l’Iran est lui-même un État assez isolé. Le soutien politique d’Assad est essentiellement la Russie, notamment grâce à son siège permanent au Conseil de Sécurité. L’Iran envoie beaucoup d’armes, mais il y en a qui disent que c’est la Russie qui en envoie le plus. Et pour revenir au plan militaire, le Hezbollah, qui envoie ses meilleurs combattants en Syrie, évidemment c’est le bras de l’Iran : le Hezbollah est une création iranienne. Et même si le soutien politique iranien ne se fait pas au niveau multilatéral, il est vrai que quand on voit que le président du parlement iranien, Ali Larijani, prend le risque d’aller en Syrie et apparaît à côté d’Assad et que le Ministre iranien des Affaires étrangères sur la même semaine rencontre des occidentaux et que trois jours plus tard il va serrer la main d’Assad, ceci envoie un signe.

Toutefois, il y a une subtilité très importante, c’est d’où vient ce soutien à la Syrie ? Le système iranien est très fragmenté ; c’est un système qui est plus horizontal que vertical : ce n’est pas une dictature classique. Donc le soutien à la Syrie ne vient pas nécessairement du Ministère des Affaires étrangères. Essentiellement, ce soutien vient des gens du Guide [de la Révolution, Ali Khamenei], de ses conseillers et des Gardiens de la Révolution. L’ambassadeur de l’Iran à Beyrouth, l’ambassadeur de l’Iran à Damas, ce gens là ne sont pas vraiment des diplomates, mais plutôt la main mise des Gardiens de la Révolution. Les correspondants étrangers et les diplomates à Téhéran ont souvent détecté des décalages entre ce qui souhaitaient les militaires, c’est-à-dire les Gardiens de la Révolution, et le Ministère des Affaires étrangères, qui sont plutôt sur une voie diplomatique et qui sont des défenseurs moins acharnés d’Assad. Même à l’époque d’Ahmadinejad, Ali Akbar Salehi, le Ministre des Affaires étrangères de l’époque, faisait des commentaires assez surprenants, disant qu’il fallait négocier avec l’opposition – ce qui n’était pas du tout en phase avec la politique menée par le Guide, de soutien absolu, total et inconditionnel à Assad et selon laquelle l’opposition est formée pars des terroristes qu’il faut éliminer, puisqu’on ne négocie pas avec des terroristes.  Quand on parle des politiques d’affaires étrangères de l’Iran il faut voir qui tire les ficelles. On voit que Rouhani ne parle pas beaucoup de la Syrie : il y a forcément des tensions au sein du gouvernement.

LR : A-t-il une figure désignée par le Régime pour s’occuper de l’affaire syrienne ?

SA : Oui, mais pas tout à fait officiellement. Ce sont des informations très difficiles à obtenir, mais on sait que c’est un homme très discret qui a la confiance totale du Guide, Qassem Souleimani : c’est l’un des principaux ennemis d’Israël, des sunnites et des américains. Il est le commandant de la faction Quds des Gardiens de la Révolution, une faction très puissante – il y en a qui affirment qu’elle est pratiquement autonome vis-à-vis des Gardiens de la Révolution. Souleimani est le responsable de gérer tous les dossiers externes des Gardiens de la Révolution, comme l’Irak, l’Afghanistan et le Hezbollah ; il est également en charge du dossier syrien.

Et encore une fois toutes les frictions et les fissures de courants qui existent dans le système iranien se reproduisent à l’intérieur même des Ministères des Affaires étrangères. Donc à l’intérieur du MAE iranien il y a une faction qui est plus proche du Guide que de Rouhani. L’un de ces personnages clés est le vice-ministre des Affaires étrangères chargé d’Afrique et du Moyen Orient, Amir Abdollahian. Il est un Basij, un type conservateur, qui gère le dossier syrien aux Affaires étrangères. Il y a également des hommes de l’ombre, qui sont proches du guide et que l’on voit moins, mais que certainement s’occupent de ce dossier.

LR : Quel est le ressenti de la population iranienne par rapport au rôle de l’Iran dans la crise syrienne ?

SA : Là c’est très subjectif, mais j’ai l’impression qu’il y a beaucoup de gens qui sont contre. Les iraniens sont très politisés et suivent beaucoup l’actualité, donc ils sont au courant de ce qui se passe. Il y en a qui disent que c’est du gaspillage d’argent, d’envoyer des milliards de dollars aux syriens, c’est du gaspillage politique puisque cela ne fait qu’énerver les occidentaux et que l’Iran ne gagne rien. Mais de l’autre côté, il y en a ceux qui disent qu’évidemment il faut soutenir Bachar, que la guerre en Syrie est une guerre contre l’Iran : si les occidentaux, les arabes et les turcs mettent autant d’argent et d’énergie en Syrie, c’est simplement pour atteindre l’Iran. Et il ne faut pas oublier qu’il y a des sanctuaires très importants en Syrie, notamment Sayyidah Zaynab, situé dans une zone sunnite à Damas qui était très anti-Bachar. Il y a également des volontaires iraniens qui vont se battre en Syrie car ils croient avoir un devoir religieux.  Pareillement, il y a ceux qui, par une perception d’auto-survie, supportent le rôle de l’Iran, puisqu’ils pensent que si la Syrie tombe, l’Iran sera la prochaine cible.

LR : Quels bénéfices tirent l’Iran de leur support à Assad ? Et quels préjudices ?

SA: D’abord c’est une question de survie, de stratégie.  On ne gagne rien en soutenant Assad, on maintien le statu quo. On préserve plus qu’on ne gagne. Et plus la situation devient difficile, plus ça coûte cher en argent, en équipement, etc. Après c’est très simple : la Syrie c’est le seul véritable allié de l’Iran dans la région. L’Iran est entouré de pays avec lesquels sa relation est complexe. Avec le Pakistan et l’Afghanistan la relation est très tendue, avec l’Irak aussi, même si maintenant il y a un gouvernement chiite en Irak, mais qui reste très lié aux USA. Avec la Turquie aussi la relation est complexe, heureusement qu’il y a des intérêts économiques entre les deux pays qui permetent de pondérer des positionnements politiques très opposés. Avec les pays du Golfe c’est également compliqué, notamment avec l’Arabie saoudite : c’est presque la guerre ouverte. La Syrie reste donc le seul véritable soutien inconditionnel de l’Iran, et ceci date des années 80 quand Saddam Hussein a attaqué l’Iran et la Syrie s’est immédiatement mise du côté iranien. Ce soutien c’est maintenu après la mort de Khomeiny et  de Hafez al-Assad. La Syrie est aussi un canal qui permet l’Iran de toucher la Méditerranée : Le Liban, Israël, la Palestine.  En 2006 il a eu la signature d’un pacte militaire, à l’époque d’Ahmadinejad, déterminant que les pays doivent s’aider en cas d’agression. Assad a tout à gagner de ce soutien, mais s’il tombe l’Iran perd son seul et unique véritable allié. Si le conflit perdure, l’Iran perd beaucoup financièrement, le conflit coûte très cher. C’est de l’argent qui part et qui ne reviendra pas. Politiquement, cela crée des tensions énormes avec des pays comme la Turquie et l’Arabie saoudite. Mais il est digne de note qu’il y a eu un infléchissement de la politique américaine, qui commence à s’apercevoir qu’il faut peut-être en discuter avec l’Iran.

LR : Existe-t-il un lien entre les négociations à propos du nucléaire iranien et la crise en Syrie ?

SA : Oui, bien sur. Ce lien est toutefois moins évident que certains croient, parce que quand les délégations se retrouvent pour discuter le nucléaire, on parle de nucléaire et très peu d’autres sujets. On en a peut être parlé au début, au tout début quand politiquement il fallait envoyer des signes comme quoi on était vraiment engagé à trouver une solution pour le conflit. Mais là on est dans une spécificité nucléaire qui est déjà suffisamment compliquée pour qu’on parle d’autres sujets. Mais il est clair que le sujet de la Syrie est dans les esprits lors de ces réunions. La situation est d’autant plus complexe car les gens de Rouhani, qui gèrent à ce moment de dossier nucléaire et les négociations, ne sont pas directement liées au dossier syrien.

LR : Jusqu’où irait l’Iran pour supporter Assad ?

SA : Il est important de souligner que l’Iran soutient ses propres intérêts beaucoup plus qu’il ne soutient Bachar. Dans un cas extrême où il faut laisser Bachar, ils le laisseront, s’ils ont suffisamment de garanties que les intérêts iraniens seront préservés. C’est-à-dire : la gestion du dossier Hezbollah, un soutien politique syrien inconditionnel… si tout ceci est préservé, la figure de Bachar deviendrait moins importante. On entend souvent des déclarations iraniennes dans ce sens là, des messages indirects qui montrent qu’ils ne seraient pas tellement attachés à la personne de Bachar. Le positionnement officiel iranien c’est qu’ils soutiennent Assad jusqu’aux élections, qui auront lieu cette année. Evidemment, c’est presque gagné d’avance pour Bachar, mais c’est une façon de dire qu’on laisse parler le peuple. Il ne faut pas oublier qu’une partie de cette population soutient Assad : c’est peut être un soutien qui n’est pas sincère, mais les gens ont peur du chaos, ils ont peur d’Al Qaida. La Syrie est un pays de minorités qui sont clairement avec Bachar.

LR : Là on ne retombe pas dans la complexité du régime iranien, qui fait que même si une partie du gouvernement serait prête à laisser tomber Assad s’ils ont des garanties, on aura une autre partie qui s’acharnerait à le défendre ?

SA : L’une des raisons pour laquelle l’Iran entraîne des milices en Syries, des milices très sectaires, c’est à mon avis en pensant à l’après Bachar. Car si on entraîne une milice de chiites, d’alaouites et de chrétiens, si Bachar tombe, si la Syrie se fragmente, c’est une façon de garder une influence iranienne et un bras armé en Syrie. Il y a évidement cette anticipation d’une éventuelle chute d’Assad, qui gère beaucoup d’anxiété. Mais maintenant la situation a changé, le soutien des russes et des iraniens a bien marché, Assad est de plus en plus fort – tellement fort que maintenant il va se promener dans des écoles en plein jour à Damas. J’ai participé à une réunion entre des députés brésiliens et l’une des figures le plus importantes du gouvernement iranien, Aladdin Boroudjerdi, le président de la Commission des Affaires étrangères du Parlement iranien. Il a dit que l’Emir du Qatar, que deux ans auparavant accusait l’Iran d’être du mauvais côté de l’histoire, actuellement veut discuter à propos de la Syrie avec l’Iran. Les qataris ont compris que la situation n’est pas du tout à leur avantage et ça joue en faveur des iraniens.

Je suis persuadé que l’une des raisons pour laquelle les américains ont décidé d’aller chercher un accord avec les iraniens sur le dossier nucléaire c’est par pragmatisme, c’est le disengagement, the pivotal change : les américains ont compris que la grande menace stratégique à long terme est la Chine, et ils se repositionnent stratégiquement en fonction de la Chine. Je suppose qu’ils veulent moins se préoccuper de tout ce qui est Moyen Orient et ses alentours : les américains sont partis d’Irak, ils ont bien réduit leur présence en Afghanistan, le soutien à Israël commencerait à infléchir. Ils commencent également à s’apercevoir que la relation avec les saoudiens est contre-nature. Ils n’ont rien en commun à part le pétrole et avec la shale oil revolution aux USA, cette relation commence à en souffrir. Les américains veulent moins s’occuper du Moyen Orient et commencent à admettre que l’Iran est un acteur incontournable, qu’il faut négocier avec les iraniens avant de partir du Moyen Orient. De l’autre côté, la relation entre la Syrie et l’Iran est également contre-nature : ils n’ont rien en commun, à part l’axe de résistance contre l’hégémonie occidentale. L’un est arabe, l’autre est persan ; l’un est nationaliste, l’autre, une théocratie. L’un est un pays pauvre, dans une logique marginale, alors que l’Iran est une puissance régionale véritable. Entre eux il n’y a pas d’échange culturel, il n’y a pas de soft power : leur relation est purement stratégique. Mais la relation contre-nature Iran-Syrie se tient bien, pendant que la relation contre-nature USA-Arabie saoudite devient compliquée.

LR : Des scénarios possibles ?

SA : Le scénario le plus pertinent à court et à moyen terme est un Bachar puissant qui va peut-être gagner. L’infléchissement du positionnement du Qatar, qui partage avec l’Iran la plus grande réserve de gaz au monde, est preuve d’une nécessité de dialogue avec l’Iran. Du côté de l’opposition, les groupes soutenus par le Qatar ne sont pas les même soutenus par l’Arabie saoudite. L’Armée Syrienne Libre a complètement disparu, passant d’un acteur prépondérant à un acteur marginal dans le conflit. Aujourd’hui, le conflit est entre les troupes d’Assad et du Hezbollah contre des organisations sunnites ultra-radicales. Les rebelles syriens perdent beaucoup de soutien, entre eux-mêmes ils ne s’entendent pas et ceux qui vont à des rencontres diplomatiques pour négocier politiquement ne sont pas les mêmes qui sont sur le terrain à combattre. La situation des opposants syriens est catastrophique. Tout ceci joue en faveur d’Assad et en faveur de l’Iran. Aujourd’hui je ne vois pas d’infléchissement de la position iranienne parce que l’Iran a l’impression que sa politique a payé. Et le discours iranien selon lequel l’opposition est formée par des terroristes qui tuent des enfants dans des écoles avec des bombes, c’est une prophétie qui s’autoréalise.


Une réflexion au sujet de « Les enjeux du soutien iranien au régime syrien »

  1. Ping : Le soutien de la syrie par l’Iran | 51iran51

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *