La Turquie et la crise syrienne : entretien avec Jean Marcou

Par Laura Rufalco, stagiaire au GREMMO.

Entretien avec Jean Marcou, « Professeur des Universités à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble (IEPG), est actuellement directeur des relations internationales dudit Institut, après avoir été pensionnaire scientifique à l’Institut Français d’Études Anatoliennes d’Istanbul (www.ifea-istanbul.net) où il a dirigé, de 2006 à 2010, l’Observatoire de la Vie Politique Turque (OVIPOT – http://ovipot.hypotheses.org). Il a été aussi directeur de la Section francophone de la Faculté d’Économie et de Sciences Politiques de l’Université du Caire (Égypte), entre 2000 et 2006.  À l’IEP de Grenoble, il dirige également le Master « Intégration et Mutations en Méditerranée et au Moyen-Orient. » Ses principaux champs d’enseignement et de recherche concernent l’évolution des équilibres politiques au Moyen-Orient, la vie politique turque (Constitutions, élections et partis politiques, politique étrangère…), les transitions politiques dans le sud de l’Europe (Espagne, Portugal, Grèce, Italie) et l’Union Européenne.[1] »

Propos recueillis par Laura Rufalco, stagiaire, GREMMO.

Grenoble, le 18 avril 2014.

Laura Rufalco : Quel est le positionnement de la Turquie vis-à-vis de la crise Syrienne ? A-t-il eu des changements et des évolutions dans la relation turco-syrienne ?

Jean Marcou : Il y a eu une évolution très nette : les révoltes en Syrie ont commencé à partir du 15 mars 2011, presque trois mois après le début de la crise tunisienne et presque deux mois après le début de la crise égyptienne, alors que le Printemps Arabe était bien amorcé et alors même que la Turquie et la Syrie vivaient depuis 2007/2008 une sorte d’idylle. Ceci était d’ailleurs très surprenant, puisque jusqu’à la fin des années 90 la Turquie et la Syrie avaient des relations exécrables. Ces relations se sont un peu améliorées au début des années 2000, notamment en 2004, avec la signature d’un accord de libre échange, mais surtout à partir de 2007, avec la réaction de la Syrie aux interventions de la Turquie en Irak du nord contre le PKK. On a eu pour la première fois une déclaration très conciliante de la part de la Syrie. Pendant 2008, on va apprendre que la Turquie encadre les pourparlers entre la Syrie et Israël, pour signer un accord de paix séparée, notamment pour permettre la Syrie de récupérer le Golan. Par la suite, en 2009, il y a la signature d’un accord de partenariat stratégique, avec des visites officielles au plus haut niveau : Erdogan et Abdullah Gül se rendent en Syrie ; inversement Bachar al-Assad vient en Turquie. Donc il y a effectivement à la veille des printemps arabes, en 2010 et même encore au début 2011, des relations qui n’ont jamais été aussi bonnes entre la Turquie et la Syrie. Ce qui paraît d’ailleurs plutôt paradoxale, parce que la Syrie antérieurement était le voisin qui posait le plus de problèmes à la Turquie, pour différentes raisons : d’abord parce que la Syrie a abrité jusqu’à la fin des années 90 la guérilla du PKK, avec son leader Öçalan, qui a été expulsé en 1998 et qui sera capturé en 1999 – ceci va également aider à une amélioration de la relation turco-syrienne ; il y avait également le problème de l’eau et le problème de la possession du sandjak d’Alexandrette par la Turquie, considéré par la Syrie comme territoire syrien alors même qu’il a été donné par les français pendant la fin du mandat syrien en 1938. Tout cela faisait de la Syrie un voisin difficile à tenir pour la Turquie. Mais dans l’espace de quelques mois on va avoir une amélioration sensible de leur relation. Là on n’est plus dans des bonnes relations, mais dans des relations de confiance et de coopération dans tous les domaines, au niveau politique, économique, culturel et même au niveau militaire. Parallèlement il y a une dégradation des relations turco-israélienne.

En réalité je dirais que tout au début la Syrie n’est pas vraiment concernée par les Printemps Arabe. En début du mois de février Erdogan et Bachar el-Assad inaugurent ensemble le barrage de l’amitié. On ne sait pas encore si le Printemps Arabe va toucher tous les pays arabes, et comme il n’a pas encore touché la Syrie on a l’impression que rien n’a changé dans les relations turco-syriennes. Là où les choses changent c’est, bien évidemment, à partir de mi-mars, lorsque des manifestations se développent en Syrie et sont très durement réprimées par le régime d’Assad. La Turquie se retrouve à devoir prendre position à la fois politiquement mais aussi sur le plan humanitaire, pour savoir comment réagir à des violations graves aux droits de l’homme. Là il va avoir une évolution des positions turco-syrienne, une nouvelle ère qui s’ouvre entre la mi-mars et le mois d’août 2011 ; pendant cette période la Turquie va essayer de convaincre la Syrie de négocier une sorte de transition politique. Ceci va se traduire par des déplacements d’officiels turcs à Damas, en particulier de responsables diplomatiques comme le Ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu et ses adjoins, mais également de responsables de services secrets, en particulier Hakan Fidan, le responsable du MIT, c’est-à-dire les services de renseignement turc, avec l’idée d’aider la Syrie à trouver une évolution politique possible permettant de résoudre la crise.

Il faut dire que ce dossier syrien dans la période mars-avril est dans un agenda politique encombré car, dans le même moment, il y a la crise libyenne. A l’époque les turcs sont très réticents à l’intervention international, ils sont même hostiles à cette intervention internationale à l’initiative de la France et du Royaume Uni. Ils sont plutôt réservés vis-à-vis des positions occidentales intervenant dans le Printemps Arabe. Les turcs ont approuvé le soulèvement en Tunisie et en Egypte et ont demandé à Moubarak de faire des réformes. Mais vis-à-vis de la Syrie ils avaient une réserve, ils avaient plutôt un discours qui tempérait la situation, qui tendait à essayer de trouver une solution, comme sur la Libye. Parce qu’autant les turcs sur l’Egypte et la Tunisie étaient assez peu concernés, c’est-à-dire qu’ils n’étaient pas directement impliqués car ils n’avaient pas d’accords économiques ni de relations politiques très fortes avec ces deux pays ; en revanche en Syrie, tant sur le plan économique que sur le plan politique il y avait des relations très proches et c’est la même chose en Lybie – moins sur le plan politique, mais sur le plan économique la crise Libyenne va obliger la Turquie à rapatrier près de 25 000 réfugiés. Les turcs sont donc très concernés par ces deux crises, mais pendant les mois de mars et avril 2011 la crise en Libye est beaucoup plus aigue qu’en Syrie.

A partir du mois avril/mai, la situation évolue progressivement parce que la Turquie est amenée à accueillir l’opposition syrienne sur son sol. Alors elle continue à jouer un double-jeu, en disant que, malgré cet accueil, ils étaient à faveur d’une négociation. Mais il y a progressivement un éloignement entre les deux pays, avec des relations qui sont devenues de plus en plus problématiques. Toutes les tentatives de négociation entre la Turquie et la Syrie sont sans résultat : le régime d’Assad continue sa ligne politique répressive qui vise à écraser la rébellion. Le « Rendez-vous de la dernière chance » a lieu en août lors de la visite de Davutoglu, qui va à Damas pour obtenir des concessions, mais le ton du gouvernement turc avait déjà changé : les mois précédant ont a vu une montée de la tension dans les relations turco-syriennes. Erdogan a fait des déclarations de plus en plus sévères à l’égard du régime syrien. Les autorités syriennes interprètent cette visite comme un ultimatum. Les autorités turques de l’AKP sont très attaquées dans le plan intérieur par l’opposition à cause de leur real politik vis-à-vis de la Syrie. Sous pression, Erdogan endurcit son discours envers Assad. On est dans une période où le régime libyen est en train de tomber et la Turquie se rétablit en Libye : elle apparait comme l’un des principaux soutiens du nouveau régime qui est en train de se mettre en place. La Turquie peut ainsi se concentrer un peu plus sur la Syrie, exigeant des concessions de la part d’Assad et une transition politique en Syrie. Là on rentre ans une phase de rupture avec Damas. Lors de son passage à la Ligue Arabe, Erdogan a des mots extrêmement durs vis-à-vis Bachar al-Assad. Les relations entre les deux pays sont dégradées, et cette dégradation est accélérée par l’attaque des représentations diplomatiques d’un certain nombre de pays, dont la France et la Turquie, par des manifestants pro-régime, lorsque le drapeau turc est brûlé. A partir du mois d’octobre/novembre les relations sont rompues et ceci se traduit par un soutien de la Turquie à la rébellion syrienne, non simplement un soutien politique mais matériel et militaire.

Lors de cette première année de révolution en Syrie on a l’impression que la Turquie a réalisé une opération assez réussie de retournement de sa position diplomatique. Elle a réussi à remettre en cause ses liens d’amitié très forts pour apparaître comme l’un des principaux soutiens d’une rébellion syrienne. A l’époque les gens pensent que cette rébellion va aboutir assez rapidement et la Turquie pense avoir fait un choix pertinent car elle pense que le régime va tomber. Elle sera donc le principal soutien aux rebelles et le meilleur allié du régime qui va se mettre en place. Sauf que la crise va continuer.

LR : Concrètement, comment la Turquie est-elle en train de soutenir les rebelles syriens ?

JM : La Turquie a d’abord apporté un soutien humanitaire, notamment en accueillant des multiples réfugiés. Officiellement il y a plus de 900 mil réfugiés en Turquie ; officieusement il y en a plus d’un million et demi. Ce problème humanitaire est un véritable cauchemar pour la Turquie.

Il y a eu également un soutien aux organes officiels de la rébellion, c’est-à-dire le Conseil National Syrien et l’Armée Syrienne Libre. Il y a eu un soutien politique et militaire. Le problème c’est que d’une part ce soutien n’a pas abouti à une victoire et, d’autre part, on s’est aperçu que l’opposition syrienne est très divisée, aussi bien politiquement que sur le terrain.

Cette situation de guerre civile a en quelque sorte détruit la frontière turco-syrienne : malgré la vigilance des autorités turques cette frontière est devenue extrêmement perméable, avec des infiltrations qui sont voulues et même soutenues par le gouvernement turc : des contrebandes, des armes, des activistes… La conséquence de cette situation a été l’attentat à Reyhanli en mai 2013, où on a vu que la Turquie pouvait payer très cher son soutien aux rebelles. Il y a actuellement la crainte que ce type d’événement se multiplie en Turquie. Un autre problème lié aux frontières c’est les implications entre la question syrienne et la question kurde.

Pour la Turquie le problème est devenu de plus en plus difficile car la question est : soutenir qui ? Effectivement, elle a soutenu un peu n’importe qui au départ, mais elle s’est aperçue qu’elle soutenait des groupes qui étaient des terroristes islamistes. Ce soutien a conduit à des divisions internes en Turquie, car il a été reproché par l’opposition. Or il se trouve que dans l’opposition turque il y a une forte sensibilité alévie. C’est là où le conflit syrien a pris une dimension identitaire : il y a eu des propos échangés entre les responsables de l’AKP, qui ont accusé le parti kémaliste de soutenir Bachar al-Assad. Il faut dire que le parti kémaliste a renvoyé en 2012 des émissaires à Damas pour essayer de négocier, en particulier pour essayer de faire libérer des journalistes turcs retenus prisonniers dans la zone syrienne. Le conflit a aussi heurté la politique intérieure et tout ceci est apparu dangereux pour l’AKP, puisque des sondages ont montré que la large majorité des turcs étaient hostiles à une intervention militaire de leur pays en Syrie. Malgré cette politique d’intervention indirecte, considéré imprudente, il ne semble pas que ceci a été nocif pour l’AKP, selon les dernières élections locales. Mais ce conflit est devenu pour la Turquie un véritable cauchemar car il a aussi des implications internes, avec un risque de dimension sectaire.

LR : Quel est l’impact de cette crise dans les relations entre la Turquie et ses voisins régionaux engagés dans le conflit, comme l’Iran, l’Arabie saoudite, le Qatar… ?

JM : La Syrie a indiscutablement contribué à dégrader les relations entre la Turquie et l’Iran. Avant cette crise, il y avait une amélioration rampante des relations turco-iraniennes depuis quelques années. Surtout en 2010, avec l’accord tripartite du 17 mai 2010, signé par la Turquie, le Brésil et l’Iran, visant à formuler une alternative aux sanctions américaines que le Conseil de sécurité allait voter. A cette époque là la Turquie apparaît comme un pays qui s’éloignait de ses alliés occidentaux, y compris sur le dossier iranien. C’était le type même de pays émergent sur le plan économique qui voulait devenir émergent sur le plan politique. A cette époque là la Turquie et le Brésil étaient membres du Conseil de Sécurité donc, en plus de l’accord, la Turquie a refusé de voter des sanctions contre l’Iran. Il y avait effectivement un réchauffement des relations turco-iraniennes, mais il faut toujours s’en méfier car ces relations ont toujours été inégales. On dit de ces deux pays qu’ils ne sont ni amis ni ennemis. Le Printemps Arabe et surtout cette position ambigüe de la Turquie entre le Moyen Orient, avec lequel elle voulait renouer des liens, et de l’autre côté ses alliances avec le monde occidental, en particulièrement l’OTAN, tout ceci a brouillé aux yeux des iraniens la position de la Turquie. Le positionnement turc envers le Printemps Arabe, mais surtout envers la crise syrienne, va contribuer à dégrader les relatons turco-iraniennes, surtout lorsque la Turquie s’engage à côté des rebelles, notamment lorsqu’elle accueille en 2012 une conférence des Amis de la Syrie. A la même époque, Erdogan se rend en Iran et dit que les deux pays ont un rôle dans la résolution de la crise syrienne. Dans l’espace de 24 heures on voit cette politique très inégale de la Turquie envers l’Iran et la Syrie, très mal interprétée par Téhéran.

Ceci va rapprocher plus que jamais la Turquie et le Qatar, ça va rapprocher également jusqu’à l’année dernière la Turquie et l’Arabie saoudite et la Turquie et l’Egypte. Le renversement de Morsi, qui a d’ailleurs bien été accueilli à Damas, a éloigné la Turquie et l’Egypte. Par contre, la dégradation de la situation en Syrie, notamment à partir de 2012, a proportionné une sorte de retour de la Turquie vers l’ouest. Dans un contexte difficile et dangereux, la Turquie a obtenu l’installation de missiles patriotes de l’Otan, sous contrôle allemand, américain et néerlandais. Ceci va contribuer aussi à la dégradation de la relation avec l’Iran et avec la Russie. La Russie et la Turquie sont d’ailleurs dans des positions extrêmement différentes. En vérité, la Syrie a un peu isolé dans la région la Turquie, car elle se retrouve avec la Syrie au sud, l’Iran à l’est et au nord la Russie : c’est-à-dire qu’elle est relativement isolée au moment où la crise syrienne s’approfondie. Tout ça va contribuer à la rapprocher à ses alliés traditionnels, en particulier des USA, mais aussi de ses alliés européens, en particulier la France : en septembre 2013 la Turquie et la France ont été les pays le plus virulents dans le souhait d’organiser une riposte à l’usage d’armes chimiques par le régime de Damas.

On peut se demander si la crise syrienne n’a pas aussi contribuée à une amélioration de la relation turco-israélienne, qui était très dégradée. Il n’y a pas eu de rupture diplomatique entre Israël et la Turquie, mais il y avait eu une réduction de ces relations à leur plus simple expression. Récemment, il y a eu une certaine amélioration de ces relations, soutenue par les USA. Malgré tout, cette restauration n’est pas pour l’instant convaincante : elle ne s’est pas traduite par le retour des ambassadeurs. Il semble d’ailleurs que là aussi la Turquie joue un double-jeu : elle ne souhaite pas tant que cela cette amélioration, pour pouvoir conserver la position qu’elle a acquise à l’égard du monde Arabo-musulman, avec lequel en parallèle les relations ne sont pas aussi bonnes qu’elles pouvaient l’être en 2010. Avec l’Arabie saoudite les relations se sont dégradées, même si les deux pays sont à peu près sur des positions proches à propos de la crise syrienne. Malgré tout, ce qui a impacté la relation ave l’Arabie saoudite c’était essentiellement la crise égyptienne, notamment du soutien qui a apporté l’Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis au régime d’Abdel Fattah al-Sissi. Avec le Qatar les relations ont toujours été bonnes. Ceci étant, la position du Qatar n’est plus aussi importante et favorable qu’elle a pu l’être au début des Printemps Arabes. Donc finalement c’est un allié beaucoup moins important.

LR : Des scénarios possibles ? A long-terme, quels seront les implications pour la Turquie ?

JM : Depuis l’année dernière il est clair que la crise va durer et que si elle évolue, ça sera plutôt en faveur du régime d’Assad. Les rebelles sont divisés et il ne faut pas oublier qu’ils posent des problèmes à la Turquie. La Turquie a soutenue une peu n’importe comment les rebelles au début et on voit bien maintenant qu’elle est dans une situation difficile : en soutenant les rebelles elle se brouille avec les kurdes. Au cours des derniers mois elle a cessé de dire qu’elle n’a jamais aidé les rebelles islamistes, et essaie de montrer qu’elle n’était plus prête à soutenir n’importe quels rebelles. Il y a eu quelque chose de significatif : elle a adressé des mises en garde très sévères au groupe d’islamistes [djihadiste l’Etat islamique en Irak et au Levant] qui a menacé le mausolée de Suleyman Shah, situé à la frontière turco-syrienne.

La Turquie est en train, depuis quelques mois, d’apprendre à vivre avec le conflit syrien. Il y a en permanence des pressions migratoires lorsqu’il y a des attaques à la frontière, ainsi que des contrebandes et l’insécurité qui se développent. Parallèlement, il y a des implications intérieures, notamment avec la question kurde. La crise syrienne a accentué les relations entre le gouvernement kurde d’Irak du nord et la Turquie, pour des raisons économiques et politiques. Depuis bientôt deux ans il y a une véritable région kurde autonome de Syrie du Nord. Cette région, qui s’étend sur la frontière turque, est tenue par le PYD, une branche syrienne du PKK. La Turquie et le gouvernement de Massoud Barzani en Irak du nord sont très hostiles à cette tendance politique. L’Irak et la Turquie se sont en effet rapprochés pour adresser des messages et des mises en gardes au PYD.

La crise syrienne interfère directement dans la politique intérieure turque, comme le démontre une écoute effectuée lors d’une réunion tenue dans le bureau du Ministre des Affaires étrangères, Davutoglu, concernant la question syrienne. Lors de cette réunion, les différents protagonistes s’interrogeaient sur l’opportunité d’une intervention militaire en Syrie, en particulier pour protéger le mausolée de Suleyman Shah. On voit bien donc que cette crise est susceptible d’interférer en permanence désormais dans les débats politiques en Turquie. On voit aujourd’hui une omniprésence de la crise syrienne, qui a une capacité à intervenir dans le jeu politique turc.


[1] Petite BIO tirée du site Huffington Post (http://www.huffingtonpost.fr/jean-marcou/).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *