La question kurde et la guerre civile syrienne

Lyon, le 04 Juillet 2014.

Laura RUFALCO, stagiaire, GREMMO.

La Question Kurde est l’une des questions les plus complexes du Moyen Orient actuel. Minorité transfrontalière, présente dans divers pays dont notamment la Turquie, la Syrie, l’Irak et l’Iran, les Kurdes ne présentent pas une unité suffisante qui permettrait la création d’un état Kurde autonome englobant toutes les communautés vivant dans ces divers pays. Entre des divisions linguistiques, culturelles et politiques, il y a au sein des différentes communautés kurdes des groupes politiques antagonistes, aussi bien à l’intérieur d’un Etat qu’entre des groupes internationaux. Ainsi, une rivalité latente serait l’un des multiples facteurs empêchant une union des Kurdes syriens avec les Kurdes irakiens ou même turcs: le PYD Syrien est très proche du PKK turque, rival du PDK de Massoud Barzani qui est, de son côté, allié du gouvernement d’Ankara. Le Kurdistan irakien, gouverné par Massoud Barzani, est d’ailleurs très dépendant de l’exportation de pétrole vers la Turquie d’Erdogan. Toutefois, à l’intérieure même de l’Etat irakien des différences importantes entre le PDK de Massoud Barzani et l’UPK de Jalal Talabani montrent qu’une éventuelle unité kurde est un objectif difficilement envisageable à court terme. Quant à la Turquie, si elle est alliée au gouvernement du Kurdistan autonome en Irak, elle était intrinsèquement contraire à une autonomie Kurde en Syrie. Toutefois, les impacts humanitaires et sécuritaires de la guerre civile syrienne et le fait qu’une grande partie des Kurdes de Syrie se tournaient vers Bashar Assad ont obligé Ankara à réviser sa politique vis-à-vis des Kurdes syriens : dernièrement l’AKP fait preuves de chercher une entente avec le PKK et le PYD, ce dernier ayant envoyé une délégation à Ankara.  Dans ce labyrinthe d’allégeances, il est plus pertinent, à l’heure actuelle, de considérer la question kurde en tant que question spécifique à chaque Etat, notamment en ce qui concerne la Syrie. Si les enjeux politiques auxquels les Kurdes vivant dans d’autres pays vont, bien sur, influencer la question kurde syrienne, il reste néanmoins le fait que les Kurdes syriens font face à un contexte particulier et inouï dans leur histoire, d’où l’intérêt de les analyser ici en tant qu’une communauté à part-entière.

Géographiquement éparpillés en Syrie, notamment dans les grandes villes, nous retrouvons néanmoins une grande concentration de Kurdes dans la partie nord du territoire syrien. Avec environ 15% de la population syrienne (soit trois millions d’individus), les Kurdes sont la minorité ethnique la plus nombreuse de Syrie[1]. Comme tant d’autres minorités ethniques ou confessionnelles au Moyen Orient, les Kurdes ont été pendant longtemps relégués à un second plan par le gouvernement de Bachar al-Assad, plusieurs centaines milliers de Kurdes furent même privés de la nationalité syrienne[2]. La principale force politique kurde en Syrie est le PYD, très proche du PKK  – l’une des raisons pour laquelle la Turquie était fondamentalement opposée à leur revendications. Aujourd’hui, organisés en tant que force militaire comptant environ 30 000 combattants[3], les Kurdes sont devenus un acteur de grande importance pour la compréhension du conflit syrien, dont ils essaient de tirer profit pour finalement obtenir une autonomie.

Lorsque les toutes premières manifestations commencent à avoir lieu en Syrie, début 2011, les Kurdes manifestent également pour un changement de régime, mais avec le souvenir de la répression de 2004 par le régime de Bachar al-Assad. Toutefois, très vite les Kurdes se sont « distanciés des objectifs défendus par une opposition syrienne qui, nationaliste ou islamiste, s’est montrée peu ouverte aux revendications minoritaires.[4]» Parallèlement, Damas a préféré ne pas s’engager dans un conflit ouvert contre les Kurdes, et n’a ainsi pas réprimé les manifestations ayant lieu à Amouda, Afryn et Qameshly[5], il a même tenté d’en faire des alliés, à travers d’un rapprochement entre le PKK et le PYD, la restitution de la nationalité syriennes aux Kurdes privés de celle-ci auparavant[6]. Déjà pendant l’été 2012, Bashar el Assad a décidé du retrait des troupes syriennes de la zone contrôlée par les Kurdes, pour répondre à trois objectifs : gagner leur allégeance à travers l’espoir d’une possible autonomisation, faire pression sur les Turcs, qui supportaient ouvertement l’opposition syrienne, et concentrer ses troupes à l’ouest du pays pour protéger sa ligne de force de l’avancée des rebelles :

« Ce retrait obéissait avant tout à des considérations stratégiques : comme tout historien d’empire le sait, un État aux abois ne peut plus contrôler l’ensemble de son territoire et se déploie stratégiquement en renforçant son emprise sur la capitale et ses zones de repli, en garantissant la sécurité de ses voies d’approvisionnement. Mais la décision de Damas s’expliquait également par la volonté de rendre la monnaie de sa pièce à une Turquie qui soutenait ouvertement la contestation armée syrienne.[7] »

Cette nouvelle alliance permet à la Syrie et à son allié, l’Iran, de montrer à la Turquie qu’ils étaient toujours en position de force vis-à-vis celle-ci, aussi bien que d’avoir un nouvel élément combattant les groupes rebelles :

« Au cours de l’été 2012, alors que les autorités syriennes abandonnaient le « Kurdistan de Syrie » au PYd, les combats entre les forces du PKK et l’armée turque atteignaient une intensité inédite dans les régions kurdes du sud-est de la Turquie. En retour, l’Armée syrienne libre et les djihadistes hostiles au régime livraient bataille aux milices du PYD.[8]»

La Turquie, qui a longtemps attisé la rivalité entre le PYD et le PDK de Massoud Barzani, de façon à diviser les Kurdes davantage, a compris que sa politique hostile au PYD donnait à Bachar al-Assad l’opportunité parfaite d’obtenir l’allégeance des Kurdes syriens. C’est ainsi qu’Ankara est forcée, pour obtenir le retrait des troupes du PKK de son territoire et de sécuriser sa frontière, de rouvrir les négociations avec le PKK et le PYD. Dans un scénario de probable autonomie kurde en Syrie du nord, l’AKP a du revoir sa politique vis-à-vis du Kurdistan syrien. Ceci ne l’a pas, toutefois, empêchée de continuer à financer parallèlement les rebelles qui affrontaient le PYD à l’intérieur du territoire syrien.

De l’autre côté, si le PYD s’est organisé en force militaire, ce n’est pas dû à un simple soutien aveugle à Bachar al-Assad : piégé dans une guerre qu’ils ne considèrent pas comme la leur, les Kurdes ont vu dans l’affaiblissement de l’Etat de Bachar al-Assad la possibilité idéale pour l’obtention de leur autonomie. En effet, un Etat moins centralisé et affaibli serait plus ouvert à la création d’une région autonome qu’un éventuel nouveau gouvernement formé par des partis islamistes :

« Comme   dans  l’Irak   voisin   deux   décennies  plus tôt,  les  Kurdes  de  Syrie  se  sont  rendus  maîtres  d’une  partie  de  leur  zone  de  peuplement  à  partir de   l’été     2012.   Le   PYD   et   les   YPG,   l’aile   militaire   du   mouvement,   détiennent   le   contrôle administratif  et  militaire  du  territoire  kurde,  c’est-à- dire  une  bonne  partie  du  territoire  syrien  à  la   frontière   de   la   Turquie.[9]»

Afin de défendre leur territoire, le PYD et les YPG, une force militaire d’environ 30.000 combattants, affrontent les groupes djihadistes et l’ASL. C’est d’ailleurs l’un de ces groupes djihadistes, l’EIIL, qui a kidnappé, mai dernier, 186 étudiants kurdes à côté d’Alep. A mesure que le PYD s’impose en tant que « rempart contre le danger islamiste[10]», il gagne de l’importance vis-à-vis de ses rivaux, l’AKP d’Erdogan, que le parti accuse de financer les groupes extrémistes tels que l’EIIL, et le PDK de Massoud Barzani, allié d’Ankara. Toutefois, un accord de paix entre l’AKP et le PKK pourrait être finalement profitable pour la Turquie en termes de sécurité, puisque ceci pourrait mener les combattants du PYD à créer une « zone tampon»[11]  entre la Syrie et la Turquie, épargnant celle-ci des effets collatéraux de la guerre civile. C’est ainsi qu’en s’organisant davantage militairement et politiquement, avec des instances politiques extérieures, que le PYD cherche à obtenir une autonomie kurde en Syrie ; l’expérience militaire obtenue à travers les confrontations avec les groupes rebelles, et la légitimité vis-à-vis la population locale qui en découle, donne du concret au projet du PYD :

« Au plan militaire, ses milices, les Unités de défense du peuple (YPG), sont devenues les seules forces armées « légitimes » dans le Nord syrien, impliquées à la fois dans des combats contre l’Armée syrienne libre (ALS) et contre des groupes djihadistes armés  La « menace islamiste » a par ailleurs eu un effet unificateur au profit du PYD pour une partie des Kurdes qui, sans approuver ses méthodes autoritaires, le voient cependant comme le seul parti capable de maintenir les forces islamistes à l’écart des régions kurdes Fort de cette légitimité, le PYD acte en janvier 2014 la création unilatérale de trois cantons autonomes, aux « frontières » floues, dotés chacun de 20 « ministères »[12] »

Toutefois, il serait insensé de considéré la communauté kurde de Syrie en tant que groupe unitaire avec les mêmes revendications. Des rivalités locales opposent des différents partis politiques kurdes : « Le parti [PYD] est sans doute attiré par une construction politique hégémonique, n’accordant, au mieux, qu’une reconnaissance de façade aux autres formations kurdes, lesquelles se plaignent épisodiquement de la répression dont elles sont victimes.[13] »  Même si le PYD a pris le dessus et mène aujourd’hui une politique de répression envers les autres partis kurdes, d’autres groupes kurdes opposés au régime de Bachar al-Assad on pu s’organiser. Ainsi, sur le plan militaire, des organisations armées kurdes ont intégré la lutte contre le régime d’Assad. C’est le cas notamment du Front Islamique Kurde, membre du Front Islamique, qui a lutte avec d’autres groupes Islamistes contre les unités armées de l’YPG. Sur le plan politique, une dizaine de partis politiques kurdes se sont organisés autour du Conseil National Kurde, une organisation fortement influencée par Massoud Barzani. Concrètement, toutefois, le CNK n’a pas pu contrebalancer l’influence du PYD, il n’a pas, aujourd’hui, de contrôle réel dans les zones kurdes syriennes. La communauté kurde en Syrie n’est pas politiquement hégémonique, et même si la majorité veut utiliser l’affaiblissement d’Assad pour favoriser leur lutte pour l’autonomie, il existe encore beaucoup de Kurdes qui militent pour la chute du régime.

C’est ainsi que le PYD a pu utiliser la guerre civile syrienne pour revendiquer l’autonomie[14]. A travers les combats contre l’ASL et des groupes djihadistes, le PYD a pu obtenir le contrôle des territoires kurdes et empêcher la pénétration de groupes rebelles armés[15] Le PYD est ainsi devenu un allié indirect du régime de Bashar el Assad, qu’il souhaite affaibli et décentralisé. Toutefois, cette allégeance peut n’être qu’une situation provisoire : dans le cas où Damas se montrerait contraire à une autonomie kurde, la situation pourrait très vite basculer. En effet, des combats entre les YPG et les forces du régime ont eu lieu à côté de la frontière irakienne, l’une des raisons possibles étant le refus du PYD d’autoriser la population kurde de voter dans les dernières élections mises en scène par le régime de Bachar al-Assad. Dans cette guerre civile, les Kurdes ont vraisemblablement choisi de défendre uniquement leurs intérêts et non ceux d’un régime qui les a délaissés pendant plusieurs décennies.

Bibliographie :

BALANCHE, Fabrice, « Communautarisme en Syrie : lorsque le mythe devient réalité », Confluences Méditerranée 2/ 2014 (N° 89), p. 29-44
URL: www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2014-2-page-29.htm.
DOI : 10.3917/come.089.0029

BOZARSLAN, Hamit, « Les Kurdes et l’option étatique », Politique étrangère 2/ 2014 (Eté), p. 15-26
URL: www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2014-2-page-15.htm.
DOI : 10.3917/pe.142.0015

BOZARSLAN, Hamit, « Les Kurdes, force mouvante dans une région instable », Esprit5/ 2013 (Mai), p. 127-130
URL: www.cairn.info/revue-esprit-2013-5-page-127.htm.
DOI : 10.3917/espri.1305.0127

HARKIN, James. « Up to 186 Kurdish students kidnaped by Isis in northern Syria ». The Guardian, 06/26/2014. Last consulted on 07/03/2014, on http://www.theguardian.com/world/2014/jun/26/186-kurdish-students-kidnapped-isis-syria

KAVAL, Allan, « Dominos kurdes en Syrie », Esprit 11/ 2013 (Novembre), p. 131-134
URL: www.cairn.info/revue-esprit-2013-11-page-131.htm.
DOI : 10.3917/espri.1311.0131

ROUSSEL, Cyril. « La reconfiguration des espaces transfrontaliers dans le conflit syrien », NORIA, Février 2014. URL http://www.noria-research.com/wp-content/uploads/2014/02/ROUSSEL_SYRIA_BORDERS_NORIA_FR.pdf

TEJEL, Jordi, « Les paradoxes du printemps kurde en Syrie », Politique étrangère 2/ 2014 (Eté), p. 51-61
URL: www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2014-2-page-51.htm.
DOI : 10.3917/pe.142.0051

ZAMAN, Amberin. “Syrian Kurds continue to blame Turks for backing ISIS militants”. Al Monitor, 06/10/2014. Last consulted on 07/03/2014, on http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2014/06/zaman-syria-kurds-rojava-ypg-muslim-pyd-pkk-turkey-isis.html#


[1] KAVAL, Allan, « Dominos kurdes en Syrie », Esprit 11/ 2013 (Novembre), p. 131-134

[2] Idem.

[3] BOZARSLAN, Hamit, « Les Kurdes et l’option étatique », Politique étrangère 2/ 2014 (Eté), p. 15-26

[4] KAVAL, Allan, op.ct. 11/ 2013 (Novembre).

[5] BALANCHE, Fabrice, « Communautarisme en Syrie : lorsque le mythe devient réalité », Confluences Méditerranée 2/ 2014 (N° 89), p. 29-44

[6] KAVAL, Allan, op.ct 11/ 2013 (Novembre).

[7] BOZARSLAN, Hamit, op.ct. 2/ 2014 (Eté).

[8] KAVAL, Allan, op.ct 11/ 2013 (Novembre).

[9] ROUSSEL, Cyril. « La reconfiguration des espaces transfrontaliers dans le conflit syrien », NORIA, Février 2014.

[10] KAVAL, Allan, op.ct. 11/ 2013 (Novembre).

[11] Idem.

[12] TEJEL, Jordi, « Les paradoxes du printemps kurde en Syrie », Politique étrangère 2/ 2014 (Eté), p. 51-61

[13] BOZARSLAN, Hamit, op.ct. 2/ 2014 (Eté).

[14] Idem

[15] BALANCHE, Fabrice, op.ct., 2/ 2014 (N° 89).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *