Éléments sur la géographie des déplacés dans le contexte de la crise syrienne

Depuis les événements de Deraa en mars 2011, le conflit syrien a déclenché une crise humanitaire profonde qui a gagné plusieurs pays de la région. Alors que le nombre de victimes dépasse désormais les 200 000 morts, les instances de l’ONU estiment à environ 11,5 millions[1], le nombre de personnes forcées de fuir leur foyer, soit plus de la moitié de la population syrienne[2]. Les deux tiers – un nombre de 7,6 millions estimé par l’UNOCHA – sont des déplacés internes issus de l’ensemble des provinces du pays. Les 3,8 millions restant, comptabilisés par le HCR, sont des réfugiés dans les pays voisins[3]. Si les chiffres du HCR, ne tenant compte que des réfugiés enregistrés, sont bien en dessous de la réalité, les chiffres relatifs aux déplacés ne sont, quant à eux, que des estimations qui peuvent varier considérablement suivant les organisations humanitaires consultées. De façon générale, la collecte de ces données est rendue difficile par la volatilité des lignes de front ainsi que l’intensité des combats. Les autorités syriennes bloquent l’accès à de nombreux territoires, notamment les villes assiégées, et les zones sous contrôle rebelle sont souvent difficiles à atteindre.

Les premiers déplacements internes majeurs ont été observés en mai-juin 2011. Craignant la répression de la révolte par l’armée syrienne ainsi que les affrontements armés qui commençaient à s’engager, de nombreux habitants des villes au premier plan de la contestation comme Deraa, Jisr al-Shughur et Marrat al Numaan ont fui dans les campagnes environnantes. Ces premiers déplacements étaient relativement épars et circonscrits aux territoires victimes de la répression et se sont souvent avérés de courte durée, les populations rentrant chez elles après la fin des opérations militaires.

Dès l’été 2011, avec la militarisation ainsi que l’extension de l’insurrection[4] aux grandes villes[5], les déplacements s’intensifient et se font aussi plus durables. À l’été 2012, les différentes organisations humanitaires s’accordent sur le chiffre de 1,5 millions de déplacés. Ces mouvements internes de populations ont lieu essentiellement dans les zones de conflit et une large proportion se fait à l’intérieur des frontières des différentes provinces. Les déplacés ont tendance à s’établir le moins loin possible de leur lieu d’habitation, souvent dans l’espoir d’un retour rapide. Dans la province de Damas campagne, le rayon des déplacements par rapport au lieu d’origine oscille entre 5 et 20 km en moyenne. (UN HABITAT, 06/2014) En juillet 2012, en raison des opérations militaires dans les villes de Zabadani et de Douma en périphérie de Damas, de nombreux habitants ont rejoint des banlieues voisines davantage sécurisées telles que Jaramana, Babbila ou Set Zeinab, qui ont ainsi vu leur population doubler voire tripler en quelques jours. Au nord du pays, alors que l’opposition commence à étendre son contrôle du territoire, les populations ont massivement fui les représailles de l’armée syrienne pour se rendre principalement au sud de la frontière turque où sont implantés de nombreux camps de fortune, notamment dans la région d’Idlib. C’est aussi l’époque où de grandes lignes de fracture sont apparues au sein des forces d’opposition. Les affrontements entre ces dernières ont conduit au déplacement de dizaines de milliers de syriens, notamment au sein des provinces d’Alep, d’Idlib, ainsi que de Raqqa et de Deir ez-Zor.

À compter du printemps 2013, la guerre civile communautaire se transforme peu à peu en guerre de religions. Les groupes djihadistes sunnites syriens et étrangers (EIIL, Djabat al-Nosra…) montent en puissance et s’en prennent délibérément aux minorités religieuses (les chrétiens et les chiites) dans une logique d’épuration ethnique[6]. À ces attaques, ont répondu celles de milices chiites irakiennes et du Hezbollah libanais ainsi que des membres des forces armées chiites iraniennes, venus prêter main forte au gouvernement de Bachar al-Assad. L’intensification des affrontements se traduit par des déplacements menant les populations toujours plus loin de leur foyer, parfois au-delà des frontières de leur province d’origine. La dimension clairement sectaire du conflit pousse les minorités à chercher refuge dans des régions davantage propices à leur sécurité du fait de leur composition ethno-religieuse. Les Kurdes du quartier de Cheikh Maqsoud à Alep ont rejoint la région de Hassakeh sous contrôle kurde, tandis que les chrétiens et les alaouites des régions centrales se sont essentiellement dirigés vers les villes côtières de Tartous et Lattaquié. Ces différents mouvements favorisent, à l’échelle du pays, le regroupement des différentes communautés. L’instabilité des lignes de front, notamment au nord du pays, a conduit à une moyenne de 9500 nouveaux déplacés par jour en 2013. Dans certaines provinces, l’intensité des combats a parfois entraîné de nombreux déplacements successifs. C’est notamment le cas dans les provinces de Deraa et de Quneitra où les déplacements internes sont caractérisés par leur courte durée et leur répétition du fait des perpétuels affrontements.

Les combats se sont encore aggravés depuis le début de l’année 2014, auxquels s’ajoutent depuis mi-septembre les tirs aériens de la coalition arabo-occidentale dans le Nord de la Syrie et de l’Irak. Certains pays voisins, comme le Liban, la Jordanie et l’Egypte, qui ont déjà accueilli un nombre considérable de réfugiés syriens, ont désormais tendance à fermer leurs frontières. L’ampleur de la violence et les difficultés à quitter le pays se traduisent par une recrudescence du nombre de déplacés internes. De nouveaux déplacements massifs ont notamment eu lieu dans la province d’Alep, qui compte le plus grand nombre de déplacés (1,8 millions[7]) avec les provinces de Damas-campagne (1,4 million) et de Idlib (près d’un million, ce qui équivaut à 65% de sa population d’avant la crise). Dans la province d’Alep, les nombreux affrontements autour des villes d’Alep, de Kobané ainsi que de Safira, plus au sud, ont poussé de nombreux syriens à fuir tant au sein de la province qu’au delà de ses frontières. Au cours des seuls mois de janvier et février 2014, les combats et les nombreux bombardements à l’est de la ville ont poussé près de 500 000 civils à rejoindre la zone ouest tenue par l’armée syrienne mais également d’autres territoires plus au nord de la province, tenus par l’opposition comme la ville d’Aazaz, non loin de la frontière turque. Un mouvement de retour des populations vers l’est de la ville s’est toutefois récemment amorcé à la suite de la diminution des bombardements aériens. Dans la province d’Idlib, théâtre de nombreux affrontements entre l’armée syrienne et les insurgés mais également au sein même de l’insurrection, les déplacés sont issus de la province et de gouvernorats proches tels que Hama, Damas campagne, Alep ainsi que Lattaquié. Les provinces de Hassakeh, Deraa, Hama, Homs, Quneitra et Raqqa connaissent essentiellement des déplacements internes à la province. Enfin, les provinces de Lattaquié, Tartous et dans une moindre mesure Sweida, sous contrôle du gouvernement syrien[8] depuis le début du conflit, n’ont pas ou peu été affectées par les combats et bénéficient encore de nombreux services publics. En conséquence, elles ont enregistré un nombre important de syriens venus des provinces touchées par les affrontements. Les 580 000 déplacés dans le gouvernorat de Lattaquié viennent essentiellement de la province d’Idlib et d’Alep. Ce chiffre équivaut à la moitié de la population de la province avant la crise. La province de Tartous accueille environ 200 000 déplacés en provenance des provinces d’Idlib, Hama, Homs, Alep mais également de Raqqa et Deir ez-Zor. Enfin, la province de Sweida héberge aujourd’hui 70 000 déplacés venus des provinces voisines de Deraa et de Damas-campagne. Pour les mêmes raisons, la ville de Damas est également une destination de nombreux déplacés (440 000) notamment venus de Deraa et de Homs.

À l’échelle des provinces, les déplacés s’installent préférentiellement dans les grandes villes. Homs, Qamishli et Hassakeh, Lattaquié et Tartous accueillent environ la moitié de l’ensemble des déplacés de leur gouvernorat respectif. Ce phénomène se vérifie moins dans les provinces de Deir ez-Zor et Raqqa depuis les tirs aériens de la coalition qui ont entrainé des flux massifs en direction des campagnes. (UNSC, 23/11/2014) Globalement, seulement 3 % des personnes déplacées trouvent à s’héberger dans des centres collectifs officiels mis en place par le gouvernement. Les autres sont accueillies par des proches ou bien vivent dans des logements privés aussi longtemps que leurs ressources le leur permettent. Certaines, enfin, s’établissent dans des habitats collectifs improvisés, tantôt dans des écoles, des mosquées ou encore des immeubles inachevés. La majorité vit dans le dénuement et l’insécurité.

L’étendue de ces déplacements ne doit pas seulement être interprétée comme un dommage collatéral du conflit. Ces derniers résultent largement d’une stratégie délibérée des belligérants sur le terrain. L’armée syrienne, par ses bombardements à l’aveugle des quartiers civils tenus par les insurgés, cherche à empêcher l’opposition de se constituer une vie normale dans les zones qu’elle contrôle. En rendant la vie impossible dans ces secteurs et en contraignant les habitants à fuir, le gouvernement syrien attire sur les insurgés le ressentiment de la population qui n’aspire, au bout d’un certain temps, qu’à retrouver la paix. Après plusieurs mois de conflit, la population peut facilement abandonner son soutien à celui qui a la plus juste cause pour lui préférer celui qui est capable de rétablir la sécurité le plus rapidement possible. Par ailleurs, dans les régions dominées par les groupes djihadistes tels que le front al-Nosra ou l’Etat Islamique, les minorités sont systématiquement persécutées et chassées.

Enfin, rares sont ceux qui peuvent retourner dans leur domicile, soit qu’il a été détruit, soit que la sécurité n’a pas été rétablie. En particulier, des mines terrestres et des restes explosifs de guerre rendent la circulation difficile dans toutes les zones où se sont déroulées des conflits. (ACAPS, 08/2014) L’OCHA signalait toutefois en juin 2014 le retour de 120 000[9] personnes dans la province de Hama et de 100 000 dans la province de Homs, désormais largement contrôlées par l’armée syrienne. (OCHA, 06/2014) Des retours significatifs ont également été relevés dans les villes de Hassaké et de Berzé (province de Damas). Une certaine accalmie des combats dans ces zones peut expliquer ces rares retours.

 

 

 

Nombre de personnes déplacées par province (Novembre 2014)

Province Population avant la crise* Nombre de déplacés**
Damas 1 754 000 440 000
Alep 4 867 991 1 800 000
Damas campagne 2 835 900 1 400 000
Homs 1 803 000 490 000
Hama 1 628 000 450 000
Lattaquié 1 008 000 580 000
Idlib 1 501 000 920 000
Hassaké 1 512 000 250 000
Deir ez-Zor 1 239 005 460 000
Tartous 797 000 200 000
Raqqa 944 000 170 000
Deraa 1 027 000 390 000
Sweida 370 000 73 000
Quneitra 90 000 57 000
TOTAL 21 376 869 7 680 000

* Source : UN OCHA

** Source : ACAPS (SNAP)

NB : Les chiffres cités dans le rapport de l’ACAPS sont comparables aux dernières estimations de l’OCHA en date de juin 2014. Les légères variations s’expliquent par l’évolution de la situation sur le terrain entre les deux dates. Toutefois, deux provinces présentent des chiffres très différents et difficiles à mettre en relation. En juin 2014, l’OCHA annonçait 450 000 déplacés dans la province de Tartous et 770 000 pour la province de Damas Campagne. Selon l’ACAPS, l’écart entre les estimations pour ces gouvernorats n’est pas dû à des mouvements massifs de populations ; les estimations citées par l’ACAPS seraient simplement de meilleure qualité et de nature à corriger celle de l’OCHA. Ces variations dans les chiffres témoignent de la difficulté de la collecte des données sur le terrain et de l’incertitude des différentes estimations.

Lucile Housseau, 27/02/2015

 

Bibliographie

 

ACAPS (SNAP), 01/2015, Regional analysis, Syria october-december 2014

ACAPS (SNAP), 01/2015, Regional analysis, Syria october-december 2014, governorate profiles

ACAPS (SNAP), 08/2014, Explosive remnants of war and landmines

Courbage Y., 15/10/2012, « Ce que la démographie nous dit du conflit syrien », Slate.fr

Daou M., 24/03/2014, « Syrie : le village arménien de Kassab, victime « d’une épuration éthnique », france24.com

Internal Displacement Monitoring Center & Norwegian Refugee Council, 10/2014, SYRIA :Forsaken IDPs adrift inside a fragmenting state

Phillips M. et Starup K., 09/2014, « Les difficultés de protection posées par la mobilité », Migrations forcées, N° 47

Ruiz de Elvira Carrascal L., 2013, « Refugiés, déplacés et aide humanitaire : l’autre face du conflit syrien », Moyen Orient, n°19

UN HABITAT, 06/2014, Reif Damascus, shelter profile

UN OCHA, 06/2014, Syrian Arab Republic, Governorate profile

 

__________________________________________________________

[1] http://www.unocha.org/syria

[2] La population syrienne était estimée à environ 21,6 millions d’habitants avant la crise. Voir Youssef Courbage, 15/10/2012, « Ce que la démographie nous dit du conflit syrien », Slate.fr Disponible sur : http://www.slate.fr/story/62969/syrie-guerre-demographie-minorites

[3] Les données acualisées sont disponibles sur le site du HCR à l’adresse suivante : http://data.unhcr.org/syrianrefugees/regional.php

[4] Le terme d’ « insurrection » est un terme militaire sans connotation partisane et utilisé comme tel dans ce texte.

[5] Essentiellement dans les périphéries défavorisées peuplées de populations arabes sunnites

[6] Les insurgés islamistes dirigés par al-Nosra ont notamment attaqué le village arménien de Kassab. Voir Daou M., « Syrie : le village arménien de Kassab, victime « d’une épuration éthnique », france24.com, 24/03/2014, disponible à l’adresse : http://www.france24.com/fr/20140324-syrie-village-armenien-kassabepuration-ethnique-assad/

[7] Sauf mention contraire, les estimations du nombre de déplacés rapportées dans ce texte sont extraites du dernier rapport de l’ACAPS (SNAP), partenaire de l’ONU, et correspondent à la situation en novembre 2014. Ces chiffres sont le fruit d’un travail de vérification et de mise à jour des données (sources primaires et secondaires) réalisé par de nombreux acteurs humanitaires et spécialistes.  Voir : ACAPS (SNAP), 01/2015, Regional analysis, Syria october-december 2014, governorate profiles

[8] « Le gouvernement syrien » désigne dans le présent texte le gouvernement de Bachar al-Assad. Si la France reconnaît la Coalition Nationale Syrienne « comme la seule représentante du peuple syrien et donc comme le futur gouvernement provisoire de la Syrie démocratique » (Déclaration de F. Hollande le 13 novembre 2012), le siège de la Syrie à l’Assemblée générale de l’ONU est toujours occupé par le gouvernement de Bachar al-Assad.

[9] Les informations concernant les retours ne distinguent pas entre anciens réfugiés et anciens déplacés. Les chiffres rapportés ici incluent indifféremment les deux types de population.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *