« Quatre années de conflit en Syrie : un désastre humanitaire » : compte rendu et enregistrement

 

Quatre années de conflit en Syrie : un désastre humanitaire

(Mise en forme par Lucile Housseau)

Colloque organisé par le GREMMO (Groupe de Recherches et d’Etudes sur la Méditerranée et le Moyen-Orient), laboratoire CNRS – Université Lyon 2 et l’IEP de Grenoble dans le cadre de la chaire Méditerranée Moyen-Orient de la région Rhône Alpes

Cette conférence s’inscrit dans une série de rencontres scientifiques sur le thème : « Le Proche-Orient et la crise syrienne ». Depuis quatre ans nous avons analysé les causes et le processus de la crise syrienne. Le gouvernement syrien est resté en place mais une partie du territoire est sous le contrôle des rebelles. Le flot de réfugiés continue d’augmenter, car rares sont ceux qui peuvent retourner dans leur domicile, soit qu’il a été détruit ou que la sécurité n’a pas été rétablie. Des centaines de milliers, voire des millions, de réfugiés sont donc bloqués dans les pays voisins. Ils dépendent de l’aide internationale pour leur survie, car les possibilités d’intégration sur un marché du travail saturé ou protégé sont minimes. Or, la multiplication des crises humanitaires dans le monde et une certaine lassitude à l’égard de la crise syrienne réduit l’aide financière alors que les besoins sont croissants.

Lundi 16 mars 2015

L’enregistrement audio-visuel du colloque est disponible sur le site de Lyon 2

http://www.univ-lyon2.fr/culture-savoirs/podcasts/quatre-annees-de-conflit-en-syrie-un-desastre-humanitaire-626620.kjsp

Le compte rendu des séances ci-dessous a été réalisé par les étudiants de la Licence 3 de géographie  de l’Université Lyon 2, ils n’engagent pas les auteurs des communications.

Ouverture du colloque (CR de Justine Borel et Camille Crini)

Fabrice Balanche, Directeur du GREMMO, Université Lumière Lyon 2 et Hilda Tchoboyan, Conseil Régional de Rhône Alpes

Le conflit en Syrie constitue certainement la plus grande crise humanitaire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

« En janvier 2011 à Damas, j’ai assisté à une manifestation pacifique d’une centaine de personnes qui s’étaient regroupées devant la statue de Hafez el-Assad. Ils tenaient des bougies et des pancartes qui disaient “oui à la liberté  » (Fabrice Balanche). Quatre ans plus tard, le conflit a fait plus de 200 000 morts, on décompte 4 millions de Syriens réfugiés à l’étranger et 7,6 millions de déplacés à l’intérieur du pays.

L’objectif de ce colloque est de comprendre l’étendue du désastre. Aujourd’hui, nous sommes dans une période d’interrogation sur les politiques qui ont été menées pour tenter d’enrayer le conflit syrien. L’émergence de l’État islamique, la violence médiatisée (attentats, prises d’otages etc), ébranlent l’ensemble du monde arabe et du monde musulman. Pendant longtemps on pensait que Bachar El-Assad allait tomber rapidement, mais on observe finalement une permanence de son régime. La solution politique, pour régler ce conflit et aider les populations, devient de plus en plus nécessaire mais semble difficile à mettre en place. Il nous faut donc reconsidérer les positions politiques prises par les pays qui ont rompu avec la Syrie.

Séance 1 : Le bilan du conflit (CR de Justine Borel et Camille Crini)

Président de séance : Youssef Diab, Professeur à l’Université Paris-Est Marne la Vallée

La situation actuelle en Syrie résulte d’une crise dont les origines s’inscrivent dans une période bien antérieure à celle de mars 2011. Pour essayer de comprendre dans quel processus s’enracinent réellement les origines de cette crise syrienne, qui dure depuis maintenant 4 ans, il faut bien prendre en compte l’histoire même de la Syrie.

La construction de l’armature urbaine du pays, la mise en place de sa structure sociale, économique et politique, sont autant d’éléments clefs qui pourraient nous permettre de mieux comprendre le fonctionnement de cette crise afin d’envisager d’éventuelles solutions.

Carole Lalève Vallat, Responsable à l’UNCHR

L’action humanitaire connait aujourd’hui en Syrie de grandes difficultés, en raison notamment des problèmes majeurs de financement, résultant de l’apparition d’une certaine lassitude des bailleurs de fonds, alors même que la crise s’enlise. Actuellement, plus de 200 organismes humanitaires (dont 2000 membres du Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU) sont présents sur le terrain, en Syrie mais également dans les pays voisins qui accueillent des réfugiés.

Rappelons que sur 20 millions de Syriens, 12 millions ont toujours besoin d’une aide humanitaire d’urgence et que 7,6 millions sont considérés comme étant déplacés internes, au sein de la Syrie. A ces chiffres il faut ajouter les 4 millions de réfugiés ayant quitté le pays dont 1,2 million au Liban, 1,7 million en Turquie, 630 000 en Jordanie et 35 000 en Europe (ces estimations sont basées sur les travaux du HCR, et sur les chiffres du gouvernement turc). Parmi ces millions de réfugiés, 75% sont des femmes et des enfants. Quelques centaines de milliers vivent dans des camps (formels ou non), la grande majorité d’entre eux étant des réfugiés urbains qui  vivent parmi le reste de la population locale de leur pays d’accueil, et sont ainsi beaucoup plus difficiles à identifier et à dénombrer, et a fortiori à atteindre pour les différentes forces d’aides humanitaires présentes sur place.

Le premier obstacle à l’efficacité du travail des humanitaires sur le terrain relève de l’ampleur des besoins nécessaires pour venir en aide aux victimes d’une des crises les plus importantes depuis la Seconde Guerre Mondiale. Une aide considérable a pourtant bel et bien été apportée, dès le début de la crise, mais il est très difficile de répondre à tout : entre autres choses, la question de l’accès au logement pour les Syriens en Syrie, mais aussi pour ceux qui se sont réfugiés à l’étranger, la difficulté pour ces derniers à trouver un emploi dans les pays où ils ont trouvé refuge, et enfin la question de la difficulté de l’accès aux soins, qui n’est généralement pas ouvert aux réfugiés. Autre thème, celui de l’éducation, puisque des millions d’enfants syriens ne sont plus scolarisés aujourd’hui, pour certains depuis quelques années déjà. Cela pose la question centrale de l’avenir qui sera réservé à ceux qui pourraient former une « génération perdue ».

La seconde problématique porte sur la sécurité du peuple syrien, mais aussi sur celle des équipes présentes sur le terrain. Nombre de personnes se trouvent encore au sein de zones souvent difficiles d’accès pour les humanitaires, généralement des zones assiégées, où la population demeure bloquée par le déroulement des combats. Les difficultés à atteindre les populations les plus vulnérables situées en Syrie, mais aussi dans certaines zones d’Irak (où elles sont bloquées par les actions menées par Daesh), sont très importantes. Comment venir en aide à ces personnes que l’on ne peut atteindre ? Certains acteurs locaux parviennent parfois à obtenir un accès limité à ces populations isolées, mais cela demeure très complexe. Ainsi l’on craint dorénavant des risques de débordements du conflit sur le territoire libanais, où certaines zones du Nord auparavant relativement sécurisées commencent à devenir inaccessibles pour les équipes d’aides.

En effet, les zones de combat et d’influence des différentes forces armées s’étendent d’autant plus que le conflit avance. Les impacts sur les pays voisins de la Syrie deviennent de plus en plus tangibles et de plus en plus difficiles à absorber, et la générosité de ces pays d’accueil commence à s’étioler. Ces pays ferment désormais leurs frontières aux arrivées de nouveaux réfugiés, qui se retrouvent bloqués aux frontières. C’est une question difficilement négociable avec les gouvernements concernés, qui invoquent des questions de sécurité pour leur propre pays et rappellent les sacrifices qu’ils ont déjà réalisés depuis le début de la crise. En Jordanie, les Syriens constituent désormais un onzième de la population. Au Liban, on estime qu’environ un quart de la population est syrienne, or le pays ne possède pas la capacité de subvenir aux besoins de cette population. Depuis maintenant deux ans, les organismes d’aide humanitaire maintiennent leur appel auprès de la communauté internationale afin d’alerter sur les conséquences et les risques de cet afflux de populations dans les pays voisins de la Syrie. Il apparaît nécessaire que les pays européens acceptent d’accueillir plus de réfugiés.

Enfin, demeure la question centrale du financement. Les dons ont déjà été très généreux mais se font de moins en moins abondants alors que les besoins restent énormes. Si la crise syrienne perdure, d’autres crises émergent ailleurs dans le monde, et réclament elles aussi, une aide nécessaire (nous pouvons citer l’exemple de l’Ukraine). De plus, une forme de lassitude gagne les bailleurs de fonds et les différentes sources de financement qui permettent aux organismes d’aide humanitaire de faire leur travail correctement. En ce mois de mars 2015, moins de 5% de la totalité des financements demandés en début d’année par l’ensemble des organisations humanitaires a été versé. Il s’agit donc dorénavant de faire plus (car les besoins de la population sont toujours plus importants à mesure que le conflit s’aggrave) avec moins de ressources, moins de moyens, et alors même que personne ne semble voir actuellement une issue proche à cette crise. C’est précisément ce point là qui reste certainement le problème le plus important, à savoir l’absence d’espoir de voir émerger aujourd’hui une réelle solution politique à ce conflit qui s’enlise d’une manière particulièrement complexe.

Roula Maya, Consultante à l’ESCWA  (Economical and Social Commission for Western Asia)

Rémi Baudouï – Université de Genève, Consultant à l’ESCWA

Il s’agit dans cet exposé de se placer dans une vision prospective des choses, de se tourner vers l’avenir. Nous nous interrogeons ici sur un des aspects inévitables qu’engendre un état de guerre : la destruction matérielle. Quels seront les impacts post-conflit sur le secteur du logement ? Comment reconstruire les villes, mettre en place des agglomérations et une structure urbaine pour la Syrie ? Et surtout, comment parviendrons-nous à loger tous les Syriens que le conflit a mis à la rue, et dans quelles conditions ?

L’impact du conflit sur le secteur du logement, les villes et les agglomérations urbaines : état des lieux, besoins, options futures pour la reconstruction

Après quatre ans de conflit armé en Syrie, le contexte général montre que les villes et les zones urbaines sont devenues des objectifs particulièrement stratégiques dans le cadre des affrontements qui déchirent le pays. La guerre civile syrienne est urbaine. De guerre de rues elle est devenue progressivement guerre de villes. Ainsi la structuration urbaine de Syrie s’est totalement effondrée, et les villes ne sont généralement plus que des champs de ruines (destruction des infrastructures, des hôpitaux, du patrimoine…).

Avant le début du conflit, la pays était entré dans une phase d’urbanisation, avec la construction massive de logements. Les constructions se sont concentrées dans les plus grandes villes du pays : Alep, Damas, Homs. En 1970, on comptait environ un million de logements. En quarante ans, le pays a connu une augmentation quantitative du nombre de logements, mais malheureusement, pas forcément qualitative : 2% seulement des logements érigés l’ont été grâce au secteur public, une part très importante du reste des logements relève de l’habitat informel (on en comptait plus de 600 000 en 2007).

Depuis le début du conflit, les villes sont donc devenues les principaux champs de bataille. On constate que 35% des logements du stock résidentiel du pays ont été totalement détruits, 25% ont été partiellement détruits et 40% au moins ont été endommagés. Le territoire se divise ainsi de la façon suivante :

  • Groupe A (Homs, Alep, et Damas campagne) : zone la plus touchée par les combats. Les zones de conflit touchent 70% du territoire ;
  • Groupe B (Idlib, Raqqa, Deir ez-Zor, Daraa…) : zones de combat également très étendues, la zone de conflit touchant 60% du territoire ;
  • Groupe C : ce n’est pas la zone la plus dangeureuse mais les conditions de vie y demeurent très difficiles, les zones de conflit touchent 5 à 30% du territoire.

Dans l’idéal, d’ici 2025, l’objectif serait de parvenir à la (re)construction de 2,2 millions de logements, afin de pouvoir réussir à combler le vide causé par la destruction massive de logements lors des combats. Plusieurs scénarios sont envisagés quant à la vitesse de reconstruction de la structure urbaine du pays, sur des périodes de 5 ans, 7 ans ou 10 ans. Les objectifs globaux pour l’avenir du pays sont multiples, comprenant la nécessité de pouvoir fournir l’habitat pour tous, d’améliorer les conditions de logement et les moyens de subsistance des populations, mais également la capacité de pouvoir renforcer les capacités institutionnelles du pays, sans quoi rien ne pourra être mis en place de manière efficace lorsqu’il s’agira d’entrer dans une phase de reconstruction du pays.

Essayer de voir plus loin que le temps présent, essayer d’envisager quel pourrait être l’avenir du pays après la fin de la guerre apparaît comme une nécessité, même si la fin du conflit semble aujourd’hui encore lointaine et très incertaine.

En attendant, de nombreux obstacles demeurent : le déficit structurel du pays dû à la faiblesse de l’Etat à gérer cette reconstruction ; l’absence d’expertise  sur place pour évaluer l’étendue réelle des dégâts et apporter une vision précise de la situation ; l’incapacité de l’Etat à gérer la destruction des logements par les combats ; la question de l’urgence, justement, qui constitue une forte contrainte à la reconstruction ; l’absence de structure d’importance qui serait nécessaire à la (re)construction du stock de logements. La question inévitable qui est celle du développement durable soulève encore nombre de problématiques. Or si l’on doit construire massivement, ce qui s’avèrera nécessaire, il sera difficile de construire de manière qualitative, et dans des objectifs de durabilité sociale.

Séance 2 : La réponse humanitaire (CR de Perrine Roy et Milène Balligand)

Président de séance : Marc Lavergne, Directeur de recherche au CNRS – GREMMO

La réponse humanitaire à la crise syrienne nécessite une mobilisation de la communauté internationale, et se traduit par différents volets d’action : les financements (qui proviennent majoritairement d’Occident et des Pays du Golfe) et l’action des ONG et associations sur le terrain, en Syrie ou dans les pays concernés par les flux de réfugiés. La crise humanitaire que connaît la Syrie est à la fois un désastre humain et une guerre politique. Du fait des éléments de nouveauté qu’elle présente (le fait que la population civile est la cible directe du conflit armé), elle rompt avec le mouvement général des crises actuelles et redéfinit les modalités d’action de la réponse humanitaire. Face à une telle crise, les difficultés rencontrées par les organismes humanitaires sont multiples : difficultés financières dans un contexte de crise économique en Occident, multiplication des crises à l’échelle mondiale, saturation et essoufflement de l’Occident face aux conflits politiques chroniques au Moyen-Orient. Enfin, on constate que la crise syrienne divise sur le plan géopolitique international : dans un contexte où la résolution politique ou militaire du conflit reste peu envisageable, la réponse humanitaire demeure le seul moyen d’action effectif pour aider les populations victimes du conflit. Elle est d’autre part essentielle, car au-delà des questions matérielles et financières, elle s’interroge sur la reconstruction du pays et l’avenir de la société syrienne.

Véronique Moreira, Vice-présidente de la région Rhône Alpes

Les politiques de solidarité sont ancrées localement dans chacun de nos territoires. La politique de coopération solidaire de la région Rhône-Alpes, formalisée en 2012 par le vote d’un texte fondateur et des grandes orientations, comprend deux volets : d’une part, l’aide au développement des territoires partenaires, et d’autre part l’éducation à la citoyenneté mondiale. Ce second volet est primordial car il comprend l’information, la sensibilisation et parfois la formation du public aux enjeux de coopération et de solidarité territoriale. Il permet, à travers la compréhension du monde et de ses interdépendances, d’éduquer à la citoyenneté mondiale et de mobiliser les citoyens afin qu’eux-mêmes mobilisent les élus. Une telle politique de solidarité ne fait pas toujours consensus dans la conjecture de crise économique actuelle ; malgré tout, une large majorité de la population française reste favorable à une telle coopération dans le cadre de leur territoire. Il s’agit donc d’améliorer la communication à ce sujet à tous les niveaux : celui des citoyens, des élus et de l’Union Européenne.

Si la région Rhône-Alpes n’intervient pas directement dans le cadre de la crise syrienne, elle apporte néanmoins son soutien à la gestion de la crise via des actions dans divers régions méditerranéennes et du Moyen-Orient (Nord du Liban, Jordanie, Irak). Dans un contexte de grande instabilité géopolitique mondiale, de telles politiques d’aide au développement nécessitent une adaptation permanente ; c’est pourquoi la “Ligne spécifique d’urgence”, mise en place en 2005, vise à répondre aux urgences humanitaires pour des territoires non-partenaires, à travers le financement d’associations de la région Rhône-Alpes qui agissent sur le terrain. Cette cellule d’urgence nécessite néanmoins une actualisation : elle est limitée à la définition d’une urgence très restreinte, alors que l’urgence peut durer, comme pour le cas de la crise syrienne qui est en situation d’urgence depuis maintenant quatre ans.

Pour finir, il est primordial que les politiques d’aide au développement soient menées dans une démarche de démocratie participative ; c’est en effet à la hauteur de la mobilisation de la population que se mobilisent les élus.

Jean-François Ploquin : forum des réfugiés Rhône-Alpes/OFPRA

L’organisation Forum Réfugiés Cosi, créée à Lyon en 1982, a vocation à accueillir des réfugiés et à défendre leurs droits, notamment leur droit d’asile. Il est, par ailleurs, primordial que ces réfugiés puissent bénéficier d’accompagnement pour pouvoir s’intégrer dans la société d’accueil. À cet égard, l’ONG mène des actions dans différents types de structures : des plateformes de premier accueil, des centres d’accueil de nuit (hébergement de 1600 à 1700 personnes chaque soir), des centres spécialisés de santé mentale, des centres de rétention administrative.

Le bilan des réfugiés syriens s’élève à plus 4 millions de personnes. Entre 2011 et 2014, l’Europe a accueilli 210 000 réfugiés (soit 6% des personnes exilées), surtout concentrés en Suède et en Allemagne (56% des demandes), mais aussi en Suisse, aux Pays-Bas et en Bulgarie. Les demandes pour la France sont en constante progression, mais restent faibles (accueil de 100 réfugiés en 2011 et 2071 au cours de l’année 2014).

On dénombre 83 réfugiés domiciliés en région Rhône-Alpes. Ils sont parmi les 6000 bénéficiaires du programme ACCELAIR, en faveur de l’obtention d’un logement et d’une insertion socio-professionnelle plus rapides. L’organisation travaille en partenariat avec les élus locaux, dont l’implication, la volonté et la mobilisation restent des facteurs majeurs d’efficacité de l’accueil et de l’insertion des personnes exilées

Lise Salavert, Handicap International

La réponse humanitaire de l’organisation Handicap international se concentre sur les soins et la réadaptation des réfugiés syriens en Jordanie. Au début de l’année 2012, les réfugiés arrivent peu à peu à la frontière jordano-syrienne et sont installés dans des camps de transit au sein desquels ils peuvent bénéficier d’une aide humanitaire. Mais dès lors que le conflit s’intensifie les camps deviennent trop réduits pour répondre aux flux de réfugiés : le gouvernement jordanien ouvre le camp de Zaatari dans le but de centraliser l’accueil et la gestion des personnes exilées. Concentrant l’aide humanitaire, le principal objectif des organisations qui travaillent dans ce camp est d’identifier toutes les personnes vulnérables en demande de soins et de réadaptation. À cet égard, l’un des défis majeurs qui se pose aux acteurs sur le terrain est d’éviter le départ des réfugiés vers les villes alentours où l’action humanitaire est plus difficile à mettre en place. En 2013, alors que la Jordanie ferme ses frontières, le nombre de réfugiés s’accroît pourtant de façon significative (jusqu’à 3000 nouvelles personnes arrivant chaque nuit), surchargeant le travail des humanitaires et la capacité d’accueil du camp de Zaatari (160 000 personnes au maximum). C’est pourquoi le gouvernement jordanien, qui souhaite augmenter sa capacité d’accueil, ouvre en 2014 le camp d’Azraq.

Désormais, de nouveaux acteurs entrent en jeu dans le cadre de la réponse humanitaires : les Pays du Golfe d’où émanent d’importants financements, et la société civile syrienne avec la construction de réseaux de solidarité locaux. Les ONG doivent également faire face à des défis nouveaux : le coût élevé de la crise, le manque de données chiffrées, la difficulté à identifier les personnes vulnérables dans des milieux urbains ou ruraux complexes qui comportent chacun des problématiques d’intervention particulières.

Stéphane Lobjois, Responsable des urgences, Secours Islamique France

Le Secours Islamique France est présent en Syrie depuis 2008. Il fait partie de la douzaine d’organisations à être implantées dans la zone gouvernementale, non par choix politique mais par humanisme. Cette organisation à deux champs d’intervention : tout d’abord la Shelter rehabilitation (la réhabilitation de logements) et le Wash (interventions concernant l’eau, l’hygiène et l’assainissement). Ainsi, elle prévoit la construction d’environ 200 000 logements et réalise entre autres des actions de Water trucking (acheminement d’eau par camions) et de distribution de Non-food items (denrées non-alimentaires). Néanmoins, il lui est difficile de répondre efficacement à l’urgence humanitaire car elle rencontre plusieurs défis : l’interdiction stricte par le gouvernement de travailler avec des organisations locales et la difficulté à trouver les populations vulnérables qui sont très dispersées sur le territoire.

Une partie de son action en termes de logement consiste à réhabiliter des bâtiments privés ou des écoles publiques. Toutefois, de nombreuses difficultés se posent puisque les accords avec les propriétaires sont d’environ deux ans, et d’autre part, le gouvernement tente actuellement de relancer l’éducation. Il est donc nécessaire d’envisager des accords avec le gouvernement syrien pour trouver ou reconstruire des logements pour les populations locales sinistrées. Par ailleurs, les actions de l’ONG se portent aussi sur les pays limitrophes comme le Liban où le Secours Islamique aide plus de 900 familles par des constructions d’abris et des transferts d’argent directs. Toutefois, la présence massive de réfugiés dans les pays voisins commence à poser des problèmes pour les sociétés d’accueil. Les personnes exilées subissent également des pressions, notamment économiques, qui les poussent parfois à rentrer en Syrie ; l’objectif de l’organisation est donc de comprendre pourquoi et comment ils rentrent pour être apte à les prendre en charge à leur retour.

Enfin, la réponse humanitaire en Syrie demeure fragile : l’enjeu majeur est désormais de continuer à mobiliser les bailleurs de fonds et les donateurs privés, qui se lassent de ce type de conflits chroniques et complexes.

Nicolas Edmet, Sawa consulting
L’intervention humanitaire en Syrie doit faire face à de nombreux défis. Tout d’abord, elle est menacée par le contexte politique international instable dont dépendent les aides financières et l’évolution du conflit. De plus, l’État Islamique constitue une nouvelle menace : cette organisation militaire extrêmement bien implantée dans de nombreux pays compte près de 30 000 soldats en Syrie et recrute quotidiennement de nouveaux combattants venus faire le djihad. Même si depuis l’été 2014, son extension spatiale a été stoppée par l’armée irakienne et la coalition internationale, l’État Islamique tend à renforcer son implantation et sa légitimité locale. En effet, l’organisation armée crée des organes administratifs (comme le Bureau de coordination et des frontières) et se distingue ainsi des groupes terroristes dits «militaires» en affirmant sa vocation étatique. De par ses actions violentes, la présence de ce groupe rend dangereuse voire impossible l’action humanitaire dans certaines zones. Cette inaccessibilité des territoires diminue les contacts avec la population locale et affaiblit par conséquent le système de remote control des ONG (formation de personnel local). Enfin, dans un contexte où l’intervention humanitaire devient stratégique, les ONG se voient imposer des précautions quant au risque d’instrumentalisation politique et médiatique. Au vue de ces défis spécifiques à la crise syrienne, la réponse humanitaire est freinée et doit faire preuve d’adaptation en termes d’équipes (recrutement d’experts en géopolitique, de groupes de sécurité, etc.) et de modalités d’intervention. Toutefois, malgré ces limites, l’intervention humanitaire reste largement bénéfique pour les populations et sera maintenue jusqu’à la résolution de ce conflit régional.

Séance 3 : La dynamique du conflit et ses conséquences humanitaires (CR de Marius Begey et Raphaël Durandard)

Président de séance : Fabrice Balanche, Directeur du GREMMO, Université Lyon 2

Cette troisième séance a pour but de comprendre le désastre humain en Syrie et, dans ce cadre, il est nécessaire de s’interroger sur le conflit, ses acteurs et sa dynamique. Pour ce faire, il n’est pas question d’avoir une posture morale mais bien d’essayer de comprendre la crise de manière pragmatique.

Si les sciences sociales sont utiles pour en saisir les causes, une approche basée exclusivement sur celles-ci ne peut permettre une compréhension totale du conflit. L’utilisation d’outils d’analyse du domaine militaire apparaît, dès lors, essentielle. Décrypter, par exemple, les techniques de contre-insurrection menées par Bachar el-Assad (séparer les rebelles des civiles, concentrer les troupes sur des points stratégiques avant de penser à un redéploiement futur, etc.) nécessite une connaissance approfondie des stratégies militaires et plus généralement de l’art de la guerre.

Pour comprendre ce conflit dont la résolution échappe aux syriens, il convient de s’intéresser aux dynamiques internes mais également de s’interroger sur les rapports de forces entre les puissances, à l’échelle régionale comme internationale.

Jean-Pierre VIAL, Sénateur de Savoie, Président du Groupe Amitié France-Syrie au Sénat

Géopolitique du conflit syrien

Afin d’approcher les dynamiques du conflit, et d’en comprendre la géopolitique, Jean-Pierre Vial propose une lecture à travers trois aspects de ce conflit : le fait économique, le fait islamique et le fait régional.

De par sa position d’élu, Jean-Pierre Vial se propose de réfléchir sur la position à adopter par la France et sur l’importance des relations franco-syriennes, qu’elles soient économiques ou politiques. Si la France a maintenu des liens avec la Syrie sous l’égide du Qatar notamment (après une brève rupture en 2008), elle reste dépendante de politiques plus globales et ne dispose donc pas d’une grande liberté d’action comme peut l’illustrer le cas des Airbus. En effet, alors que Nicolas Sarkozy s’était engagé à régler cette situation et à faire parvenir la commande à la Syrie, il n’a pas été à même de garantir la vente et de tenir sa promesse, du fait du maintien de l’embargo américain sur certains produits.

La situation de la Syrie apparaît d’autant plus complexe que la France, et plus généralement l’Union Européenne, veulent jouer un rôle, au moins sur le plan économique, au Moyen-Orient, volonté symbolisée par la création de l’Union Pour la Méditerranée ou par les récents accords entre l’Allemagne et l’Égypte. Cette volonté de rester présent sur la scène économique régionale ne doit cependant pas être interprétée comme un soutien politique aux gouvernements en place comme le souligne le roi Abdallah de Jordanie : « les choses sont simples ; il faut que les pays qui achètent des Boeing et des Airbus ne considèrent pas qu’ils sont protégés par les pays qui le leur vendent »

L’influence de la France doit de plus être nuancée, Jean-Paul Vial insistant sur la prise en compte de la conjoncture économique actuelle : la France peut-elle encore être un acteur de premier rang au Moyen-Orient alors que l’émergence des BRICS vient rebattre les cartes et changer la donne géopolitique ?

Jean-Pierre Vial propose, en second lieu, d’aborder le fait islamique, celui-ci apparaissant comme un élément central de ce conflit extrêmement confessionnalisé. Il dresse ainsi un rapide schéma des forces en présence et des acteurs se revendiquant de l’islamisme, et rappelle que, déjà bien avant le début du conflit, l’importance croissante du wahhabisme dans la région aurait pu être interprétée comme un prélude à la crise syrienne. Ainsi, l’Arabie-Saoudite avait par exemple financé de nombreuses actions de terrains et soutenu la diffusion du wahhabisme. Se pose également la question de l’inaction des grandes puissances, qui, afin de préserver certains intérêts économiques, ont fermé les yeux, refusant de voir les risques de conflits liés à la situation complexe du Moyen-Orient.

Enfin, le sénateur se penche sur l’importance que revêt la géographie régionale. Il se propose ainsi d’étudier les positions prises par différents pays (Turquie, Liban et Israël) et la place qu’ils occupent dans le conflit et plus généralement dans les dynamiques régionales. Le cas de la Turquie permet de mettre en lumière l’importance des velléités nationalistes dans l’ensemble du Moyen-Orient, que la crise syrienne a rendues apparentes. La position de la Turquie est délicate, celle-ci ayant peur d’une autonomisation des kurdes tout en ne pouvant véritablement nier l’utilité des combats qu’ils mènent à la frontière sud pour endiguer la progression de Daesh. La situation du Liban permet de montrer la propagation de la crise syrienne à l’ensemble de la région. Le pays est en effet dans une situation politique inquiétante (blocage des institutions) alors que des drapeaux islamistes flottent sur Tripoli. Enfin comment ne pas évoquer la situation d’Israël et le problème de non-résolution d’un conflit bien plus ancien ayant coûté la mort à Isaac Rabbin et étant source de nombreuses tensions au Moyen-Orient, voire aujourd’hui sur la scène internationale. La politique sécuritaire menée par le pays vis-à-vis de la Palestine compliquant son acceptation au sein d’une région de confession à dominante musulmane.

Jean-Pierre Vial conclut son propos en insistant sur la situation d’une opposition syrienne qui n’a jamais véritablement réussi à se constituer malgré le soutien international et insiste sur la nécessité d’une solution diplomatique, reprenant la thèse de Mme Bassma Kodmani : « il n’y aura pas de victoire militaire, il faut envisager une sortie institutionnelle ».

Jean-Paul BURDY, IEP Grenoble

Sunnites, chiites, wahhabites, salafistes djihadistes : quelle confessionnalisation des conflits ? Facteurs et acteurs, dimensions et perspectives

Pour expliquer la situation conflictuelle dans laquelle se trouve le Moyen-Orient, Jean-Paul Burdy débute son intervention en instaurant un parallèle avec la Guerre de 30 ans qui a touché l’Europe de 1618 à 1648, et met ainsi en évidence la prédominance de l’aspect confessionnel. Si le point de départ de la Guerre de 30 ans était confessionnel (opposition entre protestants de Prague et Habsbourg catholiques), ce n’est pas le cas de la crise actuelle puisque les révolutions du Printemps arabe de 2011 étaient le fruit de revendications politiques et sociales. Ces contestations démocratiques ont néanmoins rapidement été confessionnalisées, et notamment par deux pays, la Syrie et le Bahreïn. Ainsi pour la monarchie sunnite du Bahreïn, la volonté de démocratisation est à l’origine un complot chiite inspiré par l’Iran. De même, le régime baathiste syrien assimile la contestation démocratique à un complot djihadiste inspiré par les ennemis du pays (Arabie-Saoudite entre autres). Des conflits, qui au départ ne l’étaient pas, deviennent donc confessionnels, s’inscrivant dans une dynamique régionale ancienne, opposant chiites et sunnites.

En effet, Jean-Paul Burdy souligne le retour au premier plan de cette opposition depuis la révolution iranienne de 1979 marquant le « réveil » du Chiisme. En réaction à cela, les pétromonarchies sunnites du Golfe, et notamment l’Arabie-Saoudite, se sont employées à diffuser la pensée wahhabite dans le monde arabe. Cette diffusion d’un wahhabisme militant (idéologie radicale anti-démocratique, anti-libérale, anti-chiite, iconoclaste), servant de terreau au djihadisme actuel, peut d’ailleurs être considérée comme responsable de la radicalisation et de la confessionnalisation des conflits.

De ce fait, et afin de comprendre la situation complexe du Moyen-Orient, on ne peut se passer d’une grille d’analyse mêlant le confessionnel et le géopolitique. Ainsi, la crise syrienne apparaît comme un affrontement confessionnel tout autant que comme un affrontement de puissances : c’est une guerre par procuration entre l’Iran chiite et l’Arabie-Saoudite sunnite – deux puissances souhaitant asseoir leur domination à l’échelle régionale.

La crise syrienne s’inscrit dans des dynamiques en place depuis plusieurs années déjà, et ne peut être pensée uniquement à l’échelle du pays. Sous ce nouvel éclairage, l’intervention américaine en Irak peut sembler un facteur important dans la radicalisation et la confessionnalisation des conflits au Moyen-Orient en déstabilisant une région complexe à l’équilibre fragile.

Phillipe BANNIER, IEP Lyon

Conquête territoriale et construction étatique : l’État islamique jusqu’où ?

L’intervention américaine en Irak a été l’acte fondateur d’une organisation islamique sunnite d’un type nouveau, porteuse d’un projet utopique (effacer les frontières dessinées par les puissances coloniales) et désireuse de contrôler et administrer un territoire « étatique » : l’État Islamique.

Bien que relativement ancien maintenant, ce n’est que récemment, et grâce à la crise syrienne qu’il a pris une tout autre dimension (comme le symbolise la proclamation du califat en 2014), devenant un acteur important et sur lequel il faut compter, et ce malgré un relatif ralentissement depuis octobre 2014 (bombardements et mobilisation des forces kurdes). Si l’État Islamique a en effet redéfini ses objectifs et se concentre davantage sur la consolidation de son emprise territoriale (le long de l’Euphrate), il ne faut néanmoins pas voir en la défaite de Kobané un revers majeur pour Daesh, la ville n’étant pas d’un intérêt stratégique considérable.

Phillipe Bannier insiste, par ailleurs, sur l’aspect professionnel de l’État islamique dans son organisation militaire comme politique, profitant du savoir-faire d’anciens lieutenants baathistes de Saddam Hussein. Sa stratégie offensive extraterritoriale (sur la rive sud de la méditerranée) tend à le souligner, lui permettant de détourner l’attention de la Syrie où il a subi des revers. Ce professionnalisme se retrouve également dans son mode de gouvernance basé sur un programme minutieux. En s’appuyant sur une implication locale forte, il a ainsi mis en place un modèle décentralisé capable de maintenir un ordre sécuritaire, administratif et judiciaire fonctionnant relativement bien. Si le mode de gouvernance instauré par l’État Islamique semble efficient, il n’en reste pas moins un gouvernement autoritaire et sectaire, qui souhaite une purification culturelle et religieuse du Moyen-Orient. Aussi, l’éducation apparaît comme un point central de son programme, participant à l’endoctrinement d’une génération que l’on pourrait considérée « perdue ». La mise en place d’un véritable système étatique coûte cependant cher. Pour assurer ce financement nécessaire, l’État islamique s’appuie sur des revenus pétroliers mais aussi sur des activités « mafieuses » (enlèvement, pillage, trafic d’antiquités, etc.).

Phillipe Bannier aborde ensuite la question de l’expansion de l’État Islamique et de sa propension à se maintenir sur une période de temps longue. Daesh proliférant sur le chaos et l’absence d’un contrôle étatique fort, de nombreux pays du Moyen-Orient semblent aujourd’hui concernés. Le Liban, pourvoyeur important de djihadistes, fournit un bon exemple, d’autant plus qu’Ersal apparaît comme une voie d’accès plus que probable pour l’arrivée de l’État Islamique au Liban si jamais le front Al Nostra venait à s’affaiblir.

La logique militaire ayant pris le pas sur la logique politique dans la résolution de la crise syrienne, l’État Islamique semble parti pour durer si l’on en croit Phillipe Bannier. Il dispose en effet de ressources importantes et pourrait en obtenir davantage encore (financement possible de la part de puissances du Golfe). Peter Harling parle, en effet, de l’État Islamique comme d’un « monstre providentiel », chaque acteur y voyant un moyen de faire avancer ses intérêts : briser les velléités indépendantistes des kurdes pour la Turquie, justification du déploiement de milices chiites pour l’Iran et bras armé pour l’Arabie-Saoudite.

La thèse du maintien de l’État Islamique semble d’autant plus probable qu’il n’y a, aux yeux des populations, pas d’alternatives politiques crédibles, ce qui risque d’entraîner un remodelage des frontières étatiques sur le long terme.

Jean MARCOU, IEP Grenoble

La Turquie et ses nouveaux voisins

Alors que la Turquie était annoncée comme l’un des potentiels bénéficiaires de la crise syrienne, son aura apparaît aujourd’hui entamée, la crise syrienne ayant servi de révélateur des lacunes de la politique étrangère turque. Jean Marcou résume d’ailleurs sommairement les difficultés de la Turquie sur le plan diplomatique en parlant de l’évolution d’une situation « zéro problème avec nos voisins » vers une autre « zéro voisin avec nos problèmes ». Il insiste de ce fait sur le problème de la frontière sud de la Turquie : quelles relations entretenir avec des États qui n’existent plus vraiment et surtout avec les acteurs qui leur succèdent ?

La frontière syro-irakienne devient dès lors un véritable enjeu puisqu’elle est le lieu de cohabitation de nombreux acteurs et, de fait, une interface entre les nouvelles forces en présence et l’État turc. Celui-ci se positionne en opposition à l’État syrien, avec lequel il entretient des relations conflictuelles ; et pour cause, la Turquie soutient une opposition qu’elle rêve modérée et capable de faire front contre le djihadisme. Paradoxalement, cette opposition est aujourd’hui largement dominée par Al-Nostra et l’État Islamique. Ce paramètre vient compliquer les relations de voisinage de la Turquie qui ne peut pas maintenir de relation officielle avec des organismes djihadistes mais qui tolère cependant leur présence sur son territoire.

La question de l’autonomisation des Kurdes, de retour sur le devant de la scène géopolitique régionale avec la crise syrienne, place la Turquie dans une position délicate. Si celle-ci entretient des liens économiques, énergétiques et politiques nécessaires avec les Kurdes d’Irak, elle ne peut cependant pas les soutenir dans leur volonté d’indépendance, craignant un regain des velléités indépendantistes de sa propre minorité kurde. En revanche, elle n’entretient pas de politique officielle de voisinage avec les kurdes syriens, se méfiant de la proximité relative qu’ils entretiennent avec le régime de Bachar el-Assad depuis le soulèvement de 2011. L’attitude turque vis-à-vis des kurdes apparaît, par conséquent, complexe comme l’illustre la politique de non intervention lors du siège de Kobané, cristallisant une crainte encore actuelle du PKK.

Le conflit syrien marque la fin de la « Sifir Sorun Politikasi ». Dans un contexte régional compliqué, la Turquie voit ses relations avec les puissances régionales (Arabie-Saoudite, Égypte) mais aussi internationales (Russie) se détériorer, ce qui se traduit par un certain isolement diplomatique. Le pays hésite entre la conservation de ses acquis, du fait de son statut d’allié de l’occident, et la préservation d’atouts affaiblis, propre à son statut de puissance régionale.

Cyril ROUSSEL, IFPO Amman

Les Kurdes de Syrie et le projet du Rojava, rêve éphémère ou espoir durable ?

Le projet du Rojava permet de s’interroger sur la modification des dynamiques aux frontières dans le Moyen-Orient et de souligner un point important de cette crise syrienne : la disparition des États, du moins tels qu’ils étaient avant le conflit. Cyril Roussel propose ainsi d’étudier l’apparition d’un proto-État suite à un conflit au sein d’un ancien État centralisé.

En mettant en place une administration autonome sur trois cantons spatialement discontinus dans le cadre du projet territorial du Rojava, le PYD (l’un des 17 partis kurdes syriens) apparaît comme un nouvel acteur dans la géographie régionale. Aux antipodes de l’État Islamique, et alors qu’il semble avoir toutes les qualités pour plaire – il s’agit de trois gouvernements régionaux transitoires en attente d’une élection, ne regroupant pas uniquement des Kurdes (il est possible de remarquer la présence de minorités chrétiennes et arabes) – le projet du Rojava connaît néanmoins un certain nombre de problèmes pour s’intégrer dans un ensemble régional complexe. En effet, le spectre du PKK planant au dessus de toute organisation kurde, il lui est difficile de se rapprocher des pays voisins, ou de nouer des alliances localement avec des tribus arabes pour instaurer une continuité territoriale.

La fragmentation de l’horizon politique kurde syrien pose un autre problème, puisqu’une large part des structures partisanes kurdes n’est pas intégrée dans ce projet (CNKS, KNG) et ne reconnaît pas la déclaration d’autonomie du PYD jugée unilatérale. Il en résulte une situation d’isolement diplomatique et économique importante que Cyril Roussel résume à travers la notion de triple embargo (côtés turc, syrien et irakien).

Si une division politique du peuple kurde est observable au sein du territoire syrien, elle se retrouve également à l’échelle régionale ; celle-ci étant notamment matérialisée par la rivalité entre le PDK irakien et le PYD syrien, proto-États limitrophes. Dans ce contexte, la gestion des frontières est primordiale et, à ce titre, le pont de Simalka apparaît comme un enjeu majeur, étant le principal point de passage entre le Kurdistan d’Irak et le territoire du Rojava. Les conséquences de la fermeture temporaire de ce dernier (plusieurs milliers de réfugiés économiques), de fin 2013 à l’été 2014, témoignent de l’importance que revêt le contrôle des frontières et notamment en situation de crise. Le PDK souhaitait, en effet, faire pression sur le PYD, déjà cerné de toute part par des organisations proches d’Al-Nostra, afin d’imposer l’intégration du CMKS (condition préalable à la réouverture du pont).

Après quatre années de conflit en Syrie, le Kurdistan, s’il possède une situation économique et sécuritaire relativement bonne (présence d’hydrocarbures), se trouve finalement enclavé aussi bien économiquement que politiquement. Aussi, l’avenir des Kurdes de Syrie est aujourd’hui une équation à plusieurs inconnus, du fait de dynamiques internes (fragmentation de la scène politique kurde) comme externes (rôle des autres acteurs du conflit syrien).

Séance 4 : Les problématiques de l’intervention humanitaire (CR Théo Morin et Hugo Hyart Dauvergne)

Séance présidée par Jean Marcou, professeur à Science Po Grenoble

Serge Gruel, Triangle

Serge Gruel, de l’ONG Triangle, fait part de son expérience depuis 2007 car Triangle était implanté en Syrie pour accueillir les réfugiés irakiens. En tant que coordinateur de l’aide internationale, il a pu observer le tournant du conflit et le changement des besoins des Syriens et des Irakiens à partir de fin 2011 lorsque la guerre civile s’est installée, ainsi que des problématiques de coopérations avec le Croissant Rouge. Il exprime son admiration devant les acteurs de la société civile syrienne, telles que les ONG locales comme JORM, avec lesquelles il a eu l’occasion de travailler, car elles jouent un rôle essentiel dans le dispositif humanitaire.

Laurent Davy, Handicap International

Laurent Davy, responsable du programme d’urgence au Proche-Orient chez Handicap International, revient sur la notion de crise chronique, rappelant que l’action humanitaire est aussi confrontée à la question de la durée de la crise, ce qui amène à faire ressentir une urgence au moins pour les cinq à dix prochaines années. Ainsi les humanitaires doivent concevoir leur action dans le cadre d’un conflit dont on ne voit pas l’issue et dont les marques seront encore saillantes après sa résolution. Il faut espérer que la Syrie ne connaisse pas un sort comparable au Soudan ou la Somalie.

Elisabeth Longuenesse, Directrice de recherche CNRS

Elisabeth Longuenesse, directrice de recherche au CNRS et ex-directrice de l’IFPO contemporain à Beyrouth (2010-2013), aujourd’hui en retraite, a souligné plus en détail le rôle clé de la société civile syrienne dans l’acheminement de l’aide et la possibilité d’une résolution du conflit. Mais, elle remarque que les ONG internationales ne rentrent pas toujours en relation avec les ONG locales.

Olivier Maizoué, MSF Suisse

Olivier Mazoué, représentant de Médecin Sans Frontière Suisse, parle du problème plus large des besoins de la population, qui ne peuvent pas être remplis uniquement par les ONG. Ainsi, apporter une aide en chirurgie est plus compliquée que de guérir des rhumes, et dans un contexte de guerre, où les blessés affluent parmi les réfugiés, il n’est souvent pas possible de dispenser des soins minimum. La multiplicité des systèmes de gestion de la santé et de l’aide dans les pays limitrophes, où s’installent les réfugiés, pose également des problèmes d’adaptations. Il cite les exemples du Liban, où des cliniques privées ont recours à des pratiques de surfacturations, et du Kurdistan irakien où au contraire le système politique implique la gratuité de l’aide. Parmi les autres problèmes difficiles à traiter, il évoque les violences sexuelles. Ces dernières sont difficiles à évaluer tant elles demandent une mise en confiance de la victime pour qu’elle en parle.
MSF n’est pas intervenu dans les zones contrôlées par le gouvernement syrien car il leur en a interdit l’accès puisque l’ONG travaille en transfrontalier depuis la Turquie et l’Irak vers le territoire syrien.
Enfin pour conclure, Olivier Maizoué souligne que si le manque d’argent est un problème, le manque de volonté politique pour protéger l’exercice du droit à l’humanitaire est beaucoup plus grave.

Roger Persichino, Première Urgence

Roger Persichino, représentant de Première Urgence, explique que son ONG est présente en Syrie depuis 2008. A l’époque, il s’agissait de venir en aide aux réfugiés irakiens. A partir de 2011, Première Urgence s’est réorienté vers les déplacés internes syriens. Elle est une des seules ONG internationales à être restée en zone gouvernementale.

 Synthèse de la séance

Ces différentes communications apportent un éclairage sur les problématiques de l’intervention humanitaire dans un contexte de conflit armé. Elles posent plusieurs questions qui changent selon les formes du conflit, les événements et les forces en présence. Afin de tendre vers les principes d’impartialité et de neutralité prônés par le Droit International Humanitaire, il est nécessaire pour les organisations de se doter d’un code de conduite adapté à la mission qu’elles aspirent à remplir et d’une déontologie pour pouvoir rester le plus neutre possible. La situation en Syrie est particulièrement difficile, car les contraintes militaires empêchent une action globale et un accès aux différentes zones où affluent les réfugiés.

Les intervenants se sont accordés sur le fait que la crise était là pour durer bien au-delà de la guerre dont l’issue reste incertaine. La radicalisation du conflit, la nature irréversible des dommages et des transformations opérées, excluant toute espèce de retour à la situation préalable et supposant de considérables efforts de reconstruction et de recomposition dans des espaces désintégrés, questionnent aussi la durée dans laquelle doivent se projeter les ONG. Or, cette situation d’urgence qui s’éternise entraîne une difficulté grandissante à recueillir les dons des bailleurs de fonds, qu’il s’agisse des Etats arabes du Golfe, des agences onusiennes et occidentales, ou des donateurs privés.

Plus la crise se prolonge et plus le flux de dons se réduit du fait de la lassitude, dans un contexte où les promesses sont souvent bien supérieures aux dons effectivement versés. Cela peut vouloir dire qu’il faudra accepter soit une source de revenus ne pouvant pas garantir une action indépendante, soit tout bonnement interrompre l’aide comme cela a failli être le cas fin 2014 pour les coupons alimentaires, si l’Union Européenne n’était pas intervenue en urgence.

Les problématiques d’intervention sont multiples et ont évoluées en même temps que s’est développé le conflit. L’aide humanitaire doit tenir compte d’une géopolitique complexe impliquant de nombreux acteurs, à l’intérieur, dans les pays limitrophes de la Syrie et au niveau international. La saturation et l’épuisement des pays limitrophes a conduit à la fermeture de la quasi-totalité des frontières enserrant la Syrie au début de l’année 2015. Les aller retours ou les aller simples des réfugiés vers l’extérieur et l’accès des humanitaires aux zones de conflits s’en trouvent complexifiés davantage.

Pour pouvoir venir en aide efficacement à toutes les victimes qu’elle que soit leur zone, il est nécessaire de faire des choix. Puisque le gouvernement syrien interdit l’accès aux zones qu’il contrôle aux ONG travaillant en zone rebelle, il est nécessaire pour les organisations humanitaires de faire un choix, non pas par sympathie en fonction de tel ou tel partie, mais en fonction des besoins. Plusieurs organisations telles que Triangle ou Première Urgence ont jugés pouvoir être plus utiles dans les zones gouvernementales, où les très nombreuses victimes ne sont pas couvertes par autant d’ONG internationales que dans les zones tenues par les rebelles. Pour des organisations comme MSF en revanche, puisqu’il n’était pas question d’accepter l’interdiction par le gouvernement syrien de travailler en transfrontalier (crossborder), il a fallu se concentrer sur les zones tenues par les rebelles. Néanmoins, MSF essaie de travailler avec des partenaires qui, bravant l’interdiction du gouvernement syrien, effectuent des transferts officieux vers les populations affectées en zones gouvernementale. Le gouvernement syrien bénéficie de soutiens au conseil de sécurité de l’ONU (Russie et Chine) qui le rendent moins sensible aux pressions internationales, au contraire du régime soudanais d’Omar El-Béchir, très isolé lors de la crise du Darfour.

Par ailleurs, il s’agit de se demander quelle sorte d’aide est la plus efficace. Ainsi, il existe les tenants du transfert monétaire direct aux réfugiés pour leur laisser le choix des besoins qui leur sont prioritaires et les tenants de transfert de matériel.
Il faut aussi savoir que les infrastructures de santé qui ne sont pas détruites peuvent coûter extrêmement cher à entretenir et que, bien souvent, les organisations humanitaires assurent pratiquement un service public, ce qui relance la question de savoir si, en définitive, il est possible d’apporter une aide de façon complètement impartiale, comme cela est prescrit par le droit international de l’humanitaire. Celui-ci prône l’impartialité, la neutralité et l’indépendance comme grands principes qui, en situation de guerre, ne sont pas respectés par les belligérants.
Parmi les problématiques d’intervention que nous avons pu identifier dans cette séance, plusieurs ont trait à la relation entretenue avec les multiples acteurs et partenaires impliqués, qu’ils soient bailleurs de fonds, gouvernements, autres ONG internationales, ONG locales, belligérants ou organisations criminelles et terroristes. D’autres problématiques ont trait à l’accès aux réfugiés et aux victimes, rendu compliqué par les fermetures de frontières ou de lignes de front, les formes de dispersions ou de concentrations des déplacés, ainsi que l’acheminement d’une aide appropriée dans la mesure des moyens disponibles. Par ailleurs, il faut aussi prendre en compte les possibilités de récupération médiatique. Enfin, l’intervention humanitaire nécessite le choix d’un terrain d’intervention et une véritable stratégie en fonction de son expérience, de la disponibilité des partenaires de confiance et de la situation géopolitique du périmètre envisagé, pour limiter les risques encourus par le personnel. Pour ce dernier paramètre on peut se reporter à l’intervention de Nicolas Edmet de Sawaa consulting au sujet de l’Etat Islamique (séance 2).

Synthèse du colloque  et perspectives (CR Charlotte Schmidt et Elise Varenne)

Cette dernière séance constitue la synthèse du colloque. Elle tente de reprendre les grandes thématiques qui ont été discutées au cours de la journée. Quelle connaissance avons-nous de ce qui se passe au Moyen-Orient ? Comment cette crise syrienne se manifeste-t-elle sur le territoire ? Quelle position adopte les grandes puissances et les différentes parties en lice face à la crise ? Des perspectives sont-elles envisageables dans cette région du monde ? Pour cela, deux regards distincts mais complémentaires se confrontent: celui de l’acteur humanitaire, et celui du chercheur.

Joseph Dato, directeur d’HUMACOOP

Le premier aspect à retenir est la connaissance globale du conflit qui apparaît extrêmement bien documenté, d’abord par les rapports des humanitaires intervenant directement sur le terrain et ensuite par le travail de synthèse effectué par les chercheurs afin de rendre cette crise la plus intelligible possible. Le second point est la forte dimension urbaine du conflit, ce qui n’est pas sans rappeler la guerre des Balkans. Les humanitaires doivent faire preuve d’une forte réactivité qui répond aux nombreux enjeux du conflit. Le troisième point est la chronicisation de la crise syrienne qui n’avait d’ailleurs pas été anticipée par les organismes humanitaires. Cependant ce conflit s’inscrit dans la durée et demande toujours plus de mobilisation de la part de ces derniers. Le quatrième point est l’apparent « brouillard » politique ou encore la paralysie des différentes puissances face à la crise syrienne. Il faut pourtant rappeler que l’action humanitaire ne peut se substituer à celle des Etats. Le cinquième point pose la question du respect du droit international humanitaire par les différentes parties au conflit. Mais quelle doit être la position des ONG lorsque le gouvernement syrien ou le très jeune Daesh ne respectent pas ce droit ?

Il est nécessaire de conserver une forme de prudence lorsque l’on aborde le sujet de la crise syrienne. Il faut aussi considérer le fait que cette crise humanitaire est partie pour durer. L’enjeu est donc de continuer à documenter le conflit et de mettre davantage en lumière les difficultés que rencontrent les organismes humanitaires.

Marc Lavergne, Directeur de reherche au CNRS-GREMMO

Malgré tous les efforts des organisations humanitaires, la situation en Syrie est aujourd’hui dramatique et sans perspective d’amélioration à court terme tant à l’intérieur du territoire syrien que dans les pays voisins. Le problème est que ni les besoins réels de la population, ni la part de ces besoins qui sont couverts par l’aide ne sont mesurables. La question du manque d’argent est également un problème contre lequel il faut se mobiliser, et plus particulièrement auprès des bailleurs de fonds. Autre point important est de savoir si les réfugiés syriens dans les pays voisins ou encore dans les pays occidentaux auront un jour la volonté de retourner chez eux.

La situation politique est aussi très complexe. Beaucoup d’Etats sont déstabilisés et sont en passe de s’effondrer du fait d’ambitions politiques contraires. Les éléments de blocages sont visibles mais conduisent vers une désintégration progressive des territoires nationaux tels que nous les connaissons aujourd’hui. Il paraît plausible que dans les prochaines années d’autres Etats se construiront sur les ruines des anciens. La guerre civile en Syrie, l’émergence de l’Etat islamique ou encore la montée en puissance des revendications kurdes révèlent des clivages profonds au sein des sociétés du Proche-Orient. Alors que le régime de Bachar el-Assad chasse en dehors du territoire syrien une partie de la population, d’autres parties au conflit (Etat Islamique, Kurdes) entendent construire de nouveaux Etats sans aucun lien avec la Syrie actuelle. Le déplacement massif des populations syriennes peut également mettre en péril les Etats d’accueil. N’y-a-t-il pas un risque d’effet domino pour la Jordanie, la Turquie ou le Liban ? Le poids des réfugiés sur ces pays ne risque-t-il pas de révéler d’autres clivages ? Mais le désintérêt ou la lassitude des grandes puissances face à cette crise syrienne ne va pas aider à la résolution de l’ensemble de ces problèmes dans la région.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *