Archives de l’auteur : Eric Verdeil

Water Management in Jordan in Response to the Syrian Crisis: Between Neoliberal Pressures and Social Tensions

L’article d’Eliott Ducharme, suite à son master réalisé grâce au financement de ce programme, est disponible en ligne sur Jadaliyya

Since 1948, the Kingdom of Jordan has taken in a considerable number of refugee populations fleeing conflicts in Palestine, Iraq and now Syria. While this brings the country significant international aid, it also raises the question of the capacity of urban public services to handle this new demographic pressure. These public services, heavily subsidised for reasons of social stability, are in a state of chronic crisis, and are unable to meet user demand. This has led to sharp socio-spatial inequalities, growing popular discontent, worrying tensions between “native” Jordanians and Jordano-Palestinians, and growing stigmatisation of Syrian refugees. This article looks at the impacts of the “Syrian crisis” on water management in North Jordan, which is host to seventy percent of the refugees.

An understanding of these issues requires an historical perspective on water distribution and the formation of state-controlled, centralized water distribution network. The chronic problems of the water system impact powerfully on the way the authorities handle the “Syrian crisis,” in particular in their relations with western funding agencies, which are heavily involved in the issue of water, providing both funds and technical assistance. In fact, the response to the refugees’ burning issue conjures several “rationalities of government:” a recurrent conflict between neoliberal ideas (privatization, cuts in government subsidies for basic goods, new public management) conveyed by the international aid agencies, and the more ambiguous position of the Jordanian government, increasingly constrained as it is, to meet the requirements of its funders, while trying to spare the population and manage their strong expectations of accessing services cheaply. à suivre

Colloque Le Moyen Orient à l’heure du Golfe

Colloque international organisé par le GREMMO (CNRS-Université Lyon 2 et IEP de Lyon) et l’IEP de Grenoble, les 3 et 4 novembre 2014, Grand Amphithéâtre de l’Université Lyon 2.

Les causes internes des révoltes dans le pays arabes ont été largement étudiées au cours des trois dernières années. Il convient aujourd’hui de changer d’échelle et de s’interroger sur les déterminants régionaux et la géopolitique internationale. Dans le contexte de l’affaiblissement de la politique de puissance américaine dans la région,  mais aussi de l’éventuel redéploiement de cette puissance si l’Iran est réintégré dans le concert international, plusieurs des pays du Golfe ont déployé un fort activisme diplomatique autour d’acteurs très différents, avec des ressources diplomatiques et financières variables, d’abord autour du Qatar, puis de l’Arabie saoudite quand celle-ci reprend à l ‘évidence la main courant 2013.. Cet activisme semble avoir réintroduit au Moyen-Orient une véritable « nouvelle guerre froide », autour d’un affrontement indirect avec l’Iran,  dont l’espace principal est évidemment la Syrie,  où le conflit ouvert au printemps 2011 s’est très vite régionalisé et internationalisé.

Les politiques de développement et le dirigisme économique qui caractérisaient les pays du Proche-Orient, excepté le Liban, ont été interrompus dans les années 1980 et ces pays se sont alors engagés résolument dans la voie libérale (accords MEDA, zone de libre-échange avec l’Union Européenne, GAFTA). Avec la montée des prix du pétrole, à partir de 2002, les pays du Golfe sont devenus le principal pourvoyeur d’IDE au Proche-Orient. Le dynamisme de leur économie domestique a attiré des flux croissants de migrants, notamment en provenance du Proche-Orient A travers les importantes remises des migrants, ces flux migratoires ont évidemment renforcé la dépendance financière  aux pétromonarchies des pays fournisseurs de main-d’oeuvre.

La crise économique mondiale et ses répercussions dans le Golfe ont cependant obligé les pétromonarchies à réduire leurs investissements dans les pays du Proche-Orient, tandis qu’une partie des immigrés étaient privés d’emplois, et contraints au retour. Peut-on considérer que ce facteur a contribué significativement au « Printemps arabe » , et qu’il y aurait là  l’effet conjoncturel qui a précipité le déclenchement d’une crise structurelle ?

Le Golfe n’exporte pas que ses capitaux, mais aussi son modèle économique, culturel, religieux et politique. Les télévisions satellitaires, al-Jezira et al-Arabya, sont de puissants instruments pour diffuser leur influence, comme nous avons pu le constater lors des printemps arabes, chaque chaîne relayant le discours du régime qui la contrôle. Le Qatar promeut et instrumentalise les Frères Musulmans, tandis que l’Arabie Saoudite appuie les courants salafistes contre les Frères,  soutient les régimes conservateurs, et combat les régimes alliés à l’Iran. La concurrence entre les deux acteurs géopolitiques se manifeste dans les pays déstabilisés : en Egypte, Riyad soutient massivement les militaires qui ont renversé le président Morsi et traquent les Frères, au grand dam de Doha ; en Syrie,  Qatar et Arabie Saoudite financent chacun des groupes rebelles radicaux mais antagonistes, et rivalisent pour prendre le contrôle de la Coalition Nationale Syrienne. Ces choix divergents entraînent, au printemps 2014, de fortes tensions au sein du Conseil de coopération du Golfe.

Les bouleversements énergétiques que connaît la région semblent jouer à plusieurs échelles dans les conflits actuels. Les découvertes d’hydrocarbures dans le bassin méditerranéen oriental constituent un nouvel enjeu : à la fois pour les acteurs locaux, qui se disputent sur le tracé des eaux territoriales et des zones d’exploitation économique (Israël, Palestine, Liban, Syrie, Chypre, Turquie) ; et pour les acteurs extérieurs qui cherchent à contrôler l’exploitation et le transport de ces hydrocarbures afin de ménager leurs propres intérêts (pays du Golfe, Russie, Turquie, Etats-Unis, Europe de l’Ouest). A terme, ces ressources peuvent-elles constituer un facteur d’autonomisation du Proche-Orient par rapport au Golfe ? Dans l’immédiat, il convient d’analyser les stratégies des Etats proche-orientaux face à ces perspectives énergétiques.

Ce colloque se propose donc de réfléchir aux relations qu’entretiennent les pays arabes de la Méditerranée orientale (Egypte, Syrie, Liban, Jordanie, Palestine), mais aussi la Turquie, et les puissances du Golfe (Iran et Conseil de Coopération du Golfe, voire l’Irak) à travers les aspects économiques et politiques, confessionnels et culturels. Il convient dans un deuxième temps de s’interroger sur les conséquences de cette influence sur les mutations et les crises actuelles dans les pays de la Méditerranée orientale (Egypte, Syrie, Jordanie, Liban).

Programme

Lundi 3 novembre

9 h Accueil des participants

10 h 0uverture du colloque

10h30-12H30 Séance 1 : Quels sont les stratégies des pays du Golfe (Iran et CCG) à l’égard du Moyen-Orient et comment sont-elles mises en oeuvre ?

Les pays du Golfe ne regardent pas que vers les pays arabes mais vers le monde entier : c’est très clair pour les pays du CCG, un peu moins pour l’Iran. Les deux modèles divergent car l’Iran, principalement à cause de contraintes géopolitiques, ne déploie pas la même stratégie d’insertion économique sur les marchés mondiaux que les pays du CCG.  Les deux pôles géopolitiques de la région sont donc en compétition avec comme outsider la Turquie, dont la politique au Proche-Orient a été contrée par les « printemps arabes ». L’objectif de cette séance est de comprendre les logiques de l’Arabie Saoudite et de l’Iran dans la région, dans le cadre de leur géopolitique globale et les concurrences qu’ils subissent de la part d’autres acteurs régionaux et internationaux.

14h-16, séance 2 Les paradigmes des révoltes au Moyen-Orient

La déstabilisation des pays du Moyen-Orient a plusieurs causes internes et externes. Il ne faut pas négliger le conflit israélo-arabe bien sûr, mais le sujet ayant été abondamment traité, il convient de s’intéresser à la résultante des objectifs et des modes d’action de l’Iran et du CCG au Proche-Orient arabe. Qu’est-ce qui est commun aux différents pays, qu’est-ce qui est spécifique ? Quels sont les paradigmes des révoltes ? Les explications ne font pas consensus. Le qualificatif de guerre civile en Syrie n’est pas accepté par tous les chercheurs, le caractère « communautaire » du conflit l’est encore moins. Mais c’est précisément ce qui nous intéresse et qui nous permettra d’avancer dans la compréhension de cette crise en ouvrant un débat entre chercheurs sur les causes des crises, les éléments qui la rattachent aux autres mouvements du monde arabe et ceux qui la rendent spécifiques. On peut distinguer trois paradigmes explicatifs, souvent opposés :

– L’échec d’une trajectoire de développement et la remise en question des pratiques de l’Etat

– La résurgence ou la permanence du communautarisme

– La place particulière de la région dans la géopolitique mondiale

16h30-18h30 Séance 3 : Quelles nouvelles perspectives énergétiques et  quelles recompositions possibles de la rente pétrolière ?

Quelles sont les perspectives énergétiques au Moyen-Orient ? Certains pays pourront-ils passer de la rente indirecte à la rente directe grâce aux gisements en Méditerranée orientale ? Quelles conséquences pour la relation entre le Golfe et le Proche-Orient ? Les gaz de schiste en Jordanie peuvent-ils sortir ce pays de la dépendance ? Quel est l’avenir des gisements d’hydrocarbures du Golfe ?

La découverte de gisements pétroliers et gaziers en Méditerranée a-t-elle le potentiel de remettre en cause les relations de dépendance des pays du Levant par rapport à ceux du Golfe ? Pourrait-elle favoriser de nouvelles relations dans une logique de coopération autour de la mise en valeur de ces ressources, ou attisera-t-elle les concurrences ? La prospection autour de nouvelles énergies (nucléaire, renouvelables mais aussi hydrocarbures on conventionnels, comme en Jordanie) peut-elle avoir des effets identiques ?

Mardi 4 novembre

9h-10h45 Séance 4 : L’éclairage syrien. Quelles voies pour la démocratisation ?  La démocratie est-elle toujours un objectif pertinent dans la région ? 

Le printemps syrien a fait naître de nombreux espoirs de démocratisation qui contrastent aujourd’hui avec le conflit chaotique qui règne dans le pays et avec la possible victoire du régime de Bachar el Assad. Les minorités confessionnelles craignent une démocratisation qui se traduirait par la dictature de la majorité et leur exclusion du pays. Comment les rassurer aujourd’hui alors que les mouvements islamistes radicaux dominent la rébellion ? Le cas syrien interroge sur les voies et moyens de transitions démocratiques dans les sociétés fragmentées du Moyen-Orient.

11h15-13h Séance 5 : Egypte. Quels rapports entre la société, l’appareil  d’Etat et l’armée ?

Le « Prophète et le Pharaon » (Kepel, 1984) reste-t-il  une lecture toujours pertinente ?  Après trois ans de tensions et de recompositions, où en sont les rapports entre l’Etat, l’armée  et la société ? Comment la société égyptienne évolue-t-elle ? Peut-on mesurer l’impact des millions d’émigrés égyptiens dans les pays du Golfe sur les mutations sociales et les engagements politiques en Egypte ? Quel est désormais le rapport de force entre les groupes pro-occidentaux mondialisés et les Frères Musulmans ? A travers le probable prochain président de la République, quelle place l’armée entend-elle reprendre dans le fonctionnement politique et sociétal du pays ?

14h30-16h30 Séance 6 : Quels scénarios pour le Moyen-Orient ?

Cette dernière séance constituera la synthèse du colloque.  Elle essaiera d’évaluer des scénarios sur  l’avenir du Moyen-Orient. Sa place dans la nouvelle division du travail,  car si les pays du Golfe sont riches,  en revanche, ils sont improductifs et leur modèle rentier sclérose les activités productrices dans l’ensemble de la région. Après la réaction saoudienne en Egypte et l’écrasement des Frères musulmans, que reste-t-il des transitions politiques  initiées en 2011-2012 ? L’Egypte peut-elle se réformer elle-même ? Le Liban peut-il continuer à s’intégrer de façon parasitaire dans le système-monde ? La Syrie et l’Irak pourront-ils maintenir leur unité territoriale ? Quel avenir pour l’islam politique à travers ses différentes versions au sein du sunnisme (Frères Musulmans et salafistes), mais aussi du chiisme ? La confessionnalisation des débats et conflits politiques va-t-elle perdurer, dans le Golfe comme au Levant ?  Enfin, bientôt quatre  ans  après le début des « printemps arabes », selon quels scénarios  les rapports de forces entre l’Iran, l’Arabie Saoudite et la Turquie peuvent-ils être ré-évalués ?

Contact : Fabrice Balanche, (GREMMO-Lyon 2) fabrice.balanche@mom.fr

Comité d’organisation : Fabrice Balanche (Lyon 2), Jean-Paul Burdy (IEP Grenoble), Marc Lavergne (CNRS-Lyon 2), Jean Marcou (IEP Grenoble), Eric Verdeil (CNRS-Lyon 2)

 

 

Proche-Orient : Une alternative à la lecture culturaliste : à propos de L’Etat confessionnel de Mahdi Amil

Pour citer cet article : Jérôme Maucourant, « Une alternative à la lecture culturaliste : à propos de L’Etat confessionnel de Mahdi Amil », Al Mouaten1 1, n°39, oct-nov 1997, pp. 17-18.

Un débat important de notre modernité concerne les moyens de résoudre les problèmes que poseraient la coexistence des “communautés”, quelles que soient les façons de définir ce terme. Quant aux communautés confessionnelles, l’expérience libanaise est riche d’enseignements. La guerre civile aurait, pour certains, des causes internes, comme l’impossibilité supposée des sociétés multiconfessionnelles à atteindre le modèle laïc dont l’Occident serait le parangon. Pour d’autres, le processus de liquidation des formes politiques héritées de l’empire Ottoman aurait été empêché par une cause principalement externe : le contexte géopolitique très particulier constitué par les conflits israëlo-palestiniens et israëlo-arabes. Le livre de Mahdi Amil a le mérite de constituer une alternative aux explications par trop culturalistes qui enferment le Liban dans l’immobilité supposée d’un Orient imaginaire ; de même, Amil se démarque résolument des interprétations faisant la part trop belle à certaines déterminations géopolitiques qu’on estime capables de manipuler un corps social essentiellement passif.

Mahdi Amil, de son vrai nom Hassan Hamdan, théoricien du parti communiste libanais assassiné en 1987 (par des extrémistes issus de sa communauté d’origine précise G. Labica dans l’introduction à l’ouvrage), tente ici de penser la question du confessionalisme dans une démarche inspirée par Louis Althusser. La langue de l’auteur semble donc bien empreinte de l’esprit d’une autre époque ; nombre de certitudes de l’auteur sur l’aspect crucial de la “lutte des classes” dans la dynamique de la guerre civile contribue aussi à vieillir cet ouvrage. Le malaise qu’on peut ressentir augmente à la mesure des répétitions, lesquelles sont dues à la structure même du texte en forme de dialogue avec des auteurs.

Toutefois, il serait dommage que le lecteur n’ait pas la volonté de décortiquer une pensée qui associe la rigueur avec une intuition majeure ; loin d’être l’expression transhistorique d’une essence, la confession est un rapport politique qui subordonne les classes dominées “à leur représentants confessionnels au sein de la bourgeoisie (…) elles sont privées, dès lors, d’une existence politique indépendante” [p. 37]. La logique du confessionalisme comme système ne doit pas donc être compris à la lumière d’une généalogie des formes sociales, laquelle mettra en évidence, par exemple, le rôle des millets ottomans ; au contraire, cette logique doit être remis dans le contexte des métamorphoses du “mode de production capitaliste” dominant et de ses avatars de la “périphérie”. Toutefois, ce dernier point n’est pas vraiment abordé dans l’ouvrage qui se donne pour objet essentiel la signification présente du confessionalisme. Celui-ci aurait engendré un état de crise structurelle, source d’“une guerre civile permanente”, rendant violente la transition vers la modernité comprise comme “état bourgeois cohérent”. Amil précise à cet égard, dans un passage d’une force rare [pp. 180-181] que le confessionalisme “menace les libertés religieuses en confirmant le caractère politique des communautés confessionnelles”.

En premier lieu, Amil montre que l’équilibre confessionnel est nécessairement hégémonique [p. 46] en conséquence du résultat inévitable de la compétition entre les confessions qui est organisée à l’intérieur de ce type État. Ainsi, parce que “cet état confessionnel est l’obstacle à l’unification de la société” [p. 131], ce serait une erreur de penser qu’un confessionalisme réformé permettrait d’engendrer des formes plus modernes de pratiques démocratiques qui, à long terme, en viendraient même à dissoudre les confessions.

En second lieu, Amil polémique avec ceux qui, dans le cadre du marxisme, défendent de façon inconséquente le “pluralisme libanais” [p. 260] qui serait un antidote au racisme, alors que le fruit du confessionalisme a été, selon Amil, l’entreprise phalangiste de créations de cantons confessionellement “purs”. Il rejette également ceux des “marxistes” libanais qui assimilent les communautés à des classes et qui rendent les maronites responsables du confessionalisme [p. 196 et p. 214] ; une telle critique, adressée aux prétendus marxistes libanais qui dérivent en fait vers des positions confessionnelles [p. 216], est d’autant bien venue que ce genre d’approximation n’est pas l’apanage des “marxistes”. En effet, de telles propositions résultent de l’absence d’une conceptualisation sérieuse de la confession comme rapport politique et de l’oubli de la spécificité du concept marxien de classes lequel est essentiellement économique. “L’analyse de classe n’a pas de préférence pour une confession”, insiste Amil ; le chiite, par exemple, peut donc selon cette analyse être révolutionnaire parce que “luttant contre Israël” et “réactionnaire” s’“il adopte une position réactionnaire” [p. 264].

Précisément, l’assassinant d’Amil résulte de cette position de raison que cet intellectuel a defendue. Trop conscient de la perversité du confessionalisme, il n’attribuait pas de vertu particulière à la communauté comme essence, laissant ce genre de rêverie à certains orientalistes. Toutefois, les infortunes de la guerre civile sont aussi dues aux errements de l’“analyse matérialiste” telle que certains, comme le secrétaire général du parti communiste libanais, l’ont pratiquée. G. Corm [1989, pp; 326-7] a ainsi proposé d’expliquer l’emprise croissante des phalangistes sur les chrétiens par l’irresponsabilité de dirigeants “progressistes” responsable du massacre de Damour etc. : n’oublions d’ailleurs pas qu’au début de la guerre les phalangistes étaient minoritaires chez les chrétiens. Bien sûr, Amil n’aurait pas apprécié cette remarque qui va, néanmoins, dans un sens qu’il n’aurait pas désavoué : rendre compte des événements par la compréhension de la logique des rapports de force, loin de toute référence à la permanence du “religieux” qui instituerait mystérieusement et à jamais les règles politiques.

D’ailleurs, la période qui s’ouvre de 1988 à la fin de la guerre ouverte en 1990, illustre la thèse selon laquelle le jeu politique Libanais n’est pas voué éternellement au confessionalisme. La période où Aoun est au pouvoir correspond à une déconfessionalisation du conflit, selon Henry Laurens [1991, p. 371] ; malheureusement, le contexte politique qui émerge de la Guerre du Golfe a œuvré de façon décisive à reconfessionalisation totale d’un système politique libanais qui, à l’heure qu’il est, on ne s’en étonnera pas, est fragile [Maila, 1995, p. 21]

Bibliographie

Corm G., [1991], L’Europe et l’Orient, La découverte, Paris 1989.

Laurens H., [1991] Le Grand Jeu – Orient arabe et rivalité internationale, Paris, Armand Colin.

Maila J., [1995] “La république de Taêf ou l’esprit des institutions”, pp. 9-20, Centre d’action et d’information sur le Liban ed., Actes du colloque organisé par le d’action et d’information sur le Liban et le Centre d’étude et de recherches internationale.

  1. revue animée alors par G. Corm, futur ministre de l’économie du Liban [1998-2000] []

Parution: Développer en Syrie

LONGUENESSE, Élisabeth (dir.) ; ROUSSEL, Cyril (dir.). Développer en Syrie : Retour sur une expérience historique. Nouvelle édition [en ligne]. Beyrouth : Presses de l’Ifpo, 2014 (généré le 02 mai 2014). Disponible sur Internet : <https://books.openedition.org/ifpo/6524>.

Après trois décennies de politiques marquées par l’hégémonie du paradigme du développement, la Syrie s’était elle aussi engagée dans un programme de réformes néolibérales, de privatisation et de décharge de l’État sur des acteurs non étatiques. Ce recueil rassemble des travaux visant à revisiter la notion de développement telle qu’elle a évolué dans la seconde moitié du 20e siècle en Syrie, jusqu’à la veille du soulèvement de 2011. L’hypothèse qui le sous-tend est qu’une telle relecture peut éclairer les facteurs à l’origine de la crise, mais aussi aider à penser les défis de la reconstruction.

Quelle que soit l’issue du conflit en cours, la question sera en effet posée des modèles économiques et sociaux qui seront promus, de la conception de l’aide qui sera mobilisée par les institutions internationales et les agences  de coopération. Quels choix seront faits, quelle conception du « développement » sera proposée, quel sera le rôle de l’État ? des acteurs de la société dite civile ? Les analyses proposées ici des échecs et des limites des politiques mises en œuvre à la veille de la crise avec le soutien des bailleurs internationaux devraient inciter à la prudence et à la réflexion. Ils rappellent l’importance du monde rural et de l’équilibre entre villes et campagnes

À la recherche d’un modèle de développement

Romain De Tarlé

La Syrie à la recherche d’un modèle de développement : la question agricole, de l’indépendance aux premières réformes agraires (1946-1958)

Syria in search of a development model: the agricultural issue, from the independence until the first agrarian reforms (1946-1958)

سوريا تبحث عن نموذج للتنمية: المسألة الزراعية بين الاستقلال والإصلاح الزراعي الأول ١٩٥٨ – ١٩٤٦)

Matthieu Rey

L’extension du port de Lattaquié (1950-1955), étude sur les premiers temps de la fabrique du développement en Syrie

توسيع ميناء اللاذقية (1950-1955)، دراسة حول بدايات صناعة التنمية في سوريا

The extension of the Latakia Seaport (1950-1955). Study of the first stages of the development process in Syria

Les impasses du développement rural

Salim Badlissi

Le secteur primaire dans le processus de développement en Syrie Planifications, réalisations, mutations actuelles et perspectives d’avenir

القطاع الأول في عملية التنمية في سوريا: الخطط والإنجازات والتحولات الحالية والآفاق المستقبلية

The role of the primary sector in the development process in Syria. Planning, execution, current shifts and perspectives for the

Myriam Ababsa

Crise agraire, crise foncière et sécheresse en Syrie (2000-2011)

الأزمة الزراعية والأزمة العقارية والجفاف في سوريا (2000-2011)

Agrarian crisis, real estate crisis and drought in Syria (2000-2011)

Roman-Olivier Foy

« Il n’y a pas de justice ! » : stratégies et opinions de la population locale suite à la liquidation d’une ferme d’État (l’Établissement al-Assad à Meskéné)

“There is no more justice !”: local population strategies and opinion following the dissolution of the state farm (the al-Asad Establishment in Maskane)

‮«‬ليست‭ ‬هنالك‭ ‬عدالة‭!‬‮»‬‭: ‬استراتيجيات‭ ‬وآراء‭ ‬السكان‭ ‬المحليين‭ ‬إثر‭ ‬تصفية‭ ‬مزرعةٍ‭ ‬للدولة‭) ‬منشأة‭ ‬الأسد‭ ‬في‭ ‬مسكنة‭(‬

Myriam Saadé-Sbeih, Ronald Jaubert et Mohamed Al-Dbiyat

La gestion des eaux souterraines et des steppes en Syrie : une ouverture internationale sous contrôle

Managing ground water resources and steppes in Syria : a controlled international openness

‮ »‬ليست‭ ‬هنالك‭ ‬عدالة‭!‬‮ »‬‭: ‬استراتيجيات‭ ‬وآراء‭ ‬السكان‭ ‬المحليين‭ ‬إثر‭ ‬تصفية‭ ‬مزرعةٍ‭ ‬للدولة ‭ -‬منشأة‭ ‬الأسد‭ ‬في‭ ‬مسكنة ‮‬

Quelle société civile, pour quel développement ?

Cyril Roussel

La fabrique du développement économique dans le Sud de la Syrie : entre réseaux migratoires et mobilisation communautaire

“There is no more justice !”: local population strategies and opinion following the dissolution of the state farm (the al-Asad Establishment in Maskane)

ليست‭ ‬هنالك‭ ‬عدالة‭!: ‬استراتيجيات‭ ‬وآراء‭ ‬السكان‭ ‬المحليين‭ ‬إثر‭ ‬تصفية‭ ‬مزرعةٍ‭ ‬للدولة‭ .‬منشأة‭ ‬الأسد‭ ‬في‭ ‬مسكنة

Laura Ruiz de Elvira

Associations de bienfaisance et développement dans la Syrie de Bachar al-Assad. Le cas de la Ǧam‘iyyat-l-Mubarrat-l-Nisā’iyya bi-Dimašq

Charities and development in the Syria of Bashar-al-Asad. The case of the Ǧamʿiyyat-l-Mubarrat-l-Nisā‘iyya bi-Dimašq

الجمعيات‭ ‬الخيرية‭ ‬والتنمية‭ ‬في‭ ‬سوريا‭ ‬بشار‭ ‬الأسد‭. ‬مثال‭ ‬جمعية‭ ‬المبرة‭ ‬النسائية‭ ‬بدمش

Parution : Alep et ses territoires. Fabrique et politique d’une ville (1868-2011)

Jean-Claude David et Thierry Boissière (dir.), Contemporain publications, Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo, 2014

Toutes les informations ici

Ouvrage publié avec la collaboration du Groupe de recherche et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO), et avec le soutien de la Mairie de Lyon.

Quatrième de couverture

Capitale économique de la Syrie du Nord et seconde ville du pays, Alep a bâti sa prospérité sur un important commerce local, régional et international et sur le dynamisme de ses activités de production. Jusqu’à la fin de l’époque ottomane, elle était le centre d’un arrière-pays commercial qui se déployait bien au-delà des frontières actuelles de la Syrie, se prolongeant vers la Méditerranée et l’Europe, l’Asie centrale, la Péninsule arabique et jusqu’aux côtes occidentales du subcontinent indien. Si au XXe siècle la ville a connu un rétrécissement de cette aire d’influence et une marginalisation politique et économique, elle a retrouvé depuis une vingtaine d’années une certaine prospérité pour deux raisons majeures : d’abord, une collaboration plus ouverte que par le passé avec le pouvoir central et ensuite, son dynamisme et sa capacité à développer des activités commerciales, industrielles et culturelles aussi bien à l’échelle locale que régionale et cela, dans le contexte d’une libéralisation très contrôlée de l’économie syrienne. Jusqu’en 2011, Alep a ainsi donné l’image d’une ville, sinon florissante, du moins dynamique : c’est un peu ce dynamisme et cette volonté de vivre que décrit cet ouvrage, à travers plus d’un siècle de bouleversements subis ou portés par cette métropole du Nord de la Syrie, condamnée à se recréer et se réinventer sans cesse pour être autre chose qu’un simple satellite de Damas. L’ouvrage réunit les contributions d’une vingtaine de chercheurs appartenant à diverses disciplines – géographie, histoire, anthropologie, sociologie, mais aussi architecture ou encore urbanisme. Il a pour ambition de saisir comment se fabrique et fonctionne la ville d’Alep, comment se forment et se transforment ses espaces et ses territoires ainsi que les réseaux que cette ville projette et alimente à l’extérieur. La période concernée par cette approche pluridisciplinaire s’étend de 1868, année de fondation du premier quartier « moderne » à Alep, fortement inspiré des formes urbaines occidentales, à 2011, année du début de la contestation en Syrie, qui ouvre un nouveau chapitre dans l’histoire déjà longue et mouvementée de la ville.

Sommaire (Quelques textes téléchargeables en lien)

Thierry Boissière et Jean-Claude David

  • Prologue
  • Introduction générale

Première partie. Comment la troisième ville de l’Empire ottoman est devenue un chef-lieu de mouhafaza en Syrie

1. Fabrice Balanche
Alep et ses territoires : une métropole syrienne dans la mondialisation

2. Azad Ahmad Ali
Le rôle politique des tribus kurdes Milli et de la famille d’Ibrahim Pacha à l’ouest du Kurdistan et au nord du Bilad al-Cham (1878-1908)

3. Nadine Méouchy
Les temps et les territoires de la révolte du Nord (1919-1921)

4. Mohammed Jamal Barout
La renaissance de la Jéziré : Deir ez-Zor ottomane, de la désertion à la reconstruction

5. Myriam Ababsa
Raqqa, relais commercial d’Alep en Jéziré, en mal de développement

6. Salim Badlissi et Roman-Oliver Foy
Les fermes d’État dans le gouvernorat d’Alep : une expérience dans le contexte du développement hydro-agricole de la Réforme agraire

7. Anne-Fleur Delaistre, Camille Lafrance et Cyril Roussel
La frontière turco-syrienne dans la province d’Alep : un nouvel espace de circulation

Deuxième partie. Ville planifiée et ville spontanée, identité et pouvoirs locaux, centralisme étatique

8. Jean-Claude David
Production et qualification de l’espace urbain. Entre informel et corruption

9. Salwa Sakkal
Croissance et contrôle de l’espace. L’informel et l’urbanisme, la municipalité et l’État

10. Sophie-Anne Sauvegrain
Pratiques quotidiennes et modes de consommation des jeunes à Alep

11. Yasmine Bouagga
Aux marges d’Alep : les camps de réfugiés palestiniens

12. Thomas Pierret
Le clergé sunnite alépin : provincialisation et affirmation de l’élément tribalo-rural

Troisième partie. Le commerce et les affaires, de l’économie de souk à la mondialisation

13. Françoise Metral
Alep, le commerce et les affaires

14. Thierry Boissière
Alep : de l’économie de souk à la mondialisation

15. Patrik Meier
Le conte de deux villes : Alep du point de vue des marchands du souk

16. Paul Anderson
The Social Life of Yarn in Aleppo : Trust and Speculation in a Time of Economic Transformation

17. Thierry Boissière et Paul Anderson
L’argent et les affaires à Alep : Succès et faillite d’un « ramasseur d’argent » dans les années 1980-2009

18. Thierry Boissière
Entre développements des espaces de commerce et mutations urbaines, le quartier de ‘Aziziyyé à Alep

Quatrième partie. Patrimoine institutionnel et patrimoine vivant

19. Jean-Claude David
Valorisation du patrimoine mondial alépin. Valeur d’usage et référence identitaire, attraction touristique, vitrine du nouveau centre

20. Pauline Bosredon
La patrimonialisation de la vieille ville d’Alep entre stratégies de développement local et pratiques ordinaires

21. Touria Moutia
Patrimoine institutionnel et patrimoine vivant  : le patrimoine habité

22. Thierry Grandin
Les problèmes de réhabilitation privée des monuments du patrimoine alépin : le cas des demeures traditionnelles

En guise de conclusion

Samir Aïta
Penser Alep autrement

Alep en images

Bibliographie générale

Glossaire

Table des illustrations

 

Crise syrienne, mobilités et espaces urbains au Proche-Orient

Lucas Oesch présentera sa recherche en cours : Crise syrienne, mobilités et espaces urbains au Proche-Orient, lors d’un séminaire
Vendredi 6 juin 2014, de 10h à 12h
4ème étage de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM)

Dans le cadre de l’actuelle crise syrienne, certaines catégories de citadins effectuent des allers et retours réguliers entre leurs villes d’origine et d’autres espaces urbains situés dans des pays frontaliers. Ce séminaire va s’intéresser à ces mouvements interurbains circulaires et transnationaux. Ces stratégies de mobilité mises en place par certains citadins visent à leur permettre de s’éloigner provisoirement de la situation de violence dans leur pays d’origine, mais également de poursuivre des objectifs personnels, comme des activités économiques, culturelles ou éducatives. En prenant l’exemple des circulations entre Damas et Beyrouth, cette présentation propose de discuter de cette forme de « vie mobile et multi-locale de crise », ainsi que d’analyser la géographie des mobilités inter- et intra-urbaines qui en découle.

Lucas Oesch est chercheur associé au Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO) de Lyon et chercheur boursier du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS)

Rappel : séminaire The Political Economy of the Arab World 18 avril 2014

Le vendredi 18 avril 2014, 10 – 12 h, salle audio-visuelle de la Maison de l’Orient (4ème étage), nous aurons le plaisur d’entendre une discussion sur “The Political Economy of the Arab World”, par Abdallah Zouache, Maître de conférences à Saint Etienne, laboratoire GATE et David Cobham, Professeur à l’université Heriot-Watt, Edinburgh, associate editor of the Review of Middle East of Economics and Finance.

Plongée dans un camp de réfugiés syriens de la Bekaa (signalement)

A signaler, un article d’Elisabeth Longuenesse sur Orient XXI

Le camp de réfugiés de Jarrahiyeh (Békaa, Liban)

Au Liban, ne voulant pas réitérer l’expérience palestinienne de 1948-1950, le gouvernement a refusé d’installer officiellement des camps. On estimait à la mi-2012, alors qu’ils étaient encore à peine 60 000 enregistrés au HCR (mais probablement déjà plus de 100 000), que la moitié était logée dans des appartements loués, tandis que seul un quart étaient installés dans des camps de fortune construits sur des terrains privés. Le dernier quart était hébergé dans des locaux mis à leur disposition par les autorités locales et les familles. Près de deux ans plus tard, alors que le nombre de réfugiés dépasse le million, les proportions sont probablement toujours les mêmes. Les camps informels se sont néanmoins multipliés dans la Bekaa, non sans susciter des incidents parfois violents1. Si les organismes internationaux, ONG et groupes informels qui interviennent sur le terrain se sont multipliés, ils le font dans le plus grand désordre, généralement sans coordination, souvent en compétition et l’aide reste bien en deçà des besoins, dans un pays qui compte désormais un réfugié pour quatre habitants.

A lire ici

Asylum and the Right to the City: Lessons from Turkey’s Syrian Guests and Other Urban Refugees

Un intéressant billet de Asli Ikizoglu Erensu sur Jadaliyya Cities

The mass movement of Syrians fleeing civil war to neighboring countries has become called the “Syrian refugee crisis.” The sheer volume of refugees brings up questions not only regarding these countries’ financial means and organizational capabilities but also, more importantly, regarding national identity and regional belonging. For example, reports on Jordan point to national concerns about the possible changes in the country’s demographic balance, while refugee rights activists critique Turkey’s open door policy on the grounds that it represents less a humanitarian response than a foreign policy maneuver made to increase Turkey’s influence in the region. The Turkish government’s direct involvement in the conflict as well as its (mis)treatment of earlier arrivals of refugees from countries other than Syria, such as Iraq, Iran, Afghanistan, and Somalia supports this latter interpretation.[1]

As Syrian refugee camps fill up in all neighboring countries, either more refugees either move out of camps to live in cities, or the camps become integrated with the towns surrounding them. The increasing presence of Syrian refugees in cities forces us to reconsider the “crisis” from an urban point of view. This, certainly, does not mean that we ought to confine ourselves to a bounded scale, since the reception of refugees in cities is a case-in-point for how the urban is assembled by forces that exceed it. I am not only referring to objective conditions that structure such reception, (e.g. national asylum policies and the roles certain cities have come to play in the global asylum regime), but also to the subjective perceptions of urban publics which are intertwined with these conditions.[2] It is such multiplicity that complicates refugees’ claim to a right to the city. While the right to the city is theoretically inclusive of migrants, refugees and other non-citizens (especially in its strictly Lefebvrian sense where it is coupled with a right to difference),[3] in practice these populations’ claim to a right to the city is not straightforward at all.[4] The reception of refugees in Turkish cities illustrates three factors that affect refugees’ ability to claim a right to the city. The first is the kind of protection provided by the national state and its interpellative[5] effects on urban publics. The second is a territorial understanding of the urban. And, the third is an understanding of time in the city that prioritizes permanent inhabitance over transience.

Lire la suite

A signaler

Dans le prolongement d’analyses précédentes déjà signalées ici, voir l’article de C. R., »Le « cavalier seul » des Kurdes de Syrie » sur Orientxxi

En proclamant l’autonomie des régions kurdes de Syrie, le Parti de l’union démocratique (PYD) et ses alliés cherchent à incarner une « troisième voie » entre le régime et l’opposition. Un choix risqué mais qui leur offre un chemin vers l’autonomie.