Archives de l’auteur : Eric Verdeil

Cyril Roussel, Reconfiguration des espaces transfrontaliers dans le conflit syrien

Ce texte vient de paraître sur Noria Research

Les dynamiques actuelles aux frontières de la Syrie et de l’Irak, pays dont les pouvoirs centraux sont en crise depuis plusieurs années, représentent d’excellents exemples des mutations en cours au Moyen-Orient. Les conséquences de l’affaiblissement des régimes irakien et syrien se font sentir sur leurs voisins : Turquie, Iran, Jordanie, Liban, Israël. Quels rôles jouent dorénavant les frontières de ces États construits par un pouvoir central autoritaire et sécuritaire, mais dont l’influence ne parvient plus à s’étendre sur l’ensemble du territoire national ? Quels acteurs cherchent alors à s’approprier les marges d’un territoire en déliquescence, dont les morceaux sont susceptibles de devenir les lieux d’autant de processus de reconstruction territoriale[1] ? Les frontières, marges difficiles à contrôler, deviennent parfois, en période de conflit, des zones aux dynamiques propres, lieux de focalisation d’enjeux où échelles locale et régionale entrent en interaction. Les groupes qui cherchent alors à s’en assurer le contrôle – militaire et/ou économique –, constituent peut-être l’une des clés des transformations en cours, que nous nommerons « reconfigurations », dans cette région. Par « reconfiguration », nous n’entendons pas ici une modification des tracés, mais bien un changement radical du mode de contrôle des frontières et des dynamiques circulatoires qui y sont attachées. Dans les lignes qui suivent, nous proposons de présenter les transformations en cours dans les espaces frontaliers de la Syrie et de l’Irak, que ce soit entre ces deux pays ou avec leurs voisins respectifs.

source : C. Roussel / réalisation: X. Houdoy

Lire la suite ou le PDF

 

Deux séminaires à venir sur l’économie politique du Proche-Orient

Le vendredi 21 février 2014, de 14h à 16h30, Akram Kachee présentera une analyse critique de l’ouvrage suivant, sur « L’économie politique de la Syrie sous Assad père et fils. » à partir d’une lecture de l’ouvrage Volker Perthes, The political economy of Syria under al-Asad, IB Tauris &co LDT, 1995

Le vendredi 18 avril 2014, 10 – 12 h, salle audio-visuelle de la Maison de l’Orient (4ème étage), nous aurons le plaisur d’entendre une discussion sur « The Political Economy of the Arab World », par Abdallah Zouache, Maître de conférences à Saint Etienne, laboratoire GATE et David Cobham, Professeur à l’université Heriot-Watt, Edinburgh, associate editor of the Review of Middle East of Economics and Finance.

De la Bekaa à la guerre en Syrie : le Hezbollah et « l’Axe de la résistance ». Compte rendu de l’intervention de Didier Leroy par Jean-Paul Burdy

Enseignant à l’Université Libre de Bruxelles (ULB)  et chercheur à l’Ecole Royale Militaire de Belgique (ERM) , Didier Leroy a soutenu en 2010 une thèse de sciences sociales sur le Hezbollah libanais, publiée sous le titre : Hezbollah, la résilience islamique au Liban, Paris,  Ed. L’Harmattan,  Coll. « Comprendre le Moyen-Orient », 2012, 314 p. Il est intervenu le 17 janvier 2014 devant le séminaire de recherche du GREMMO, à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (Lyon). Synthèse de son intervention sur « La réalité de « l’Axe du refus » à travers l’exemple du Hezbollah,  de la révolution islamique aux soulèvements arabes »  par Jean-Paul Burdy et Jean Marcou (Sciences Po Grenoble, master Méditerranée-Moyen-Orient, MMO). Toutes les notes et références de bas de page sont toutefois de la seule responsabilité de J-P.Burdy. Continuer la lecture

Le Hezbollah, de la révolution islamique aux soulèvements arabes

leroyDans le cadre du cycle Les Voyages des Savoirs 2013-2014, Didier Leroy, Chercheur à l’Ecole Royale militaire de Belgique, Professeur à l’université Libre de Bruxelles (ULB), présentera une conférence sur Le Hezbollah, de la révolution islamique aux soulèvements arabes, Jeudi 16 janvier 2014 – 18h, amphithéatre Benvéniste, à la MOM.

A l’heure où le c onflit syrien s’enlise et multiplie ses effets au Liban, cet exposé se proposera de revenir sur le cheminement idéologique et structurel du Hezbollah. Celui-ci permet d’interpréter le positionnement du mouvement chiite vis-à-vis des différents soulèvements arabes et d’expliquer sa décision de s’engager militairement aux côtés du régime de Damas.

Il présentera également un séminaire de recherche sur « La réalité de « l’axe du refus » à travers l’exemple du Hezbollah », dans le cadre du programme de recherche :
« Le Proche Orient et la crise syrienne »

Vendredi 17 janvier 2014, de 10h à 12h
Salle audio-visuelle de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (4ème étage)
7 rue Rauin, 69007 Lyon.

Didier Leroy nous montrera le caractère disparate des relations que le Hezbollah entretient respectivement avec l’Iran, la Syrie et le Hamas.

Séance réservée aux étudiants et aux chercheurs

Syrie : quelle révolution pour quelle opposition ?

Dans le cadre des activités de l’association Les amis de Thorstein Veblen, Jérôme Maucourant (Université J. Monnet Saint Etienne) et Akram Kachee (Université Lyon II) vous proposent une séance d’information sur la situation en Syrie de 18 h à 20 h sous le titre  » Quelle révolution pour quelle opposition ? »

Venez discuter le 12/12/2013 au Café de la Cloche (ouvert depuis 1804)

4, rue de la Charité – 69002 -Lyon 04 78 37 44 54 en face de la Grande Poste (métro Bellecour)

Sur un sujet proche, des mêmes auteurs, lire:

  • Kachee A., Maucourant J., 2012, La question syrienne, Revue du Mauss permanente, 12 septembre 2012 (consultation le 12 octobre 2012)

ainsi que :

En direct de la soutenance d’HDR de Fabrice Balanche, les commentaires de Nikolaos Van Dam

Nikolaos Van Dam, ancien ambassadeur des Pays Bas, et auteur très respecté de The Struggle for Power in Syria: Politics and Society under Asad and the Ba’th Party participait au jury de l’habilitation à diriger des recherches de Fabrice Balanche, le 29 novembre dernier. Il a publié ses commentaires sur le blog Syria Comment. En voici quelques extraits, lecture à poursuivre sur Syria Comment, où de très nombreux commentateurs ont élargi la discussion.

Fabrice Balanche deserves to be complimented for his two decennia long studies on the Middle East and Syria in particular.

Balanche did not originally intend to write specifically about communitarianism (communautarisme), but the issue, more or less unavoidably, crossed his path, due to the social realities with which he was confronted during his field studies in Syria. Officially the existence of communitarianism in Syria was denied by the Syrian regime, and in practice it was (and is) a subject surrounded by taboos. According to the official ideology of the ruling Ba’th Party, communitarianism was not supposed to exist; and as far as it did exist, the phenomenon was considered to be no more than a negative residue of obsolete old traditions (rawasib taqlidiyah), which needed to be banned and disposed of. The reality was, however, completely different, as is clearly demonstrated in Balanche’s studies.

Whereas communitarianism is officially a part of the Lebanese political system, its existence is officially denied in Syria’s contemporary political system. Nevertheless, social realities are rather similar in both countries, as explained by Balanche.

Studying “the factor of communitarianism in the analysis of Syrian and Lebanese spaces” was considered a very sensitive issue in Syria. It is not surprising, therefore, that Balanche did not get the required cooperation in this respect from the Syrian authorities, or the requested support from French academic institutions inside Syria. The latter, according to Balanche, even worked against him, because the French institutions concerned were afraid that supporting Balanche’s work could negatively affect their own positions vis-à-vis the Syrian authorities.

One could say that Balanche had a somewhat rough academic landing in Syria because of these sensitive circumstances, but he persevered and finally managed to achieve his aim through intensive and painstaking fieldwork. Balanche succeeded in penetrating deeply into Syrian society, at first mainly in Alawi circles. By becoming very close with their community he noticed how all kinds of doors within Alawi society were opened, providing him with an intimate look into its inner workings. Being close to one community had, however, as a side effect that his contacts with other communities, such as parts of Sunni society, were made more difficult, if not blocked altogether. Later on, Balanche made up for this by widening his Syrian social circuits outside the Alawi community, and entering into Sunni circles. When entering the “Sunni world” it appeared as if he stepped into “another Syria”. Through informal channels Balanche was able to obtain a lot of essential information and insights. Having obtained a working knowledge of Syrian colloquial Arabic, Balanche had the necessary tools to get to the bottom of what was happening. Without this immersion into several different communities, he would not have come half as close to achieving the same high academic level. His fieldwork, not always appreciated by others, has turned out to be indispensible.

Whereas Volume 1 La facteur communautaire dans l’analyse des espaces syriens et libanais (140 pp.) constitutes the central part of Balanche’s studies discussed here, Volume 2 Parcours personnel (or large Curriculum Vitae) (139 pp.) should not be considered as less important, as it provides many highly valuable and detailed insights into the inner workings of Syrian society and into the many obstacles with which one may be confronted when doing field work there. Volumes 3 (536 pp.) and 4 (550 pp.) are an enormously rich and impressive collection of Balanche’s numerous earlier publications, which he refers to wherever necessary, in the two first volumes. Next to these four volumes one should also consult Balanche’s splendid Atlas du Proche-Orient arabe (Paris: Sorbonne, 2012, 135 pp.), and take note of his earlier book La région alaouite et le pouvoir syrien (Paris: Karthala, 2006, 315 pp.), which provides many highly interesting details not included in Volumes 1 and 2. (All these works together comprise some 1800 pages).

Although I do agree with many, if not most of the points Balanche makes in his analysis of communitarianism, I think it is necessary to pose some questions and add some marginalia where parts of his conclusions and predictions for the future are concerned. Before I come to that, however, I want to note that certain predictions or observations made by Balanche in the past have turned out to be fully correct. The present-day bloody conflict in Syria is often judged on the basis of wishful thinking, by the general public, as well as among politicians and academics, and realism is not always appreciated if it does not fit into the wishful thought of those concerned. After the start of the Syrian Revolution in March 2011, many observers and politicians expected the regime of Bashar al-Asad to fall quickly. They were, apparently, not aware of the inner strength and coherence of the regime, as they were not burdened by any deep knowledge of it. Had they read Balanche’s works, they might have known better.

à poursuivre ici.

Les réfugiés syriens en Jordanie : compte rendu de l’intervention de Cyril Roussel

Cyril Roussel, géographe en poste à l’IFPO Amman, travaille sur les migrations et les frontières. Ses premiers travaux portaient sur les druzes de Syrie et leurs mobilités (voir son livre), ainsi que sur les réfugiés irakiens en Syrie. Depuis son installation à Amman, il s’est lancé dans un programme d’étude des recompositions du Kurdistan irakien, entre autonomisation politique et économique, conflits et tensions frontaliers avec l’lrak ou  l’Iran, et implication dans le bouleversement politique en cours au Moyen-Orient. Il a notamment organisé un colloque important à Lyon l’an dernier, en lien avec le GREMMO, sur le Kurdistan (voir mon commentaire à cette occasion sur Rumor). Parallèlement à ces travaux sur le Kurdistan, Cyril Roussel a été aux premières loges, en Jordanie, pour observer les conséquences de la crise syrienne sur ce pays, et au premier chef, l’installation des réfugiés. Lors de ce séminaire au GREMMO, le 15 novembre 2013, il a présenté une première analyse de ce phénomène. Le texte ci-dessous reprend mes notes, que Cyril a relues et corrigées. Les liens et les illustrations sont de mon initiative. Continuer la lecture

La question des réfugiés syriens en Jordanie : un séminaire de Cyril Roussel

Cyril Roussel, chercheur à l’IFPO à Amman, présentera un séminaire sur la question des réfugiés syriens en Jordanie le 15 novembre prochain, à 14h, Salle Reinach – 4ème étage de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM), 7 rue Raulin, Lyon 7ème.

Cyril Roussel est récemment intervenu plusieurs fois dans les médias sur cette question.

On peut en particulier l’entendre sur Radio Vatican : Réfugiés syriens : les tensions augmentent en Jordanie le 13 juin 2013

Et sur France Info : Les réfugiés syriens sont une arme le 6 septembre 2013, à propos des conditions de vie dans le camp de Zaatari en Jordanie

les conditions y sont inhumaines ! Avec Zaatari, la Jordanie a choisi d’ouvrir un seul grand camp (un deuxième doit ouvrir bientôt). Une erreur. On ne peut pas gérer un camp avec 125 000 réfugiés. Il est devenu la cinquième agglomération du pays.

On est dans une région aride, exposée au vent. Il fait froid en hiver et très chaud en été. Il n’y a pas d’ombre. Impossible de garantir un approvisionnement en eau régulier et équitable. Cela entraîne des problèmes sanitaires, des maladies, des tensions. Il y a des trafics de toutes sortes, de la prostitution. Les réfugiés connaissent la situation du camp en arrivant et ils ont déjà une stratégie en tête pour en sortir.

Les villes petites et moyennes dans les révoltes arabes: un état des lieux

confl-med-conflits-cutCompte rendu de: Karine Benafla (dir.), Dossier « Villes Arabes : Conflits et Protestations », Confluences Méditerranée, 85 (2013), 9-164.
Publié sur Jadaliyya Cities

Une des dimensions singulières des révoltes arabes est leur territorialité, qui a d’emblée constitué une clé de leur interprétation. Or, cette territorialité est plurielle et se décline en plusieurs moments. Aux révoltes des petites et moyennes villes tunisiennes (Sidi Bouzid, Kasserine), libyennes (Misrata et Benghazi) ou syriennes (Deraa, Homs), et des villes industrielles secondes comme Mahalla al-Koubra ou Suez en Egypte, se sont d’abord agrégés les soulèvements des quartiers populaires des métropoles. Puis, s’est produite une convergence, parfois brève, avec les jeunesses protestataires plus favorisées, sur les grandes places des capitales. C’est alors que le mouvement a gagné sa visibilité médiatique et qu’il a acquis une force qui a précipité la chute des régimes (voir, par exemple, Ayeb 2011). De cette chorégraphie à trois temps, c’est souvent la dernière scène, dramatique, que de nombreux observateurs ont privilégiée, laissant les autres dans une semi-pénombre qui ne commence que maintenant à être véritablement explorée (voir néanmoins Beware of Small Cities, par Deen Sharp). L’analyse proposée ici ne portera pas sur les quartiers des périphéries des grandes villes, pourtant essentiels pour comprendre les recompositions en cours, comme l’illustre le récent collectif piloté par Pierre-Arnaud Barthel avec l’appui de Sylvy Jaglin auquel j’ai modestement participé. Je voudrais plutôt m’intéresser à la place des villes petites et moyennes dans les conflits et protestations en cours, qu’aborde un numéro thématique de la revue Confluences Méditerranée, partiellement issu d’un colloque tenu à Lyon en octobre 2012, à l’initiative des géographes du GREMMO, notamment son directeur, Fabrice Balanche, et Karine Bennafla, qui le coordonne.

A suivre sur sur Jadaliyya Cities

Beyrouth entre mondialisation et crise syrienne

Compte rendu dans L’Orient-Le Jour de cette manifestation scientifique organisée par Liliane Barakat et Fabrice Balanche, en clôture d’un programme CEDRE, le 23 octobre 2003.

Déjà fragilisée, Beyrouth s’enfonce, plombée par la crise syrienne

par Anne-Marie El-HAGE | 25/10/2013

Dans le cadre de la clôture du projet Cèdre franco-libanais sur la mondialisation et la métropolisation de Beyrouth, le département de géographie de l’Université Saint-Joseph a organisé un séminaire sur le thème « Beyrouth, entre mondialisation et crise syrienne ».

Difficile aujourd’hui de parler de Beyrouth, de son développement, de son processus d’intégration dans la mondialisation, sans prendre en considération les répercussions de la crise syrienne sur la capitale libanaise. Des répercussions tant sur l’économie libanaise, que sur le tourisme et sur la place qu’occupe Beyrouth dans le Proche-Orient.

La crise syrienne révèle les faiblesses de Beyrouth et par le fait même, celles du système économique libanais qui n’a pas su profiter des avantages de la mondialisation : Fabrice Balanche, enseignant chercheur à Lyon 2 et spécialiste du Proche-Orient, évoque les conséquences néfastes pour le pays du Cèdre du conflit syrien et du flux des réfugiés. Des conséquences d’autant plus lourdes que Beyrouth a perdu sa place de centre de distribution à l’échelle du Moyen-Orient au profit du Golfe, car « elle n’a pas su profiter des erreurs de ses voisins ».

La métropole libanaise compte sur les investissements arabes, principalement immobiliers, et son économie est basée sur les services. Ce qui la rend « plus vulnérable face à la crise syrienne », car elle ne peut compter ni sur son industrie, ni sur son agriculture, ni sur ses têtes pensantes qui émigrent. « Les risques de déstabilisation du pays, déjà fragilisé, pèsent donc sur les investissements étrangers » en nette décroissance. Le scénario dépeint par le chercheur n’a rien d’optimiste. Le Liban est situé dans une zone de conflits durables. « Dans le meilleur des cas, les combats en Syrie et le flux de réfugiés ne s’arrêteront pas avant deux ans, estime-t-il. Quant au conflit israélo-palestinien, il n’est pas près d’être réglé. »

Manque de confiance, absence de réformes

Le conflit syrien a certes accéléré la récession au Liban, mais il est loin d’être à l’origine de la crise de l’économie et du tourisme, affirme de son côté l’économiste Nassib Ghobril. Car l’économie est basée sur la confiance du consommateur et des investisseurs. « Or le déclin et la perte de confiance ont été perceptibles à partir de 2010, bien avant le conflit syrien, et la récession se poursuit », assure-t-il. Après un indice de 9,5 % en 2009, la croissance a commencé son repli en 2010 (7,1 %) pour plonger à 1,7 % en 2011. Pour l’année 2013, elle est quasiment nulle.

M. Ghobril met en cause « l’immobilisme de la classe politique libanaise et son manque de volonté pour enclencher les réformes structurelles ». Or l’économie libanaise est l’une des moins compétitives du monde arabe. « Les crises arabes étaient pourtant une occasion en or pour le Liban », plus vieux marché libre du monde arabe. « Mais le pays du Cèdre a raté le coche », déplore l’économiste. Il n’a pas su attirer les investissements des multinationales qui ont préféré les marchés de l’Europe et des États-Unis. Et ce, « à cause de son instabilité et de son infrastructure catastrophique », sans parler de l’indice de perception de la corruption. Ces problèmes, qui existent depuis plus d’une quinzaine d’années et qui ne peuvent être balayés que par des réformes, sont « les raisons essentielles pour lesquelles le pays est tellement touché par la crise syrienne », conclut Nassib Ghobril.

Face à cette réalité, Dominique Tohmé, représentant du Haut-Comité pour les réfugiés (HCR), brosse un tableau de la présence des réfugiés syriens au Liban et des programmes d’assistance mis en place par l’ONU, au niveau de la santé, de l’éducation, de l’alimentation, du logement et de la protection. « À l’heure actuelle, 795 984 réfugiés sont enregistrés ou en cours d’enregistrement auprès du HCR », précise-t-il. Mais d’ici à la fin de l’année, le chiffre atteindra un million de personnes, selon les estimations. « Une présence qui a certes un impact négatif sur le pays, mais également des répercussions positives », note M. Tohmé.

À titre d’exemple, « de nombreux réfugiés paient des loyers aux Libanais, grâce à l’aide financière que leur fournit le HCR », assure-t-il. Une grande partie d’entre eux est hébergée chez des proches. Mais « les communautés qui les hébergent sont fatiguées », principalement au Hermel, au Akkar ou à Wadi Khaled. C’est la raison pour laquelle « nombre de programmes d’assistance aux réfugiés sont aussi adressés aux communautés locales ». Selon la Banque mondiale, plus de 170 000 Libanais vivent désormais en-dessous du seuil de pauvreté. Si l’accueil par les familles libanaises de réfugiés syriens est jugé « idéal » par le HCR, M. Tohmé préconise « l’installation de camps, si le nombre de réfugiés venait à augmenter ». Et de souligner que le pays a aujourd’hui besoin de 2,5 milliards de dollars pour se stabiliser économiquement comme il l’était avant la crise syrienne.

Le tourisme en chute libre

Après avoir reçu plus de deux millions de touristes en 2010, le Liban subit de plein fouet les retombées du conflit syrien, mais aussi du printemps arabe. « La régression a débuté en 2011. Elle a chuté de 17,5 % en 2012 », affirme Liliane Buccianti-Barakat, coordinatrice à la commission scientifique de la recherche au sein du département de géographie de l’USJ. Selon les estimations, « le nombre de touristes ne devrait pas dépasser 1 150 000 pour l’année 2013 », assure la professeure. Non seulement les accrochages et les enlèvements découragent les visiteurs, mais « depuis 2012, les pays du Golfe interdisent à leurs ressortissants de se rendre au Liban ». Mme Barakat ne manque pas d’évoquer l’intervention du Hezbollah dans le conflit syrien, de même que les menaces par les pays arabes de sanctionner les expatriés libanais dans le Golfe. « Le coup de grâce est venu des attentats, en août dernier, suivis des menaces de frappes aériennes sur la Syrie », rappelle-t-elle.

Déjà fragilisé, le secteur du tourisme vit mal aujourd’hui les annulations en série, les licenciements et le chômage, à l’heure où le gouvernement démissionnaire est incapable de lancer les réformes, ou même de prendre la moindre décision. À titre d’exemple, « en trois ans, le taux de fréquentation des hôtels a accusé une baisse de 35 % à Beyrouth » et de 66 % dans les autres régions. « Les quatre derniers mois, une centaine de restaurants ont mis la clé sous la porte ». Ce secteur emploie pourtant 150 000 personnes. Mme Barakat tient pourtant à faire preuve d’optimisme : 2013 était bien la pire année pour le tourisme au Liban, mais cela n’empêche pas de nouvelles enseignes hôtelières de se préparer à s’implanter au Liban et de parier sur l’essor du pays du Cèdre.