Archives de catégorie : Actualités

Point de situation Syrie du 18 juin au 01 juillet 2014

Par M. Pierre Le Goff

Collaborateur de Mme Odile Saugues, Députée de la 1ère circonscription du Puy-de-Dôme

Vice-présidente de la commission des Affaires étrangères, Assemblée Nationale

Rapporteure de la mission d’information sur le Proche et le Moyen-Orient,

 

Situation sécuritaire et politique

Situation sécuritaire

•             Les Forces armées et de sécurité syriennes (FASS) mènent des offensives autour de Damas, dans les régions de la Ghouta et du Qalamoun, ainsi que dans le Nord-Ouest du pays et sur les positions de l’EIIL en territoire irakien. Le 19/06, les FASS auraient mené 23 raids aériens et lancé des missiles sol-sol sur la ville de Mleiha dans la Ghouta-Est. Le 22/06, les FASS, appuyées par des combattants du Hezbollah, ont lancé une offensive visant à réduire les dernières poches insurgées du massif du Qalamoun. Le 24/06, les FASS auraient mené des raids aériens sur les positions de l’EIIL dans la région d’al Qaïm, en territoire irakien. Le 29/06, 27 personnes auraient été tuées par des raids aériens dans le gouvernorat d’Idlib.

•             Les rebelles syriens poursuivent leur stratégie de harcèlement dans les zones sous contrôle du régime. Le 19/06, l’explosion d’une voiture piégée dans le quartier alaouite d’Akrameh à Homs aurait fait au moins six morts. Le 20/06, à al Horra, dans le gouvernorat de Hama, 35 personnes seraient mortes dans un attentat à la voiture piégée revendiqué par le Front islamique. Le 24/06, des tirs de mortiers sur le quartier de Kiswé, dans le Sud de Damas, auraient fait cinq morts. Le 30/06, 14 personnes auraient été tuées par des obus tirés par des rebelles sur la ville d’Idlib.

•             Les combattants de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) poursuivent leurs avancées dans l’Est de la Syrie et annoncent le rétablissement du Califat. Le 17/06, des rebelles syriens appartenant à l’ASL et à Jabhat al Nusra (JAN) auraient pris le contrôle de la ville frontalière irakienne d’al Qaïm, faisant ainsi la jonction avec la ville syrienne d’al Boukamal, déjà sous leur contrôle. Le même jour, de violents combats ont opposé l’EIIL à des rebelles syriens dans le village d’al Busayra, au Sud-Est de Deir ez Zor. Dans la même zone, le 21/06, les combattants de l’EIIL ont pris le contrôle de la ville d’al Muhassen. Le même jour, l’EIIL a pris le contrôle du poste frontière d’al Qaïm. Le 23/06, le poste frontière d’al Walid, au Nord-Est de la Syrie, est tombé aux mains de l’EIIL. Le 25/06, à al Boukamal, des membres de JAN ont fait allégeance à l’EIIL, permettant au groupe jihadiste de prendre le contrôle d’un deuxième poste frontière avec l’Irak. Le 28/06, JAN a lancé une contre-offensive contre les combattants de l’EIIL pour tenter de reprendre le contrôle d’al Boukamal. Le 29/06, l’EIIL a annoncé le rétablissement du Califat et la désignation d’Abou bakr AL BAGHDADI comme calife.

Régime syrien

•             Les 18 et 19/06, B. CHAABANE, conseillère de B. AL ASSAD, s’est rendue à Oslo à l’invitation du ministère des Affaires étrangères norvégien. Il s’agit de la première visite en Europe d’un haut responsable syrien depuis le début de la crise.

•             Le 20/06, la Syrie a adressé une lettre aux membres du CSNU indiquant qu’elle considérerait comme une agression toute tentative de faire passer des convois humanitaires par ses frontières extérieures sans son accord.

•             Le 30/06, le gouvernement syrien a signé avec la compagnie russe Stroytransgaz un contrat de plus de 190 millions d’Euros pour l’irrigation de la province d’Hassake.

•             Le 23/06, dans une lettre adressée au CSNU au lendemain des raids israéliens sur le sol syrien, le ministre syrien des Affaires étrangères a dénoncé une « violation flagrante » de son territoire.

Opposition

•             Le 26/06, le chef du gouvernement provisoire syrien, A. TOHME, proche du Qatar, a annoncé la dissolution du Conseil supérieur militaire de l’ASL, pour des faits de corruption. Le même jour, le président de la Coalition nationale syrienne (CNS), A. JARBA, proche de l’Arabie saoudite, a affirmé qu’A. TOHME avait outrepassé ses pouvoirs et annoncé que le Conseil général de la CNS serait saisi pour prendre « les mesures qui s’imposent ».

Situation régionale et diplomatique

Liban : le 27/06, le ministre libanais des Affaires étrangères, G. BASSIL, a évoqué devant les ambassadeurs du P5 la possibilité d’ériger des camps de réfugiés le long de la frontière avec la Syrie.

Palestine : le 25/06, dans un message de félicitations adressé à B. AL ASSAD, M. ABBAS a estimé que la réélection du Président syrien aiderait à mettre fin à la crise en Syrie.

Israël : le 22/06, l’aviation israélienne a mené plusieurs raids sur des positions de l’armée syrienne, en représailles à un tir d’obus ayant fait un mort dans le Golan israélien. Au moins dix soldats syriens auraient été tués lors de ces raids.

Tunisie : selon le ministre tunisien de l’Intérieur, environ 2 400 Tunisiens combattraient en Syrie, dont 80% dans les rangs de l’EIIL.

ONU : le 20/06, K. M. BAN a demandé au CSNU d’imposer un embargo sur les armes à destination de la Syrie. Il a également exhorté les Etats à prendre des mesures nationales dans ce sens.

Le 23/06, le SGNU a salué la « coopération du gouvernement syrien » dans l’élimination de l’arsenal chimique.

Etats-Unis : le 26/06, B. OBAMA a demandé au Congrès d’autoriser un budget de 500 millions de dollars pour « entraîner et équiper » l’opposition armée modérée en Syrie.

Le 27/06, J. KERRY s’est entretenu avec A. JARBA pour évoquer l’action de la CNS contre l’EIIL.

Union européenne : le 23/06, l’UE a décidé l’élargissement de la liste des personnalités syriennes sanctionnées à 12 ministres du gouvernement syrien.

Russie : le 21/06, S. LAVROV s’est rendu en Arabie Saoudite pour évoquer le dossier syrien avec son homologue saoudien, le prince SAOUD AL FAYÇAL.

Le 23/06, la Russie a salué l’achèvement « avec succès » de l’opération d’évacuation des armes chimiques de Syrie.

Le 30/06, la Russie a proposé au CSNU d’adopter une déclaration recommandant d’empêcher la vente de pétrole brut par des « groupes terroristes en Syrie ».

Situation humanitaire

•             Le 19/06, Human Rights Watch (HRW) a dénoncé des violations des droits de l’Homme par le PYD dans les régions majoritairement kurdes de Syrie.

•             Dans un rapport remis au CSNU le 20/06, le SGNU estime que le nombre de Syriens dont l’accès est difficile pour les organisations humanitaires a atteint 4,7 millions.

•             Le 23/06, HRW a enjoint les rebelles syriens à cesser d’enrôler des adolescents au combat.

•             Le 26/06, V. AMOS, la responsable des affaires humanitaires à l’ONU, a déploré la volonté du gouvernement syrien de contrôler strictement la livraison d’aide humanitaire et l’imposition d’obstacles bureaucratiques et arbitraires.

Arsenal chimique

•             Dans un rapport préliminaire publié le 18/06, l’OIAC affirme que des armes chimiques comme le chlore ont été utilisées de « manière systématique dans un certains nombres d’attaques » en Syrie.

•             Le 23/06, les dernières armes chimiques déclarées par Damas ont été évacuées de Syrie en vue de leur destruction en mer.

Colloque Le Moyen Orient à l’heure du Golfe

Colloque international organisé par le GREMMO (CNRS-Université Lyon 2 et IEP de Lyon) et l’IEP de Grenoble, les 3 et 4 novembre 2014, Grand Amphithéâtre de l’Université Lyon 2.

Les causes internes des révoltes dans le pays arabes ont été largement étudiées au cours des trois dernières années. Il convient aujourd’hui de changer d’échelle et de s’interroger sur les déterminants régionaux et la géopolitique internationale. Dans le contexte de l’affaiblissement de la politique de puissance américaine dans la région,  mais aussi de l’éventuel redéploiement de cette puissance si l’Iran est réintégré dans le concert international, plusieurs des pays du Golfe ont déployé un fort activisme diplomatique autour d’acteurs très différents, avec des ressources diplomatiques et financières variables, d’abord autour du Qatar, puis de l’Arabie saoudite quand celle-ci reprend à l ‘évidence la main courant 2013.. Cet activisme semble avoir réintroduit au Moyen-Orient une véritable « nouvelle guerre froide », autour d’un affrontement indirect avec l’Iran,  dont l’espace principal est évidemment la Syrie,  où le conflit ouvert au printemps 2011 s’est très vite régionalisé et internationalisé.

Les politiques de développement et le dirigisme économique qui caractérisaient les pays du Proche-Orient, excepté le Liban, ont été interrompus dans les années 1980 et ces pays se sont alors engagés résolument dans la voie libérale (accords MEDA, zone de libre-échange avec l’Union Européenne, GAFTA). Avec la montée des prix du pétrole, à partir de 2002, les pays du Golfe sont devenus le principal pourvoyeur d’IDE au Proche-Orient. Le dynamisme de leur économie domestique a attiré des flux croissants de migrants, notamment en provenance du Proche-Orient A travers les importantes remises des migrants, ces flux migratoires ont évidemment renforcé la dépendance financière  aux pétromonarchies des pays fournisseurs de main-d’oeuvre.

La crise économique mondiale et ses répercussions dans le Golfe ont cependant obligé les pétromonarchies à réduire leurs investissements dans les pays du Proche-Orient, tandis qu’une partie des immigrés étaient privés d’emplois, et contraints au retour. Peut-on considérer que ce facteur a contribué significativement au « Printemps arabe » , et qu’il y aurait là  l’effet conjoncturel qui a précipité le déclenchement d’une crise structurelle ?

Le Golfe n’exporte pas que ses capitaux, mais aussi son modèle économique, culturel, religieux et politique. Les télévisions satellitaires, al-Jezira et al-Arabya, sont de puissants instruments pour diffuser leur influence, comme nous avons pu le constater lors des printemps arabes, chaque chaîne relayant le discours du régime qui la contrôle. Le Qatar promeut et instrumentalise les Frères Musulmans, tandis que l’Arabie Saoudite appuie les courants salafistes contre les Frères,  soutient les régimes conservateurs, et combat les régimes alliés à l’Iran. La concurrence entre les deux acteurs géopolitiques se manifeste dans les pays déstabilisés : en Egypte, Riyad soutient massivement les militaires qui ont renversé le président Morsi et traquent les Frères, au grand dam de Doha ; en Syrie,  Qatar et Arabie Saoudite financent chacun des groupes rebelles radicaux mais antagonistes, et rivalisent pour prendre le contrôle de la Coalition Nationale Syrienne. Ces choix divergents entraînent, au printemps 2014, de fortes tensions au sein du Conseil de coopération du Golfe.

Les bouleversements énergétiques que connaît la région semblent jouer à plusieurs échelles dans les conflits actuels. Les découvertes d’hydrocarbures dans le bassin méditerranéen oriental constituent un nouvel enjeu : à la fois pour les acteurs locaux, qui se disputent sur le tracé des eaux territoriales et des zones d’exploitation économique (Israël, Palestine, Liban, Syrie, Chypre, Turquie) ; et pour les acteurs extérieurs qui cherchent à contrôler l’exploitation et le transport de ces hydrocarbures afin de ménager leurs propres intérêts (pays du Golfe, Russie, Turquie, Etats-Unis, Europe de l’Ouest). A terme, ces ressources peuvent-elles constituer un facteur d’autonomisation du Proche-Orient par rapport au Golfe ? Dans l’immédiat, il convient d’analyser les stratégies des Etats proche-orientaux face à ces perspectives énergétiques.

Ce colloque se propose donc de réfléchir aux relations qu’entretiennent les pays arabes de la Méditerranée orientale (Egypte, Syrie, Liban, Jordanie, Palestine), mais aussi la Turquie, et les puissances du Golfe (Iran et Conseil de Coopération du Golfe, voire l’Irak) à travers les aspects économiques et politiques, confessionnels et culturels. Il convient dans un deuxième temps de s’interroger sur les conséquences de cette influence sur les mutations et les crises actuelles dans les pays de la Méditerranée orientale (Egypte, Syrie, Jordanie, Liban).

Programme

Lundi 3 novembre

9 h Accueil des participants

10 h 0uverture du colloque

10h30-12H30 Séance 1 : Quels sont les stratégies des pays du Golfe (Iran et CCG) à l’égard du Moyen-Orient et comment sont-elles mises en oeuvre ?

Les pays du Golfe ne regardent pas que vers les pays arabes mais vers le monde entier : c’est très clair pour les pays du CCG, un peu moins pour l’Iran. Les deux modèles divergent car l’Iran, principalement à cause de contraintes géopolitiques, ne déploie pas la même stratégie d’insertion économique sur les marchés mondiaux que les pays du CCG.  Les deux pôles géopolitiques de la région sont donc en compétition avec comme outsider la Turquie, dont la politique au Proche-Orient a été contrée par les « printemps arabes ». L’objectif de cette séance est de comprendre les logiques de l’Arabie Saoudite et de l’Iran dans la région, dans le cadre de leur géopolitique globale et les concurrences qu’ils subissent de la part d’autres acteurs régionaux et internationaux.

14h-16, séance 2 Les paradigmes des révoltes au Moyen-Orient

La déstabilisation des pays du Moyen-Orient a plusieurs causes internes et externes. Il ne faut pas négliger le conflit israélo-arabe bien sûr, mais le sujet ayant été abondamment traité, il convient de s’intéresser à la résultante des objectifs et des modes d’action de l’Iran et du CCG au Proche-Orient arabe. Qu’est-ce qui est commun aux différents pays, qu’est-ce qui est spécifique ? Quels sont les paradigmes des révoltes ? Les explications ne font pas consensus. Le qualificatif de guerre civile en Syrie n’est pas accepté par tous les chercheurs, le caractère « communautaire » du conflit l’est encore moins. Mais c’est précisément ce qui nous intéresse et qui nous permettra d’avancer dans la compréhension de cette crise en ouvrant un débat entre chercheurs sur les causes des crises, les éléments qui la rattachent aux autres mouvements du monde arabe et ceux qui la rendent spécifiques. On peut distinguer trois paradigmes explicatifs, souvent opposés :

– L’échec d’une trajectoire de développement et la remise en question des pratiques de l’Etat

– La résurgence ou la permanence du communautarisme

– La place particulière de la région dans la géopolitique mondiale

16h30-18h30 Séance 3 : Quelles nouvelles perspectives énergétiques et  quelles recompositions possibles de la rente pétrolière ?

Quelles sont les perspectives énergétiques au Moyen-Orient ? Certains pays pourront-ils passer de la rente indirecte à la rente directe grâce aux gisements en Méditerranée orientale ? Quelles conséquences pour la relation entre le Golfe et le Proche-Orient ? Les gaz de schiste en Jordanie peuvent-ils sortir ce pays de la dépendance ? Quel est l’avenir des gisements d’hydrocarbures du Golfe ?

La découverte de gisements pétroliers et gaziers en Méditerranée a-t-elle le potentiel de remettre en cause les relations de dépendance des pays du Levant par rapport à ceux du Golfe ? Pourrait-elle favoriser de nouvelles relations dans une logique de coopération autour de la mise en valeur de ces ressources, ou attisera-t-elle les concurrences ? La prospection autour de nouvelles énergies (nucléaire, renouvelables mais aussi hydrocarbures on conventionnels, comme en Jordanie) peut-elle avoir des effets identiques ?

Mardi 4 novembre

9h-10h45 Séance 4 : L’éclairage syrien. Quelles voies pour la démocratisation ?  La démocratie est-elle toujours un objectif pertinent dans la région ? 

Le printemps syrien a fait naître de nombreux espoirs de démocratisation qui contrastent aujourd’hui avec le conflit chaotique qui règne dans le pays et avec la possible victoire du régime de Bachar el Assad. Les minorités confessionnelles craignent une démocratisation qui se traduirait par la dictature de la majorité et leur exclusion du pays. Comment les rassurer aujourd’hui alors que les mouvements islamistes radicaux dominent la rébellion ? Le cas syrien interroge sur les voies et moyens de transitions démocratiques dans les sociétés fragmentées du Moyen-Orient.

11h15-13h Séance 5 : Egypte. Quels rapports entre la société, l’appareil  d’Etat et l’armée ?

Le « Prophète et le Pharaon » (Kepel, 1984) reste-t-il  une lecture toujours pertinente ?  Après trois ans de tensions et de recompositions, où en sont les rapports entre l’Etat, l’armée  et la société ? Comment la société égyptienne évolue-t-elle ? Peut-on mesurer l’impact des millions d’émigrés égyptiens dans les pays du Golfe sur les mutations sociales et les engagements politiques en Egypte ? Quel est désormais le rapport de force entre les groupes pro-occidentaux mondialisés et les Frères Musulmans ? A travers le probable prochain président de la République, quelle place l’armée entend-elle reprendre dans le fonctionnement politique et sociétal du pays ?

14h30-16h30 Séance 6 : Quels scénarios pour le Moyen-Orient ?

Cette dernière séance constituera la synthèse du colloque.  Elle essaiera d’évaluer des scénarios sur  l’avenir du Moyen-Orient. Sa place dans la nouvelle division du travail,  car si les pays du Golfe sont riches,  en revanche, ils sont improductifs et leur modèle rentier sclérose les activités productrices dans l’ensemble de la région. Après la réaction saoudienne en Egypte et l’écrasement des Frères musulmans, que reste-t-il des transitions politiques  initiées en 2011-2012 ? L’Egypte peut-elle se réformer elle-même ? Le Liban peut-il continuer à s’intégrer de façon parasitaire dans le système-monde ? La Syrie et l’Irak pourront-ils maintenir leur unité territoriale ? Quel avenir pour l’islam politique à travers ses différentes versions au sein du sunnisme (Frères Musulmans et salafistes), mais aussi du chiisme ? La confessionnalisation des débats et conflits politiques va-t-elle perdurer, dans le Golfe comme au Levant ?  Enfin, bientôt quatre  ans  après le début des « printemps arabes », selon quels scénarios  les rapports de forces entre l’Iran, l’Arabie Saoudite et la Turquie peuvent-ils être ré-évalués ?

Contact : Fabrice Balanche, (GREMMO-Lyon 2) fabrice.balanche@mom.fr

Comité d’organisation : Fabrice Balanche (Lyon 2), Jean-Paul Burdy (IEP Grenoble), Marc Lavergne (CNRS-Lyon 2), Jean Marcou (IEP Grenoble), Eric Verdeil (CNRS-Lyon 2)

 

 

Parution: Développer en Syrie

LONGUENESSE, Élisabeth (dir.) ; ROUSSEL, Cyril (dir.). Développer en Syrie : Retour sur une expérience historique. Nouvelle édition [en ligne]. Beyrouth : Presses de l’Ifpo, 2014 (généré le 02 mai 2014). Disponible sur Internet : <https://books.openedition.org/ifpo/6524>.

Après trois décennies de politiques marquées par l’hégémonie du paradigme du développement, la Syrie s’était elle aussi engagée dans un programme de réformes néolibérales, de privatisation et de décharge de l’État sur des acteurs non étatiques. Ce recueil rassemble des travaux visant à revisiter la notion de développement telle qu’elle a évolué dans la seconde moitié du 20e siècle en Syrie, jusqu’à la veille du soulèvement de 2011. L’hypothèse qui le sous-tend est qu’une telle relecture peut éclairer les facteurs à l’origine de la crise, mais aussi aider à penser les défis de la reconstruction.

Quelle que soit l’issue du conflit en cours, la question sera en effet posée des modèles économiques et sociaux qui seront promus, de la conception de l’aide qui sera mobilisée par les institutions internationales et les agences  de coopération. Quels choix seront faits, quelle conception du « développement » sera proposée, quel sera le rôle de l’État ? des acteurs de la société dite civile ? Les analyses proposées ici des échecs et des limites des politiques mises en œuvre à la veille de la crise avec le soutien des bailleurs internationaux devraient inciter à la prudence et à la réflexion. Ils rappellent l’importance du monde rural et de l’équilibre entre villes et campagnes

À la recherche d’un modèle de développement

Romain De Tarlé

La Syrie à la recherche d’un modèle de développement : la question agricole, de l’indépendance aux premières réformes agraires (1946-1958)

Syria in search of a development model: the agricultural issue, from the independence until the first agrarian reforms (1946-1958)

سوريا تبحث عن نموذج للتنمية: المسألة الزراعية بين الاستقلال والإصلاح الزراعي الأول ١٩٥٨ – ١٩٤٦)

Matthieu Rey

L’extension du port de Lattaquié (1950-1955), étude sur les premiers temps de la fabrique du développement en Syrie

توسيع ميناء اللاذقية (1950-1955)، دراسة حول بدايات صناعة التنمية في سوريا

The extension of the Latakia Seaport (1950-1955). Study of the first stages of the development process in Syria

Les impasses du développement rural

Salim Badlissi

Le secteur primaire dans le processus de développement en Syrie Planifications, réalisations, mutations actuelles et perspectives d’avenir

القطاع الأول في عملية التنمية في سوريا: الخطط والإنجازات والتحولات الحالية والآفاق المستقبلية

The role of the primary sector in the development process in Syria. Planning, execution, current shifts and perspectives for the

Myriam Ababsa

Crise agraire, crise foncière et sécheresse en Syrie (2000-2011)

الأزمة الزراعية والأزمة العقارية والجفاف في سوريا (2000-2011)

Agrarian crisis, real estate crisis and drought in Syria (2000-2011)

Roman-Olivier Foy

« Il n’y a pas de justice ! » : stratégies et opinions de la population locale suite à la liquidation d’une ferme d’État (l’Établissement al-Assad à Meskéné)

“There is no more justice !”: local population strategies and opinion following the dissolution of the state farm (the al-Asad Establishment in Maskane)

‮«‬ليست‭ ‬هنالك‭ ‬عدالة‭!‬‮»‬‭: ‬استراتيجيات‭ ‬وآراء‭ ‬السكان‭ ‬المحليين‭ ‬إثر‭ ‬تصفية‭ ‬مزرعةٍ‭ ‬للدولة‭) ‬منشأة‭ ‬الأسد‭ ‬في‭ ‬مسكنة‭(‬

Myriam Saadé-Sbeih, Ronald Jaubert et Mohamed Al-Dbiyat

La gestion des eaux souterraines et des steppes en Syrie : une ouverture internationale sous contrôle

Managing ground water resources and steppes in Syria : a controlled international openness

‮ »‬ليست‭ ‬هنالك‭ ‬عدالة‭!‬‮ »‬‭: ‬استراتيجيات‭ ‬وآراء‭ ‬السكان‭ ‬المحليين‭ ‬إثر‭ ‬تصفية‭ ‬مزرعةٍ‭ ‬للدولة ‭ -‬منشأة‭ ‬الأسد‭ ‬في‭ ‬مسكنة ‮‬

Quelle société civile, pour quel développement ?

Cyril Roussel

La fabrique du développement économique dans le Sud de la Syrie : entre réseaux migratoires et mobilisation communautaire

“There is no more justice !”: local population strategies and opinion following the dissolution of the state farm (the al-Asad Establishment in Maskane)

ليست‭ ‬هنالك‭ ‬عدالة‭!: ‬استراتيجيات‭ ‬وآراء‭ ‬السكان‭ ‬المحليين‭ ‬إثر‭ ‬تصفية‭ ‬مزرعةٍ‭ ‬للدولة‭ .‬منشأة‭ ‬الأسد‭ ‬في‭ ‬مسكنة

Laura Ruiz de Elvira

Associations de bienfaisance et développement dans la Syrie de Bachar al-Assad. Le cas de la Ǧam‘iyyat-l-Mubarrat-l-Nisā’iyya bi-Dimašq

Charities and development in the Syria of Bashar-al-Asad. The case of the Ǧamʿiyyat-l-Mubarrat-l-Nisā‘iyya bi-Dimašq

الجمعيات‭ ‬الخيرية‭ ‬والتنمية‭ ‬في‭ ‬سوريا‭ ‬بشار‭ ‬الأسد‭. ‬مثال‭ ‬جمعية‭ ‬المبرة‭ ‬النسائية‭ ‬بدمش

Parution : Alep et ses territoires. Fabrique et politique d’une ville (1868-2011)

Jean-Claude David et Thierry Boissière (dir.), Contemporain publications, Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo, 2014

Toutes les informations ici

Ouvrage publié avec la collaboration du Groupe de recherche et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO), et avec le soutien de la Mairie de Lyon.

Quatrième de couverture

Capitale économique de la Syrie du Nord et seconde ville du pays, Alep a bâti sa prospérité sur un important commerce local, régional et international et sur le dynamisme de ses activités de production. Jusqu’à la fin de l’époque ottomane, elle était le centre d’un arrière-pays commercial qui se déployait bien au-delà des frontières actuelles de la Syrie, se prolongeant vers la Méditerranée et l’Europe, l’Asie centrale, la Péninsule arabique et jusqu’aux côtes occidentales du subcontinent indien. Si au XXe siècle la ville a connu un rétrécissement de cette aire d’influence et une marginalisation politique et économique, elle a retrouvé depuis une vingtaine d’années une certaine prospérité pour deux raisons majeures : d’abord, une collaboration plus ouverte que par le passé avec le pouvoir central et ensuite, son dynamisme et sa capacité à développer des activités commerciales, industrielles et culturelles aussi bien à l’échelle locale que régionale et cela, dans le contexte d’une libéralisation très contrôlée de l’économie syrienne. Jusqu’en 2011, Alep a ainsi donné l’image d’une ville, sinon florissante, du moins dynamique : c’est un peu ce dynamisme et cette volonté de vivre que décrit cet ouvrage, à travers plus d’un siècle de bouleversements subis ou portés par cette métropole du Nord de la Syrie, condamnée à se recréer et se réinventer sans cesse pour être autre chose qu’un simple satellite de Damas. L’ouvrage réunit les contributions d’une vingtaine de chercheurs appartenant à diverses disciplines – géographie, histoire, anthropologie, sociologie, mais aussi architecture ou encore urbanisme. Il a pour ambition de saisir comment se fabrique et fonctionne la ville d’Alep, comment se forment et se transforment ses espaces et ses territoires ainsi que les réseaux que cette ville projette et alimente à l’extérieur. La période concernée par cette approche pluridisciplinaire s’étend de 1868, année de fondation du premier quartier « moderne » à Alep, fortement inspiré des formes urbaines occidentales, à 2011, année du début de la contestation en Syrie, qui ouvre un nouveau chapitre dans l’histoire déjà longue et mouvementée de la ville.

Sommaire (Quelques textes téléchargeables en lien)

Thierry Boissière et Jean-Claude David

  • Prologue
  • Introduction générale

Première partie. Comment la troisième ville de l’Empire ottoman est devenue un chef-lieu de mouhafaza en Syrie

1. Fabrice Balanche
Alep et ses territoires : une métropole syrienne dans la mondialisation

2. Azad Ahmad Ali
Le rôle politique des tribus kurdes Milli et de la famille d’Ibrahim Pacha à l’ouest du Kurdistan et au nord du Bilad al-Cham (1878-1908)

3. Nadine Méouchy
Les temps et les territoires de la révolte du Nord (1919-1921)

4. Mohammed Jamal Barout
La renaissance de la Jéziré : Deir ez-Zor ottomane, de la désertion à la reconstruction

5. Myriam Ababsa
Raqqa, relais commercial d’Alep en Jéziré, en mal de développement

6. Salim Badlissi et Roman-Oliver Foy
Les fermes d’État dans le gouvernorat d’Alep : une expérience dans le contexte du développement hydro-agricole de la Réforme agraire

7. Anne-Fleur Delaistre, Camille Lafrance et Cyril Roussel
La frontière turco-syrienne dans la province d’Alep : un nouvel espace de circulation

Deuxième partie. Ville planifiée et ville spontanée, identité et pouvoirs locaux, centralisme étatique

8. Jean-Claude David
Production et qualification de l’espace urbain. Entre informel et corruption

9. Salwa Sakkal
Croissance et contrôle de l’espace. L’informel et l’urbanisme, la municipalité et l’État

10. Sophie-Anne Sauvegrain
Pratiques quotidiennes et modes de consommation des jeunes à Alep

11. Yasmine Bouagga
Aux marges d’Alep : les camps de réfugiés palestiniens

12. Thomas Pierret
Le clergé sunnite alépin : provincialisation et affirmation de l’élément tribalo-rural

Troisième partie. Le commerce et les affaires, de l’économie de souk à la mondialisation

13. Françoise Metral
Alep, le commerce et les affaires

14. Thierry Boissière
Alep : de l’économie de souk à la mondialisation

15. Patrik Meier
Le conte de deux villes : Alep du point de vue des marchands du souk

16. Paul Anderson
The Social Life of Yarn in Aleppo : Trust and Speculation in a Time of Economic Transformation

17. Thierry Boissière et Paul Anderson
L’argent et les affaires à Alep : Succès et faillite d’un « ramasseur d’argent » dans les années 1980-2009

18. Thierry Boissière
Entre développements des espaces de commerce et mutations urbaines, le quartier de ‘Aziziyyé à Alep

Quatrième partie. Patrimoine institutionnel et patrimoine vivant

19. Jean-Claude David
Valorisation du patrimoine mondial alépin. Valeur d’usage et référence identitaire, attraction touristique, vitrine du nouveau centre

20. Pauline Bosredon
La patrimonialisation de la vieille ville d’Alep entre stratégies de développement local et pratiques ordinaires

21. Touria Moutia
Patrimoine institutionnel et patrimoine vivant  : le patrimoine habité

22. Thierry Grandin
Les problèmes de réhabilitation privée des monuments du patrimoine alépin : le cas des demeures traditionnelles

En guise de conclusion

Samir Aïta
Penser Alep autrement

Alep en images

Bibliographie générale

Glossaire

Table des illustrations

 

Crise syrienne, mobilités et espaces urbains au Proche-Orient

Lucas Oesch présentera sa recherche en cours : Crise syrienne, mobilités et espaces urbains au Proche-Orient, lors d’un séminaire
Vendredi 6 juin 2014, de 10h à 12h
4ème étage de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM)

Dans le cadre de l’actuelle crise syrienne, certaines catégories de citadins effectuent des allers et retours réguliers entre leurs villes d’origine et d’autres espaces urbains situés dans des pays frontaliers. Ce séminaire va s’intéresser à ces mouvements interurbains circulaires et transnationaux. Ces stratégies de mobilité mises en place par certains citadins visent à leur permettre de s’éloigner provisoirement de la situation de violence dans leur pays d’origine, mais également de poursuivre des objectifs personnels, comme des activités économiques, culturelles ou éducatives. En prenant l’exemple des circulations entre Damas et Beyrouth, cette présentation propose de discuter de cette forme de « vie mobile et multi-locale de crise », ainsi que d’analyser la géographie des mobilités inter- et intra-urbaines qui en découle.

Lucas Oesch est chercheur associé au Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO) de Lyon et chercheur boursier du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS)

A signaler

Dans le prolongement d’analyses précédentes déjà signalées ici, voir l’article de C. R., »Le « cavalier seul » des Kurdes de Syrie » sur Orientxxi

En proclamant l’autonomie des régions kurdes de Syrie, le Parti de l’union démocratique (PYD) et ses alliés cherchent à incarner une « troisième voie » entre le régime et l’opposition. Un choix risqué mais qui leur offre un chemin vers l’autonomie.

Deux séminaires à venir sur l’économie politique du Proche-Orient

Le vendredi 21 février 2014, de 14h à 16h30, Akram Kachee présentera une analyse critique de l’ouvrage suivant, sur « L’économie politique de la Syrie sous Assad père et fils. » à partir d’une lecture de l’ouvrage Volker Perthes, The political economy of Syria under al-Asad, IB Tauris &co LDT, 1995

Le vendredi 18 avril 2014, 10 – 12 h, salle audio-visuelle de la Maison de l’Orient (4ème étage), nous aurons le plaisur d’entendre une discussion sur « The Political Economy of the Arab World », par Abdallah Zouache, Maître de conférences à Saint Etienne, laboratoire GATE et David Cobham, Professeur à l’université Heriot-Watt, Edinburgh, associate editor of the Review of Middle East of Economics and Finance.