Archives de catégorie : Billets

La question kurde et la guerre civile syrienne

Lyon, le 04 Juillet 2014.

Laura RUFALCO, stagiaire, GREMMO.

La Question Kurde est l’une des questions les plus complexes du Moyen Orient actuel. Minorité transfrontalière, présente dans divers pays dont notamment la Turquie, la Syrie, l’Irak et l’Iran, les Kurdes ne présentent pas une unité suffisante qui permettrait la création d’un état Kurde autonome englobant toutes les communautés vivant dans ces divers pays. Entre des divisions linguistiques, culturelles et politiques, il y a au sein des différentes communautés kurdes des groupes politiques antagonistes, aussi bien à l’intérieur d’un Etat qu’entre des groupes internationaux. Ainsi, une rivalité latente serait l’un des multiples facteurs empêchant une union des Kurdes syriens avec les Kurdes irakiens ou même turcs: le PYD Syrien est très proche du PKK turque, rival du PDK de Massoud Barzani qui est, de son côté, allié du gouvernement d’Ankara. Le Kurdistan irakien, gouverné par Massoud Barzani, est d’ailleurs très dépendant de l’exportation de pétrole vers la Turquie d’Erdogan. Toutefois, à l’intérieure même de l’Etat irakien des différences importantes entre le PDK de Massoud Barzani et l’UPK de Jalal Talabani montrent qu’une éventuelle unité kurde est un objectif difficilement envisageable à court terme. Quant à la Turquie, si elle est alliée au gouvernement du Kurdistan autonome en Irak, elle était intrinsèquement contraire à une autonomie Kurde en Syrie. Toutefois, les impacts humanitaires et sécuritaires de la guerre civile syrienne et le fait qu’une grande partie des Kurdes de Syrie se tournaient vers Bashar Assad ont obligé Ankara à réviser sa politique vis-à-vis des Kurdes syriens : dernièrement l’AKP fait preuves de chercher une entente avec le PKK et le PYD, ce dernier ayant envoyé une délégation à Ankara.  Dans ce labyrinthe d’allégeances, il est plus pertinent, à l’heure actuelle, de considérer la question kurde en tant que question spécifique à chaque Etat, notamment en ce qui concerne la Syrie. Si les enjeux politiques auxquels les Kurdes vivant dans d’autres pays vont, bien sur, influencer la question kurde syrienne, il reste néanmoins le fait que les Kurdes syriens font face à un contexte particulier et inouï dans leur histoire, d’où l’intérêt de les analyser ici en tant qu’une communauté à part-entière.

Géographiquement éparpillés en Syrie, notamment dans les grandes villes, nous retrouvons néanmoins une grande concentration de Kurdes dans la partie nord du territoire syrien. Avec environ 15% de la population syrienne (soit trois millions d’individus), les Kurdes sont la minorité ethnique la plus nombreuse de Syrie[1]. Comme tant d’autres minorités ethniques ou confessionnelles au Moyen Orient, les Kurdes ont été pendant longtemps relégués à un second plan par le gouvernement de Bachar al-Assad, plusieurs centaines milliers de Kurdes furent même privés de la nationalité syrienne[2]. La principale force politique kurde en Syrie est le PYD, très proche du PKK  – l’une des raisons pour laquelle la Turquie était fondamentalement opposée à leur revendications. Aujourd’hui, organisés en tant que force militaire comptant environ 30 000 combattants[3], les Kurdes sont devenus un acteur de grande importance pour la compréhension du conflit syrien, dont ils essaient de tirer profit pour finalement obtenir une autonomie.

Lorsque les toutes premières manifestations commencent à avoir lieu en Syrie, début 2011, les Kurdes manifestent également pour un changement de régime, mais avec le souvenir de la répression de 2004 par le régime de Bachar al-Assad. Toutefois, très vite les Kurdes se sont « distanciés des objectifs défendus par une opposition syrienne qui, nationaliste ou islamiste, s’est montrée peu ouverte aux revendications minoritaires.[4]» Parallèlement, Damas a préféré ne pas s’engager dans un conflit ouvert contre les Kurdes, et n’a ainsi pas réprimé les manifestations ayant lieu à Amouda, Afryn et Qameshly[5], il a même tenté d’en faire des alliés, à travers d’un rapprochement entre le PKK et le PYD, la restitution de la nationalité syriennes aux Kurdes privés de celle-ci auparavant[6]. Déjà pendant l’été 2012, Bashar el Assad a décidé du retrait des troupes syriennes de la zone contrôlée par les Kurdes, pour répondre à trois objectifs : gagner leur allégeance à travers l’espoir d’une possible autonomisation, faire pression sur les Turcs, qui supportaient ouvertement l’opposition syrienne, et concentrer ses troupes à l’ouest du pays pour protéger sa ligne de force de l’avancée des rebelles :

« Ce retrait obéissait avant tout à des considérations stratégiques : comme tout historien d’empire le sait, un État aux abois ne peut plus contrôler l’ensemble de son territoire et se déploie stratégiquement en renforçant son emprise sur la capitale et ses zones de repli, en garantissant la sécurité de ses voies d’approvisionnement. Mais la décision de Damas s’expliquait également par la volonté de rendre la monnaie de sa pièce à une Turquie qui soutenait ouvertement la contestation armée syrienne.[7] »

Cette nouvelle alliance permet à la Syrie et à son allié, l’Iran, de montrer à la Turquie qu’ils étaient toujours en position de force vis-à-vis celle-ci, aussi bien que d’avoir un nouvel élément combattant les groupes rebelles :

« Au cours de l’été 2012, alors que les autorités syriennes abandonnaient le « Kurdistan de Syrie » au PYd, les combats entre les forces du PKK et l’armée turque atteignaient une intensité inédite dans les régions kurdes du sud-est de la Turquie. En retour, l’Armée syrienne libre et les djihadistes hostiles au régime livraient bataille aux milices du PYD.[8]»

La Turquie, qui a longtemps attisé la rivalité entre le PYD et le PDK de Massoud Barzani, de façon à diviser les Kurdes davantage, a compris que sa politique hostile au PYD donnait à Bachar al-Assad l’opportunité parfaite d’obtenir l’allégeance des Kurdes syriens. C’est ainsi qu’Ankara est forcée, pour obtenir le retrait des troupes du PKK de son territoire et de sécuriser sa frontière, de rouvrir les négociations avec le PKK et le PYD. Dans un scénario de probable autonomie kurde en Syrie du nord, l’AKP a du revoir sa politique vis-à-vis du Kurdistan syrien. Ceci ne l’a pas, toutefois, empêchée de continuer à financer parallèlement les rebelles qui affrontaient le PYD à l’intérieur du territoire syrien.

De l’autre côté, si le PYD s’est organisé en force militaire, ce n’est pas dû à un simple soutien aveugle à Bachar al-Assad : piégé dans une guerre qu’ils ne considèrent pas comme la leur, les Kurdes ont vu dans l’affaiblissement de l’Etat de Bachar al-Assad la possibilité idéale pour l’obtention de leur autonomie. En effet, un Etat moins centralisé et affaibli serait plus ouvert à la création d’une région autonome qu’un éventuel nouveau gouvernement formé par des partis islamistes :

« Comme   dans  l’Irak   voisin   deux   décennies  plus tôt,  les  Kurdes  de  Syrie  se  sont  rendus  maîtres  d’une  partie  de  leur  zone  de  peuplement  à  partir de   l’été     2012.   Le   PYD   et   les   YPG,   l’aile   militaire   du   mouvement,   détiennent   le   contrôle administratif  et  militaire  du  territoire  kurde,  c’est-à- dire  une  bonne  partie  du  territoire  syrien  à  la   frontière   de   la   Turquie.[9]»

Afin de défendre leur territoire, le PYD et les YPG, une force militaire d’environ 30.000 combattants, affrontent les groupes djihadistes et l’ASL. C’est d’ailleurs l’un de ces groupes djihadistes, l’EIIL, qui a kidnappé, mai dernier, 186 étudiants kurdes à côté d’Alep. A mesure que le PYD s’impose en tant que « rempart contre le danger islamiste[10]», il gagne de l’importance vis-à-vis de ses rivaux, l’AKP d’Erdogan, que le parti accuse de financer les groupes extrémistes tels que l’EIIL, et le PDK de Massoud Barzani, allié d’Ankara. Toutefois, un accord de paix entre l’AKP et le PKK pourrait être finalement profitable pour la Turquie en termes de sécurité, puisque ceci pourrait mener les combattants du PYD à créer une « zone tampon»[11]  entre la Syrie et la Turquie, épargnant celle-ci des effets collatéraux de la guerre civile. C’est ainsi qu’en s’organisant davantage militairement et politiquement, avec des instances politiques extérieures, que le PYD cherche à obtenir une autonomie kurde en Syrie ; l’expérience militaire obtenue à travers les confrontations avec les groupes rebelles, et la légitimité vis-à-vis la population locale qui en découle, donne du concret au projet du PYD :

« Au plan militaire, ses milices, les Unités de défense du peuple (YPG), sont devenues les seules forces armées « légitimes » dans le Nord syrien, impliquées à la fois dans des combats contre l’Armée syrienne libre (ALS) et contre des groupes djihadistes armés  La « menace islamiste » a par ailleurs eu un effet unificateur au profit du PYD pour une partie des Kurdes qui, sans approuver ses méthodes autoritaires, le voient cependant comme le seul parti capable de maintenir les forces islamistes à l’écart des régions kurdes Fort de cette légitimité, le PYD acte en janvier 2014 la création unilatérale de trois cantons autonomes, aux « frontières » floues, dotés chacun de 20 « ministères »[12] »

Toutefois, il serait insensé de considéré la communauté kurde de Syrie en tant que groupe unitaire avec les mêmes revendications. Des rivalités locales opposent des différents partis politiques kurdes : « Le parti [PYD] est sans doute attiré par une construction politique hégémonique, n’accordant, au mieux, qu’une reconnaissance de façade aux autres formations kurdes, lesquelles se plaignent épisodiquement de la répression dont elles sont victimes.[13] »  Même si le PYD a pris le dessus et mène aujourd’hui une politique de répression envers les autres partis kurdes, d’autres groupes kurdes opposés au régime de Bachar al-Assad on pu s’organiser. Ainsi, sur le plan militaire, des organisations armées kurdes ont intégré la lutte contre le régime d’Assad. C’est le cas notamment du Front Islamique Kurde, membre du Front Islamique, qui a lutte avec d’autres groupes Islamistes contre les unités armées de l’YPG. Sur le plan politique, une dizaine de partis politiques kurdes se sont organisés autour du Conseil National Kurde, une organisation fortement influencée par Massoud Barzani. Concrètement, toutefois, le CNK n’a pas pu contrebalancer l’influence du PYD, il n’a pas, aujourd’hui, de contrôle réel dans les zones kurdes syriennes. La communauté kurde en Syrie n’est pas politiquement hégémonique, et même si la majorité veut utiliser l’affaiblissement d’Assad pour favoriser leur lutte pour l’autonomie, il existe encore beaucoup de Kurdes qui militent pour la chute du régime.

C’est ainsi que le PYD a pu utiliser la guerre civile syrienne pour revendiquer l’autonomie[14]. A travers les combats contre l’ASL et des groupes djihadistes, le PYD a pu obtenir le contrôle des territoires kurdes et empêcher la pénétration de groupes rebelles armés[15] Le PYD est ainsi devenu un allié indirect du régime de Bashar el Assad, qu’il souhaite affaibli et décentralisé. Toutefois, cette allégeance peut n’être qu’une situation provisoire : dans le cas où Damas se montrerait contraire à une autonomie kurde, la situation pourrait très vite basculer. En effet, des combats entre les YPG et les forces du régime ont eu lieu à côté de la frontière irakienne, l’une des raisons possibles étant le refus du PYD d’autoriser la population kurde de voter dans les dernières élections mises en scène par le régime de Bachar al-Assad. Dans cette guerre civile, les Kurdes ont vraisemblablement choisi de défendre uniquement leurs intérêts et non ceux d’un régime qui les a délaissés pendant plusieurs décennies.

Bibliographie :

BALANCHE, Fabrice, « Communautarisme en Syrie : lorsque le mythe devient réalité », Confluences Méditerranée 2/ 2014 (N° 89), p. 29-44
URL: www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2014-2-page-29.htm.
DOI : 10.3917/come.089.0029

BOZARSLAN, Hamit, « Les Kurdes et l’option étatique », Politique étrangère 2/ 2014 (Eté), p. 15-26
URL: www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2014-2-page-15.htm.
DOI : 10.3917/pe.142.0015

BOZARSLAN, Hamit, « Les Kurdes, force mouvante dans une région instable », Esprit5/ 2013 (Mai), p. 127-130
URL: www.cairn.info/revue-esprit-2013-5-page-127.htm.
DOI : 10.3917/espri.1305.0127

HARKIN, James. « Up to 186 Kurdish students kidnaped by Isis in northern Syria ». The Guardian, 06/26/2014. Last consulted on 07/03/2014, on http://www.theguardian.com/world/2014/jun/26/186-kurdish-students-kidnapped-isis-syria

KAVAL, Allan, « Dominos kurdes en Syrie », Esprit 11/ 2013 (Novembre), p. 131-134
URL: www.cairn.info/revue-esprit-2013-11-page-131.htm.
DOI : 10.3917/espri.1311.0131

ROUSSEL, Cyril. « La reconfiguration des espaces transfrontaliers dans le conflit syrien », NORIA, Février 2014. URL http://www.noria-research.com/wp-content/uploads/2014/02/ROUSSEL_SYRIA_BORDERS_NORIA_FR.pdf

TEJEL, Jordi, « Les paradoxes du printemps kurde en Syrie », Politique étrangère 2/ 2014 (Eté), p. 51-61
URL: www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2014-2-page-51.htm.
DOI : 10.3917/pe.142.0051

ZAMAN, Amberin. “Syrian Kurds continue to blame Turks for backing ISIS militants”. Al Monitor, 06/10/2014. Last consulted on 07/03/2014, on http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2014/06/zaman-syria-kurds-rojava-ypg-muslim-pyd-pkk-turkey-isis.html#


[1] KAVAL, Allan, « Dominos kurdes en Syrie », Esprit 11/ 2013 (Novembre), p. 131-134

[2] Idem.

[3] BOZARSLAN, Hamit, « Les Kurdes et l’option étatique », Politique étrangère 2/ 2014 (Eté), p. 15-26

[4] KAVAL, Allan, op.ct. 11/ 2013 (Novembre).

[5] BALANCHE, Fabrice, « Communautarisme en Syrie : lorsque le mythe devient réalité », Confluences Méditerranée 2/ 2014 (N° 89), p. 29-44

[6] KAVAL, Allan, op.ct 11/ 2013 (Novembre).

[7] BOZARSLAN, Hamit, op.ct. 2/ 2014 (Eté).

[8] KAVAL, Allan, op.ct 11/ 2013 (Novembre).

[9] ROUSSEL, Cyril. « La reconfiguration des espaces transfrontaliers dans le conflit syrien », NORIA, Février 2014.

[10] KAVAL, Allan, op.ct. 11/ 2013 (Novembre).

[11] Idem.

[12] TEJEL, Jordi, « Les paradoxes du printemps kurde en Syrie », Politique étrangère 2/ 2014 (Eté), p. 51-61

[13] BOZARSLAN, Hamit, op.ct. 2/ 2014 (Eté).

[14] Idem

[15] BALANCHE, Fabrice, op.ct., 2/ 2014 (N° 89).

 

A pocket guide to the Syrian armed opposition

Laura Rufalco, Trainee, GREMMO.

July 07, 2014.

The Syrian civil war, the bloodiest conflict of our Century, opposes a multitude of non-unified – and more often than not antagonistic – groups that, even if they have a goal in common, toppling Assad, they operate in different ways, propagate different ideologies and have different visions of what a post-Assad Syria would look alike. The number of armed people fighting Assad is estimated to be up to 100.000 combatants, divided in about 1.000 armed groups. The extreme difference existing between those groups, their inability to unite themselves in the pursuit of their goals and the internal war existing among them is one of Assad’s biggest assets. Indeed, Bachar al-Assad was able, thanks to Iranian and Russian support, to fight back this fragmented opposition and regain considerable strength. In the words of Aron Lund:

 “There is no central command structure on the national level. Instead, the Syrian insurgency has evolved into a curious hybrid between supra-national and sub-national structures, where rival networks of foreign sponsors shop around for support among locally rooted groups, without the intermediary step of a national Syrian leadership.[1]

This article aims to establish a non exhaustive profile of the most important armed groups engaged against Bachar al-Assad, taking into consideration their aims, ways of action and sponsors, whenever this kind of information is available. Nowadays, the most effective groups combating Assad are considered hard-line Islamists. But before analyzing them, we will initially take a look at the first military group to try to organize itself in a unified armed opposition: the Free Syrian Army (FSA), since at the beginning of the conflict they seemed to be the leader organization representing those who were asking for changes in Syria.

  • The Free Syrian Army (FSA):

Created on July 2011, the FSA is a group composed of tens of thousands military dissidents of Bachar al-Assad’s army and civilians. The headquarters of the group is in Turkey, a country that was, along the USA, an important international support of the Syrian opposition in the first months of the war. The FSA was supposed to act as an umbrella organization believed to coordinate the different groups present in the Syrian battlefield. Its former leader, Riad al-Assad, was indeed first considered as the grand leader of the Syrian rebel groups affiliated to the FSA. As the FSA proved to be ineffective, Riad al-Assad lost its importance to the FSA and to the opposition in general, being replaced at first by Salim Idris. Indeed, at first, several brigades popping out within Syria, including secular and Islamists brigades, commonly declared their affiliation to the FSA. However, as the months passed by, the FSA proved to be a failed organization, with no real links to the groups operating in the battlefield and unable to unify them. Without a real military force and lacking organization, the FSA quickly lost legitimacy in the eyes of the international community and of the groups fighting under its flag. Trying to regain legitimacy and with international support, the brigades fighting under the FSA created the Supreme Military Council, SMS. A BBC News Guide to armed and political opposition in Syria describes the composition of the SMC:

“The SMC has 30 members, six representing each of five « fronts » in Syria – Northern (Aleppo and Idlib), Eastern (Raqqa, Deir al-Zour and Hassaka), Western (Hama, Latakia and Tartus), Central (Homs and Rastan) and Southern (Damascus, Deraa and Suwaida). Each front has a civilian-military council and a commander.”

As the SMC struggles to justify its existence, they have to face the danger of hard-line Islamists groups in Syria. With the rise of ISIS in Iraq, the FSA launched an attack to Islamic State in a city near to the Iraqi border.  As the conflict deepened and become more fragmented, we witnessed the arrival of Islamist groups that were more effective in combating Assad, but also that were feared by the Western World for their common goal of establishing an Islamic state in Syria and beyond. Those Islamists groups, however, proved to be more effective on the battlefield than moderate groups and, as they gains power, the FSA and the SMC lose ground in terms of legitimacy, international support and in terms of combatants, which are deserting the organization to fight in other groups.

  • The Syrian Islamic Front.

Following months of negotiations between a few of the most prevailing Islamic groups fighting in Syria, the Islamic Front was established on November 2013, with an estimated force of about 60.000 combatants. The Islamic Front is an ‘umbrella organization’, a mainly Salafi group financed by the Gulf wealth petro monarchies and private donors. With about 45.000 fighters, it operates as a coalition of several Islamist brigades and it is, at present, the largest alliance of groups combating Assad. Its number one priority is to remove Bachar al-Assad and his family from power – a fight that they consider must be kept inside Syrian border. Even if the group’s ideology is close to that of al-Qaeda and an-Nusra, the Islamic Front rejected the entry of an-Nusra in its coalition, for fear that this might reduce foreign investment. The Front was created by the alliance of eleven powerful groups:

“Kataeb Ahrar al-Sham; in all of the governorates

Liwa al-Haqq, in Homs

Harakat al-Fajr al-Islamiya, in Aleppo and its countryside

Jamaat al-Taliaa al-Islamiya, in the Idleb countryside

Kataeb Ansar al-Sham, in Latakia and its countryside

Katibat Moussaab bin Omeir, in the Aleppo countryside

Jaish al-Tawhid, in Deir al-Zor

Kataeb Suqour al-Islam, in Damascus and its countryside

Kataeb al-Iman al-Muqatila, in Damascus and its countryside

Saraya al-Mahamm al-Khassa, in Damascus and its countryside

Katibat Hamza bin Abdelmuttaleb, in Damascus and its countryside[2]

Even if the Islamic Front refused to be affiliated to an-Nusra, it is evident that both groups are on sociable bases, and they even share a few common goals. They even share responsibility in performing ‘governance activities in areas where the regime has ceded power’. Contrary to an-Nusra, the Islamic Front does not have, by now, international inspirations. Their top priority is to topple Assad and, once they achieve their goal, they intent to establish an Islamic State within the Syrian border.

  •  Jaysh al-Muhajirin wa al-Ansar

Formed in March 2013, al-Muhajirin is an ‘army of emigrants and supporters’, composed in its majority by foreign fighters, especially from the Caucasus. It’s a fusion of jihadists’ brigades, such as Khattab Brigade and the Army of Muhammad. Its leader is a Chechen jihadist, Omar al-Sishani, and the group aims to create an Islamic State in Syria, which puts them closer to the ISIS and an-Nusra.  Estimated to have about 1.000 fighters, they operate in the surroundings of Aleppo Province.

  • Jabhat an-Nusra.

Jabhat an-Nuṣrah li-Ahl ash-Shām is the only al-Qaeda affiliated group operating in Syria. Its leader, Abu Mohammad al-Julani, openly declared allegiance to al-Qaeda’s leader, Ayman al-Zawahiri when the Islamic State of Iraq and Syria tried to attach the an-Nusra front. Their ideology is known as ‘Salafi Jihadist’, and the group was labeled as a terrorist organization by the U.S government on December 2012.  Previously to the Syrian civil war, Jabhat an-Nusra members were part of al-Qaeda in Iraq; they were organized in Syria on January 2012 as a small armed group of less than 7.000 men. An-Nusra is considered as one of the most effective group combating Assad. They were able to capture large parts of Syrian territory, notably important oil fields. The attack strategy of the militia includes suicide bombing and other terrorist tactics. Their primary objective is the fall of Bachar al-Assad, in order to create an “Islamic State with a Salafi interpretation of Islam throughout all Muslim lands and the establishment of a global caliphate with the Quran and the statements of the Prophet as the only sources of law.” The group considers the Syrian borders illegitimate, as it was designed by imperialist powers decades ago. They are, therefore, in favour of an international action – they are also operating in Lebanon. The most part of those combating within Syria, however, are of Syrian nationality. Further than combating Assad, the group “provides governance activities” in the regions under its control. An-Nusra and the ISIS share the same creator, Baghdadi, and even if both groups are issued of al-Qaeda, they were at first in extremely antagonizing position. An-Nusra, however, is known for collaborating with the Syrian Islamic Front, since they partially share the same goals and ideology. Contrary to the ISIS, the An-Nusra is moderately popular among the Syrian population, and the group even has its own website. Several countries were accused of financing the group, mainly Qatar and other wealthy Arab Gulf monarchies, as well as Turkey. As a latest event, the an-Nusra Front announced that now they are willing to collaborate with ISIS in order to create a Islamic Caliphate in Syria and Iraq. 

  • The Islamic State of Iraq and Syria (ISIS).

The ISIS is a highly unpopular, hard-line and gruesome group aiming to establish an Islamic Caliphate in Syria, Iraq and surrounding countries. The past few months the group became more present in the newspapers thanks to its seizure of Iraqi cities Mosul, Kirkuk, Tikrit and other towns along the Euphrates River. The group was able to partially secure the Syrian and Jordanian border and now poses a security threat to Jordan and Israel, as well as to the Assad Regime. Even if ISIS is fighting to topple Assad, contrary to the IF and an-Nusra, the fall of the Assad Regime is not their number one priority, since they want to reshape the borders of the Middle East by unifying the Sunnite Arab states under Islamic law, with no regards to the minorities living in the region. They have indeed proclaimed a Caliphate in-between Syria and Iraq, from Aleppo to Diyala.  The group shares, however, a few similarities with an-Nusra: initially with about 5.000 fighters, the ISIS is the illegitimate child of al-Qaeda. Its leader, Abu Bakr ak-Baghdadi, the previous leader of al-Qaeda in Iraq, is one of the co-founders of the an-Nusra front. In April 2013, Baghdadi decided to expand its action to the Syrian conflict, and to include the an-Nusra front in his newly formed Islamic State of Iraq and Syria. However, both an-Nusra and al-Qaeda rejected the ISIS and demanded its complete dissipation, a command that was ignored by Baghdadi. Henceforth, an inside war between the ISIS and other armed opposition groups took place. In 2013, the ISIS allegedly executed the leader of Ahrar al-Sham, pushing the IS and the an-Nusra to fight in order to ‘expel ISIS from Syria’.  However, the latest events puts ISIS as one of the most powerful armed group operating in the region, and a real threat not only to Assad and its allies, but also to the countries that were backing the Syrian opposition, as Turkey and Saudi Arabia. As the group gain power, its former opponents have to rethink their strategy towards them: lately, the an-Nusra Front declared its allegiance to ISIS, which allowed the Islamic State to gain more power in Syria, but can further destabilize the Islamic opposition to Bachar al-Assad’s Regime.

The Syrian civil war is, partially, a proxy war opposing regional actors. It is evident that the conflict has its own dynamics and domestic features, but the support of foreign countries and groups make the conflict last longer and with more intensity. With the rise of the ISIS in Syria and Iraq, and the creation of the Islamic Caliphate, the Syrian conflict has crossed permanently the Syrian borders. The two most powerful groups opposing Bachar al-Assad, an-Nusra front and the Islamic State, are not only sworn enemies of Assad’s supporters, Iran, Russia and Hezbollah, but they are also a major security threat to Europe, Turkey and the United States. As this hard-line Islamist groups gain more ground and power, so does Assad, since his initial threat of an Islamic rise in the region become a self-fulfilling prophecy. Which means that those who defended him before are comforted in their support, meanwhile those who were opposed to him, mainly the U.S. and Turkey but even Saudi Arabia, are faced with a major terrorist threat in an extremely volatile region.

Comparative board of the Islamic Opposition

 

Islamic Front

An-Nusra

ISIS

International Action

NO

Yes, mainly in Syria and Lebanon. Yes, mainly in Syria and Iraq, but on the border of Jordan and Israel.
Recognition of the Syrian border

YES

NO- Syrian border seen as the illegitimate fruit of Imperialist Western Powers action.

NO- Syrian border seen as the illegitimate fruit of Imperialist Western Powers action.

Top priority. Topple Assad. Topple Assad and implementing Islamic Law in Syria. Establishing an Emirate in Syria, Iraq and the surrounding countries.
Antagonism against Iran and Israel

YES

YES

YES

Al-Qaeda affiliated

NO

YES

Formerly

Governance activities

YES

YES

NO

Work with other opposition groups

YES

YES

NO

Opposite to a democratic rule

YES

YES

YES

Financing

Openly by Saudi Arabia and other Gulf countries, also probably by Qatar and Turkey.

Private donors and probably by Qatar and other Gulf countries. Money from Oil Fields in Syria.

Iraq accuses Saudi Arabia of financing ISIS; Qatar, Kuwait and the United Emirates are also suspected of giving them money. Oil fields.

Bibliography:

Author unknown. Daech et al-Nosra fusionnent à la frontière syro-irakienne. L’orient le jour, 06/25/2014. Last consulted on 07/01/2014, on http://www.lorientlejour.com/article/873439/daech-et-al-nosra-fusionnent-a-la-frontiere-syro-irakienne.html

Author Unknow. FSA hit back at ISIS in east Syria province. Al Arabia Eglish, 06/28/2014. Last consulted on 07/01/2014, on http://english.alarabiya.net/en/News/middle-east/2014/06/28/Syria-opposition-fighters-expel-ISIS-from-eastern-city-.html

Author unknown. In Iraq crisis, a tangle of alliances and enmities. The New York Times, 06/13/2014. Last consulted on 06/24/2014, on http://www.nytimes.com/interactive/2014/06/13/world/middleeast/in-iraq-crisis-a-tangle-of-alliances-and-enmities.html?module=ArrowsNav&contentCollection=Middle%20East&action=keypress&region=FixedLeft&pgtype=Multimedia

Author unknown. Les islamistes de l’EIIL proclament un ‘califat islamique’ entre l’Irak et la Syrie. Le Monde, 06/29/2014. Last consulted on 07/01/2014, on http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/06/29/l-eiil-proclame-l-etablissement-d-un-califat-islamique-et-change-de-nom_4447568_3218.html

Author unknown. Syria crisis : Guide to armed and political opposition. BBC News, 12/13/2013. Last consulted on 07/01/2014, on http://www.bbc.com/news/world-middle-east-24403003

Author unknown. Syria Files : The opposition. Syria Deeply. Last consulted on 06/24/2014, on http://www.syriadeeply.org/background/opposition/

Author unknown. Syria’s armed opposition: brief overview. Carnegie Endowment for international peace. Last consulted on 06/24/2014, on http://carnegieendowment.org/syriaincrisis/?fa=50896&lang=en

Author unknown. Syria: the executive summary. Syria Deeply, 06/24/2014. Last consulted on 06/24/2014, on http://www.syriadeeply.org/articles/2014/06/5697/syria-executive-summary-624/

Author unknown. The Islamic front and Jabhat an-Nusra: assessing the sustainability and future trajectory of the Syrian opposition’s most important alliance through analysis of rhetoric and local governance activity. Courage Services Inc, April 2014. Last consulted on 06/24/2014, on:                                      http://www.courageservices.com/documents/Islamic%20Front%20and%20Jabhat%20an-Nusra_Courage%20Services_Apr2014.pdf

ARANGO, Tim; GORDON, Michael R. Iraqi insurgents secure control of border post. The New York Times, 06/23/2014. Last consulted on 06/24/2014, on http://www.nytimes.com/2014/06/24/world/middleeast/sunni-militants-seize-crossing-on-iraq-jordan-border.html?ref=world&_r=1

BECKER, Andreas. Who finances ISIS? DW, 06/19/2014. Last consulted on 06/24/2014, on http://www.dw.de/who-finances-isis/a-17720149

FILIU, Jean Pierre. Al-Qaeda is dead, long live Al-Qaeda. Carnegie Endowment for international peace, 04/22/2014. Last consulted on 06/24/2014, on http://carnegieendowment.org/syriaincrisis/?fa=55401

HOUNSHELL, Blake. Iraq accuses Qatar of financing jihadi groups in Syria. The Cable Foreign Policy; 03/04/2013. Last consulted on 06/24/2014, on http://thecable.foreignpolicy.com/posts/2013/03/04/iraq_accuses_qatar_of_financing_jihadi_groups_in_syria

LUND, Aron. A public service announcement from Al-Qaeda. Carnegie Endowment for international peace, 06/03/2014. Last consulted on 04/24/2014, on http://carnegieendowment.org/syriaincrisis/?fa=54411

LUND, Aron. One year of Jihadi civil war. Carnegie Endowment for international peace, 04/09/2014. Last consulted on 06/24/2014, on http://carnegieendowment.org/syriaincrisis/?fa=55297

LUND, Aron. Say hello to the Islamic Front. Carnegie Endowment for International peace, 11/22/2013. Last consulted on 06/24/2014, on http://carnegieendowment.org/syriaincrisis/?fa=53679

LUND, Aron. Syria’s Salafi insurgents: The rise of the Syrian Islamic Front. UI Occasional papers, Published by the Swedish Institute of International affairs, January 2013. Last consulted on 06/24/2014,on http://www.ui.se/eng/upl/files/86861.pdf

LUND, Aron. The politics of the Islamic Front, Part 1: Structure and Support. Carnegie Endowment for International peace, 01/14/2014. Last consulted on 06/24/2014, on http://carnegieendowment.org/syriaincrisis/?fa=541837

LUND, Aron. The politics of the Islamic Front, P   art 2: An Umbrella organization. Carnegie Endowment for International Peace, 01/15/2014. Last consulted on 06/24/2014, on http://carnegieendowment.org/syriaincrisis/?fa=54204

MANFREDA, Primoz. Al-Qaeda in Syria: Al Nusra Front. How strong is Al Qaeda in Syria? Middle East About.com, last consulted on 06/24/2014, on http://middleeast.about.com/od/syria/tp/Al-Qaeda-In-Syria-Al-Nusra-Front.htm

PARASZCZUK, Joana. Syria Special: ‘Foreign Jihadists’- Who are Jaish al-Muhajirin wa Ansar? EA WorldView, 08/15/2013. Last consulted on 07/01/2014, on http://eaworldview.com/2013/08/syria-video-feature-who-are-jaish-al-muhajirin-wa-ansar/


[1] LUND, Aron. Syria’s Salafi insurgents: The rise of the Syrian Islamic Front. UI Occasional papers, Published by the Swedish Institute of International affairs, January 2013.

[2] LUND, Aron. Syria’s Salafi insurgents: The rise of the Syrian Islamic Front. UI Occasional papers, March 2013.

Israel and the Syrian crisis

 By Laura Rufalco, trainee, GREMMO

The past decades the Western World, notably the United States, put forward the promotion of democracy as a foreign policy priority. Yet, for many years, the U.S. and Europe tolerated and even supported dictatorship in the Arab world, using the fear of an Islamist rise in the region as a justification for their double standards. With the so called “Arab Spring” that have shaken the Middle East, we indeed witnessed the rise of Islamist groups, mostly by the means of organized elections, as it was the case in Egypt and Tunisia. This put the Western world in an odd position: even if their mea culpa for supporting dictatorship in the region never happened, as demonstrations went on those countries quickly started to put forward a positioning of supporting the Arab people asking for changes. The U.S. and Europe turned their back to the dictators they supported before, affirming their respect to the right of self-determination of peoples. However, this also meant accepting that in some countries the elections would put Islamists into power.

In Syria, a country where the demonstrations were brutally repressed by the regime, the situation quickly degenerated into a civil war, with the US, Turkey, Saudi Arabia and Qatar giving financial and military support to rebel groups. As Turkey and the U.S. believed that the Syrian regime was about to collapse, they continued to show support to the rebel movements. But the regime didn’t collapse: with Iranian and Russian back-up, it was able to regain ground militarily and even politically, by advancing propaganda of defending the country against dangerous hard-line Islamists groups. This argument turned out to be a self-fulfilling prophecy, trapping the Western World diplomacy in the conflict: if in the beginning the U.S., Europe and Turkey were urging Assad to leave power, now they are afraid of who would takeover if he actually did. The attack of ISIS in northern Iraq only proved that the danger of hard-line extremist Islamists groups is real.

As the future of the region became darker, other countries found themselves uncertain of what to do or expect. Israel is another country that is deeply divided concerning Syria. At the beginning of the Syrian civil war, the country expected its biggest ally, the U.S., to have a more active posture in order to oust Assad. For more than four decades, Israel considered Syria as an important security threat. Defeating Assad would diminish the Syrian threat and, moreover, weaken the Iranian regime and Hezbollah, two other sworn-enemies of Israel. However, as the Syrian opposition become more fragmented, with new actors engaging in the conflict, the situation grown to be more complex to Israel as well. For once, Hezbollah continued to represent a major threat to Israel: even if they were more concerned about Syria than Israel for the moment, they were gaining more war experience that could be used in the future against Israel. If taking Assad out of the picture would be a great blow to Hezbollah, a defeated Assad could leave way to other groups more hostile to Israel.

As the ISIS gain power in northern Iraq, Israel sees that the hard-line Islamist threat has become concrete. The country fears that the al-Qaeda linked group, for many considered as a yet more extremist group than al-Qaeda itself, could decide to target Israel once it achieve more power. Israel, as the United States or Turkey, does not welcome the idea of Assad staying into power, but they are yet more afraid of hard-line Islamist groups. But as a country neighboring the war, the situation is much more dangerous to Israel than to other countries involved in the conflict. Divided between “the devil they now” and the Islamist threat, so far Israel  do not have a clear strategy on how to address the Syrian conflict. The country is known for targeting arms transfers either to Hezbollah or to al-Qaeda. They are also creating a buffer zone to secure the border and the Golan Heights. As the conflict lingers and surpass the Syrian border, the threat to Israel became more important, pushing the country to find a more concrete positioning towards the conflict. Nevertheless, in the midst of all this chaos and security threat, Israel was able to take an advantage of the Syrian civil war, as it took the spot light out of the Israeli-Palestinian conflict, replacing it as the center of attention in the Middle East and giving yet more room to Israel to act towards Palestinians as they want without having to be concerned with International pressure.

Bibliography:

Author Unknown. Syria turning into a warlord-run failed state, says former peace envoy. Haaretz, 06/08/2014. Last consulted on 06/09/2014, on http://www.haaretz.com/news/middle-east/1.597626

BASBOUS, Antoine. The real reasons the west is so passive on Syria. Worldcrunch, 06/10/2014. Last consulted on 06/10/2014, on http://www.worldcrunch.com/opinion-analysis/the-real-reasons-the-west-is-so-passive-on-syria/responsibility-obama-assad-islam-war/c7s16156/#.U5dOAvl_sYO

BLANFORD, Nicholas. Israel: Hezbollah is now stronger than any Arab army. Yahoo News, 06/09/2014. Last consulted on 06/09/2014, on http://news.yahoo.com/israel-hezbollah-now-stronger-arab-army-161239663.html

GINSBURG, Mitch. Syria’s Assad has won civil war, Israeli diplomatic official says. Times of Israel, 06/05/2014. Last consulted on 06/10/2014, on http://www.timesofisrael.com/syrias-assad-has-won-israeli-diplomatic-official-says/

KINNINMMONT, Jane. The Syria Conflict and the Geopolitics of the Region. IEMed Mediterranean Yearbook, 2014. Last consulted on 08/06/2014, on http://www.iemed.org/publicacions/historic-de-publicacions/anuari-de-la-mediterrania/sumaris/avancaments-anuari-2013/The%20Syria%20Conflict_Med2014.pdf

LEVITE, Ariel. An Israeli perspective on Syria. Carnegie Endowment for International Peace. June 9, 2014. Last consulted on 06/09/2014, on http://carnegieendowment.org/2014/06/09/israeli-perspective-on-syria/hd7n

MANDFREDA, Primoz. Israeli position on Syrian Conflict: concerns over border chaos and Al Qaeda. About.com, Middle East Issues. Date unknown. Last consulted on 06/09/2014, on http://middleeast.about.com/od/israel/a/Israeli-Position-On-Syrian-Conflict.htm

SAYIGH, Yezid. Syria’s very local regional conflict.  Carnegie Endowment for International Peace. June 9, 2014. Last consulted on 06/10/2014, on http://carnegie-mec.org/2014/06/09/syria-s-very-local-regional-conflict/hd7i

The Russian support to Assad

By Laura Rufalco, Trainee, GREMMO.

Having Russian and Iranian support was what allowed Assad to resist the rebels’ offensive that deeply divided Syria in the past three years. From the beginning of the civil war, Russia and China where the most important Syrian ally in the UN, vetoing any resolution against Assad. Russian support to Assad is not only political, but also military: the country sends to Syria a significant quantity of armory that allows Assad to be stronger on the battlefield, having therefore no need to negotiate with his opponents. This is one of the reasons of the Russian support for Assad’s Syria, the amount of money they are making out of this war. But this is not the only reason Putin is supporting Assad.

When it comes to analyzing the reasons Russia support the Syrian regime, many analysts advance the idea that Russia still has a cold war policy of seeking hegemony in the region against the U.S., therefore it needs to protect its naval base in Syria, which allows Russia to reach the Mediterranean. This cold war policy theory, however, does not completely apply to the Russian foreign policy nowadays. If the country indeed wants to keep his status of a global power, and an important actor influencing the Middle East, Moscow clearly does not have the territorial ambition it had during the cold war. The Middle East is an extremely important energy provider to the world; being an influential actor in the Middle East is part of the foreign policy of any country that has international ambitions.

Another argument, advanced by Russian government itself, is that they are supporting Assad against hard-line Islamists groups gaining power in the region. One of the top priorities Russian foreign policy concerning the region is indeed combating the widespread of hard-line Islamists, as it was the case in Chechnya and the Northern Caucasus. Therefore, the Russians defend their support of Assad as a way to fight the widespread of Islamist groups in the region, and accuse the western word of feeding the crisis throughout their support to the rebel groups fighting Damascus. If this was not entirely the case at the beginning of the conflict, as the time passes by hard-line Islamists groups gain more power on the battle field, justifying the Russian speech. The chaotic situation in Libya and in Iraq seems to corroborate the Russian affirmative.

If at the beginning the U.S. believed a possible solution to the Syrian crisis would pass by Russia, now it is pretty clear that Moscow support to Assad will last. The Ukrainian crisis was another factor that benefited Assad: it took for a while the Syrian conflict of the spot line and it hardener the Russian support to Damascus. Moscow is indeed willing to prove that they are strong enough to fight to battles.

The U.S. passivity towards the Syrian conflict and the Russian positioning towards Syria and Ukraine put the country as one of the most important actors operating in the Middle East nowadays. Traditional U.S. allies such as Egypt are reaching out to Russia, since lately the country seems more engaged in Middle Eastern affairs than the U.S. Moreover, with the takeover of northern Iraq by ISIS, Russia find itself in a position of a country that was fighting to prevent the widespread of chaos in the region – even if it was not entirely the case before. Assad’s self-fulfilling prophecy of an Islamist chaos in the region has become true, and may benefit him and his allies as the Western world begin to talk about the necessity of neutralize the al-Qaeda menace in Syria and Iraq.

Bibliography:

AHMED, Nafeez. Syria intervention plan fueled by oil interests, not chemical weapon concern. The Guardian, 08/30/2013. Last consulted on 06/15/2014, on http://www.theguardian.com/environment/earth-insight/2013/aug/30/syria-chemical-attack-war-intervention-oil-gas-energy-pipelines

FISHER, Max. The four reasons Russia won’t give up Syria, no matter what Obama does. The Whasington Post, 09/05/2013, last consulted on 06/15/2014, on http://www.washingtonpost.com/blogs/worldviews/wp/2013/09/05/the-four-reasons-russia-wont-give-up-syria-no-matter-what-obama-does/

FISK, Robert. Ukraine’s future is tied up with Syria’s – and Vladimir Putin is crucial to both. The independent, 02/21/2014. Last consulted on 06/15/2014, on http://www.independent.co.uk/news/world/europe/robert-fisk-ukraines-future-is-tied-up-with-syrias–and-vladimir-putin-is-crucial-to-both-9145523.html

NICHOLS, Michelle. Russia says Syria agrees to aid access from Iraq, Turkey, Jordan. Reuters UK, 06/18/2014. Last consulted on 06/18/2014, on http://uk.reuters.com/article/2014/06/17/uk-syria-crisis-un-aid-idUKKBN0ES33M20140617

PUTIN, Vladmir. A plea or caution from Russia. The New York Times, 09/11/2013. Last consulted on 06/16/2014, on http://www.nytimes.com/2013/09/12/opinion/putin-plea-for-caution-from-russia-on-syria.html?_r=0

SLY, Liz. Assad taking advantage of U.S.-Russia split over Ukraine, observers say. The Washington Post, 03/07/2014. Last consulted on 06/15/2014, on http://www.washingtonpost.com/world/assad-taking-advantage-of-us-russia-split-over-ukraine-observers-say/2014/03/07/37d0f885-3900-466c-b278-5237087ceffe_story.html

TAYLOR, Adam. Russia on Iraq: we told you so. The Washington Post, 06/12/2014. Last consulted on 06/17/2014, on http://www.washingtonpost.com/blogs/worldviews/wp/2014/06/12/russia-on-iraq-we-told-you-so/

THERME, Clément, « L’Iran et la Russie face aux crises du Moyen-Orient : entre connivence et divergence », Politique étrangère 1/ 2013 (Printemps), p. 131-143
URL: www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2013-1-page-131.htm.
DOI : 10.3917/pe.131.0131

The U.S. (dis)engagement in Syria

By Laura Rufalco,

Trainee, GREMMO

After years of direct involvement in the Middle East, the United States is expected, by many analysts, to be less concerned by Middle Eastern affairs. Years of disastrous wars, a financial crisis and a shale oil revolution would be a bunch of reasons pushing the U.S. away from the Middle East and towards the Pacific, in a new context of emerging powers being more active and competitive in international affairs. The U.S. positioning towards the Syrian war, mostly characterized by a lack of action, is another argument commonly presented by those who defend the idea of an American disengagement in the Middle East. However, may this disengagement be real or not, the Syrian war could not be representative of it, since the lack of a strong commitment of the United States in supporting the rebels can be explained by numerous factors.

First of all, it is important to underline the fact that there was different positioning concerning the role the U.S. should undertake in supporting the rebels, even inside the Obama administration itself. Obama was elected with plans of disengaging the U.S. army from Iraq and Afghanistan, two wars that were extremely expensive in terms of image, money and soldiers. Being more active in Syria would represent a big risk for Obama, who was always reluctant to give a strong military support to the rebels – even though he would openly support them in his speeches, demanding Assad to resign. Meanwhile, the former secretary of state, Hillary Clinton, wanted to supply the rebels with weaponry to allow them to overthrow Assad. With the arrival in the conflict of Islamists groups labeled as extremists, the idea of arming the rebels become more controversial, as the U.S. government feared those weapons could end in the possession of these groups. It is however believed that the refusal by Obama of arming the first opposition groups reinforced extremist groups, financed by Saudi Arabia and Qatar.  Recently, Robert Ford, former U.S. ambassador to Syria, left his post, claiming that he could “no longer defend the American policy” towards Syria, because of the inaction of Obama’s administration.

The American Policy towards the Syrian crisis was not derived of disengagement in the Middle East. It was calculated in terms of risks and benefits the outcome of the conflict could bring to the U.S. foreign policy. Syria was never a top priority to the U.S. government: the country was relatively important to the U.S. since it was deeply tied to Iran, as well as considered as a security threat to Israel. At the beginning of the conflict, the U.S. expected the Assad Regime to fall as quickly as those of Ben Ali or Mubarak, which could be benefic for the U.S. positioning in the region: defending Israeli interests and depriving Iran of one of its most important ally in the region. However, the Iranian and Russian support allowed Assad to counterbalance the power of the rebels. As the conflict become more fragmented, with the engagement of Islamists groups, the U.S. become more fearful of any possible outcome. If the Syrian conflict put the U.S. and Russia to the worst state of their relations since the end of the Cold War, with the election of a new president in Iran, the U.S. reopened the nuclear negotiations. A deeper involvement in the Syrian conflict could jeopardize this new talk with the Iranian government. If the U.S. is now able to approach a sworn enemy, the Syrian crisis shacked the long-lasting relations between the U.S. and Israel and the U.S. and Saudi Arabia. The Gulf monarchy has several times pressured the USA to further engage in the conflict, but the U.S. refused to take a larger involvement – even after Assad regime attacked its own population with chemical weapons. The country that once used the pretext of weapons of mass destruction to attack Iraq was the country that turned a blind eye to a chemical attack in Syria.  There were no red line that Assad could cross to make Washington react.

Washington is not, however, completely inactive in what concerns the Syrian crisis. Even if any U.S. direct intervention has been discarded, for the desperation of Saudi Arabia, the American government is providing some humanitarian assistance – about 1.7 U$ billion to the Syrian population, plus non lethal help and light weaponry to some of the rebel groups, taking precaution that those weapons don’t fall in the hands of Islamists. In the words of Michelle DUNNE:

“As the Syrian conflict has evolved, so have Washington’s policy responses. The United States principally used rhetoric and sanctions against the Syrian government in the first year or so of the conflict, shifting to more active diplomacy in 2012 and 2013. Then it gradually transitioned to covert and then more overt supply and training of rebels in 2013 and 2014.”

The U.S. has been highly criticized for not intervening military in Syria, but the tricky thing about the Syrian conflict is that a military intervention by the U.S. could have been as harmful as not reacting. We will probably never know how Russia or Iran would react to an open attack of the U.S. in the Syrian territory – and the fall of Assad in the actual context can bring to power some dangerous groups. The western fear of Islamists, especially Al Qaeda, makes Assad look like the lesser of two evils.

Concerning the Syrian crisis, the U.S. have different priorities and different plans when compared to its typical allies in the region, Israel and Saudi Arabia. However, for the United States, as for any other country directly or indirectly engaged in the Syrian conflict, the humanitarian tragedy the Syrian population is facing is not a top priority. Those countries are not deeply concerned about the death toll of the conflict; they do not really care about the displaced people inside Syria. Refugees are a matter of concern because of the financial, societal and political cost they generate, and not because of the suffering they are enduring. In a context of realpolitik, the international and regional actors of the conflict calculate the benefits and damages the conflict may bring them, the impacts and risks they are facing. Under this perspective, the conflict can only linger: the different external actors that are supporting the numerous internal groups fighting this war don’t work in order to achieve a peaceful solution for the Syrian people. Instead, they are using this war to attain their own goals and, moreover, to protect themselves of dangerous outcomes. This means that powerful actors find themselves without having a clear strategy to address the conflict, which is the case of Turkey and even of the U.S. Washington is now divided between different scenarios that may be contrary to the U.S. interests in the region: the maintain of the regime, the fragmentation of Syria or the rise of extremists groups would further destabilize the region.

Now it may be too late for the Obama administration to give a more effective support to the rebels to overthrown the regime: they are more afraid of what would succeed to Assad than of Assad himself. At present, they can only expect to put the rebels in a stronger position, as a way to pressure the regime to negotiate – but Assad’s regime has several times proven that a peaceful solution is not their favorite option. Meanwhile, other international actors will keep supporting the different parts of the conflict, without taking in consideration the real cost the Syrian population is paying for them to achieve their geopolitical goals. This pessimistic, dark vision implies that the conflict will last for years to come, putting the Syrian War as the bloodiest conflict of this Century, endangering the entire region, as well as the actors involved.

 

Bibliography:

Author Unknown. U.S. admits supplying lethal aid to Syrian rebelsHaaretz, 06/07/2014. Last consulted on 06/10/2014, on http://www.haaretz.com/news/middle-east/1.597414

Author Unknown. U.S. arms to rebels could turn Syria into next Somalia, commander says.  Haaretz, 06/09/2014. Last consulted on 06/10/2014, on http://www.haaretz.com/news/middle-east/1.597856

Author Unknown. Hillary Clinton: I wanted to arm Syrian rebels, but Obama refused. Haarets, 06/06/2014. Last consulted on 06/10/2014, on http://www.haaretz.com/news/middle-east/1.597362

BASBOUS, Antoine. The real reasons the west is so passive on Syria. Worldcrunch, 06/10/2014. Last consulted on 06/10/2014, on http://www.worldcrunch.com/opinion-analysis/the-real-reasons-the-west-is-so-passive-on-syria/responsibility-obama-assad-islam-war/c7s16156/#.U5dOAvl_sYO

DUNNE, Michele. The costs of U.S. restraint in Syria. Carnegie Endowment for International Peace. June 9, 2014. Last consulted on 06/10/2014, on http://carnegieendowment.org/2014/06/09/costs-of-u.s.-restraint-in-syria/hd7g

FISCHER, Joschka. El nuevo papel de Estados Unidos. El país, 06/05/2013. Last consulted on 06/08/2014, on http://elpais.com/elpais/2013/06/04/opinion/1370349725_306530.html

GORAND, François. Peut-on encore sauver la Syrie ?Commentaire 4/ 2013 (Numéro 144), p. 793-797
URL : www.cairn.info/revue-commentaire-2013-4-page-793.htm.

KINNINMMONT, Jane. The Syria Conflict and the Geopolitics of the Region. IEMed Mediterranean Yearbook, 2014. Last consulted on 08/06/2014, on http://www.iemed.org/publicacions/historic-de-publicacions/anuari-de-la-mediterrania/sumaris/avancaments-anuari-2013/The%20Syria%20Conflict_Med2014.pdf

KHATIB, Lina. Open Talk: Syria in a Regional Context. Carnegie Endowment for International Peace. Mai 13, 2014. Last consulted on 06/09/2014, on http://carnegie-mec.org/2014/05/13/open-talk-syria-in-regional-context/hb9k

KREVER, Mick. Former U.S. Ambassador to Syria Robert Ford: I could no longer ‘defend the American policy’. CNN, June 3rd, 2014. Last consulted on 06/10/2014, on http://amanpour.blogs.cnn.com/2014/06/03/former-u-s-ambassador-to-syria-i-could-no-longer-defend-the-american-policy-robert-ford/

LEVITE, Ariel. An Israeli perspective on Syria. Carnegie Endowment for International Peace. June 9, 2014. Last consulted on 06/09/2014, on http://carnegieendowment.org/2014/06/09/israeli-perspective-on-syria/hd7n

SAYIGH, Yezid. Syria’s very local regional conflict.  Carnegie Endowment for International Peace. June 9, 2014. Last consulted on 06/10/2014, on http://carnegie-mec.org/2014/06/09/syria-s-very-local-regional-conflict/hd7i

 

 

 

 

La Turquie et la crise syrienne : entretien avec Jean Marcou

Par Laura Rufalco, stagiaire au GREMMO.

Entretien avec Jean Marcou, « Professeur des Universités à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble (IEPG), est actuellement directeur des relations internationales dudit Institut, après avoir été pensionnaire scientifique à l’Institut Français d’Études Anatoliennes d’Istanbul (www.ifea-istanbul.net) où il a dirigé, de 2006 à 2010, l’Observatoire de la Vie Politique Turque (OVIPOT – http://ovipot.hypotheses.org). Il a été aussi directeur de la Section francophone de la Faculté d’Économie et de Sciences Politiques de l’Université du Caire (Égypte), entre 2000 et 2006.  À l’IEP de Grenoble, il dirige également le Master « Intégration et Mutations en Méditerranée et au Moyen-Orient. » Ses principaux champs d’enseignement et de recherche concernent l’évolution des équilibres politiques au Moyen-Orient, la vie politique turque (Constitutions, élections et partis politiques, politique étrangère…), les transitions politiques dans le sud de l’Europe (Espagne, Portugal, Grèce, Italie) et l’Union Européenne.[1] »

Propos recueillis par Laura Rufalco, stagiaire, GREMMO.

Grenoble, le 18 avril 2014.

Laura Rufalco : Quel est le positionnement de la Turquie vis-à-vis de la crise Syrienne ? A-t-il eu des changements et des évolutions dans la relation turco-syrienne ?

Jean Marcou : Il y a eu une évolution très nette : les révoltes en Syrie ont commencé à partir du 15 mars 2011, presque trois mois après le début de la crise tunisienne et presque deux mois après le début de la crise égyptienne, alors que le Printemps Arabe était bien amorcé et alors même que la Turquie et la Syrie vivaient depuis 2007/2008 une sorte d’idylle. Ceci était d’ailleurs très surprenant, puisque jusqu’à la fin des années 90 la Turquie et la Syrie avaient des relations exécrables. Ces relations se sont un peu améliorées au début des années 2000, notamment en 2004, avec la signature d’un accord de libre échange, mais surtout à partir de 2007, avec la réaction de la Syrie aux interventions de la Turquie en Irak du nord contre le PKK. On a eu pour la première fois une déclaration très conciliante de la part de la Syrie. Pendant 2008, on va apprendre que la Turquie encadre les pourparlers entre la Syrie et Israël, pour signer un accord de paix séparée, notamment pour permettre la Syrie de récupérer le Golan. Par la suite, en 2009, il y a la signature d’un accord de partenariat stratégique, avec des visites officielles au plus haut niveau : Erdogan et Abdullah Gül se rendent en Syrie ; inversement Bachar al-Assad vient en Turquie. Donc il y a effectivement à la veille des printemps arabes, en 2010 et même encore au début 2011, des relations qui n’ont jamais été aussi bonnes entre la Turquie et la Syrie. Ce qui paraît d’ailleurs plutôt paradoxale, parce que la Syrie antérieurement était le voisin qui posait le plus de problèmes à la Turquie, pour différentes raisons : d’abord parce que la Syrie a abrité jusqu’à la fin des années 90 la guérilla du PKK, avec son leader Öçalan, qui a été expulsé en 1998 et qui sera capturé en 1999 – ceci va également aider à une amélioration de la relation turco-syrienne ; il y avait également le problème de l’eau et le problème de la possession du sandjak d’Alexandrette par la Turquie, considéré par la Syrie comme territoire syrien alors même qu’il a été donné par les français pendant la fin du mandat syrien en 1938. Tout cela faisait de la Syrie un voisin difficile à tenir pour la Turquie. Mais dans l’espace de quelques mois on va avoir une amélioration sensible de leur relation. Là on n’est plus dans des bonnes relations, mais dans des relations de confiance et de coopération dans tous les domaines, au niveau politique, économique, culturel et même au niveau militaire. Parallèlement il y a une dégradation des relations turco-israélienne.

En réalité je dirais que tout au début la Syrie n’est pas vraiment concernée par les Printemps Arabe. En début du mois de février Erdogan et Bachar el-Assad inaugurent ensemble le barrage de l’amitié. On ne sait pas encore si le Printemps Arabe va toucher tous les pays arabes, et comme il n’a pas encore touché la Syrie on a l’impression que rien n’a changé dans les relations turco-syriennes. Là où les choses changent c’est, bien évidemment, à partir de mi-mars, lorsque des manifestations se développent en Syrie et sont très durement réprimées par le régime d’Assad. La Turquie se retrouve à devoir prendre position à la fois politiquement mais aussi sur le plan humanitaire, pour savoir comment réagir à des violations graves aux droits de l’homme. Là il va avoir une évolution des positions turco-syrienne, une nouvelle ère qui s’ouvre entre la mi-mars et le mois d’août 2011 ; pendant cette période la Turquie va essayer de convaincre la Syrie de négocier une sorte de transition politique. Ceci va se traduire par des déplacements d’officiels turcs à Damas, en particulier de responsables diplomatiques comme le Ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu et ses adjoins, mais également de responsables de services secrets, en particulier Hakan Fidan, le responsable du MIT, c’est-à-dire les services de renseignement turc, avec l’idée d’aider la Syrie à trouver une évolution politique possible permettant de résoudre la crise.

Il faut dire que ce dossier syrien dans la période mars-avril est dans un agenda politique encombré car, dans le même moment, il y a la crise libyenne. A l’époque les turcs sont très réticents à l’intervention international, ils sont même hostiles à cette intervention internationale à l’initiative de la France et du Royaume Uni. Ils sont plutôt réservés vis-à-vis des positions occidentales intervenant dans le Printemps Arabe. Les turcs ont approuvé le soulèvement en Tunisie et en Egypte et ont demandé à Moubarak de faire des réformes. Mais vis-à-vis de la Syrie ils avaient une réserve, ils avaient plutôt un discours qui tempérait la situation, qui tendait à essayer de trouver une solution, comme sur la Libye. Parce qu’autant les turcs sur l’Egypte et la Tunisie étaient assez peu concernés, c’est-à-dire qu’ils n’étaient pas directement impliqués car ils n’avaient pas d’accords économiques ni de relations politiques très fortes avec ces deux pays ; en revanche en Syrie, tant sur le plan économique que sur le plan politique il y avait des relations très proches et c’est la même chose en Lybie – moins sur le plan politique, mais sur le plan économique la crise Libyenne va obliger la Turquie à rapatrier près de 25 000 réfugiés. Les turcs sont donc très concernés par ces deux crises, mais pendant les mois de mars et avril 2011 la crise en Libye est beaucoup plus aigue qu’en Syrie.

A partir du mois avril/mai, la situation évolue progressivement parce que la Turquie est amenée à accueillir l’opposition syrienne sur son sol. Alors elle continue à jouer un double-jeu, en disant que, malgré cet accueil, ils étaient à faveur d’une négociation. Mais il y a progressivement un éloignement entre les deux pays, avec des relations qui sont devenues de plus en plus problématiques. Toutes les tentatives de négociation entre la Turquie et la Syrie sont sans résultat : le régime d’Assad continue sa ligne politique répressive qui vise à écraser la rébellion. Le « Rendez-vous de la dernière chance » a lieu en août lors de la visite de Davutoglu, qui va à Damas pour obtenir des concessions, mais le ton du gouvernement turc avait déjà changé : les mois précédant ont a vu une montée de la tension dans les relations turco-syriennes. Erdogan a fait des déclarations de plus en plus sévères à l’égard du régime syrien. Les autorités syriennes interprètent cette visite comme un ultimatum. Les autorités turques de l’AKP sont très attaquées dans le plan intérieur par l’opposition à cause de leur real politik vis-à-vis de la Syrie. Sous pression, Erdogan endurcit son discours envers Assad. On est dans une période où le régime libyen est en train de tomber et la Turquie se rétablit en Libye : elle apparait comme l’un des principaux soutiens du nouveau régime qui est en train de se mettre en place. La Turquie peut ainsi se concentrer un peu plus sur la Syrie, exigeant des concessions de la part d’Assad et une transition politique en Syrie. Là on rentre ans une phase de rupture avec Damas. Lors de son passage à la Ligue Arabe, Erdogan a des mots extrêmement durs vis-à-vis Bachar al-Assad. Les relations entre les deux pays sont dégradées, et cette dégradation est accélérée par l’attaque des représentations diplomatiques d’un certain nombre de pays, dont la France et la Turquie, par des manifestants pro-régime, lorsque le drapeau turc est brûlé. A partir du mois d’octobre/novembre les relations sont rompues et ceci se traduit par un soutien de la Turquie à la rébellion syrienne, non simplement un soutien politique mais matériel et militaire.

Lors de cette première année de révolution en Syrie on a l’impression que la Turquie a réalisé une opération assez réussie de retournement de sa position diplomatique. Elle a réussi à remettre en cause ses liens d’amitié très forts pour apparaître comme l’un des principaux soutiens d’une rébellion syrienne. A l’époque les gens pensent que cette rébellion va aboutir assez rapidement et la Turquie pense avoir fait un choix pertinent car elle pense que le régime va tomber. Elle sera donc le principal soutien aux rebelles et le meilleur allié du régime qui va se mettre en place. Sauf que la crise va continuer.

LR : Concrètement, comment la Turquie est-elle en train de soutenir les rebelles syriens ?

JM : La Turquie a d’abord apporté un soutien humanitaire, notamment en accueillant des multiples réfugiés. Officiellement il y a plus de 900 mil réfugiés en Turquie ; officieusement il y en a plus d’un million et demi. Ce problème humanitaire est un véritable cauchemar pour la Turquie.

Il y a eu également un soutien aux organes officiels de la rébellion, c’est-à-dire le Conseil National Syrien et l’Armée Syrienne Libre. Il y a eu un soutien politique et militaire. Le problème c’est que d’une part ce soutien n’a pas abouti à une victoire et, d’autre part, on s’est aperçu que l’opposition syrienne est très divisée, aussi bien politiquement que sur le terrain.

Cette situation de guerre civile a en quelque sorte détruit la frontière turco-syrienne : malgré la vigilance des autorités turques cette frontière est devenue extrêmement perméable, avec des infiltrations qui sont voulues et même soutenues par le gouvernement turc : des contrebandes, des armes, des activistes… La conséquence de cette situation a été l’attentat à Reyhanli en mai 2013, où on a vu que la Turquie pouvait payer très cher son soutien aux rebelles. Il y a actuellement la crainte que ce type d’événement se multiplie en Turquie. Un autre problème lié aux frontières c’est les implications entre la question syrienne et la question kurde.

Pour la Turquie le problème est devenu de plus en plus difficile car la question est : soutenir qui ? Effectivement, elle a soutenu un peu n’importe qui au départ, mais elle s’est aperçue qu’elle soutenait des groupes qui étaient des terroristes islamistes. Ce soutien a conduit à des divisions internes en Turquie, car il a été reproché par l’opposition. Or il se trouve que dans l’opposition turque il y a une forte sensibilité alévie. C’est là où le conflit syrien a pris une dimension identitaire : il y a eu des propos échangés entre les responsables de l’AKP, qui ont accusé le parti kémaliste de soutenir Bachar al-Assad. Il faut dire que le parti kémaliste a renvoyé en 2012 des émissaires à Damas pour essayer de négocier, en particulier pour essayer de faire libérer des journalistes turcs retenus prisonniers dans la zone syrienne. Le conflit a aussi heurté la politique intérieure et tout ceci est apparu dangereux pour l’AKP, puisque des sondages ont montré que la large majorité des turcs étaient hostiles à une intervention militaire de leur pays en Syrie. Malgré cette politique d’intervention indirecte, considéré imprudente, il ne semble pas que ceci a été nocif pour l’AKP, selon les dernières élections locales. Mais ce conflit est devenu pour la Turquie un véritable cauchemar car il a aussi des implications internes, avec un risque de dimension sectaire.

LR : Quel est l’impact de cette crise dans les relations entre la Turquie et ses voisins régionaux engagés dans le conflit, comme l’Iran, l’Arabie saoudite, le Qatar… ?

JM : La Syrie a indiscutablement contribué à dégrader les relations entre la Turquie et l’Iran. Avant cette crise, il y avait une amélioration rampante des relations turco-iraniennes depuis quelques années. Surtout en 2010, avec l’accord tripartite du 17 mai 2010, signé par la Turquie, le Brésil et l’Iran, visant à formuler une alternative aux sanctions américaines que le Conseil de sécurité allait voter. A cette époque là la Turquie apparaît comme un pays qui s’éloignait de ses alliés occidentaux, y compris sur le dossier iranien. C’était le type même de pays émergent sur le plan économique qui voulait devenir émergent sur le plan politique. A cette époque là la Turquie et le Brésil étaient membres du Conseil de Sécurité donc, en plus de l’accord, la Turquie a refusé de voter des sanctions contre l’Iran. Il y avait effectivement un réchauffement des relations turco-iraniennes, mais il faut toujours s’en méfier car ces relations ont toujours été inégales. On dit de ces deux pays qu’ils ne sont ni amis ni ennemis. Le Printemps Arabe et surtout cette position ambigüe de la Turquie entre le Moyen Orient, avec lequel elle voulait renouer des liens, et de l’autre côté ses alliances avec le monde occidental, en particulièrement l’OTAN, tout ceci a brouillé aux yeux des iraniens la position de la Turquie. Le positionnement turc envers le Printemps Arabe, mais surtout envers la crise syrienne, va contribuer à dégrader les relatons turco-iraniennes, surtout lorsque la Turquie s’engage à côté des rebelles, notamment lorsqu’elle accueille en 2012 une conférence des Amis de la Syrie. A la même époque, Erdogan se rend en Iran et dit que les deux pays ont un rôle dans la résolution de la crise syrienne. Dans l’espace de 24 heures on voit cette politique très inégale de la Turquie envers l’Iran et la Syrie, très mal interprétée par Téhéran.

Ceci va rapprocher plus que jamais la Turquie et le Qatar, ça va rapprocher également jusqu’à l’année dernière la Turquie et l’Arabie saoudite et la Turquie et l’Egypte. Le renversement de Morsi, qui a d’ailleurs bien été accueilli à Damas, a éloigné la Turquie et l’Egypte. Par contre, la dégradation de la situation en Syrie, notamment à partir de 2012, a proportionné une sorte de retour de la Turquie vers l’ouest. Dans un contexte difficile et dangereux, la Turquie a obtenu l’installation de missiles patriotes de l’Otan, sous contrôle allemand, américain et néerlandais. Ceci va contribuer aussi à la dégradation de la relation avec l’Iran et avec la Russie. La Russie et la Turquie sont d’ailleurs dans des positions extrêmement différentes. En vérité, la Syrie a un peu isolé dans la région la Turquie, car elle se retrouve avec la Syrie au sud, l’Iran à l’est et au nord la Russie : c’est-à-dire qu’elle est relativement isolée au moment où la crise syrienne s’approfondie. Tout ça va contribuer à la rapprocher à ses alliés traditionnels, en particulier des USA, mais aussi de ses alliés européens, en particulier la France : en septembre 2013 la Turquie et la France ont été les pays le plus virulents dans le souhait d’organiser une riposte à l’usage d’armes chimiques par le régime de Damas.

On peut se demander si la crise syrienne n’a pas aussi contribuée à une amélioration de la relation turco-israélienne, qui était très dégradée. Il n’y a pas eu de rupture diplomatique entre Israël et la Turquie, mais il y avait eu une réduction de ces relations à leur plus simple expression. Récemment, il y a eu une certaine amélioration de ces relations, soutenue par les USA. Malgré tout, cette restauration n’est pas pour l’instant convaincante : elle ne s’est pas traduite par le retour des ambassadeurs. Il semble d’ailleurs que là aussi la Turquie joue un double-jeu : elle ne souhaite pas tant que cela cette amélioration, pour pouvoir conserver la position qu’elle a acquise à l’égard du monde Arabo-musulman, avec lequel en parallèle les relations ne sont pas aussi bonnes qu’elles pouvaient l’être en 2010. Avec l’Arabie saoudite les relations se sont dégradées, même si les deux pays sont à peu près sur des positions proches à propos de la crise syrienne. Malgré tout, ce qui a impacté la relation ave l’Arabie saoudite c’était essentiellement la crise égyptienne, notamment du soutien qui a apporté l’Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis au régime d’Abdel Fattah al-Sissi. Avec le Qatar les relations ont toujours été bonnes. Ceci étant, la position du Qatar n’est plus aussi importante et favorable qu’elle a pu l’être au début des Printemps Arabes. Donc finalement c’est un allié beaucoup moins important.

LR : Des scénarios possibles ? A long-terme, quels seront les implications pour la Turquie ?

JM : Depuis l’année dernière il est clair que la crise va durer et que si elle évolue, ça sera plutôt en faveur du régime d’Assad. Les rebelles sont divisés et il ne faut pas oublier qu’ils posent des problèmes à la Turquie. La Turquie a soutenue une peu n’importe comment les rebelles au début et on voit bien maintenant qu’elle est dans une situation difficile : en soutenant les rebelles elle se brouille avec les kurdes. Au cours des derniers mois elle a cessé de dire qu’elle n’a jamais aidé les rebelles islamistes, et essaie de montrer qu’elle n’était plus prête à soutenir n’importe quels rebelles. Il y a eu quelque chose de significatif : elle a adressé des mises en garde très sévères au groupe d’islamistes [djihadiste l’Etat islamique en Irak et au Levant] qui a menacé le mausolée de Suleyman Shah, situé à la frontière turco-syrienne.

La Turquie est en train, depuis quelques mois, d’apprendre à vivre avec le conflit syrien. Il y a en permanence des pressions migratoires lorsqu’il y a des attaques à la frontière, ainsi que des contrebandes et l’insécurité qui se développent. Parallèlement, il y a des implications intérieures, notamment avec la question kurde. La crise syrienne a accentué les relations entre le gouvernement kurde d’Irak du nord et la Turquie, pour des raisons économiques et politiques. Depuis bientôt deux ans il y a une véritable région kurde autonome de Syrie du Nord. Cette région, qui s’étend sur la frontière turque, est tenue par le PYD, une branche syrienne du PKK. La Turquie et le gouvernement de Massoud Barzani en Irak du nord sont très hostiles à cette tendance politique. L’Irak et la Turquie se sont en effet rapprochés pour adresser des messages et des mises en gardes au PYD.

La crise syrienne interfère directement dans la politique intérieure turque, comme le démontre une écoute effectuée lors d’une réunion tenue dans le bureau du Ministre des Affaires étrangères, Davutoglu, concernant la question syrienne. Lors de cette réunion, les différents protagonistes s’interrogeaient sur l’opportunité d’une intervention militaire en Syrie, en particulier pour protéger le mausolée de Suleyman Shah. On voit bien donc que cette crise est susceptible d’interférer en permanence désormais dans les débats politiques en Turquie. On voit aujourd’hui une omniprésence de la crise syrienne, qui a une capacité à intervenir dans le jeu politique turc.


[1] Petite BIO tirée du site Huffington Post (http://www.huffingtonpost.fr/jean-marcou/).

 

Trapped in an international civil war: Turkey and the Syrian crisis

By Laura Rufalco, Trainee, GREMMO.

The Syrian crisis has undergone different phases since March 2011: it began as the Bachar al-Assad regime crushed down demonstrators, in what at the time was considered as a part of a movement widely known as Arab Spring. The same year, a military intervention lead by Western countries and NATO allowed rebel movements to overthrown Kaddafi in Libya. One year later, in 2012, the public opinion dealing with the Syrian conflict strongly believed that it was only a matter of time until Assad followed the same path as Kaddafi – but he didn’t. Thanks to Iranian and Russian support, Bachar al-Assad was able to win back great parts of Syrian territory, as well as to regain strength. The rebels groups supported by Saudi Arabia, Turkey, Qatar and the United States were not able to construct themselves as a unified opposition, and internal war among them helped the other side to become stronger. However the state of the fragmented opposition was, by 2013 both France and the USA considered attacking strategic points of the regime in order to overthrown Assad, since his regime was accused of a chemical attack towards its own population. For Turkey great distress, since the country was counting on western support to be able to directly intervene in Syria, the attack never took place. A new report accuses Turkey and opposition groups– and not Bachar al-Assad, of being behind the chemical attack of 2013, as a way of pressuring the USA to attack Syria. Different analyses were made to counter-attack this doubtful theory, and even if today we don’t know for sure what was the role of Turkey – and how far would the country go to overthrown Assad, we do know that the war in Syria is considered a top priority for Erdogan and the AKP, since it has deeply impacted Turkish domestic, regional and international politics.

Recently, an illegal recording of a reunion between Turkish Foreign Minister Ahmet Davutoglu and Hakan Fidan, chef of the MIT, among other Turkish dignitaries, testify of the will of Turkey to directly intervene in the conflict, by creating a fake attack that would become a pretext for a Turkish intervention. The fact that the record was made public was a great blow to the Turkish government. A direct attack never happened, but most probably Turkey was supporting the rebels groups that attacked the Armenian city of Kasab, a support highly criticized by the Armenian Diaspora.   Unable to operate a direct attack Syria, especially now that the USA is showing reticence in participating in any sort of attack as well as in supporting rebel groups, Turkey finds itself in a quite isolated environment in the Middle East, surrounded by Syria, Russia and Iran. The relations with regional powers such as Israel are no longer friendly, and the Saudi support to the overthrown of Mohamed Morsi in Egypt created a distance in the relation between Saudi Arabia and Turkey[1]. As the AKP insist on the necessity of overthrowing Assad – lately Foreign Minister Davutoglu affirmed that the country would not recognize the legitimacy of the Syrian presidential election, Turkey continue to faces the reality of its owns limitations and the necessity of international support in the quest of a final outcome for the war.

Furthermore, Turkey faces insecurity caused by the permeability of its border with Syria, and the presence of extremists groups linked to al-Qaida in Syria and Iraq represents a permanent risk to Turkey. If the conflict lingers, which probably will happen, Turkey will continue to face a humanitarian crisis caused by the immense numbers of refugees crossing the border. It is now clear that, even if the country is the first destination in accommodating Syrian refugees, Turkey cannot handle the question of the refugees without international help. While refugees are facing distress in Turkey, without proper accommodation, and while the Turkish public opinion is contrary to the AKP positioning towards the Syrian war, Erdogan seems to be blocked in the idea of overthrowing Assad, even if it compromises Turkish domestic police. Indeed, an important file deeply impacted by the crisis is the Kurdish question. Turkey was able to create strong links with the Iraqi KRG and its president, Massoud Barzani, especially because of their economic ties created by the oil trade; Turkey and Barzani are, however, extremely hostile to the possibility of an autonomous Kurdish zone in Syria controlled by the PYD – affiliated to the Turkish PKK. Recently, the overrun of Mosul by the al-Qaeda affiliated ISIL further complicated the Turkish positioning towards the Syrian conflict: the AKP government is an ally of the Iraq Kurds and is supporting them against the ISIL militants. The presence of al-Qaeda/ ISIL in the region is contrary to Turkish interests, but so is the maintenance of Assad’s regime.

At the beginning of the conflict, Turkey appeared as an ally to the opposition of a dictatorial regime crushing its own population, and AKP was seen as the protector of the Syrian refugees. Now, however, the situation has been completely reversed: Turkey is failing to cope with the humanitarian crisis created by the refugees and its won population is against the role of the country in feeding the Syrian crisis. AKP has been several times criticized, internationally and domestically, by its support to extremists groups, and the attack on Kasab was a painful reminder of an open wound of Turkey: the Armenian Genocide. Was Assad to lose the war, an unlikely outcome by now, Syria would face further domestic chaos and the rise of jihadist groups not necessarily friendly towards the AKP – the takeover of Mosul by ISIS is significant of the chaos Turkey will have to face if these groups take power. Moreover, this could lead to a continue flow of refugees to Turkey and the rise of an autonomous Kurdish zone in the north of Syria, linked to the PKK – a scenario not quite cheerful for the AKP. If Assad continues to be the head of the Syrian state, which would mean an open defeat and humiliation for Erdogan, the number of Syrian refugees in Turkey will continue to increase. Adding to this equation, a great number of jihadists would cross the border to the Turkish side, as a regime completely hostile to the AKP would continue to lead the country. Apparently, whatever the outcome of this war is, the result can be quite harmful for AKP and Turkey, a country trapped in a long-lasting conflict that they did not create, but helped to intensify.

Bibliography:

Author Unknown. La Turquie menace de riposte si un tombeau historique ottoman en Syrie est attaqué. AfriScoop, 03/14/2014. Last consulted on 04/22/2014, on http://www.afriscoop.net/journal/spip.php?article9746

Author Unknow. The rising cost of Turkey’s Syrian Quagmire. Europe Report N230, Crisis Group, April 30, 2014. Last consulted on 05/01/2014, on http://www.crisisgroup.org/en/regions/europe/turkey-cyprus/turkey/230-the-rising-costs-of-turkey-s-syrian-quagmire.aspx

Author Unknown. Syrie: les Etats-Unis prêts à répondre à l’attaque chimique. Libération, Augoust 27, 2013. Last consulted on 04/30/2014, on http://www.liberation.fr/monde/2013/08/27/syrie-le-royaume-uni-envisage-un-action-militaire_927387

Author Unknow. Turkey wages war on Syria: leaked recording confirms Turkish “False Flag” attack. Global Research, March 29, 2014. Last consulted on 05/01/2014, on http://www.globalresearch.ca/turkey-wages-war-on-syria-leaked-recording-confirms-turkish-false-flag-attack/5375807

AFANASIEVA, Dasha. Turkey builds wall in token effort to secure border with Syria. Reuters, May 5, 2014. Last consulted on 05/05/2014, on http://www.reuters.com/article/2014/05/05/us-syria-crisis-turkey-wall-idUSBREA4409Z20140505

AKYOL, Mustafa. Turkey was inept, not evil in Syria. The New York Times, 04/22/2014. Last consulted on 04/22/2014, on: http://www.nytimes.com/2014/04/23/opinion/turkey-was-inept-not-evil-in-syria.html?_r=0

ARANGO, Tim. Recordings, posted online, rattle officials in Turkey. The New York Times, March 27, 2014. Last consulted on 05/01/2014, on http://www.nytimes.com/2014/03/28/world/europe/high-level-leaks-rattle-turkey-officials.html?_r=0

AYAD, Christophe; BARTHE, Benjamin; GUIBERT, Nathalie et RIOLS, Yves-Michel. L’été où la France a presque fait la guerre en Syrie. Le Monde, February 13, 2014. Last consulted on 04/30/2014, on http://www.lemonde.fr/international/article/2014/02/13/chroniques-syriennes-1-3-a-l-ete-2013-le-choc-de-l-attaque-chimique-en-banlieue-de-damas_4365000_3210.html

COLE, Juan. Turkish Opinion Poll finds majorities slam Erdogan policies on Alcohol, Syria. Informed Comment, Thoughts n the Middle East, History and Religion, June 3, 2013. Last consulted on 05/05/2014, on http://www.juancole.com/2013/06/turkish-majorities-policies.html

HERSH, Seymour M. The Red Line and the Hat Line. In: London Review of Books, April 17, 2014. Last consulted on 04/30/2014, on: http://www.lrb.co.uk/v36/n08/seymour-m-hersh/the-red-line-and-the-rat-line

LEVERETT, Flynt and MANN LEVERETT, Hillary. Can the West get out of its (self-made) cul-de-sac? World Financial Review, April 2014. Last consulted on 04/29/2014, on http://www.worldfinancialreview.com/?p=4468

NABA, Réné; YEGAVIAN, Tigrane. Kessab rattrapé par le conflit syrien. Mondialisation, Mai 1, 2014. Last consulted on 05/01/2014, on: http://www.mondialisation.ca/kessab-rattrape-par-le-conflit-syrien/5380033

NATALIE, Denise. Erdogan mishandles Kurdish files. Al Monitor, January 8, 2014. Last consulted on 04/22/2014, on http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2014/01/turkey-kurds-erdogan-barzani-balance-pyd-pkk-krg.html#

WUKGENBURG, Wladimir V. The Syria factor in Iraqi Kurdish politics. Carnegie Endowment for International Peace, 04/21/2014. Last consulted on 04/29/2014, on http://carnegieendowment.org/syriaincrisis/?fa=55390


[1] Interview with Jean Marcou, April 2014.

Qatar and the Syrian crisis

By Laura Rufalco, Trainee, GREMMO

The Syrian Civil war has became a battlefield of a proxy war between regional actors. Even if the conflict respond to its own dynamics and has a core of its own, independent of international actors, there is no doubt that it was magnified by the engagement of neighboring countries interested in the fall or the maintain of the regime.

Four countries are deeply implicated in the conflict: Iran, Saudi Arabia, Turkey and Qatar, by means of a direct or indirect involvement. The strategic positioning of some of these neighboring countries is easier to analyze than others. We have two opposite regional powers fighting for hegemony and trying to destabilize the balance of powers to their own side. Backing the Assad’s Regime, we have the unconditional support of Iran – a support that allowed the Assads to regain power at a time the international community thought their fall was only a matter of time. On the other side, we have Saudi Arabia financing rebel groups, in an incessantly effort to bring down the regime, which would be a huge blow to Saudi Arabia biggest enemy in the region, Iran, and would therefore diminish what they believe to be a ‘Shiite threat’.

But analyzing the strategy of other countries engaged in the conflict becomes a difficult quest when it comes to Turkey and Qatar. Turkey is perhaps the most impacted country after Syria itself, because of the insecurity present on its southern border and also because of the immense number of refugees crossing this border every day.  The Turkish government, which for long has been supporting rebel groups in the hope that Assad would follow the same path as Kaddafi, is now trapped in a crossway where all the sides lead to a dangerous future. Assad is, by now, not losing this war, and the consequences of him staying in power will deeply impact Turkey’s domestic and international policy. However, was Assad to lose the war, the eventual groups that would seize power, and the possible fragmentation of Syria, could also represent a big threat to Turkey. Therefore, analyzing the Turkish strategy towards the Syrian conflict is extremely difficult, especially because by now the AKP itself seems to have no clear strategy on how to address the Syrian crisis.

In this complex environment that is the Middle East, nothing is as simple as it seems to be; the positioning of another country deeply involved in the conflict, Qatar, is a good example of this statement. If we take for granted the idea that the small – but wealthy – country, with a Sunni monarchy, would be intrinsically opposite to the “croissant chiite”, this would explain the Qatari engagement in supporting the Syrian opposition. As Saudi Arabia, Qatar would want to undermine Iran – the biggest Shiite threat in the region, by seeking the fall of the Alawites in Syria. This would put Qatar side by side with Saudi Arabia and other Gulf monarchies. However, the maze of the Syrian war is more complex than one might imagine. First of all, we need to keep in mind that, even if Iran is not seen as an ally to Qatar, the Persian country does not represent the same risk to the Qatari monarchy as it represents to Saudi Arabia. Qatar is a wealthy country thanks to its oil and gas reserves. Indeed, the biggest gas reserve from Qatar is shared with Iran, which means that both countries must preserve their relations in order to protect their gas exploitation. The interest of Qatar in Syria is not merely to have an indirect way to attack Iran, as it is for Saudi Arabia. Some analysts even affirm that one of the goals of Qatar in financing the fall of Assad would be an ‘investment’ for the future: once Assad is down, Qatar would use Syrian territory to construct a pipeline that would export gas from Qatar to the Mediterranean countries. However, this theory, even if it founds its ground in reality, cannot, by all means, be considered a reason in itself for Qatari engagement in the conflict. The Qatari engagement in the Syrian war, by financially supporting rebel groups of all sorts, as well as providing them with weaponry, mainly respond to a regional strategy: to translate the country’s economic power into political influence in the region.

Since the beginning of the so-called ‘Arab Springs’, Qatar put itself forward as the defender of the Arab people fighting against dictatorship. Aljazeera, the news channel of the Qatari monarchy, was actively covering the demonstrations, meanwhile Qatar openly supported rebels in Libya and demonstrators in Egypt. The rise of Islamists governments supported by Qatar would be the award of their support to demonstrators and rebels – as it was the case in Egypt, when Mohamed Morsi was elected president. With Islamists groups gaining power in the countries touched by the Arab Spring, Qatar would satisfy its ambitions of being a regional leader, since those groups are intimately lined with Qatar’s monarchy. Therefore, this quest for regional influence would partially explain why Qatar almost immediately started supporting rebel groups in Syria, providing them with over 3U$ billions.

Moreover, in order to understanding the Qatari engagement towards Syria, we first have to take a look at the Saudi Arabia – Qatar relations. Both are Sunni petro-monarchies, but regional rivals that defend different sorts of political Islam. Qatar’s support to the Muslim Brotherhood put the country in bad terms with Saudi Arabia. More than Syria, Egypt is the country that best represents the Saudi-Arabia – Qatar rivalry. The military coup d’état backed by Saudi Arabia that brought an end to the government of Mohamed Morsi and the Muslim Brotherhood in Egypt was a great blow to the Qatari foreign policy and its plans. But Qatar did not stop supporting the Muslim Brotherhood and others Islamists groups, even those considered by Saudi Arabia as ‘too extremists’. Last March, Saudi Arabia, Bahrain and the United Arab Emirates withdrew their ambassadors from Qatar, as a protest to the country’s support of Muslim Brotherhood and other Islamists movements. Saudi Arabia has been accusing Qatar of playing for both sides in their support for different – and rivals- groups of the Syrian opposition, which would undermine the opposition efforts to fight Assad. Even if Saudi Arabia and Qatar want the same thing, the fall of Assad, they do not want it for the same reason. Under that perspective, both countries become important rivals, seeking the same goal for different purposes. In the group of supporters of the Syrian opposition, Qatar would be closer to Turkey than to Saudi Arabia. Meanwhile, the Syrian opposition continues to be fragmented and to face internal conflicts that weaken their action.

What we witnessed lately, however, is a seemingly retreat of the Qatari government towards a more neutral position. A new strategy of the country would be to claim a political solution for the conflict, leaving the financing of the rebel groups to Saudi Arabia. The Qatari government was even accused of recreating ties with Damascus, which was promptly denied. The idea that Qatar is backing away from supporting the rebels is, however, denied by some analysts. Nonetheless, if the new strategy of the country is yet to be clarified, the certainty that Bachar al-Assad is about to fall is long gone. In that new context, Qatar is reanalyzing its strategy – its political costs and its impact on its foreign policy.

Bibliography:

Author Unknown. Guerre en Syrie : le Qatar nie avoir des contacts avec les allés de Damas. Le Monde, 12/04/2013. Last consulted on 05/13/2014, on: http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/12/04/guerre-en-syrie-le-qatar-nie-avoir-des-contacts-avec-les-allies-de-damas_3524894_3218.html

Author Unknown. Le Qatar veut faire la paix avec la Syrie. RIA Novosti, 10/21/2013. Last consulted on 05/12/2014, on: http://fr.ria.ru/presse_russe/20131021/199606942.html

Author Unknown. L’Iran et le Qatar admettent une « différence ». L’orient le jour, 02/26/2014. Last consulted on 05/12/2014, on http://www.lorientlejour.com/article/856402/syrie-liran-et-le-qatar-admettent-une-difference-.html

Author Unknow. Qatar says no differences with Saudi Arabia over Syria. Reuters, 03/23/2014. Last consulted on 05/14/2014, on http://www.reuters.com/article/2014/03/23/us-syria-crisis-qatar-saudi-idUSBREA2M06C20140323

ALFONEH, Ali; WEINBERG, David Andrew. The Syrian strategies of Iran, Saudi Arabia, Qatar and Turkey. Defend democracy, September 2013. Last consulted on 05/13/2014, on http://www.defenddemocracy.org/the-syria-strategies-of-iran-saudi-arabia-qatar-and-turkey/

BAKR, Amena. Defying allies, Qatar unlike to abandon favored Syria rebels. Reuters, 03/20/2014. Last consulted on 05/14/2014, on http://www.reuters.com/article/2014/03/20/us-syria-crisis-qatar-idUSBREA2J0WM20140320

ENNARSI, Nabil. Quel rôle joue le Qatar dans la révolution en Syrie ? Rue89, 09/12/2012. Last consulted on 05/10/2014, on: http://rue89.nouvelobs.com/2012/09/12/quel-role-joue-le-qatar-dans-la-revolution-en-syrie-235276

HERARD, Pascal. Syrie : le gaz du Qatar influence-t-il le conflit ? TV5 Monde, 09/09/2013. Last consulted on 05/13/2014, on: http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/Les-dossiers-de-la-redaction/syrie-2013/p-26220-lg0-Syrie-le-gaz-du-Qatar-influence-t-il-le-conflit-.htm

KIRKPATRICK, David. 3 Gulf countries pull ambassadors from Qatar over its support of Islamists. The New York Times, 03/05/2014. Last consulted on 05/14/2014, on: http://www.nytimes.com/2014/03/06/world/middleeast/3-persian-gulf-states-pull-ambassadors-from-qatar.html?_r=0

MALBRUNOT, Georges. Syrie : le Qatar accusé par ses alliés de jouer un double jeu. Le Figaro, 16 décembre 2013. Last consulted on 05/13/2014, on http://blog.lefigaro.fr/malbrunot/2013/12/syrie-le-qatar-accuse-par-ses.html

OWEIS, Khaled Yacoub. Saudi-Qatar rivalry divides Syrian opposition. Reuters, 01/15/2014. Last consulted on 05/14/2014, on http://www.reuters.com/article/2014/01/15/us-syria-crisis-qatar-idUSBREA0E1G720140115

Proche-Orient : Une alternative à la lecture culturaliste : à propos de L’Etat confessionnel de Mahdi Amil

Pour citer cet article : Jérôme Maucourant, « Une alternative à la lecture culturaliste : à propos de L’Etat confessionnel de Mahdi Amil », Al Mouaten1 1, n°39, oct-nov 1997, pp. 17-18.

Un débat important de notre modernité concerne les moyens de résoudre les problèmes que poseraient la coexistence des “communautés”, quelles que soient les façons de définir ce terme. Quant aux communautés confessionnelles, l’expérience libanaise est riche d’enseignements. La guerre civile aurait, pour certains, des causes internes, comme l’impossibilité supposée des sociétés multiconfessionnelles à atteindre le modèle laïc dont l’Occident serait le parangon. Pour d’autres, le processus de liquidation des formes politiques héritées de l’empire Ottoman aurait été empêché par une cause principalement externe : le contexte géopolitique très particulier constitué par les conflits israëlo-palestiniens et israëlo-arabes. Le livre de Mahdi Amil a le mérite de constituer une alternative aux explications par trop culturalistes qui enferment le Liban dans l’immobilité supposée d’un Orient imaginaire ; de même, Amil se démarque résolument des interprétations faisant la part trop belle à certaines déterminations géopolitiques qu’on estime capables de manipuler un corps social essentiellement passif.

Mahdi Amil, de son vrai nom Hassan Hamdan, théoricien du parti communiste libanais assassiné en 1987 (par des extrémistes issus de sa communauté d’origine précise G. Labica dans l’introduction à l’ouvrage), tente ici de penser la question du confessionalisme dans une démarche inspirée par Louis Althusser. La langue de l’auteur semble donc bien empreinte de l’esprit d’une autre époque ; nombre de certitudes de l’auteur sur l’aspect crucial de la “lutte des classes” dans la dynamique de la guerre civile contribue aussi à vieillir cet ouvrage. Le malaise qu’on peut ressentir augmente à la mesure des répétitions, lesquelles sont dues à la structure même du texte en forme de dialogue avec des auteurs.

Toutefois, il serait dommage que le lecteur n’ait pas la volonté de décortiquer une pensée qui associe la rigueur avec une intuition majeure ; loin d’être l’expression transhistorique d’une essence, la confession est un rapport politique qui subordonne les classes dominées “à leur représentants confessionnels au sein de la bourgeoisie (…) elles sont privées, dès lors, d’une existence politique indépendante” [p. 37]. La logique du confessionalisme comme système ne doit pas donc être compris à la lumière d’une généalogie des formes sociales, laquelle mettra en évidence, par exemple, le rôle des millets ottomans ; au contraire, cette logique doit être remis dans le contexte des métamorphoses du “mode de production capitaliste” dominant et de ses avatars de la “périphérie”. Toutefois, ce dernier point n’est pas vraiment abordé dans l’ouvrage qui se donne pour objet essentiel la signification présente du confessionalisme. Celui-ci aurait engendré un état de crise structurelle, source d’“une guerre civile permanente”, rendant violente la transition vers la modernité comprise comme “état bourgeois cohérent”. Amil précise à cet égard, dans un passage d’une force rare [pp. 180-181] que le confessionalisme “menace les libertés religieuses en confirmant le caractère politique des communautés confessionnelles”.

En premier lieu, Amil montre que l’équilibre confessionnel est nécessairement hégémonique [p. 46] en conséquence du résultat inévitable de la compétition entre les confessions qui est organisée à l’intérieur de ce type État. Ainsi, parce que “cet état confessionnel est l’obstacle à l’unification de la société” [p. 131], ce serait une erreur de penser qu’un confessionalisme réformé permettrait d’engendrer des formes plus modernes de pratiques démocratiques qui, à long terme, en viendraient même à dissoudre les confessions.

En second lieu, Amil polémique avec ceux qui, dans le cadre du marxisme, défendent de façon inconséquente le “pluralisme libanais” [p. 260] qui serait un antidote au racisme, alors que le fruit du confessionalisme a été, selon Amil, l’entreprise phalangiste de créations de cantons confessionellement “purs”. Il rejette également ceux des “marxistes” libanais qui assimilent les communautés à des classes et qui rendent les maronites responsables du confessionalisme [p. 196 et p. 214] ; une telle critique, adressée aux prétendus marxistes libanais qui dérivent en fait vers des positions confessionnelles [p. 216], est d’autant bien venue que ce genre d’approximation n’est pas l’apanage des “marxistes”. En effet, de telles propositions résultent de l’absence d’une conceptualisation sérieuse de la confession comme rapport politique et de l’oubli de la spécificité du concept marxien de classes lequel est essentiellement économique. “L’analyse de classe n’a pas de préférence pour une confession”, insiste Amil ; le chiite, par exemple, peut donc selon cette analyse être révolutionnaire parce que “luttant contre Israël” et “réactionnaire” s’“il adopte une position réactionnaire” [p. 264].

Précisément, l’assassinant d’Amil résulte de cette position de raison que cet intellectuel a defendue. Trop conscient de la perversité du confessionalisme, il n’attribuait pas de vertu particulière à la communauté comme essence, laissant ce genre de rêverie à certains orientalistes. Toutefois, les infortunes de la guerre civile sont aussi dues aux errements de l’“analyse matérialiste” telle que certains, comme le secrétaire général du parti communiste libanais, l’ont pratiquée. G. Corm [1989, pp; 326-7] a ainsi proposé d’expliquer l’emprise croissante des phalangistes sur les chrétiens par l’irresponsabilité de dirigeants “progressistes” responsable du massacre de Damour etc. : n’oublions d’ailleurs pas qu’au début de la guerre les phalangistes étaient minoritaires chez les chrétiens. Bien sûr, Amil n’aurait pas apprécié cette remarque qui va, néanmoins, dans un sens qu’il n’aurait pas désavoué : rendre compte des événements par la compréhension de la logique des rapports de force, loin de toute référence à la permanence du “religieux” qui instituerait mystérieusement et à jamais les règles politiques.

D’ailleurs, la période qui s’ouvre de 1988 à la fin de la guerre ouverte en 1990, illustre la thèse selon laquelle le jeu politique Libanais n’est pas voué éternellement au confessionalisme. La période où Aoun est au pouvoir correspond à une déconfessionalisation du conflit, selon Henry Laurens [1991, p. 371] ; malheureusement, le contexte politique qui émerge de la Guerre du Golfe a œuvré de façon décisive à reconfessionalisation totale d’un système politique libanais qui, à l’heure qu’il est, on ne s’en étonnera pas, est fragile [Maila, 1995, p. 21]

Bibliographie

Corm G., [1991], L’Europe et l’Orient, La découverte, Paris 1989.

Laurens H., [1991] Le Grand Jeu – Orient arabe et rivalité internationale, Paris, Armand Colin.

Maila J., [1995] “La république de Taêf ou l’esprit des institutions”, pp. 9-20, Centre d’action et d’information sur le Liban ed., Actes du colloque organisé par le d’action et d’information sur le Liban et le Centre d’étude et de recherches internationale.

  1. revue animée alors par G. Corm, futur ministre de l’économie du Liban [1998-2000] []

Les enjeux du soutien iranien au régime syrien

Entretien avec Samy Adghirni, journaliste de la Folha de São Paulo, spécialiste du Moyen Orient.

M. Adghirni a travaillé sur le terrain lors des révoltes qui ont eu lieu en Tunisie, en Libye, en Egypte et en Syrie. Il est correspondant permanent à Téhéran depuis décembre 2011.

 Propos recueillis par Laura Rufalco, stagiaire, GREMMO.

Grenoble/Téhéran, le 10 avril 2014.

 

Laura Rufalco : Concrètement, comment l’Iran est en train d’aider le régime d’Assad ?

Samy Adghirni : J’ai été deux fois en Syrie : avant la crise, en 2007, donc j’ai vu à quoi ressemblait le régime de Bachar ; ensuite, j’y suis allé vers la fin de 2012, quand c’était une situation opposée et quand c’était peut être le pire moment pour Assad, un moment où on s’était dit que ses jours étaient comptés. C’était vraiment l’impression que tout le monde avait quand j’y suis allé ; c’était très tendu, Bachar était sur le point de perdre Damas. Les rebelles étaient vraiment puissants ; Assad était affaibli financièrement, politiquement, militairement. La situation a beaucoup changé depuis cette époque là : Assad va très bien, la situation à Damas a été normalisé, il y a moins de check points… Donc pour revenir à la question : le soutien iranien à Assad se donne de plusieurs façons : c’est tout d’abord un soutien militaire très significatif. L’année dernière une vidéo iranienne montre l’action des Gardiens de la Révolution iraniens en Syrie. C’est une vidéo qui a été filmée par les services de communication interne des Gardiens de la Révolution, pour des fins de propagande interne en Iran, où l’on voit les iraniens en action en Syrie : essentiellement de l’encadrement militaire par des généraux des Gardiens de la Révolution. C’est la formation et l’encadrement de milices, c’est du renseignement militaire – les iraniens sont très bons en renseignement.

Il y a également de plus en plus un soutien financier. Une des dernières nouvelles qui circule actuellement c’est que l’Iran aurait envoyé plusieurs milliers de tonnes de blé et de nourriture pour la population syrienne, évidemment la population dans les zones contrôlées par le régime. L’Iran a mis également en place des facilités pour l’acquisition du pétrole : la Syrie en ce moment a du mal à exploiter ses propres ressources, qui déjà ne sont pas énormes, donc l’Iran l’aide dans ce sens là. Après il faut dire qu’il y a beaucoup de guessing quand on parle de ces relations, parfois c’est dur de vérifier certaines informations.

Le soutien politique de l’Iran est plus modeste parce que l’Iran est lui-même un État assez isolé. Le soutien politique d’Assad est essentiellement la Russie, notamment grâce à son siège permanent au Conseil de Sécurité. L’Iran envoie beaucoup d’armes, mais il y en a qui disent que c’est la Russie qui en envoie le plus. Et pour revenir au plan militaire, le Hezbollah, qui envoie ses meilleurs combattants en Syrie, évidemment c’est le bras de l’Iran : le Hezbollah est une création iranienne. Et même si le soutien politique iranien ne se fait pas au niveau multilatéral, il est vrai que quand on voit que le président du parlement iranien, Ali Larijani, prend le risque d’aller en Syrie et apparaît à côté d’Assad et que le Ministre iranien des Affaires étrangères sur la même semaine rencontre des occidentaux et que trois jours plus tard il va serrer la main d’Assad, ceci envoie un signe.

Toutefois, il y a une subtilité très importante, c’est d’où vient ce soutien à la Syrie ? Le système iranien est très fragmenté ; c’est un système qui est plus horizontal que vertical : ce n’est pas une dictature classique. Donc le soutien à la Syrie ne vient pas nécessairement du Ministère des Affaires étrangères. Essentiellement, ce soutien vient des gens du Guide [de la Révolution, Ali Khamenei], de ses conseillers et des Gardiens de la Révolution. L’ambassadeur de l’Iran à Beyrouth, l’ambassadeur de l’Iran à Damas, ce gens là ne sont pas vraiment des diplomates, mais plutôt la main mise des Gardiens de la Révolution. Les correspondants étrangers et les diplomates à Téhéran ont souvent détecté des décalages entre ce qui souhaitaient les militaires, c’est-à-dire les Gardiens de la Révolution, et le Ministère des Affaires étrangères, qui sont plutôt sur une voie diplomatique et qui sont des défenseurs moins acharnés d’Assad. Même à l’époque d’Ahmadinejad, Ali Akbar Salehi, le Ministre des Affaires étrangères de l’époque, faisait des commentaires assez surprenants, disant qu’il fallait négocier avec l’opposition – ce qui n’était pas du tout en phase avec la politique menée par le Guide, de soutien absolu, total et inconditionnel à Assad et selon laquelle l’opposition est formée pars des terroristes qu’il faut éliminer, puisqu’on ne négocie pas avec des terroristes.  Quand on parle des politiques d’affaires étrangères de l’Iran il faut voir qui tire les ficelles. On voit que Rouhani ne parle pas beaucoup de la Syrie : il y a forcément des tensions au sein du gouvernement.

LR : A-t-il une figure désignée par le Régime pour s’occuper de l’affaire syrienne ?

SA : Oui, mais pas tout à fait officiellement. Ce sont des informations très difficiles à obtenir, mais on sait que c’est un homme très discret qui a la confiance totale du Guide, Qassem Souleimani : c’est l’un des principaux ennemis d’Israël, des sunnites et des américains. Il est le commandant de la faction Quds des Gardiens de la Révolution, une faction très puissante – il y en a qui affirment qu’elle est pratiquement autonome vis-à-vis des Gardiens de la Révolution. Souleimani est le responsable de gérer tous les dossiers externes des Gardiens de la Révolution, comme l’Irak, l’Afghanistan et le Hezbollah ; il est également en charge du dossier syrien.

Et encore une fois toutes les frictions et les fissures de courants qui existent dans le système iranien se reproduisent à l’intérieur même des Ministères des Affaires étrangères. Donc à l’intérieur du MAE iranien il y a une faction qui est plus proche du Guide que de Rouhani. L’un de ces personnages clés est le vice-ministre des Affaires étrangères chargé d’Afrique et du Moyen Orient, Amir Abdollahian. Il est un Basij, un type conservateur, qui gère le dossier syrien aux Affaires étrangères. Il y a également des hommes de l’ombre, qui sont proches du guide et que l’on voit moins, mais que certainement s’occupent de ce dossier.

LR : Quel est le ressenti de la population iranienne par rapport au rôle de l’Iran dans la crise syrienne ?

SA : Là c’est très subjectif, mais j’ai l’impression qu’il y a beaucoup de gens qui sont contre. Les iraniens sont très politisés et suivent beaucoup l’actualité, donc ils sont au courant de ce qui se passe. Il y en a qui disent que c’est du gaspillage d’argent, d’envoyer des milliards de dollars aux syriens, c’est du gaspillage politique puisque cela ne fait qu’énerver les occidentaux et que l’Iran ne gagne rien. Mais de l’autre côté, il y en a ceux qui disent qu’évidemment il faut soutenir Bachar, que la guerre en Syrie est une guerre contre l’Iran : si les occidentaux, les arabes et les turcs mettent autant d’argent et d’énergie en Syrie, c’est simplement pour atteindre l’Iran. Et il ne faut pas oublier qu’il y a des sanctuaires très importants en Syrie, notamment Sayyidah Zaynab, situé dans une zone sunnite à Damas qui était très anti-Bachar. Il y a également des volontaires iraniens qui vont se battre en Syrie car ils croient avoir un devoir religieux.  Pareillement, il y a ceux qui, par une perception d’auto-survie, supportent le rôle de l’Iran, puisqu’ils pensent que si la Syrie tombe, l’Iran sera la prochaine cible.

LR : Quels bénéfices tirent l’Iran de leur support à Assad ? Et quels préjudices ?

SA: D’abord c’est une question de survie, de stratégie.  On ne gagne rien en soutenant Assad, on maintien le statu quo. On préserve plus qu’on ne gagne. Et plus la situation devient difficile, plus ça coûte cher en argent, en équipement, etc. Après c’est très simple : la Syrie c’est le seul véritable allié de l’Iran dans la région. L’Iran est entouré de pays avec lesquels sa relation est complexe. Avec le Pakistan et l’Afghanistan la relation est très tendue, avec l’Irak aussi, même si maintenant il y a un gouvernement chiite en Irak, mais qui reste très lié aux USA. Avec la Turquie aussi la relation est complexe, heureusement qu’il y a des intérêts économiques entre les deux pays qui permetent de pondérer des positionnements politiques très opposés. Avec les pays du Golfe c’est également compliqué, notamment avec l’Arabie saoudite : c’est presque la guerre ouverte. La Syrie reste donc le seul véritable soutien inconditionnel de l’Iran, et ceci date des années 80 quand Saddam Hussein a attaqué l’Iran et la Syrie s’est immédiatement mise du côté iranien. Ce soutien c’est maintenu après la mort de Khomeiny et  de Hafez al-Assad. La Syrie est aussi un canal qui permet l’Iran de toucher la Méditerranée : Le Liban, Israël, la Palestine.  En 2006 il a eu la signature d’un pacte militaire, à l’époque d’Ahmadinejad, déterminant que les pays doivent s’aider en cas d’agression. Assad a tout à gagner de ce soutien, mais s’il tombe l’Iran perd son seul et unique véritable allié. Si le conflit perdure, l’Iran perd beaucoup financièrement, le conflit coûte très cher. C’est de l’argent qui part et qui ne reviendra pas. Politiquement, cela crée des tensions énormes avec des pays comme la Turquie et l’Arabie saoudite. Mais il est digne de note qu’il y a eu un infléchissement de la politique américaine, qui commence à s’apercevoir qu’il faut peut-être en discuter avec l’Iran.

LR : Existe-t-il un lien entre les négociations à propos du nucléaire iranien et la crise en Syrie ?

SA : Oui, bien sur. Ce lien est toutefois moins évident que certains croient, parce que quand les délégations se retrouvent pour discuter le nucléaire, on parle de nucléaire et très peu d’autres sujets. On en a peut être parlé au début, au tout début quand politiquement il fallait envoyer des signes comme quoi on était vraiment engagé à trouver une solution pour le conflit. Mais là on est dans une spécificité nucléaire qui est déjà suffisamment compliquée pour qu’on parle d’autres sujets. Mais il est clair que le sujet de la Syrie est dans les esprits lors de ces réunions. La situation est d’autant plus complexe car les gens de Rouhani, qui gèrent à ce moment de dossier nucléaire et les négociations, ne sont pas directement liées au dossier syrien.

LR : Jusqu’où irait l’Iran pour supporter Assad ?

SA : Il est important de souligner que l’Iran soutient ses propres intérêts beaucoup plus qu’il ne soutient Bachar. Dans un cas extrême où il faut laisser Bachar, ils le laisseront, s’ils ont suffisamment de garanties que les intérêts iraniens seront préservés. C’est-à-dire : la gestion du dossier Hezbollah, un soutien politique syrien inconditionnel… si tout ceci est préservé, la figure de Bachar deviendrait moins importante. On entend souvent des déclarations iraniennes dans ce sens là, des messages indirects qui montrent qu’ils ne seraient pas tellement attachés à la personne de Bachar. Le positionnement officiel iranien c’est qu’ils soutiennent Assad jusqu’aux élections, qui auront lieu cette année. Evidemment, c’est presque gagné d’avance pour Bachar, mais c’est une façon de dire qu’on laisse parler le peuple. Il ne faut pas oublier qu’une partie de cette population soutient Assad : c’est peut être un soutien qui n’est pas sincère, mais les gens ont peur du chaos, ils ont peur d’Al Qaida. La Syrie est un pays de minorités qui sont clairement avec Bachar.

LR : Là on ne retombe pas dans la complexité du régime iranien, qui fait que même si une partie du gouvernement serait prête à laisser tomber Assad s’ils ont des garanties, on aura une autre partie qui s’acharnerait à le défendre ?

SA : L’une des raisons pour laquelle l’Iran entraîne des milices en Syries, des milices très sectaires, c’est à mon avis en pensant à l’après Bachar. Car si on entraîne une milice de chiites, d’alaouites et de chrétiens, si Bachar tombe, si la Syrie se fragmente, c’est une façon de garder une influence iranienne et un bras armé en Syrie. Il y a évidement cette anticipation d’une éventuelle chute d’Assad, qui gère beaucoup d’anxiété. Mais maintenant la situation a changé, le soutien des russes et des iraniens a bien marché, Assad est de plus en plus fort – tellement fort que maintenant il va se promener dans des écoles en plein jour à Damas. J’ai participé à une réunion entre des députés brésiliens et l’une des figures le plus importantes du gouvernement iranien, Aladdin Boroudjerdi, le président de la Commission des Affaires étrangères du Parlement iranien. Il a dit que l’Emir du Qatar, que deux ans auparavant accusait l’Iran d’être du mauvais côté de l’histoire, actuellement veut discuter à propos de la Syrie avec l’Iran. Les qataris ont compris que la situation n’est pas du tout à leur avantage et ça joue en faveur des iraniens.

Je suis persuadé que l’une des raisons pour laquelle les américains ont décidé d’aller chercher un accord avec les iraniens sur le dossier nucléaire c’est par pragmatisme, c’est le disengagement, the pivotal change : les américains ont compris que la grande menace stratégique à long terme est la Chine, et ils se repositionnent stratégiquement en fonction de la Chine. Je suppose qu’ils veulent moins se préoccuper de tout ce qui est Moyen Orient et ses alentours : les américains sont partis d’Irak, ils ont bien réduit leur présence en Afghanistan, le soutien à Israël commencerait à infléchir. Ils commencent également à s’apercevoir que la relation avec les saoudiens est contre-nature. Ils n’ont rien en commun à part le pétrole et avec la shale oil revolution aux USA, cette relation commence à en souffrir. Les américains veulent moins s’occuper du Moyen Orient et commencent à admettre que l’Iran est un acteur incontournable, qu’il faut négocier avec les iraniens avant de partir du Moyen Orient. De l’autre côté, la relation entre la Syrie et l’Iran est également contre-nature : ils n’ont rien en commun, à part l’axe de résistance contre l’hégémonie occidentale. L’un est arabe, l’autre est persan ; l’un est nationaliste, l’autre, une théocratie. L’un est un pays pauvre, dans une logique marginale, alors que l’Iran est une puissance régionale véritable. Entre eux il n’y a pas d’échange culturel, il n’y a pas de soft power : leur relation est purement stratégique. Mais la relation contre-nature Iran-Syrie se tient bien, pendant que la relation contre-nature USA-Arabie saoudite devient compliquée.

LR : Des scénarios possibles ?

SA : Le scénario le plus pertinent à court et à moyen terme est un Bachar puissant qui va peut-être gagner. L’infléchissement du positionnement du Qatar, qui partage avec l’Iran la plus grande réserve de gaz au monde, est preuve d’une nécessité de dialogue avec l’Iran. Du côté de l’opposition, les groupes soutenus par le Qatar ne sont pas les même soutenus par l’Arabie saoudite. L’Armée Syrienne Libre a complètement disparu, passant d’un acteur prépondérant à un acteur marginal dans le conflit. Aujourd’hui, le conflit est entre les troupes d’Assad et du Hezbollah contre des organisations sunnites ultra-radicales. Les rebelles syriens perdent beaucoup de soutien, entre eux-mêmes ils ne s’entendent pas et ceux qui vont à des rencontres diplomatiques pour négocier politiquement ne sont pas les mêmes qui sont sur le terrain à combattre. La situation des opposants syriens est catastrophique. Tout ceci joue en faveur d’Assad et en faveur de l’Iran. Aujourd’hui je ne vois pas d’infléchissement de la position iranienne parce que l’Iran a l’impression que sa politique a payé. Et le discours iranien selon lequel l’opposition est formée par des terroristes qui tuent des enfants dans des écoles avec des bombes, c’est une prophétie qui s’autoréalise.