Proche-Orient : Une alternative à la lecture culturaliste : à propos de L’Etat confessionnel de Mahdi Amil

Pour citer cet article : Jérôme Maucourant, « Une alternative à la lecture culturaliste : à propos de L’Etat confessionnel de Mahdi Amil », Al Mouaten1 1, n°39, oct-nov 1997, pp. 17-18.

Un débat important de notre modernité concerne les moyens de résoudre les problèmes que poseraient la coexistence des “communautés”, quelles que soient les façons de définir ce terme. Quant aux communautés confessionnelles, l’expérience libanaise est riche d’enseignements. La guerre civile aurait, pour certains, des causes internes, comme l’impossibilité supposée des sociétés multiconfessionnelles à atteindre le modèle laïc dont l’Occident serait le parangon. Pour d’autres, le processus de liquidation des formes politiques héritées de l’empire Ottoman aurait été empêché par une cause principalement externe : le contexte géopolitique très particulier constitué par les conflits israëlo-palestiniens et israëlo-arabes. Le livre de Mahdi Amil a le mérite de constituer une alternative aux explications par trop culturalistes qui enferment le Liban dans l’immobilité supposée d’un Orient imaginaire ; de même, Amil se démarque résolument des interprétations faisant la part trop belle à certaines déterminations géopolitiques qu’on estime capables de manipuler un corps social essentiellement passif.

Mahdi Amil, de son vrai nom Hassan Hamdan, théoricien du parti communiste libanais assassiné en 1987 (par des extrémistes issus de sa communauté d’origine précise G. Labica dans l’introduction à l’ouvrage), tente ici de penser la question du confessionalisme dans une démarche inspirée par Louis Althusser. La langue de l’auteur semble donc bien empreinte de l’esprit d’une autre époque ; nombre de certitudes de l’auteur sur l’aspect crucial de la “lutte des classes” dans la dynamique de la guerre civile contribue aussi à vieillir cet ouvrage. Le malaise qu’on peut ressentir augmente à la mesure des répétitions, lesquelles sont dues à la structure même du texte en forme de dialogue avec des auteurs.

Toutefois, il serait dommage que le lecteur n’ait pas la volonté de décortiquer une pensée qui associe la rigueur avec une intuition majeure ; loin d’être l’expression transhistorique d’une essence, la confession est un rapport politique qui subordonne les classes dominées “à leur représentants confessionnels au sein de la bourgeoisie (…) elles sont privées, dès lors, d’une existence politique indépendante” [p. 37]. La logique du confessionalisme comme système ne doit pas donc être compris à la lumière d’une généalogie des formes sociales, laquelle mettra en évidence, par exemple, le rôle des millets ottomans ; au contraire, cette logique doit être remis dans le contexte des métamorphoses du “mode de production capitaliste” dominant et de ses avatars de la “périphérie”. Toutefois, ce dernier point n’est pas vraiment abordé dans l’ouvrage qui se donne pour objet essentiel la signification présente du confessionalisme. Celui-ci aurait engendré un état de crise structurelle, source d’“une guerre civile permanente”, rendant violente la transition vers la modernité comprise comme “état bourgeois cohérent”. Amil précise à cet égard, dans un passage d’une force rare [pp. 180-181] que le confessionalisme “menace les libertés religieuses en confirmant le caractère politique des communautés confessionnelles”.

En premier lieu, Amil montre que l’équilibre confessionnel est nécessairement hégémonique [p. 46] en conséquence du résultat inévitable de la compétition entre les confessions qui est organisée à l’intérieur de ce type État. Ainsi, parce que “cet état confessionnel est l’obstacle à l’unification de la société” [p. 131], ce serait une erreur de penser qu’un confessionalisme réformé permettrait d’engendrer des formes plus modernes de pratiques démocratiques qui, à long terme, en viendraient même à dissoudre les confessions.

En second lieu, Amil polémique avec ceux qui, dans le cadre du marxisme, défendent de façon inconséquente le “pluralisme libanais” [p. 260] qui serait un antidote au racisme, alors que le fruit du confessionalisme a été, selon Amil, l’entreprise phalangiste de créations de cantons confessionellement “purs”. Il rejette également ceux des “marxistes” libanais qui assimilent les communautés à des classes et qui rendent les maronites responsables du confessionalisme [p. 196 et p. 214] ; une telle critique, adressée aux prétendus marxistes libanais qui dérivent en fait vers des positions confessionnelles [p. 216], est d’autant bien venue que ce genre d’approximation n’est pas l’apanage des “marxistes”. En effet, de telles propositions résultent de l’absence d’une conceptualisation sérieuse de la confession comme rapport politique et de l’oubli de la spécificité du concept marxien de classes lequel est essentiellement économique. “L’analyse de classe n’a pas de préférence pour une confession”, insiste Amil ; le chiite, par exemple, peut donc selon cette analyse être révolutionnaire parce que “luttant contre Israël” et “réactionnaire” s’“il adopte une position réactionnaire” [p. 264].

Précisément, l’assassinant d’Amil résulte de cette position de raison que cet intellectuel a defendue. Trop conscient de la perversité du confessionalisme, il n’attribuait pas de vertu particulière à la communauté comme essence, laissant ce genre de rêverie à certains orientalistes. Toutefois, les infortunes de la guerre civile sont aussi dues aux errements de l’“analyse matérialiste” telle que certains, comme le secrétaire général du parti communiste libanais, l’ont pratiquée. G. Corm [1989, pp; 326-7] a ainsi proposé d’expliquer l’emprise croissante des phalangistes sur les chrétiens par l’irresponsabilité de dirigeants “progressistes” responsable du massacre de Damour etc. : n’oublions d’ailleurs pas qu’au début de la guerre les phalangistes étaient minoritaires chez les chrétiens. Bien sûr, Amil n’aurait pas apprécié cette remarque qui va, néanmoins, dans un sens qu’il n’aurait pas désavoué : rendre compte des événements par la compréhension de la logique des rapports de force, loin de toute référence à la permanence du “religieux” qui instituerait mystérieusement et à jamais les règles politiques.

D’ailleurs, la période qui s’ouvre de 1988 à la fin de la guerre ouverte en 1990, illustre la thèse selon laquelle le jeu politique Libanais n’est pas voué éternellement au confessionalisme. La période où Aoun est au pouvoir correspond à une déconfessionalisation du conflit, selon Henry Laurens [1991, p. 371] ; malheureusement, le contexte politique qui émerge de la Guerre du Golfe a œuvré de façon décisive à reconfessionalisation totale d’un système politique libanais qui, à l’heure qu’il est, on ne s’en étonnera pas, est fragile [Maila, 1995, p. 21]

Bibliographie

Corm G., [1991], L’Europe et l’Orient, La découverte, Paris 1989.

Laurens H., [1991] Le Grand Jeu – Orient arabe et rivalité internationale, Paris, Armand Colin.

Maila J., [1995] “La république de Taêf ou l’esprit des institutions”, pp. 9-20, Centre d’action et d’information sur le Liban ed., Actes du colloque organisé par le d’action et d’information sur le Liban et le Centre d’étude et de recherches internationale.

  1. revue animée alors par G. Corm, futur ministre de l’économie du Liban [1998-2000] []

Les enjeux du soutien iranien au régime syrien

Entretien avec Samy Adghirni, journaliste de la Folha de São Paulo, spécialiste du Moyen Orient.

M. Adghirni a travaillé sur le terrain lors des révoltes qui ont eu lieu en Tunisie, en Libye, en Egypte et en Syrie. Il est correspondant permanent à Téhéran depuis décembre 2011.

 Propos recueillis par Laura Rufalco, stagiaire, GREMMO.

Grenoble/Téhéran, le 10 avril 2014.

 

Laura Rufalco : Concrètement, comment l’Iran est en train d’aider le régime d’Assad ?

Samy Adghirni : J’ai été deux fois en Syrie : avant la crise, en 2007, donc j’ai vu à quoi ressemblait le régime de Bachar ; ensuite, j’y suis allé vers la fin de 2012, quand c’était une situation opposée et quand c’était peut être le pire moment pour Assad, un moment où on s’était dit que ses jours étaient comptés. C’était vraiment l’impression que tout le monde avait quand j’y suis allé ; c’était très tendu, Bachar était sur le point de perdre Damas. Les rebelles étaient vraiment puissants ; Assad était affaibli financièrement, politiquement, militairement. La situation a beaucoup changé depuis cette époque là : Assad va très bien, la situation à Damas a été normalisé, il y a moins de check points… Donc pour revenir à la question : le soutien iranien à Assad se donne de plusieurs façons : c’est tout d’abord un soutien militaire très significatif. L’année dernière une vidéo iranienne montre l’action des Gardiens de la Révolution iraniens en Syrie. C’est une vidéo qui a été filmée par les services de communication interne des Gardiens de la Révolution, pour des fins de propagande interne en Iran, où l’on voit les iraniens en action en Syrie : essentiellement de l’encadrement militaire par des généraux des Gardiens de la Révolution. C’est la formation et l’encadrement de milices, c’est du renseignement militaire – les iraniens sont très bons en renseignement.

Il y a également de plus en plus un soutien financier. Une des dernières nouvelles qui circule actuellement c’est que l’Iran aurait envoyé plusieurs milliers de tonnes de blé et de nourriture pour la population syrienne, évidemment la population dans les zones contrôlées par le régime. L’Iran a mis également en place des facilités pour l’acquisition du pétrole : la Syrie en ce moment a du mal à exploiter ses propres ressources, qui déjà ne sont pas énormes, donc l’Iran l’aide dans ce sens là. Après il faut dire qu’il y a beaucoup de guessing quand on parle de ces relations, parfois c’est dur de vérifier certaines informations.

Le soutien politique de l’Iran est plus modeste parce que l’Iran est lui-même un État assez isolé. Le soutien politique d’Assad est essentiellement la Russie, notamment grâce à son siège permanent au Conseil de Sécurité. L’Iran envoie beaucoup d’armes, mais il y en a qui disent que c’est la Russie qui en envoie le plus. Et pour revenir au plan militaire, le Hezbollah, qui envoie ses meilleurs combattants en Syrie, évidemment c’est le bras de l’Iran : le Hezbollah est une création iranienne. Et même si le soutien politique iranien ne se fait pas au niveau multilatéral, il est vrai que quand on voit que le président du parlement iranien, Ali Larijani, prend le risque d’aller en Syrie et apparaît à côté d’Assad et que le Ministre iranien des Affaires étrangères sur la même semaine rencontre des occidentaux et que trois jours plus tard il va serrer la main d’Assad, ceci envoie un signe.

Toutefois, il y a une subtilité très importante, c’est d’où vient ce soutien à la Syrie ? Le système iranien est très fragmenté ; c’est un système qui est plus horizontal que vertical : ce n’est pas une dictature classique. Donc le soutien à la Syrie ne vient pas nécessairement du Ministère des Affaires étrangères. Essentiellement, ce soutien vient des gens du Guide [de la Révolution, Ali Khamenei], de ses conseillers et des Gardiens de la Révolution. L’ambassadeur de l’Iran à Beyrouth, l’ambassadeur de l’Iran à Damas, ce gens là ne sont pas vraiment des diplomates, mais plutôt la main mise des Gardiens de la Révolution. Les correspondants étrangers et les diplomates à Téhéran ont souvent détecté des décalages entre ce qui souhaitaient les militaires, c’est-à-dire les Gardiens de la Révolution, et le Ministère des Affaires étrangères, qui sont plutôt sur une voie diplomatique et qui sont des défenseurs moins acharnés d’Assad. Même à l’époque d’Ahmadinejad, Ali Akbar Salehi, le Ministre des Affaires étrangères de l’époque, faisait des commentaires assez surprenants, disant qu’il fallait négocier avec l’opposition – ce qui n’était pas du tout en phase avec la politique menée par le Guide, de soutien absolu, total et inconditionnel à Assad et selon laquelle l’opposition est formée pars des terroristes qu’il faut éliminer, puisqu’on ne négocie pas avec des terroristes.  Quand on parle des politiques d’affaires étrangères de l’Iran il faut voir qui tire les ficelles. On voit que Rouhani ne parle pas beaucoup de la Syrie : il y a forcément des tensions au sein du gouvernement.

LR : A-t-il une figure désignée par le Régime pour s’occuper de l’affaire syrienne ?

SA : Oui, mais pas tout à fait officiellement. Ce sont des informations très difficiles à obtenir, mais on sait que c’est un homme très discret qui a la confiance totale du Guide, Qassem Souleimani : c’est l’un des principaux ennemis d’Israël, des sunnites et des américains. Il est le commandant de la faction Quds des Gardiens de la Révolution, une faction très puissante – il y en a qui affirment qu’elle est pratiquement autonome vis-à-vis des Gardiens de la Révolution. Souleimani est le responsable de gérer tous les dossiers externes des Gardiens de la Révolution, comme l’Irak, l’Afghanistan et le Hezbollah ; il est également en charge du dossier syrien.

Et encore une fois toutes les frictions et les fissures de courants qui existent dans le système iranien se reproduisent à l’intérieur même des Ministères des Affaires étrangères. Donc à l’intérieur du MAE iranien il y a une faction qui est plus proche du Guide que de Rouhani. L’un de ces personnages clés est le vice-ministre des Affaires étrangères chargé d’Afrique et du Moyen Orient, Amir Abdollahian. Il est un Basij, un type conservateur, qui gère le dossier syrien aux Affaires étrangères. Il y a également des hommes de l’ombre, qui sont proches du guide et que l’on voit moins, mais que certainement s’occupent de ce dossier.

LR : Quel est le ressenti de la population iranienne par rapport au rôle de l’Iran dans la crise syrienne ?

SA : Là c’est très subjectif, mais j’ai l’impression qu’il y a beaucoup de gens qui sont contre. Les iraniens sont très politisés et suivent beaucoup l’actualité, donc ils sont au courant de ce qui se passe. Il y en a qui disent que c’est du gaspillage d’argent, d’envoyer des milliards de dollars aux syriens, c’est du gaspillage politique puisque cela ne fait qu’énerver les occidentaux et que l’Iran ne gagne rien. Mais de l’autre côté, il y en a ceux qui disent qu’évidemment il faut soutenir Bachar, que la guerre en Syrie est une guerre contre l’Iran : si les occidentaux, les arabes et les turcs mettent autant d’argent et d’énergie en Syrie, c’est simplement pour atteindre l’Iran. Et il ne faut pas oublier qu’il y a des sanctuaires très importants en Syrie, notamment Sayyidah Zaynab, situé dans une zone sunnite à Damas qui était très anti-Bachar. Il y a également des volontaires iraniens qui vont se battre en Syrie car ils croient avoir un devoir religieux.  Pareillement, il y a ceux qui, par une perception d’auto-survie, supportent le rôle de l’Iran, puisqu’ils pensent que si la Syrie tombe, l’Iran sera la prochaine cible.

LR : Quels bénéfices tirent l’Iran de leur support à Assad ? Et quels préjudices ?

SA: D’abord c’est une question de survie, de stratégie.  On ne gagne rien en soutenant Assad, on maintien le statu quo. On préserve plus qu’on ne gagne. Et plus la situation devient difficile, plus ça coûte cher en argent, en équipement, etc. Après c’est très simple : la Syrie c’est le seul véritable allié de l’Iran dans la région. L’Iran est entouré de pays avec lesquels sa relation est complexe. Avec le Pakistan et l’Afghanistan la relation est très tendue, avec l’Irak aussi, même si maintenant il y a un gouvernement chiite en Irak, mais qui reste très lié aux USA. Avec la Turquie aussi la relation est complexe, heureusement qu’il y a des intérêts économiques entre les deux pays qui permetent de pondérer des positionnements politiques très opposés. Avec les pays du Golfe c’est également compliqué, notamment avec l’Arabie saoudite : c’est presque la guerre ouverte. La Syrie reste donc le seul véritable soutien inconditionnel de l’Iran, et ceci date des années 80 quand Saddam Hussein a attaqué l’Iran et la Syrie s’est immédiatement mise du côté iranien. Ce soutien c’est maintenu après la mort de Khomeiny et  de Hafez al-Assad. La Syrie est aussi un canal qui permet l’Iran de toucher la Méditerranée : Le Liban, Israël, la Palestine.  En 2006 il a eu la signature d’un pacte militaire, à l’époque d’Ahmadinejad, déterminant que les pays doivent s’aider en cas d’agression. Assad a tout à gagner de ce soutien, mais s’il tombe l’Iran perd son seul et unique véritable allié. Si le conflit perdure, l’Iran perd beaucoup financièrement, le conflit coûte très cher. C’est de l’argent qui part et qui ne reviendra pas. Politiquement, cela crée des tensions énormes avec des pays comme la Turquie et l’Arabie saoudite. Mais il est digne de note qu’il y a eu un infléchissement de la politique américaine, qui commence à s’apercevoir qu’il faut peut-être en discuter avec l’Iran.

LR : Existe-t-il un lien entre les négociations à propos du nucléaire iranien et la crise en Syrie ?

SA : Oui, bien sur. Ce lien est toutefois moins évident que certains croient, parce que quand les délégations se retrouvent pour discuter le nucléaire, on parle de nucléaire et très peu d’autres sujets. On en a peut être parlé au début, au tout début quand politiquement il fallait envoyer des signes comme quoi on était vraiment engagé à trouver une solution pour le conflit. Mais là on est dans une spécificité nucléaire qui est déjà suffisamment compliquée pour qu’on parle d’autres sujets. Mais il est clair que le sujet de la Syrie est dans les esprits lors de ces réunions. La situation est d’autant plus complexe car les gens de Rouhani, qui gèrent à ce moment de dossier nucléaire et les négociations, ne sont pas directement liées au dossier syrien.

LR : Jusqu’où irait l’Iran pour supporter Assad ?

SA : Il est important de souligner que l’Iran soutient ses propres intérêts beaucoup plus qu’il ne soutient Bachar. Dans un cas extrême où il faut laisser Bachar, ils le laisseront, s’ils ont suffisamment de garanties que les intérêts iraniens seront préservés. C’est-à-dire : la gestion du dossier Hezbollah, un soutien politique syrien inconditionnel… si tout ceci est préservé, la figure de Bachar deviendrait moins importante. On entend souvent des déclarations iraniennes dans ce sens là, des messages indirects qui montrent qu’ils ne seraient pas tellement attachés à la personne de Bachar. Le positionnement officiel iranien c’est qu’ils soutiennent Assad jusqu’aux élections, qui auront lieu cette année. Evidemment, c’est presque gagné d’avance pour Bachar, mais c’est une façon de dire qu’on laisse parler le peuple. Il ne faut pas oublier qu’une partie de cette population soutient Assad : c’est peut être un soutien qui n’est pas sincère, mais les gens ont peur du chaos, ils ont peur d’Al Qaida. La Syrie est un pays de minorités qui sont clairement avec Bachar.

LR : Là on ne retombe pas dans la complexité du régime iranien, qui fait que même si une partie du gouvernement serait prête à laisser tomber Assad s’ils ont des garanties, on aura une autre partie qui s’acharnerait à le défendre ?

SA : L’une des raisons pour laquelle l’Iran entraîne des milices en Syries, des milices très sectaires, c’est à mon avis en pensant à l’après Bachar. Car si on entraîne une milice de chiites, d’alaouites et de chrétiens, si Bachar tombe, si la Syrie se fragmente, c’est une façon de garder une influence iranienne et un bras armé en Syrie. Il y a évidement cette anticipation d’une éventuelle chute d’Assad, qui gère beaucoup d’anxiété. Mais maintenant la situation a changé, le soutien des russes et des iraniens a bien marché, Assad est de plus en plus fort – tellement fort que maintenant il va se promener dans des écoles en plein jour à Damas. J’ai participé à une réunion entre des députés brésiliens et l’une des figures le plus importantes du gouvernement iranien, Aladdin Boroudjerdi, le président de la Commission des Affaires étrangères du Parlement iranien. Il a dit que l’Emir du Qatar, que deux ans auparavant accusait l’Iran d’être du mauvais côté de l’histoire, actuellement veut discuter à propos de la Syrie avec l’Iran. Les qataris ont compris que la situation n’est pas du tout à leur avantage et ça joue en faveur des iraniens.

Je suis persuadé que l’une des raisons pour laquelle les américains ont décidé d’aller chercher un accord avec les iraniens sur le dossier nucléaire c’est par pragmatisme, c’est le disengagement, the pivotal change : les américains ont compris que la grande menace stratégique à long terme est la Chine, et ils se repositionnent stratégiquement en fonction de la Chine. Je suppose qu’ils veulent moins se préoccuper de tout ce qui est Moyen Orient et ses alentours : les américains sont partis d’Irak, ils ont bien réduit leur présence en Afghanistan, le soutien à Israël commencerait à infléchir. Ils commencent également à s’apercevoir que la relation avec les saoudiens est contre-nature. Ils n’ont rien en commun à part le pétrole et avec la shale oil revolution aux USA, cette relation commence à en souffrir. Les américains veulent moins s’occuper du Moyen Orient et commencent à admettre que l’Iran est un acteur incontournable, qu’il faut négocier avec les iraniens avant de partir du Moyen Orient. De l’autre côté, la relation entre la Syrie et l’Iran est également contre-nature : ils n’ont rien en commun, à part l’axe de résistance contre l’hégémonie occidentale. L’un est arabe, l’autre est persan ; l’un est nationaliste, l’autre, une théocratie. L’un est un pays pauvre, dans une logique marginale, alors que l’Iran est une puissance régionale véritable. Entre eux il n’y a pas d’échange culturel, il n’y a pas de soft power : leur relation est purement stratégique. Mais la relation contre-nature Iran-Syrie se tient bien, pendant que la relation contre-nature USA-Arabie saoudite devient compliquée.

LR : Des scénarios possibles ?

SA : Le scénario le plus pertinent à court et à moyen terme est un Bachar puissant qui va peut-être gagner. L’infléchissement du positionnement du Qatar, qui partage avec l’Iran la plus grande réserve de gaz au monde, est preuve d’une nécessité de dialogue avec l’Iran. Du côté de l’opposition, les groupes soutenus par le Qatar ne sont pas les même soutenus par l’Arabie saoudite. L’Armée Syrienne Libre a complètement disparu, passant d’un acteur prépondérant à un acteur marginal dans le conflit. Aujourd’hui, le conflit est entre les troupes d’Assad et du Hezbollah contre des organisations sunnites ultra-radicales. Les rebelles syriens perdent beaucoup de soutien, entre eux-mêmes ils ne s’entendent pas et ceux qui vont à des rencontres diplomatiques pour négocier politiquement ne sont pas les mêmes qui sont sur le terrain à combattre. La situation des opposants syriens est catastrophique. Tout ceci joue en faveur d’Assad et en faveur de l’Iran. Aujourd’hui je ne vois pas d’infléchissement de la position iranienne parce que l’Iran a l’impression que sa politique a payé. Et le discours iranien selon lequel l’opposition est formée par des terroristes qui tuent des enfants dans des écoles avec des bombes, c’est une prophétie qui s’autoréalise.

The real cost of a proxy war: How long can Iran support Assad?

Laura Rufalco, Trainee, GREMMO

A couple of years ago, the fall of Bachar al-Assad’s regime was considered only a matter of time. His government was significantly weakened and losing ground to the rebels[1], mainly supported by Saudi Arabia, Iran’s regional enemy, by Turkey and by Qatar. There is no doubt regarding the factor that allowed Assad to recover from his political and military bankruptcy: Russian and Iranian support. Iran’s regional strategy is clear: to maintain its main ally in a hostile regional environment. Until now, Iran has been showing what can be considered as an unconditional support to Bachar al-Assad’s Regime and what it represents. Iranian aid has been focused on three main aspects: financial, military and political support. However, even though Assad is considerably strong at the present, analysts expect the conflict to last, making the support to the regime a burden perhaps too difficult for Iran to bear. Naturally, questioning about the ability of Iran to put up with the cost of war is at the core of the speculations about the conflict.

The Syrian civil war that started three years ago deeply impacted the country in different levels. The death toll has reached a horrifying number of 150 000 victims, with over 9 million displaced people. The financial impact is, evidently, huge: the Syrian economy was mostly dependent on oil export and tourism, two sectors that were paralyzed by the conflict. In parallel, the country’s agriculture is undergoing a production crisis, leading the population to face famine. That’s where Iranian financial help came in handy. Iran provided over 3 billion dollars to Assad’s regime, money that they have no guarantee they will ever recover. Furthermore, Tehran sent over 30 000 tons of food and supplies to help the Syrian population suffering from the food crisis. The credit line provided by the Iranian government allowed Assad’s regime to have access to oil and to increase the value of the Syrian currency. Furthermore, through Hezbollah, Iran has been giving an essential military support to Assad. The Iranian republic has also sent their own military chiefs to train Syrian militias. The Iranian government is providing intelligence and training to the regime troops and a rising number of Iranians have allegedly crossed the Syrian border to engage in the conflict. Furthermore, Iran’s elite faction of their own Revolutionary Guard is in charge of the Syrian affair, under the command of the powerful Qassem Souleimani.

In parallel, Tehran has also been giving political support to Assad’s government, even in most controversial times when the Assad Regime was accused of using chemical weapons against civilians. It was Tehran that maneuvered to push Assad away from chemical warfare, since Iran itself had experienced the horror of a chemical attack. Concerning its political support, Iranian official position is however that they are calling up for elections – that will most probably reaffirm Assad’s presidential position. This unbreakable support for Assad has greatly impacted Iran in different levels. First of all, geopolitically. Iran has interests in Lebanon, a country that has been deeply impacted by the Syrian conflict. Furthermore, the support of the Syrian opposition by Hamas made Iran turn its back to the Palestinian group, an important regional ally for Iranian strategy towards Israel. Currently, their relation has been reestablished, even if it is not as strong as before.  Needless to say that the Syrian conflict has further damaged Iranian relations with Saudi Arabia: both countries are engaged in an indirect war on Syrian territory. The conflict has also impacted on Iranian-Qatar relations, even though Qatar is more willing now to negotiate with Tehran nowadays.  On the other hand, Iranian and Turkey relations have been greatly deteriorated by the Syrian crisis.

More than the geopolitical impact of the Iranian support, Tehran is starting to feel the weight of its military and financial support to Assad. In the words of Harvard scholar Majid Rafizadeh, “While Iranian leaders continue to support Assad’s government economically, Iran’s domestic economy has inflicted itself with high levels of inflation (approximately 35 percent), a high rate of unemployment, loss in oil export revenues, economic mismanagement of several administrations, negative economic growth, and its stock market has been in decline.” Iranian economy, already weakened by years of international sanctions and embargos, may not be able to cope with the financial cost of supporting Assad. Furthermore, even if Assad is not losing the war, he is not winning it either, meaning that the conflict can last for an undefined period. The more time passes, the more the war brings humane, military, political and financial costs for those involved in it, notably Tehran. Some analysts expect that therefore the Iranian government may have to redefine its strategy towards Syria. However, the question is highly controversial, since Iran acknowledges that their efforts to help Assad had paid off[2], since Damascus is now stronger. Iran does not believe that the fall of Assad is a concrete possibility, and the pecuniary cost of the war is henceforth a small price to pay in order to preserve a loyal ally in an extremely hostile environment.

 

Bibliography :

Author unknown. Iran sends Syria 30.000 tons of food. In: Haaretz; 04/08/2014. Last consulted on 04/11/2014, on: http://www.haaretz.com/news/middle-east/1.584566

Author unknow. Iran steps up support for Syria’s Assad. In: Haaretz, 02/21/2014. Last consulted on 04/11/2014, on http://www.haaretz.com/news/middle-east/1.575593

Author unknow. UN: 9 million Syrians now displaced as conflict ticks into fourth year. In: Aljazeera America, 03/14/2014. Last consulted on 04/13/2014, on http://america.aljazeera.com/articles/2014/3/14/syriaa-s-forciblydisplacedtop9million.html

ABU AMER, Adnan. Iran resumes monetary aid to Hamas. In: Al Monitor, 03/24/2014. Last consulted on 03/13/2014, on: http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2014/03/iran-hamas-finance-economy-resistance-axis-gaza.html

AMOS, Deborah. Iranians begin to feel the heavy burden of Syria’s war. In! Parallels,03/28/2014. Ast consulted on 04/14/2014, on: http://www.npr.org/blogs/parallels/2014/03/28/295815927/iranians-begin-to-feel-the-heavy-burden-of-syrias-war

FILKINS, Dexter. The Shadow Commander. In: The New Yorker, 09/30/2013. Last consulted on 04/13/2014,on: http://www.newyorker.com/reporting/2013/09/30/130930fa_fact_filkins?currentPage=all

LEVERETT, Flynt and MANN LEVERETT, Hillary. Time to face the truth about Iran. Agence global. February 07/2013. Last consulted on 04/12/2014, on http://www.agenceglobal.com/index.php?show=article&Tid=2965

LUND, Aron. Iran’s unrealistic endgame in Syria. In: Carnegie, 04/11/2014. Last consulted on 04/13/2014, on: http://carnegieendowment.org/syriaincrisis/?fa=55323

PARASILITI, Andrew. Qatar’s foreign minister : Iran has crucial role in Syria. In: Al Monitor, 01/22/2014. Last consulted on 04/14/2014, on http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2014/01/qatar-geneva-ii-syria-opposition-iran.html

RAFIZADEH, Majid. Bashar al-Assad : a costly card for Iran ? In: Al Arabia English. 04/11, 2014. Last consulted on 04/12/2014, on: http://english.alarabiya.net/en/views/news/middle-east/2014/04/11/Bashar-al-Assad-a-costly-card-for-Iran-.html

TAIT, Robert. Iran cuts Hamas funding over Syria. In: The telegraph, 05/31/2013. Last consulted on 04/13/2014, on http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/palestinianauthority/10091629/Iran-cuts-Hamas-funding-over-Syria.html

WOOD, Callum. Turkey fights Syrian enrages Iran. In: The Trumpet,03/30/2014. Last consulted on 04/10/2014, on: http://www.thetrumpet.com/article/11468.31587.0.0/world/war/turkey-fights-syria-enrages-iran


[1] Interview with Samy Adghirni, journalist – April/2014.

[2]Idem.

 

Parution: Développer en Syrie

LONGUENESSE, Élisabeth (dir.) ; ROUSSEL, Cyril (dir.). Développer en Syrie : Retour sur une expérience historique. Nouvelle édition [en ligne]. Beyrouth : Presses de l’Ifpo, 2014 (généré le 02 mai 2014). Disponible sur Internet : <https://books.openedition.org/ifpo/6524>.

Après trois décennies de politiques marquées par l’hégémonie du paradigme du développement, la Syrie s’était elle aussi engagée dans un programme de réformes néolibérales, de privatisation et de décharge de l’État sur des acteurs non étatiques. Ce recueil rassemble des travaux visant à revisiter la notion de développement telle qu’elle a évolué dans la seconde moitié du 20e siècle en Syrie, jusqu’à la veille du soulèvement de 2011. L’hypothèse qui le sous-tend est qu’une telle relecture peut éclairer les facteurs à l’origine de la crise, mais aussi aider à penser les défis de la reconstruction.

Quelle que soit l’issue du conflit en cours, la question sera en effet posée des modèles économiques et sociaux qui seront promus, de la conception de l’aide qui sera mobilisée par les institutions internationales et les agences  de coopération. Quels choix seront faits, quelle conception du « développement » sera proposée, quel sera le rôle de l’État ? des acteurs de la société dite civile ? Les analyses proposées ici des échecs et des limites des politiques mises en œuvre à la veille de la crise avec le soutien des bailleurs internationaux devraient inciter à la prudence et à la réflexion. Ils rappellent l’importance du monde rural et de l’équilibre entre villes et campagnes

À la recherche d’un modèle de développement

Romain De Tarlé

La Syrie à la recherche d’un modèle de développement : la question agricole, de l’indépendance aux premières réformes agraires (1946-1958)

Syria in search of a development model: the agricultural issue, from the independence until the first agrarian reforms (1946-1958)

سوريا تبحث عن نموذج للتنمية: المسألة الزراعية بين الاستقلال والإصلاح الزراعي الأول ١٩٥٨ – ١٩٤٦)

Matthieu Rey

L’extension du port de Lattaquié (1950-1955), étude sur les premiers temps de la fabrique du développement en Syrie

توسيع ميناء اللاذقية (1950-1955)، دراسة حول بدايات صناعة التنمية في سوريا

The extension of the Latakia Seaport (1950-1955). Study of the first stages of the development process in Syria

Les impasses du développement rural

Salim Badlissi

Le secteur primaire dans le processus de développement en Syrie Planifications, réalisations, mutations actuelles et perspectives d’avenir

القطاع الأول في عملية التنمية في سوريا: الخطط والإنجازات والتحولات الحالية والآفاق المستقبلية

The role of the primary sector in the development process in Syria. Planning, execution, current shifts and perspectives for the

Myriam Ababsa

Crise agraire, crise foncière et sécheresse en Syrie (2000-2011)

الأزمة الزراعية والأزمة العقارية والجفاف في سوريا (2000-2011)

Agrarian crisis, real estate crisis and drought in Syria (2000-2011)

Roman-Olivier Foy

« Il n’y a pas de justice ! » : stratégies et opinions de la population locale suite à la liquidation d’une ferme d’État (l’Établissement al-Assad à Meskéné)

“There is no more justice !”: local population strategies and opinion following the dissolution of the state farm (the al-Asad Establishment in Maskane)

‮«‬ليست‭ ‬هنالك‭ ‬عدالة‭!‬‮»‬‭: ‬استراتيجيات‭ ‬وآراء‭ ‬السكان‭ ‬المحليين‭ ‬إثر‭ ‬تصفية‭ ‬مزرعةٍ‭ ‬للدولة‭) ‬منشأة‭ ‬الأسد‭ ‬في‭ ‬مسكنة‭(‬

Myriam Saadé-Sbeih, Ronald Jaubert et Mohamed Al-Dbiyat

La gestion des eaux souterraines et des steppes en Syrie : une ouverture internationale sous contrôle

Managing ground water resources and steppes in Syria : a controlled international openness

‮ »‬ليست‭ ‬هنالك‭ ‬عدالة‭!‬‮ »‬‭: ‬استراتيجيات‭ ‬وآراء‭ ‬السكان‭ ‬المحليين‭ ‬إثر‭ ‬تصفية‭ ‬مزرعةٍ‭ ‬للدولة ‭ -‬منشأة‭ ‬الأسد‭ ‬في‭ ‬مسكنة ‮‬

Quelle société civile, pour quel développement ?

Cyril Roussel

La fabrique du développement économique dans le Sud de la Syrie : entre réseaux migratoires et mobilisation communautaire

“There is no more justice !”: local population strategies and opinion following the dissolution of the state farm (the al-Asad Establishment in Maskane)

ليست‭ ‬هنالك‭ ‬عدالة‭!: ‬استراتيجيات‭ ‬وآراء‭ ‬السكان‭ ‬المحليين‭ ‬إثر‭ ‬تصفية‭ ‬مزرعةٍ‭ ‬للدولة‭ .‬منشأة‭ ‬الأسد‭ ‬في‭ ‬مسكنة

Laura Ruiz de Elvira

Associations de bienfaisance et développement dans la Syrie de Bachar al-Assad. Le cas de la Ǧam‘iyyat-l-Mubarrat-l-Nisā’iyya bi-Dimašq

Charities and development in the Syria of Bashar-al-Asad. The case of the Ǧamʿiyyat-l-Mubarrat-l-Nisā‘iyya bi-Dimašq

الجمعيات‭ ‬الخيرية‭ ‬والتنمية‭ ‬في‭ ‬سوريا‭ ‬بشار‭ ‬الأسد‭. ‬مثال‭ ‬جمعية‭ ‬المبرة‭ ‬النسائية‭ ‬بدمش

Parution : Alep et ses territoires. Fabrique et politique d’une ville (1868-2011)

Jean-Claude David et Thierry Boissière (dir.), Contemporain publications, Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo, 2014

Toutes les informations ici

Ouvrage publié avec la collaboration du Groupe de recherche et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO), et avec le soutien de la Mairie de Lyon.

Quatrième de couverture

Capitale économique de la Syrie du Nord et seconde ville du pays, Alep a bâti sa prospérité sur un important commerce local, régional et international et sur le dynamisme de ses activités de production. Jusqu’à la fin de l’époque ottomane, elle était le centre d’un arrière-pays commercial qui se déployait bien au-delà des frontières actuelles de la Syrie, se prolongeant vers la Méditerranée et l’Europe, l’Asie centrale, la Péninsule arabique et jusqu’aux côtes occidentales du subcontinent indien. Si au XXe siècle la ville a connu un rétrécissement de cette aire d’influence et une marginalisation politique et économique, elle a retrouvé depuis une vingtaine d’années une certaine prospérité pour deux raisons majeures : d’abord, une collaboration plus ouverte que par le passé avec le pouvoir central et ensuite, son dynamisme et sa capacité à développer des activités commerciales, industrielles et culturelles aussi bien à l’échelle locale que régionale et cela, dans le contexte d’une libéralisation très contrôlée de l’économie syrienne. Jusqu’en 2011, Alep a ainsi donné l’image d’une ville, sinon florissante, du moins dynamique : c’est un peu ce dynamisme et cette volonté de vivre que décrit cet ouvrage, à travers plus d’un siècle de bouleversements subis ou portés par cette métropole du Nord de la Syrie, condamnée à se recréer et se réinventer sans cesse pour être autre chose qu’un simple satellite de Damas. L’ouvrage réunit les contributions d’une vingtaine de chercheurs appartenant à diverses disciplines – géographie, histoire, anthropologie, sociologie, mais aussi architecture ou encore urbanisme. Il a pour ambition de saisir comment se fabrique et fonctionne la ville d’Alep, comment se forment et se transforment ses espaces et ses territoires ainsi que les réseaux que cette ville projette et alimente à l’extérieur. La période concernée par cette approche pluridisciplinaire s’étend de 1868, année de fondation du premier quartier « moderne » à Alep, fortement inspiré des formes urbaines occidentales, à 2011, année du début de la contestation en Syrie, qui ouvre un nouveau chapitre dans l’histoire déjà longue et mouvementée de la ville.

Sommaire (Quelques textes téléchargeables en lien)

Thierry Boissière et Jean-Claude David

  • Prologue
  • Introduction générale

Première partie. Comment la troisième ville de l’Empire ottoman est devenue un chef-lieu de mouhafaza en Syrie

1. Fabrice Balanche
Alep et ses territoires : une métropole syrienne dans la mondialisation

2. Azad Ahmad Ali
Le rôle politique des tribus kurdes Milli et de la famille d’Ibrahim Pacha à l’ouest du Kurdistan et au nord du Bilad al-Cham (1878-1908)

3. Nadine Méouchy
Les temps et les territoires de la révolte du Nord (1919-1921)

4. Mohammed Jamal Barout
La renaissance de la Jéziré : Deir ez-Zor ottomane, de la désertion à la reconstruction

5. Myriam Ababsa
Raqqa, relais commercial d’Alep en Jéziré, en mal de développement

6. Salim Badlissi et Roman-Oliver Foy
Les fermes d’État dans le gouvernorat d’Alep : une expérience dans le contexte du développement hydro-agricole de la Réforme agraire

7. Anne-Fleur Delaistre, Camille Lafrance et Cyril Roussel
La frontière turco-syrienne dans la province d’Alep : un nouvel espace de circulation

Deuxième partie. Ville planifiée et ville spontanée, identité et pouvoirs locaux, centralisme étatique

8. Jean-Claude David
Production et qualification de l’espace urbain. Entre informel et corruption

9. Salwa Sakkal
Croissance et contrôle de l’espace. L’informel et l’urbanisme, la municipalité et l’État

10. Sophie-Anne Sauvegrain
Pratiques quotidiennes et modes de consommation des jeunes à Alep

11. Yasmine Bouagga
Aux marges d’Alep : les camps de réfugiés palestiniens

12. Thomas Pierret
Le clergé sunnite alépin : provincialisation et affirmation de l’élément tribalo-rural

Troisième partie. Le commerce et les affaires, de l’économie de souk à la mondialisation

13. Françoise Metral
Alep, le commerce et les affaires

14. Thierry Boissière
Alep : de l’économie de souk à la mondialisation

15. Patrik Meier
Le conte de deux villes : Alep du point de vue des marchands du souk

16. Paul Anderson
The Social Life of Yarn in Aleppo : Trust and Speculation in a Time of Economic Transformation

17. Thierry Boissière et Paul Anderson
L’argent et les affaires à Alep : Succès et faillite d’un « ramasseur d’argent » dans les années 1980-2009

18. Thierry Boissière
Entre développements des espaces de commerce et mutations urbaines, le quartier de ‘Aziziyyé à Alep

Quatrième partie. Patrimoine institutionnel et patrimoine vivant

19. Jean-Claude David
Valorisation du patrimoine mondial alépin. Valeur d’usage et référence identitaire, attraction touristique, vitrine du nouveau centre

20. Pauline Bosredon
La patrimonialisation de la vieille ville d’Alep entre stratégies de développement local et pratiques ordinaires

21. Touria Moutia
Patrimoine institutionnel et patrimoine vivant  : le patrimoine habité

22. Thierry Grandin
Les problèmes de réhabilitation privée des monuments du patrimoine alépin : le cas des demeures traditionnelles

En guise de conclusion

Samir Aïta
Penser Alep autrement

Alep en images

Bibliographie générale

Glossaire

Table des illustrations

 

La crise au Proche-Orient, les réfugiés et la Suisse

Compte-rendu du Colloque international, 27 et 28 février 2014, Genève

Dans le cadre du programme scientifique « Le Proche-Orient et la crise syrienne », un colloque intitulé « La crise au Proche-Orient, les réfugiés et la Suisse », co-organisé par le GREMMO et l’Université de Genève, s’est tenu à Genève les 27 et 28 février.

En ouverture du colloque, Fabrice Balanche a mentionné qu’au Proche-Orient, si l’on veut s’intéresser aux déplacements de populations, il est important de prendre en compte les systèmes économiques, qui ont une influence importante sur les systèmes migratoires. Il a souligné que le Golfe joue un rôle important dans la région à ce niveau.

Les économies de la périphérie syrienne

Charles Abdallah a commencé le colloque en examinant de façon approfondie les transformations des économies de la périphérie immédiate syrienne, et surtout au Liban, depuis le début de la crise en 2011. Il a rappelé que la population libanaise compte environ 4 millions de personnes, et que l’arrivée des Syriens au Liban représenterait ainsi à l’heure actuelle une augmentation d’environ 20 % de la population du pays.

Il a ensuite donné quelques éléments de contexte à propos de l’économie libanaise. Il a indiqué que les investissements « qui marchent » au Liban sont ceux qui se négocient au plus haut niveau et qui visent surtout les sites naturels ou urbains, comme les projets touristiques ou immobiliers. À l’autre extrémité, les petites et moyennes entreprises sont obligées de fonctionner en gardant une taille restreinte, ou en restant en partie dans l’informalité, afin de ne pas attirer les convoitises des « hommes forts » du régime. Elles préfèrent donc souvent avoir recours aux travailleurs étrangers, comme les Syriens. Cela explique aussi en partie la forte émigration des Libanais qui veulent fuir ce système. Les déplacés syriens sont donc arrivés dans une économie libanaise qui n’aime pas employer ses nationaux, ce qui a facilité l’insertion d’une partie des nouveaux arrivants dans le marché du travail.

En 2011, malgré la crise en Syrie, la croissance économique au Liban a atteint 2 %. Il y a eu une arrivée de capitaux avec la venue de Syriens aisés – dont la présence a aussi permis de soutenir le secteur hôtelier – et qui ont ensuite investi dans l’achat d’appartements. En 2012, une venue plus massive de population a aussi entrainé une augmentation de l’aide internationale qui a profité au pays. Mais les secteurs traditionnels de l’économie, comme par exemple le tourisme, ont été les perdants. L’année 2013 a été synonyme d’un changement d’échelle dans l’arrivée des Syriens, qui ont substitué la main d’œuvre à tous les échelons (des travailleurs non qualifiés et des commerçants, aux ingénieurs et employés de la finance). Le Liban a cependant profité de la destruction des moyens de production en Syrie qui a nécessité un transit des marchandises à travers le Liban. Le pays a ainsi tout de même enregistré une croissance de 1.5 %.

Le colloque s’est ensuite poursuivi avec une session qui s’est focalisée sur les déplacements dans les pays périphériques de la Syrie.

Les tensions géopolitiques et leurs effets sur les déplacements de population dans la région

Fabrice Balanche a rappelé qu’à l’origine de la crise en Syrie, outre les revendications communautaires, il y a aussi une « cause » démographique, qui s’est manifestée par un « retournement » de l’espace syrien se traduisant par une croissance des quartiers informels en périphérie des villes où se sont retrouvées des populations ayant peu de moyens.

La crise est maintenant dans une dynamique d’insurrection et de contre-insurrection, qui risque de prendre du temps. L’issue la plus probable (si les paramètres extérieurs restent constants) est un rétablissement lent du régime, mais qui devra ensuite « gagner la paix ». Pour cela, il pourra, entre autres, utiliser les quartiers informels détruits, afin de mettre en place des projets immobiliers et les « redistribuer » à une partie de la population. Dans cette optique, les flux de déplacements forcés, et surtout ceux en-dehors du pays, représentent donc une stratégie de rééquilibrage démographique et géographique en Syrie.

Des réfugiés en quête d’asile. Palestiniens et Irakiens dans le conflit syrien

Kamel Doraï a signalé que sa présentation se situe à une autre échelle et concerne des mouvements plus marginaux de populations dont le contexte actuel, à savoir les Palestiniens et les Irakiens. Les réfugiés palestiniens sont arrivés en Syrie à partir de 1948 et 1967, et les réfugiés irakiens à partir de 2003 et surtout 2006.

Il a précisé qu’il y avait plusieurs centaines de milliers d’Irakiens en Syrie, et qu’il est estimé qu’environ 50’000 seraient rentrés en Irak dans le contexte actuel. On assiste cependant à la formation d’une nouvelle géographie, étant donné que la plupart ne se sont pas réinstallés dans leurs villes ou villages d’origine, mais dans de nouveaux lieux. En Syrie, la plupart des Irakiens résident dans des zones de combats, sauf pour ceux qui habitent dans le quartier de Jaramana près de Damas. Nombre d’entre eux se sont donc, soit réinstallés et regroupés ailleurs en Syrie, soit ont ré-émigré. Parmi ceux qui sont restés, il s’agit pour beaucoup de personnes qui n’ont pas de connections à l’étranger ou en Irak, et/ou qui ne veulent pas perdre leur droit à l’aide du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) s’ils changent de pays.

En ce qui concerne les réfugiés palestiniens, il a mentionné qu’entre 60’000 et 70’000 seraient partis à l’étranger, en majorité au Liban. Beaucoup y possèdent des attaches, et les parcours sont diversifiés. Certains sont entrés légalement, mais leur présence est devenue illégale suite à un durcissement des conditions de renouvellement des titres de séjour en 2013. Beaucoup sont ainsi maintenant « coincés » dans les camps palestiniens au Liban, au même titre que ceux qui sont entrés illégalement.

Dans sa synthèse, Riccardo Bocco a indiqué que les présentations précédentes avaient mis en évidence l’importance des possibilités de circuler, qui sont des éléments clés afin de comprendre comment les gens « s’en sortent » dans ce contexte de crise. Les fermetures de frontières engendreraient donc de grandes difficultés.

La problématique des réfugiés de Syrie au Liban: perceptions, impacts et enjeux

Daniel Meier a signalé qu’il allait pour sa part « prendre prétexte » des réfugiés de Syrie pour analyser la scène politique libanaise. Il a mentionné qu’il y a environ 1 million de réfugiés enregistrés au Liban, et que le gouvernement parle d’en tout cas 1.3 million de Syriens au Liban. Il a indiqué que la crise syrienne a un impact sur les enjeux politiques internes au Liban. Il existe un fort ressentiment parmi la population libanaise à l’égard des Syriens, qui remonte à la présence syrienne à l’issue de la Guerre civile libanaise. Dans le contexte actuel, la politique de l’Etat libanais peut être qualifiée d’une « impossible dissociation » avec la situation en Syrie. Cette politique a compliqué l’organisation de l’aide au Liban, notamment par l’absence, dans les premiers temps, d’un décompte des entrées sur le sol libanais. Le gouvernement a d’abord considéré les Syriens comme des « déplacés », afin d’éviter le regroupement dans des camps de réfugiés. L’explosion des arrivées des Syriens en automne-hiver 2012 a fait passer le gouvernement d’une stratégie de négation à celle d’une demande d’aide d’urgence, notamment à partir de la conférence internationale des « donateurs » au Koweït qui s’est tenue en janvier 2013. Au niveau sécuritaire, de nombreux événements ont montré qu’il y a une forme d’importation de la crise syrienne au Liban.

Les mobilités entre les villes du Proche-Orient en période de crise

Lucas Oesch a indiqué que, si l’on s’en tient aux chiffres du HCR, le nombre de « réfugiés enregistrés » dans la ville de Beyrouth intra-muros n’est pas élevé. D’autres catégories de Syriens y sont par contre présentes. Si depuis longtemps, il y a des travailleurs migrants et une certaine élite, on y rencontre désormais aussi une population provenant de ce qu’on peut schématiquement appeler la « classe moyenne citadine ». Le dénominateur commun de beaucoup d’entre eux est qu’ils sont entrés dans une forme de vie urbaine « mobile et multi-locale » dans le contexte de crise, afin à la fois de s’éloigner des violences et de poursuivre des objectifs personnels, telles des activités économiques, culturelles ou éducatives. Nombre d’entre eux continuent de faire des allers et retours entre Damas et Beyrouth. Il a ensuite analysé la façon dont cette géographie des mobilités se présente, en mentionnant qu’il s’agit souvent d’une « étape » supplémentaire dans les parcours migratoires. Dans de nombreux cas, ces personnes avaient migré par le passé depuis leurs lieux d’origine en Syrie vers Damas. Il a ensuite mentionné que les « espaces urbains » des Syriens à Beyrouth se présentent comme des ensembles d’îles. Ces dernières côtoient la ville libanaise, mais ces espaces se superposent et s’ignorent. Cependant, depuis 2013, la présence urbaine syrienne s’est faite plus visible, notamment avec l’ouverture de commerces, de restaurants ou de cafés, qui sont des succursales d’établissements damascènes. Au final, Beyrouth apparait surtout, pour ces Syriens, comme une ville provisoire et de transit.

Riccardo Bocco a mentionné que si on les considère dans une perspective historique, les phénomènes présentés dans les présentations précédentes, ainsi que leurs enjeux, ne sont pas nouveaux au Proche-Orient, mais le contexte est différent. Il a ensuite indiqué que les catégories juridiques, administratives ou même sociologiques conventionnellement utilisées s’appliquent mal aux « migrants de guerre » qui ne se définissent pas comme des réfugiés, et qu’il est important de bien comprendre ces processus de mobilité. Au final, il considère qu’il est également nécessaire de s’intéresser à la question du « vivre-ensemble » qui est sous-jacente.

La dernière session du colloque a porté sur les parcours des réfugiés vers l’Europe et la Suisse, les conditions d’accueil et le rôle des gouvernements et des organisations d’entraide.

Les réfugiés de Syrie : défi et renouveau pour la politique d’accueil suisse

Etienne Piguet a indiqué que, dans le cas syrien, la politique d’accueil suisse de décline en trois volets, à savoir les contingents de réfugiés, les demandes individuelles et les mesures humanitaires.

Il a tout d’abord rappelé qu’il y a un lien direct entre les demandes d’asile en Suisse et les situations de crise dans certains pays. Il a ensuite fait un rappel historique de la question de l’asile en Suisse, et indiqué que par le passé les demandes émanaient de quelques pays seulement, alors que depuis plus récemment les provenances sont plus diverses. Il a ensuite signalé qu’avec l’abandon de la possibilité de déposer des demandes d’asile dans les ambassades depuis 2012, il y a désormais un lien renforcé entre « possibilités de protection » et « présence sur le territoire », qui en vient de facto à primer sur la nécessité de protection.

Il a ensuite mentionné que les demandes d’asile des Syriens en Suisse ne sont pas tout à fait nouvelles, étant donné qu’il y en avait déjà par le passé, émanant surtout de Kurdes. En regard de la crise actuelle, le nombre de demandes d’asile a jusqu’à présent été assez faible, mais une augmentation est prévue pour 2014. Au niveau de l’accueil des demandeurs spontanés d’asile, la Suisse se place au cinquième rang européen. La crise syrienne a aussi vu la reprise de l’idée de l’accueil de contingents de réfugiés se concrétiser, avec l’acceptation, en plus des demandes spontanées, de l’accueil direct de groupes. Enfin, une « mesure humanitaire », qui a été arrêtée abruptement, a été mise en place entre septembre et novembre 2013. Elle a permis pendant ce laps de temps de faciliter la venue temporaire des membres de familles de Syriens déjà présent en Suisse, et de donner la possibilité à ceux qui le désiraient de déposer une demande d’asile. Cette dernière mesure portant sur des logiques familiales élargies n’est pas habituelle en Suisse.

La Suisse a aussi mis en place des mesures d’aide dans les pays voisins de la Syrie, mais toutes ces mesures (asile et aide) sont à relativiser au regard de l’ampleur des déplacés.

Les réfugiés du Proche Orient en Suisse : quels parcours d’incorporation possibles ?

Claudio Bolzman a abordé les conditions de l’incorporation des réfugiés dans la société suisse. Il a rappelé que dans l’exil, il est important de tenir compte du fait que les gens qui arrivent avaient une existence avant leur arrivée qui marque leur vie. Leur parcours est également celui d’épreuves – afin de pouvoir accéder jusqu’au pays d’accueil – et de preuves, puisque les personnes sont constamment sous la pression de devoir justifier leur exil par des raisons crédibles. Il remarque ensuite qu’il y a une montée en importance de la catégorie administrative de « l’admission provisoire » qui amène à se poser des questions sur notre politique d’asile. Il a ensuite mentionné que la « mesure humanitaire » adopté par la Suisse en 2013 représente aussi une forme de privatisation de l’aide, puisque les Syriens présents en Suisse devaient s’engager à subvenir aux besoins des nouveaux arrivants. Au niveau de l’incorporation, il a indiqué que les dé-placés doivent aussi se re-placés, notamment au niveau du marché du travail, et cela va souvent de paire avec une déqualification.

Murer l’Europe pour stopper les réfugiés. Le cas de la Grèce et de la Bulgarie

Cristina Del Biaggio a choisi de traiter du moment intermédiaire du déplacement, à savoir le passage par la Grèce et la Bulgarie. Elle a mis en évidence que les flux de migrants sont influencés et « détournés » par les modifications des dispositifs de surveillance, comme la mise en place de barrières, qui a déplacé les flux se dirigeant habituellement en direction de la Grèce vers la Bulgarie. Au niveau des schémas migratoires des Syriens, le premier cas de figure est l’arrestation en Turquie (avant d’avoir pu atteindre la Grèce), le deuxième cas est la noyade lors de la traversée du fleuve qui sépare la Turquie de la Grèce, le troisième cas est le refoulement à la frontière grecque, et le quatrième cas est l’arrivée en Grèce, puis le passage par un centre d’enregistrement, suivi de l’arrivée à Athènes. Le trajet vers Athènes est souvent effectué en train, dans lequel les migrants se voient souvent refuser l’accès ou être regroupés dans certains wagons. À Athènes, les attaques contre les migrants ne sont pas rares, et ces derniers doivent effectuer des files d’attente sans fin pour espérer avoir une fois la possibilité de s’enregistrer.

Politiques de l’asile en Europe et agency des migrants. Les déplacements des demandeurs d’asile syriens entre Italie et Suisse

Cecilia Santilli a analysé le durcissement de la politique italienne envers les réfugiés, qui a un impact sur les stratégies de migrations. Le parcours pour passer de l’Italie vers le nord de l’Europe est de plus en plus compliqué, et donc le recours aux passeurs est de plus en plus fréquent. C’est au final les mobilités qui sont la cible des gouvernements et des polices.

Réfugiés syriens à Lyon, parcours de migrants d’un exil provisoire vers une intégration en France ?

Akram Kachee a présenté les parcours de Syriens à Lyon en France. Il a mentionné que les raisons du départ de Syrie sont multiples, allant de la destruction des habitations, à des situations de menaces – la Syrie connaissant actuellement une réelle économie des enlèvements – mais  aussi à la volonté d’échapper à la conscription militaire, ou encore à une nécessité de survie économique, voire à une question de sécurité pour les militants. En présentant les parcours de plusieurs individus maintenant à Lyon, il a mis en évidence que de nombreuses personnes sont désormais dans une phase de transition entre une installation provisoire – pendant laquelle ils effectuaient encore beaucoup d’allers et retours avec la Syrie – et une installation plus définitive, bien que tous espèrent encore retourner dans un futur très proche en Syrie.

L’aide humanitaire islamique et chrétienne suisse au Proche-Orient avant et après la crise syrienne

Pour conclure, Elisa Banfi a parlé des œuvres caritatives islamiques et chrétiennes d’entraide en Suisse. Elle a notamment souligné le rôle de la « Chaîne du Bonheur », créée à l’issue de la Seconde guerre mondiale. Un important appel de dons pour la Syrie a été lancé, et les fonds récoltés ont été attribués en partie à Caritas, mais aussi à Islamic relief. Cette dernière organisation avait déjà des liens avec la Syrie. Les réseaux d’entraide d’avant la crise ont ainsi été utilisés, mais la crise syrienne a aussi entrainé de nouvelles dynamiques au niveau des réseaux suisses. Ainsi, par exemple, la Municipalité de Genève travaille désormais avec Islamic relief dans le cadre de ses activités pour la Syrie.

Crise syrienne, mobilités et espaces urbains au Proche-Orient

Lucas Oesch présentera sa recherche en cours : Crise syrienne, mobilités et espaces urbains au Proche-Orient, lors d’un séminaire
Vendredi 6 juin 2014, de 10h à 12h
4ème étage de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM)

Dans le cadre de l’actuelle crise syrienne, certaines catégories de citadins effectuent des allers et retours réguliers entre leurs villes d’origine et d’autres espaces urbains situés dans des pays frontaliers. Ce séminaire va s’intéresser à ces mouvements interurbains circulaires et transnationaux. Ces stratégies de mobilité mises en place par certains citadins visent à leur permettre de s’éloigner provisoirement de la situation de violence dans leur pays d’origine, mais également de poursuivre des objectifs personnels, comme des activités économiques, culturelles ou éducatives. En prenant l’exemple des circulations entre Damas et Beyrouth, cette présentation propose de discuter de cette forme de « vie mobile et multi-locale de crise », ainsi que d’analyser la géographie des mobilités inter- et intra-urbaines qui en découle.

Lucas Oesch est chercheur associé au Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO) de Lyon et chercheur boursier du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS)

Rappel : séminaire The Political Economy of the Arab World 18 avril 2014

Le vendredi 18 avril 2014, 10 – 12 h, salle audio-visuelle de la Maison de l’Orient (4ème étage), nous aurons le plaisur d’entendre une discussion sur “The Political Economy of the Arab World”, par Abdallah Zouache, Maître de conférences à Saint Etienne, laboratoire GATE et David Cobham, Professeur à l’université Heriot-Watt, Edinburgh, associate editor of the Review of Middle East of Economics and Finance.

Plongée dans un camp de réfugiés syriens de la Bekaa (signalement)

A signaler, un article d’Elisabeth Longuenesse sur Orient XXI

Le camp de réfugiés de Jarrahiyeh (Békaa, Liban)

Au Liban, ne voulant pas réitérer l’expérience palestinienne de 1948-1950, le gouvernement a refusé d’installer officiellement des camps. On estimait à la mi-2012, alors qu’ils étaient encore à peine 60 000 enregistrés au HCR (mais probablement déjà plus de 100 000), que la moitié était logée dans des appartements loués, tandis que seul un quart étaient installés dans des camps de fortune construits sur des terrains privés. Le dernier quart était hébergé dans des locaux mis à leur disposition par les autorités locales et les familles. Près de deux ans plus tard, alors que le nombre de réfugiés dépasse le million, les proportions sont probablement toujours les mêmes. Les camps informels se sont néanmoins multipliés dans la Bekaa, non sans susciter des incidents parfois violents1. Si les organismes internationaux, ONG et groupes informels qui interviennent sur le terrain se sont multipliés, ils le font dans le plus grand désordre, généralement sans coordination, souvent en compétition et l’aide reste bien en deçà des besoins, dans un pays qui compte désormais un réfugié pour quatre habitants.

A lire ici

Asylum and the Right to the City: Lessons from Turkey’s Syrian Guests and Other Urban Refugees

Un intéressant billet de Asli Ikizoglu Erensu sur Jadaliyya Cities

The mass movement of Syrians fleeing civil war to neighboring countries has become called the “Syrian refugee crisis.” The sheer volume of refugees brings up questions not only regarding these countries’ financial means and organizational capabilities but also, more importantly, regarding national identity and regional belonging. For example, reports on Jordan point to national concerns about the possible changes in the country’s demographic balance, while refugee rights activists critique Turkey’s open door policy on the grounds that it represents less a humanitarian response than a foreign policy maneuver made to increase Turkey’s influence in the region. The Turkish government’s direct involvement in the conflict as well as its (mis)treatment of earlier arrivals of refugees from countries other than Syria, such as Iraq, Iran, Afghanistan, and Somalia supports this latter interpretation.[1]

As Syrian refugee camps fill up in all neighboring countries, either more refugees either move out of camps to live in cities, or the camps become integrated with the towns surrounding them. The increasing presence of Syrian refugees in cities forces us to reconsider the “crisis” from an urban point of view. This, certainly, does not mean that we ought to confine ourselves to a bounded scale, since the reception of refugees in cities is a case-in-point for how the urban is assembled by forces that exceed it. I am not only referring to objective conditions that structure such reception, (e.g. national asylum policies and the roles certain cities have come to play in the global asylum regime), but also to the subjective perceptions of urban publics which are intertwined with these conditions.[2] It is such multiplicity that complicates refugees’ claim to a right to the city. While the right to the city is theoretically inclusive of migrants, refugees and other non-citizens (especially in its strictly Lefebvrian sense where it is coupled with a right to difference),[3] in practice these populations’ claim to a right to the city is not straightforward at all.[4] The reception of refugees in Turkish cities illustrates three factors that affect refugees’ ability to claim a right to the city. The first is the kind of protection provided by the national state and its interpellative[5] effects on urban publics. The second is a territorial understanding of the urban. And, the third is an understanding of time in the city that prioritizes permanent inhabitance over transience.

Lire la suite