Archives par étiquette : réfugiés syriens

Les réfugiés syriens en Jordanie : compte rendu de l’intervention de Cyril Roussel

Cyril Roussel, géographe en poste à l’IFPO Amman, travaille sur les migrations et les frontières. Ses premiers travaux portaient sur les druzes de Syrie et leurs mobilités (voir son livre), ainsi que sur les réfugiés irakiens en Syrie. Depuis son installation à Amman, il s’est lancé dans un programme d’étude des recompositions du Kurdistan irakien, entre autonomisation politique et économique, conflits et tensions frontaliers avec l’lrak ou  l’Iran, et implication dans le bouleversement politique en cours au Moyen-Orient. Il a notamment organisé un colloque important à Lyon l’an dernier, en lien avec le GREMMO, sur le Kurdistan (voir mon commentaire à cette occasion sur Rumor). Parallèlement à ces travaux sur le Kurdistan, Cyril Roussel a été aux premières loges, en Jordanie, pour observer les conséquences de la crise syrienne sur ce pays, et au premier chef, l’installation des réfugiés. Lors de ce séminaire au GREMMO, le 15 novembre 2013, il a présenté une première analyse de ce phénomène. Le texte ci-dessous reprend mes notes, que Cyril a relues et corrigées. Les liens et les illustrations sont de mon initiative. Continuer la lecture

La question des réfugiés syriens en Jordanie : un séminaire de Cyril Roussel

Cyril Roussel, chercheur à l’IFPO à Amman, présentera un séminaire sur la question des réfugiés syriens en Jordanie le 15 novembre prochain, à 14h, Salle Reinach – 4ème étage de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM), 7 rue Raulin, Lyon 7ème.

Cyril Roussel est récemment intervenu plusieurs fois dans les médias sur cette question.

On peut en particulier l’entendre sur Radio Vatican : Réfugiés syriens : les tensions augmentent en Jordanie le 13 juin 2013

Et sur France Info : Les réfugiés syriens sont une arme le 6 septembre 2013, à propos des conditions de vie dans le camp de Zaatari en Jordanie

les conditions y sont inhumaines ! Avec Zaatari, la Jordanie a choisi d’ouvrir un seul grand camp (un deuxième doit ouvrir bientôt). Une erreur. On ne peut pas gérer un camp avec 125 000 réfugiés. Il est devenu la cinquième agglomération du pays.

On est dans une région aride, exposée au vent. Il fait froid en hiver et très chaud en été. Il n’y a pas d’ombre. Impossible de garantir un approvisionnement en eau régulier et équitable. Cela entraîne des problèmes sanitaires, des maladies, des tensions. Il y a des trafics de toutes sortes, de la prostitution. Les réfugiés connaissent la situation du camp en arrivant et ils ont déjà une stratégie en tête pour en sortir.