Archives par étiquette : Suisse

La crise au Proche-Orient, les réfugiés et la Suisse

Compte-rendu du Colloque international, 27 et 28 février 2014, Genève

Dans le cadre du programme scientifique « Le Proche-Orient et la crise syrienne », un colloque intitulé « La crise au Proche-Orient, les réfugiés et la Suisse », co-organisé par le GREMMO et l’Université de Genève, s’est tenu à Genève les 27 et 28 février.

En ouverture du colloque, Fabrice Balanche a mentionné qu’au Proche-Orient, si l’on veut s’intéresser aux déplacements de populations, il est important de prendre en compte les systèmes économiques, qui ont une influence importante sur les systèmes migratoires. Il a souligné que le Golfe joue un rôle important dans la région à ce niveau.

Les économies de la périphérie syrienne

Charles Abdallah a commencé le colloque en examinant de façon approfondie les transformations des économies de la périphérie immédiate syrienne, et surtout au Liban, depuis le début de la crise en 2011. Il a rappelé que la population libanaise compte environ 4 millions de personnes, et que l’arrivée des Syriens au Liban représenterait ainsi à l’heure actuelle une augmentation d’environ 20 % de la population du pays.

Il a ensuite donné quelques éléments de contexte à propos de l’économie libanaise. Il a indiqué que les investissements « qui marchent » au Liban sont ceux qui se négocient au plus haut niveau et qui visent surtout les sites naturels ou urbains, comme les projets touristiques ou immobiliers. À l’autre extrémité, les petites et moyennes entreprises sont obligées de fonctionner en gardant une taille restreinte, ou en restant en partie dans l’informalité, afin de ne pas attirer les convoitises des « hommes forts » du régime. Elles préfèrent donc souvent avoir recours aux travailleurs étrangers, comme les Syriens. Cela explique aussi en partie la forte émigration des Libanais qui veulent fuir ce système. Les déplacés syriens sont donc arrivés dans une économie libanaise qui n’aime pas employer ses nationaux, ce qui a facilité l’insertion d’une partie des nouveaux arrivants dans le marché du travail.

En 2011, malgré la crise en Syrie, la croissance économique au Liban a atteint 2 %. Il y a eu une arrivée de capitaux avec la venue de Syriens aisés – dont la présence a aussi permis de soutenir le secteur hôtelier – et qui ont ensuite investi dans l’achat d’appartements. En 2012, une venue plus massive de population a aussi entrainé une augmentation de l’aide internationale qui a profité au pays. Mais les secteurs traditionnels de l’économie, comme par exemple le tourisme, ont été les perdants. L’année 2013 a été synonyme d’un changement d’échelle dans l’arrivée des Syriens, qui ont substitué la main d’œuvre à tous les échelons (des travailleurs non qualifiés et des commerçants, aux ingénieurs et employés de la finance). Le Liban a cependant profité de la destruction des moyens de production en Syrie qui a nécessité un transit des marchandises à travers le Liban. Le pays a ainsi tout de même enregistré une croissance de 1.5 %.

Le colloque s’est ensuite poursuivi avec une session qui s’est focalisée sur les déplacements dans les pays périphériques de la Syrie.

Les tensions géopolitiques et leurs effets sur les déplacements de population dans la région

Fabrice Balanche a rappelé qu’à l’origine de la crise en Syrie, outre les revendications communautaires, il y a aussi une « cause » démographique, qui s’est manifestée par un « retournement » de l’espace syrien se traduisant par une croissance des quartiers informels en périphérie des villes où se sont retrouvées des populations ayant peu de moyens.

La crise est maintenant dans une dynamique d’insurrection et de contre-insurrection, qui risque de prendre du temps. L’issue la plus probable (si les paramètres extérieurs restent constants) est un rétablissement lent du régime, mais qui devra ensuite « gagner la paix ». Pour cela, il pourra, entre autres, utiliser les quartiers informels détruits, afin de mettre en place des projets immobiliers et les « redistribuer » à une partie de la population. Dans cette optique, les flux de déplacements forcés, et surtout ceux en-dehors du pays, représentent donc une stratégie de rééquilibrage démographique et géographique en Syrie.

Des réfugiés en quête d’asile. Palestiniens et Irakiens dans le conflit syrien

Kamel Doraï a signalé que sa présentation se situe à une autre échelle et concerne des mouvements plus marginaux de populations dont le contexte actuel, à savoir les Palestiniens et les Irakiens. Les réfugiés palestiniens sont arrivés en Syrie à partir de 1948 et 1967, et les réfugiés irakiens à partir de 2003 et surtout 2006.

Il a précisé qu’il y avait plusieurs centaines de milliers d’Irakiens en Syrie, et qu’il est estimé qu’environ 50’000 seraient rentrés en Irak dans le contexte actuel. On assiste cependant à la formation d’une nouvelle géographie, étant donné que la plupart ne se sont pas réinstallés dans leurs villes ou villages d’origine, mais dans de nouveaux lieux. En Syrie, la plupart des Irakiens résident dans des zones de combats, sauf pour ceux qui habitent dans le quartier de Jaramana près de Damas. Nombre d’entre eux se sont donc, soit réinstallés et regroupés ailleurs en Syrie, soit ont ré-émigré. Parmi ceux qui sont restés, il s’agit pour beaucoup de personnes qui n’ont pas de connections à l’étranger ou en Irak, et/ou qui ne veulent pas perdre leur droit à l’aide du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) s’ils changent de pays.

En ce qui concerne les réfugiés palestiniens, il a mentionné qu’entre 60’000 et 70’000 seraient partis à l’étranger, en majorité au Liban. Beaucoup y possèdent des attaches, et les parcours sont diversifiés. Certains sont entrés légalement, mais leur présence est devenue illégale suite à un durcissement des conditions de renouvellement des titres de séjour en 2013. Beaucoup sont ainsi maintenant « coincés » dans les camps palestiniens au Liban, au même titre que ceux qui sont entrés illégalement.

Dans sa synthèse, Riccardo Bocco a indiqué que les présentations précédentes avaient mis en évidence l’importance des possibilités de circuler, qui sont des éléments clés afin de comprendre comment les gens « s’en sortent » dans ce contexte de crise. Les fermetures de frontières engendreraient donc de grandes difficultés.

La problématique des réfugiés de Syrie au Liban: perceptions, impacts et enjeux

Daniel Meier a signalé qu’il allait pour sa part « prendre prétexte » des réfugiés de Syrie pour analyser la scène politique libanaise. Il a mentionné qu’il y a environ 1 million de réfugiés enregistrés au Liban, et que le gouvernement parle d’en tout cas 1.3 million de Syriens au Liban. Il a indiqué que la crise syrienne a un impact sur les enjeux politiques internes au Liban. Il existe un fort ressentiment parmi la population libanaise à l’égard des Syriens, qui remonte à la présence syrienne à l’issue de la Guerre civile libanaise. Dans le contexte actuel, la politique de l’Etat libanais peut être qualifiée d’une « impossible dissociation » avec la situation en Syrie. Cette politique a compliqué l’organisation de l’aide au Liban, notamment par l’absence, dans les premiers temps, d’un décompte des entrées sur le sol libanais. Le gouvernement a d’abord considéré les Syriens comme des « déplacés », afin d’éviter le regroupement dans des camps de réfugiés. L’explosion des arrivées des Syriens en automne-hiver 2012 a fait passer le gouvernement d’une stratégie de négation à celle d’une demande d’aide d’urgence, notamment à partir de la conférence internationale des « donateurs » au Koweït qui s’est tenue en janvier 2013. Au niveau sécuritaire, de nombreux événements ont montré qu’il y a une forme d’importation de la crise syrienne au Liban.

Les mobilités entre les villes du Proche-Orient en période de crise

Lucas Oesch a indiqué que, si l’on s’en tient aux chiffres du HCR, le nombre de « réfugiés enregistrés » dans la ville de Beyrouth intra-muros n’est pas élevé. D’autres catégories de Syriens y sont par contre présentes. Si depuis longtemps, il y a des travailleurs migrants et une certaine élite, on y rencontre désormais aussi une population provenant de ce qu’on peut schématiquement appeler la « classe moyenne citadine ». Le dénominateur commun de beaucoup d’entre eux est qu’ils sont entrés dans une forme de vie urbaine « mobile et multi-locale » dans le contexte de crise, afin à la fois de s’éloigner des violences et de poursuivre des objectifs personnels, telles des activités économiques, culturelles ou éducatives. Nombre d’entre eux continuent de faire des allers et retours entre Damas et Beyrouth. Il a ensuite analysé la façon dont cette géographie des mobilités se présente, en mentionnant qu’il s’agit souvent d’une « étape » supplémentaire dans les parcours migratoires. Dans de nombreux cas, ces personnes avaient migré par le passé depuis leurs lieux d’origine en Syrie vers Damas. Il a ensuite mentionné que les « espaces urbains » des Syriens à Beyrouth se présentent comme des ensembles d’îles. Ces dernières côtoient la ville libanaise, mais ces espaces se superposent et s’ignorent. Cependant, depuis 2013, la présence urbaine syrienne s’est faite plus visible, notamment avec l’ouverture de commerces, de restaurants ou de cafés, qui sont des succursales d’établissements damascènes. Au final, Beyrouth apparait surtout, pour ces Syriens, comme une ville provisoire et de transit.

Riccardo Bocco a mentionné que si on les considère dans une perspective historique, les phénomènes présentés dans les présentations précédentes, ainsi que leurs enjeux, ne sont pas nouveaux au Proche-Orient, mais le contexte est différent. Il a ensuite indiqué que les catégories juridiques, administratives ou même sociologiques conventionnellement utilisées s’appliquent mal aux « migrants de guerre » qui ne se définissent pas comme des réfugiés, et qu’il est important de bien comprendre ces processus de mobilité. Au final, il considère qu’il est également nécessaire de s’intéresser à la question du « vivre-ensemble » qui est sous-jacente.

La dernière session du colloque a porté sur les parcours des réfugiés vers l’Europe et la Suisse, les conditions d’accueil et le rôle des gouvernements et des organisations d’entraide.

Les réfugiés de Syrie : défi et renouveau pour la politique d’accueil suisse

Etienne Piguet a indiqué que, dans le cas syrien, la politique d’accueil suisse de décline en trois volets, à savoir les contingents de réfugiés, les demandes individuelles et les mesures humanitaires.

Il a tout d’abord rappelé qu’il y a un lien direct entre les demandes d’asile en Suisse et les situations de crise dans certains pays. Il a ensuite fait un rappel historique de la question de l’asile en Suisse, et indiqué que par le passé les demandes émanaient de quelques pays seulement, alors que depuis plus récemment les provenances sont plus diverses. Il a ensuite signalé qu’avec l’abandon de la possibilité de déposer des demandes d’asile dans les ambassades depuis 2012, il y a désormais un lien renforcé entre « possibilités de protection » et « présence sur le territoire », qui en vient de facto à primer sur la nécessité de protection.

Il a ensuite mentionné que les demandes d’asile des Syriens en Suisse ne sont pas tout à fait nouvelles, étant donné qu’il y en avait déjà par le passé, émanant surtout de Kurdes. En regard de la crise actuelle, le nombre de demandes d’asile a jusqu’à présent été assez faible, mais une augmentation est prévue pour 2014. Au niveau de l’accueil des demandeurs spontanés d’asile, la Suisse se place au cinquième rang européen. La crise syrienne a aussi vu la reprise de l’idée de l’accueil de contingents de réfugiés se concrétiser, avec l’acceptation, en plus des demandes spontanées, de l’accueil direct de groupes. Enfin, une « mesure humanitaire », qui a été arrêtée abruptement, a été mise en place entre septembre et novembre 2013. Elle a permis pendant ce laps de temps de faciliter la venue temporaire des membres de familles de Syriens déjà présent en Suisse, et de donner la possibilité à ceux qui le désiraient de déposer une demande d’asile. Cette dernière mesure portant sur des logiques familiales élargies n’est pas habituelle en Suisse.

La Suisse a aussi mis en place des mesures d’aide dans les pays voisins de la Syrie, mais toutes ces mesures (asile et aide) sont à relativiser au regard de l’ampleur des déplacés.

Les réfugiés du Proche Orient en Suisse : quels parcours d’incorporation possibles ?

Claudio Bolzman a abordé les conditions de l’incorporation des réfugiés dans la société suisse. Il a rappelé que dans l’exil, il est important de tenir compte du fait que les gens qui arrivent avaient une existence avant leur arrivée qui marque leur vie. Leur parcours est également celui d’épreuves – afin de pouvoir accéder jusqu’au pays d’accueil – et de preuves, puisque les personnes sont constamment sous la pression de devoir justifier leur exil par des raisons crédibles. Il remarque ensuite qu’il y a une montée en importance de la catégorie administrative de « l’admission provisoire » qui amène à se poser des questions sur notre politique d’asile. Il a ensuite mentionné que la « mesure humanitaire » adopté par la Suisse en 2013 représente aussi une forme de privatisation de l’aide, puisque les Syriens présents en Suisse devaient s’engager à subvenir aux besoins des nouveaux arrivants. Au niveau de l’incorporation, il a indiqué que les dé-placés doivent aussi se re-placés, notamment au niveau du marché du travail, et cela va souvent de paire avec une déqualification.

Murer l’Europe pour stopper les réfugiés. Le cas de la Grèce et de la Bulgarie

Cristina Del Biaggio a choisi de traiter du moment intermédiaire du déplacement, à savoir le passage par la Grèce et la Bulgarie. Elle a mis en évidence que les flux de migrants sont influencés et « détournés » par les modifications des dispositifs de surveillance, comme la mise en place de barrières, qui a déplacé les flux se dirigeant habituellement en direction de la Grèce vers la Bulgarie. Au niveau des schémas migratoires des Syriens, le premier cas de figure est l’arrestation en Turquie (avant d’avoir pu atteindre la Grèce), le deuxième cas est la noyade lors de la traversée du fleuve qui sépare la Turquie de la Grèce, le troisième cas est le refoulement à la frontière grecque, et le quatrième cas est l’arrivée en Grèce, puis le passage par un centre d’enregistrement, suivi de l’arrivée à Athènes. Le trajet vers Athènes est souvent effectué en train, dans lequel les migrants se voient souvent refuser l’accès ou être regroupés dans certains wagons. À Athènes, les attaques contre les migrants ne sont pas rares, et ces derniers doivent effectuer des files d’attente sans fin pour espérer avoir une fois la possibilité de s’enregistrer.

Politiques de l’asile en Europe et agency des migrants. Les déplacements des demandeurs d’asile syriens entre Italie et Suisse

Cecilia Santilli a analysé le durcissement de la politique italienne envers les réfugiés, qui a un impact sur les stratégies de migrations. Le parcours pour passer de l’Italie vers le nord de l’Europe est de plus en plus compliqué, et donc le recours aux passeurs est de plus en plus fréquent. C’est au final les mobilités qui sont la cible des gouvernements et des polices.

Réfugiés syriens à Lyon, parcours de migrants d’un exil provisoire vers une intégration en France ?

Akram Kachee a présenté les parcours de Syriens à Lyon en France. Il a mentionné que les raisons du départ de Syrie sont multiples, allant de la destruction des habitations, à des situations de menaces – la Syrie connaissant actuellement une réelle économie des enlèvements – mais  aussi à la volonté d’échapper à la conscription militaire, ou encore à une nécessité de survie économique, voire à une question de sécurité pour les militants. En présentant les parcours de plusieurs individus maintenant à Lyon, il a mis en évidence que de nombreuses personnes sont désormais dans une phase de transition entre une installation provisoire – pendant laquelle ils effectuaient encore beaucoup d’allers et retours avec la Syrie – et une installation plus définitive, bien que tous espèrent encore retourner dans un futur très proche en Syrie.

L’aide humanitaire islamique et chrétienne suisse au Proche-Orient avant et après la crise syrienne

Pour conclure, Elisa Banfi a parlé des œuvres caritatives islamiques et chrétiennes d’entraide en Suisse. Elle a notamment souligné le rôle de la « Chaîne du Bonheur », créée à l’issue de la Seconde guerre mondiale. Un important appel de dons pour la Syrie a été lancé, et les fonds récoltés ont été attribués en partie à Caritas, mais aussi à Islamic relief. Cette dernière organisation avait déjà des liens avec la Syrie. Les réseaux d’entraide d’avant la crise ont ainsi été utilisés, mais la crise syrienne a aussi entrainé de nouvelles dynamiques au niveau des réseaux suisses. Ainsi, par exemple, la Municipalité de Genève travaille désormais avec Islamic relief dans le cadre de ses activités pour la Syrie.