Archives par étiquette : Syrie

Water Management in Jordan in Response to the Syrian Crisis: Between Neoliberal Pressures and Social Tensions

L’article d’Eliott Ducharme, suite à son master réalisé grâce au financement de ce programme, est disponible en ligne sur Jadaliyya

Since 1948, the Kingdom of Jordan has taken in a considerable number of refugee populations fleeing conflicts in Palestine, Iraq and now Syria. While this brings the country significant international aid, it also raises the question of the capacity of urban public services to handle this new demographic pressure. These public services, heavily subsidised for reasons of social stability, are in a state of chronic crisis, and are unable to meet user demand. This has led to sharp socio-spatial inequalities, growing popular discontent, worrying tensions between “native” Jordanians and Jordano-Palestinians, and growing stigmatisation of Syrian refugees. This article looks at the impacts of the “Syrian crisis” on water management in North Jordan, which is host to seventy percent of the refugees.

An understanding of these issues requires an historical perspective on water distribution and the formation of state-controlled, centralized water distribution network. The chronic problems of the water system impact powerfully on the way the authorities handle the “Syrian crisis,” in particular in their relations with western funding agencies, which are heavily involved in the issue of water, providing both funds and technical assistance. In fact, the response to the refugees’ burning issue conjures several “rationalities of government:” a recurrent conflict between neoliberal ideas (privatization, cuts in government subsidies for basic goods, new public management) conveyed by the international aid agencies, and the more ambiguous position of the Jordanian government, increasingly constrained as it is, to meet the requirements of its funders, while trying to spare the population and manage their strong expectations of accessing services cheaply. à suivre

La crise au Proche-Orient, les réfugiés et la Suisse

Compte-rendu du Colloque international, 27 et 28 février 2014, Genève

Dans le cadre du programme scientifique « Le Proche-Orient et la crise syrienne », un colloque intitulé « La crise au Proche-Orient, les réfugiés et la Suisse », co-organisé par le GREMMO et l’Université de Genève, s’est tenu à Genève les 27 et 28 février.

En ouverture du colloque, Fabrice Balanche a mentionné qu’au Proche-Orient, si l’on veut s’intéresser aux déplacements de populations, il est important de prendre en compte les systèmes économiques, qui ont une influence importante sur les systèmes migratoires. Il a souligné que le Golfe joue un rôle important dans la région à ce niveau.

Les économies de la périphérie syrienne

Charles Abdallah a commencé le colloque en examinant de façon approfondie les transformations des économies de la périphérie immédiate syrienne, et surtout au Liban, depuis le début de la crise en 2011. Il a rappelé que la population libanaise compte environ 4 millions de personnes, et que l’arrivée des Syriens au Liban représenterait ainsi à l’heure actuelle une augmentation d’environ 20 % de la population du pays.

Il a ensuite donné quelques éléments de contexte à propos de l’économie libanaise. Il a indiqué que les investissements « qui marchent » au Liban sont ceux qui se négocient au plus haut niveau et qui visent surtout les sites naturels ou urbains, comme les projets touristiques ou immobiliers. À l’autre extrémité, les petites et moyennes entreprises sont obligées de fonctionner en gardant une taille restreinte, ou en restant en partie dans l’informalité, afin de ne pas attirer les convoitises des « hommes forts » du régime. Elles préfèrent donc souvent avoir recours aux travailleurs étrangers, comme les Syriens. Cela explique aussi en partie la forte émigration des Libanais qui veulent fuir ce système. Les déplacés syriens sont donc arrivés dans une économie libanaise qui n’aime pas employer ses nationaux, ce qui a facilité l’insertion d’une partie des nouveaux arrivants dans le marché du travail.

En 2011, malgré la crise en Syrie, la croissance économique au Liban a atteint 2 %. Il y a eu une arrivée de capitaux avec la venue de Syriens aisés – dont la présence a aussi permis de soutenir le secteur hôtelier – et qui ont ensuite investi dans l’achat d’appartements. En 2012, une venue plus massive de population a aussi entrainé une augmentation de l’aide internationale qui a profité au pays. Mais les secteurs traditionnels de l’économie, comme par exemple le tourisme, ont été les perdants. L’année 2013 a été synonyme d’un changement d’échelle dans l’arrivée des Syriens, qui ont substitué la main d’œuvre à tous les échelons (des travailleurs non qualifiés et des commerçants, aux ingénieurs et employés de la finance). Le Liban a cependant profité de la destruction des moyens de production en Syrie qui a nécessité un transit des marchandises à travers le Liban. Le pays a ainsi tout de même enregistré une croissance de 1.5 %.

Le colloque s’est ensuite poursuivi avec une session qui s’est focalisée sur les déplacements dans les pays périphériques de la Syrie.

Les tensions géopolitiques et leurs effets sur les déplacements de population dans la région

Fabrice Balanche a rappelé qu’à l’origine de la crise en Syrie, outre les revendications communautaires, il y a aussi une « cause » démographique, qui s’est manifestée par un « retournement » de l’espace syrien se traduisant par une croissance des quartiers informels en périphérie des villes où se sont retrouvées des populations ayant peu de moyens.

La crise est maintenant dans une dynamique d’insurrection et de contre-insurrection, qui risque de prendre du temps. L’issue la plus probable (si les paramètres extérieurs restent constants) est un rétablissement lent du régime, mais qui devra ensuite « gagner la paix ». Pour cela, il pourra, entre autres, utiliser les quartiers informels détruits, afin de mettre en place des projets immobiliers et les « redistribuer » à une partie de la population. Dans cette optique, les flux de déplacements forcés, et surtout ceux en-dehors du pays, représentent donc une stratégie de rééquilibrage démographique et géographique en Syrie.

Des réfugiés en quête d’asile. Palestiniens et Irakiens dans le conflit syrien

Kamel Doraï a signalé que sa présentation se situe à une autre échelle et concerne des mouvements plus marginaux de populations dont le contexte actuel, à savoir les Palestiniens et les Irakiens. Les réfugiés palestiniens sont arrivés en Syrie à partir de 1948 et 1967, et les réfugiés irakiens à partir de 2003 et surtout 2006.

Il a précisé qu’il y avait plusieurs centaines de milliers d’Irakiens en Syrie, et qu’il est estimé qu’environ 50’000 seraient rentrés en Irak dans le contexte actuel. On assiste cependant à la formation d’une nouvelle géographie, étant donné que la plupart ne se sont pas réinstallés dans leurs villes ou villages d’origine, mais dans de nouveaux lieux. En Syrie, la plupart des Irakiens résident dans des zones de combats, sauf pour ceux qui habitent dans le quartier de Jaramana près de Damas. Nombre d’entre eux se sont donc, soit réinstallés et regroupés ailleurs en Syrie, soit ont ré-émigré. Parmi ceux qui sont restés, il s’agit pour beaucoup de personnes qui n’ont pas de connections à l’étranger ou en Irak, et/ou qui ne veulent pas perdre leur droit à l’aide du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) s’ils changent de pays.

En ce qui concerne les réfugiés palestiniens, il a mentionné qu’entre 60’000 et 70’000 seraient partis à l’étranger, en majorité au Liban. Beaucoup y possèdent des attaches, et les parcours sont diversifiés. Certains sont entrés légalement, mais leur présence est devenue illégale suite à un durcissement des conditions de renouvellement des titres de séjour en 2013. Beaucoup sont ainsi maintenant « coincés » dans les camps palestiniens au Liban, au même titre que ceux qui sont entrés illégalement.

Dans sa synthèse, Riccardo Bocco a indiqué que les présentations précédentes avaient mis en évidence l’importance des possibilités de circuler, qui sont des éléments clés afin de comprendre comment les gens « s’en sortent » dans ce contexte de crise. Les fermetures de frontières engendreraient donc de grandes difficultés.

La problématique des réfugiés de Syrie au Liban: perceptions, impacts et enjeux

Daniel Meier a signalé qu’il allait pour sa part « prendre prétexte » des réfugiés de Syrie pour analyser la scène politique libanaise. Il a mentionné qu’il y a environ 1 million de réfugiés enregistrés au Liban, et que le gouvernement parle d’en tout cas 1.3 million de Syriens au Liban. Il a indiqué que la crise syrienne a un impact sur les enjeux politiques internes au Liban. Il existe un fort ressentiment parmi la population libanaise à l’égard des Syriens, qui remonte à la présence syrienne à l’issue de la Guerre civile libanaise. Dans le contexte actuel, la politique de l’Etat libanais peut être qualifiée d’une « impossible dissociation » avec la situation en Syrie. Cette politique a compliqué l’organisation de l’aide au Liban, notamment par l’absence, dans les premiers temps, d’un décompte des entrées sur le sol libanais. Le gouvernement a d’abord considéré les Syriens comme des « déplacés », afin d’éviter le regroupement dans des camps de réfugiés. L’explosion des arrivées des Syriens en automne-hiver 2012 a fait passer le gouvernement d’une stratégie de négation à celle d’une demande d’aide d’urgence, notamment à partir de la conférence internationale des « donateurs » au Koweït qui s’est tenue en janvier 2013. Au niveau sécuritaire, de nombreux événements ont montré qu’il y a une forme d’importation de la crise syrienne au Liban.

Les mobilités entre les villes du Proche-Orient en période de crise

Lucas Oesch a indiqué que, si l’on s’en tient aux chiffres du HCR, le nombre de « réfugiés enregistrés » dans la ville de Beyrouth intra-muros n’est pas élevé. D’autres catégories de Syriens y sont par contre présentes. Si depuis longtemps, il y a des travailleurs migrants et une certaine élite, on y rencontre désormais aussi une population provenant de ce qu’on peut schématiquement appeler la « classe moyenne citadine ». Le dénominateur commun de beaucoup d’entre eux est qu’ils sont entrés dans une forme de vie urbaine « mobile et multi-locale » dans le contexte de crise, afin à la fois de s’éloigner des violences et de poursuivre des objectifs personnels, telles des activités économiques, culturelles ou éducatives. Nombre d’entre eux continuent de faire des allers et retours entre Damas et Beyrouth. Il a ensuite analysé la façon dont cette géographie des mobilités se présente, en mentionnant qu’il s’agit souvent d’une « étape » supplémentaire dans les parcours migratoires. Dans de nombreux cas, ces personnes avaient migré par le passé depuis leurs lieux d’origine en Syrie vers Damas. Il a ensuite mentionné que les « espaces urbains » des Syriens à Beyrouth se présentent comme des ensembles d’îles. Ces dernières côtoient la ville libanaise, mais ces espaces se superposent et s’ignorent. Cependant, depuis 2013, la présence urbaine syrienne s’est faite plus visible, notamment avec l’ouverture de commerces, de restaurants ou de cafés, qui sont des succursales d’établissements damascènes. Au final, Beyrouth apparait surtout, pour ces Syriens, comme une ville provisoire et de transit.

Riccardo Bocco a mentionné que si on les considère dans une perspective historique, les phénomènes présentés dans les présentations précédentes, ainsi que leurs enjeux, ne sont pas nouveaux au Proche-Orient, mais le contexte est différent. Il a ensuite indiqué que les catégories juridiques, administratives ou même sociologiques conventionnellement utilisées s’appliquent mal aux « migrants de guerre » qui ne se définissent pas comme des réfugiés, et qu’il est important de bien comprendre ces processus de mobilité. Au final, il considère qu’il est également nécessaire de s’intéresser à la question du « vivre-ensemble » qui est sous-jacente.

La dernière session du colloque a porté sur les parcours des réfugiés vers l’Europe et la Suisse, les conditions d’accueil et le rôle des gouvernements et des organisations d’entraide.

Les réfugiés de Syrie : défi et renouveau pour la politique d’accueil suisse

Etienne Piguet a indiqué que, dans le cas syrien, la politique d’accueil suisse de décline en trois volets, à savoir les contingents de réfugiés, les demandes individuelles et les mesures humanitaires.

Il a tout d’abord rappelé qu’il y a un lien direct entre les demandes d’asile en Suisse et les situations de crise dans certains pays. Il a ensuite fait un rappel historique de la question de l’asile en Suisse, et indiqué que par le passé les demandes émanaient de quelques pays seulement, alors que depuis plus récemment les provenances sont plus diverses. Il a ensuite signalé qu’avec l’abandon de la possibilité de déposer des demandes d’asile dans les ambassades depuis 2012, il y a désormais un lien renforcé entre « possibilités de protection » et « présence sur le territoire », qui en vient de facto à primer sur la nécessité de protection.

Il a ensuite mentionné que les demandes d’asile des Syriens en Suisse ne sont pas tout à fait nouvelles, étant donné qu’il y en avait déjà par le passé, émanant surtout de Kurdes. En regard de la crise actuelle, le nombre de demandes d’asile a jusqu’à présent été assez faible, mais une augmentation est prévue pour 2014. Au niveau de l’accueil des demandeurs spontanés d’asile, la Suisse se place au cinquième rang européen. La crise syrienne a aussi vu la reprise de l’idée de l’accueil de contingents de réfugiés se concrétiser, avec l’acceptation, en plus des demandes spontanées, de l’accueil direct de groupes. Enfin, une « mesure humanitaire », qui a été arrêtée abruptement, a été mise en place entre septembre et novembre 2013. Elle a permis pendant ce laps de temps de faciliter la venue temporaire des membres de familles de Syriens déjà présent en Suisse, et de donner la possibilité à ceux qui le désiraient de déposer une demande d’asile. Cette dernière mesure portant sur des logiques familiales élargies n’est pas habituelle en Suisse.

La Suisse a aussi mis en place des mesures d’aide dans les pays voisins de la Syrie, mais toutes ces mesures (asile et aide) sont à relativiser au regard de l’ampleur des déplacés.

Les réfugiés du Proche Orient en Suisse : quels parcours d’incorporation possibles ?

Claudio Bolzman a abordé les conditions de l’incorporation des réfugiés dans la société suisse. Il a rappelé que dans l’exil, il est important de tenir compte du fait que les gens qui arrivent avaient une existence avant leur arrivée qui marque leur vie. Leur parcours est également celui d’épreuves – afin de pouvoir accéder jusqu’au pays d’accueil – et de preuves, puisque les personnes sont constamment sous la pression de devoir justifier leur exil par des raisons crédibles. Il remarque ensuite qu’il y a une montée en importance de la catégorie administrative de « l’admission provisoire » qui amène à se poser des questions sur notre politique d’asile. Il a ensuite mentionné que la « mesure humanitaire » adopté par la Suisse en 2013 représente aussi une forme de privatisation de l’aide, puisque les Syriens présents en Suisse devaient s’engager à subvenir aux besoins des nouveaux arrivants. Au niveau de l’incorporation, il a indiqué que les dé-placés doivent aussi se re-placés, notamment au niveau du marché du travail, et cela va souvent de paire avec une déqualification.

Murer l’Europe pour stopper les réfugiés. Le cas de la Grèce et de la Bulgarie

Cristina Del Biaggio a choisi de traiter du moment intermédiaire du déplacement, à savoir le passage par la Grèce et la Bulgarie. Elle a mis en évidence que les flux de migrants sont influencés et « détournés » par les modifications des dispositifs de surveillance, comme la mise en place de barrières, qui a déplacé les flux se dirigeant habituellement en direction de la Grèce vers la Bulgarie. Au niveau des schémas migratoires des Syriens, le premier cas de figure est l’arrestation en Turquie (avant d’avoir pu atteindre la Grèce), le deuxième cas est la noyade lors de la traversée du fleuve qui sépare la Turquie de la Grèce, le troisième cas est le refoulement à la frontière grecque, et le quatrième cas est l’arrivée en Grèce, puis le passage par un centre d’enregistrement, suivi de l’arrivée à Athènes. Le trajet vers Athènes est souvent effectué en train, dans lequel les migrants se voient souvent refuser l’accès ou être regroupés dans certains wagons. À Athènes, les attaques contre les migrants ne sont pas rares, et ces derniers doivent effectuer des files d’attente sans fin pour espérer avoir une fois la possibilité de s’enregistrer.

Politiques de l’asile en Europe et agency des migrants. Les déplacements des demandeurs d’asile syriens entre Italie et Suisse

Cecilia Santilli a analysé le durcissement de la politique italienne envers les réfugiés, qui a un impact sur les stratégies de migrations. Le parcours pour passer de l’Italie vers le nord de l’Europe est de plus en plus compliqué, et donc le recours aux passeurs est de plus en plus fréquent. C’est au final les mobilités qui sont la cible des gouvernements et des polices.

Réfugiés syriens à Lyon, parcours de migrants d’un exil provisoire vers une intégration en France ?

Akram Kachee a présenté les parcours de Syriens à Lyon en France. Il a mentionné que les raisons du départ de Syrie sont multiples, allant de la destruction des habitations, à des situations de menaces – la Syrie connaissant actuellement une réelle économie des enlèvements – mais  aussi à la volonté d’échapper à la conscription militaire, ou encore à une nécessité de survie économique, voire à une question de sécurité pour les militants. En présentant les parcours de plusieurs individus maintenant à Lyon, il a mis en évidence que de nombreuses personnes sont désormais dans une phase de transition entre une installation provisoire – pendant laquelle ils effectuaient encore beaucoup d’allers et retours avec la Syrie – et une installation plus définitive, bien que tous espèrent encore retourner dans un futur très proche en Syrie.

L’aide humanitaire islamique et chrétienne suisse au Proche-Orient avant et après la crise syrienne

Pour conclure, Elisa Banfi a parlé des œuvres caritatives islamiques et chrétiennes d’entraide en Suisse. Elle a notamment souligné le rôle de la « Chaîne du Bonheur », créée à l’issue de la Seconde guerre mondiale. Un important appel de dons pour la Syrie a été lancé, et les fonds récoltés ont été attribués en partie à Caritas, mais aussi à Islamic relief. Cette dernière organisation avait déjà des liens avec la Syrie. Les réseaux d’entraide d’avant la crise ont ainsi été utilisés, mais la crise syrienne a aussi entrainé de nouvelles dynamiques au niveau des réseaux suisses. Ainsi, par exemple, la Municipalité de Genève travaille désormais avec Islamic relief dans le cadre de ses activités pour la Syrie.

Crise syrienne, mobilités et espaces urbains au Proche-Orient

Lucas Oesch présentera sa recherche en cours : Crise syrienne, mobilités et espaces urbains au Proche-Orient, lors d’un séminaire
Vendredi 6 juin 2014, de 10h à 12h
4ème étage de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM)

Dans le cadre de l’actuelle crise syrienne, certaines catégories de citadins effectuent des allers et retours réguliers entre leurs villes d’origine et d’autres espaces urbains situés dans des pays frontaliers. Ce séminaire va s’intéresser à ces mouvements interurbains circulaires et transnationaux. Ces stratégies de mobilité mises en place par certains citadins visent à leur permettre de s’éloigner provisoirement de la situation de violence dans leur pays d’origine, mais également de poursuivre des objectifs personnels, comme des activités économiques, culturelles ou éducatives. En prenant l’exemple des circulations entre Damas et Beyrouth, cette présentation propose de discuter de cette forme de « vie mobile et multi-locale de crise », ainsi que d’analyser la géographie des mobilités inter- et intra-urbaines qui en découle.

Lucas Oesch est chercheur associé au Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO) de Lyon et chercheur boursier du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS)

A signaler

Dans le prolongement d’analyses précédentes déjà signalées ici, voir l’article de C. R., »Le « cavalier seul » des Kurdes de Syrie » sur Orientxxi

En proclamant l’autonomie des régions kurdes de Syrie, le Parti de l’union démocratique (PYD) et ses alliés cherchent à incarner une « troisième voie » entre le régime et l’opposition. Un choix risqué mais qui leur offre un chemin vers l’autonomie.

Feeding the crisis: the Saudi engagement in the Syrian war

 by Laura Rufalco, Trainee, GREMMO (Lyon, 23/03/2014)

There are at least two ways of facing the Syrian crisis: first we have to take into account the internal dynamic of the conflict, which at the beginning was opposing a dictatorial government to an important part of the population discontent with the regime. As the regime crushed demonstrators, the conflict emerged in multifaceted groups with different ideologies and goals, but aiming to dethrone Assad. In this first level, we have the regime combating different groups, secular and religious – including different confessions. But in order to understand the dynamics of the crisis and why it is lasting so long, we must take into account another level: the regional/international one, where we find regional rivalries opposing Saudi Arabia and Iran, Qatar and Saudi Arabia, the United States (USA) and Iran, USA and Russia… this is indeed a conflict that has mobilized a multitude of actors in the national, regional and international level. A first look in the local impact of the crisis shows us two regional giants opposing themselves and directly involved in the conflict: Saudi Arabia and Iran.

We can hardly understand the role Saudi Arabia plays in the Syrian crisis without taking into consideration the dynamics of the turbulent relations between Saudi Arabia and Iran. Both countries are regional rivals with opposing regimes, but having to find a way to coexist without escalating tensions, in particular to not put into risk their oil exploitation1. From a western perspective, it is sometimes difficult to understand how nowadays religion affiliations can play such an important role in politics. Indeed, one of the biggest rivalry opposing Iran and Saudi Arabia comes from the two countries official religion, with the first one practicing Shia Islam, while the second practices Sunni Islam. However, both states have in its territories minorities belonging to the other religion, which is a factor that has boosted their rivalry for long: they do not compete only for regional hegemony, but to prevent each other of having any sort of influence within their own borders. We cannot simplify the matters by saying that their opposition is merely related to the different confessions existing in both countries. However, the fall of Saddam Hussein’s regime, followed by the rise of a Shia government in Iraq, fed the rivalry between the two countries2, since Saudi Arabia is more fearful of the influence the Shias leaders can have in the region.

The country is henceforth deeply involved in the Syrian war, in a way to prevent the Iranian influence to further widespread throughout the region. Eliminating Assad’s regime would be a way of diminishing the Iranian influence in the Middle East, without directly confronting Teheran, which could put into great risk the stability of the region. In the previous article3 we saw that Saudi Arabia is facing a great challenge in their attempt to support the Syrian opposition, mainly because of the multiplicity of actors engaged in the conflict. The past two years witnessed the arrival on the field of groups linked to the Al Qaida, which caused the USA and other Western countries to be more fearful of supporting the Syrian opposition4. A blind engagement of Saudi Arabia towards these actors could cause their relation with the USA to be directly impacted, creating an important distance between Riyadh and Washington5.

In order to prevent their alliance with the USA to be further vulnerable, the Saudi Arabian government had to change their positioning towards the Syrian crisis. This was made visible by the dismissal of prince Bandar bin Sultan as the head of the government’s strategy towards Syria. Sultan was replaced by the Interior Minister, Prince Mohammed bin Nayef, appreciated by the USA for fighting Al Qaida in Yemen6, and engaged with the CIA in the attempt to extinguish Al Qaida within Saudi Arabia7. This change in the Saudi government implies that the country is no longer only aiming to fight Assad, but also to fight Al Qaida and other extremists groups engaged in the conflict. Nayef is indeed the key-figure to reassure the USA that any military weapon provided by the Saudis will not reach extremists groups8. To further emphasize this new positioning towards extremists groups, the Saudi government prohibited any citizen of the country to enlist in the conflict, as well as to directly donate money to the Syrian opposition9. The Saudi government also released a list classifying some groups as terrorists: this list included both Jabhat al-Nusra and ISIS10. These measures will not only reassure the USA, but it will protect the Saudi government itself, since it fears the influence of extreme groups towards it own population, as it was the case during the Afghanistan war11. Under that perspective, and keeping the precaution to not be affiliated to extremists groups, Saudi Arabia is still deeply involved with some opposition groups fighting Assad. But by which means are they doing so?

In a first moment, Saudi aid was directed to the Free Syrian Army12. With the rise of other more effectives – and extremists- groups fighting on the ground, Saudi government decided to support what they consider to be “moderate” groups, labeled as “national djihadistes” from the Islamic Front13. The country specially directed millions of dollars to the Army of Islam14, directed by Zahran Alloush, an important ally from Riyadh. The group receives financial and military support from Saudi Arabia15, the country being the biggest source of funding for the Army of Islam16. Seeing that Washington is getting more distance from the conflict, Saudi Arabia is trying to engage more regional actors in the crisis, notably Pakistan17. Riyadh is not only planning to buy weapons from Pakistan18, but to engage Pakistani instructors that would train rebel groups of about 50,000 combatants19. By doing so, Saudi Arabia expects to give to the opposition an efficient way of counter-attacking the regime.

Without Saudi support, probably the opposition would have been completely crushed by the regime. Same goes to the regime: without Russian and Iranian support, it would not have been able to resist and to regain ground. Internationally, Saudi Arabia accuses Russia of making the Syrian crisis last longer20, meanwhile Moscow affirm that Saudi Arabia is putting the security of the region in danger, by attempting to provide Pakistani weapons to the opposition21. The Saudi implication in the crisis has therefore a direct impact in the country’s own national and foreign policy. Therefore, a relevant question appears when we face the complexity of the situation: How far will Saudi Arabia go to overthrown Assad?

By now, there is no right answer to this question; we can only imagine a few scenarios. Since the most effective groups combating Assad are linked to Al Qaida22, the Saudi Arabia government would have to stop the internal war between the opposition by ceasing to be opposed to these groups – but this would mean jeopardizing both their domestic and international politics, especially their relation with the USA, a line that they wouldn’t cross.

Another possibility would be that Saudi Arabia arrives to further implicate the USA in the war, once they reassure Washington that the Al Qaeda threat has been eliminated23. A larger military and financial support from the USA could change the balance of the battles and protect Saudi Arabia from any regional impact the conflict may have. However, this possibility has been excluded from most analysts, since Washington already testified of their lack of willingness to have a direct role in this war. Riyadh previously excluded any possibility of a direct implication in the conflict as well. That means that, if Assad troops continue gaining ground, Saudi Arabia will be faced with two choices: continue to give financial and military support to the Syrian opposition, making the conflict to last and the humanitarian crisis to grow, or to accept that Assad continue to govern the country, allowing the Iranian influence in the region to be expanded.

Bibliography:

HOURCADE, Bernard. Géopolitique de l’Iran.  Armand Colin,  Paris : 2010. 289 pages.

MAINSK, Michel. L’Iran et ses voisins du Sud : une relation sous tension. Outre-Terre, 2011/2 n°28, p. 427-445.

RIGOULET-ROZE, David. Géopolitique de l’Arabie Saoudite. Armand Colin, Paris, 2005. 308 pages.

News :

Author unknow. Arábia Saudita acusa Rússia de perpetuar guerra civil na Síria. Globo.com, 01/03/2014. Last consulted on 03/22/2014, on : http://g1.globo.com/mundo/siria/noticia/2014/03/arabia-saudita-acusa-russia-de-perpetuar-guerra-civil-na-siria.html

Author unknow. Arabia Saudita: alleanza con gli USA a rischio su Siria e Iran. Repubblica.it, 10/23/2013. Last consulted on 03/22/2014, on:  http://www.repubblica.it/esteri/2013/10/23/news/arabia_saudita_contro_gli_usa-69227577/

Author  unknown. Syria files : the opposition. Syria Deeply. Last consulted on 03/23/2014, on :  http://www.syriadeeply.org/background/opposition/

BARTHE , Benjamin. L’Arabie saoudite veut endiguer le phénomène djihadiste en Syrie. Le Monde, 06/02/2014. Consulté le 20/03/2014, sur : http://www.lemonde.fr/moyen-orient/article/2014/02/06/riyad-determine-a-endiguer-le-phenomene-djihadistes-en-syrie_4361650_1667081.html

BLACK, Ian. Saudi Arabia to spend millions to train new rebel force. The Guardian, 11/07/2013. Last consulted on 03/19/2014, on: http://www.theguardian.com/world/2013/nov/07/syria-crisis-saudi-arabia-spend-millions-new-rebel-force

DUFOUR, Jean-Louis. L’Arabie saoudite demande au Pakistan de bien vouloir l’aider en Syrie. L’économiste [quotidien marocain], le 05/03/2014. Consulté le 21/03/2014, sur : http://www.leconomiste.com/article/919041-l-arabie-saoudite-demande-au-pakistan-de-bien-vouloir-l-aider-en-syriepar-le-colonel-

ENTOUS, Adam; KNICKMEYER, Ellen. Saudi Arabia Replaces Key Official in Effort to Arm Syria Rebels: Frustrated Kingdom Sets Out to Assuage U.S. Worries on Extremists in Three-Year Conflict. The Wall Street Journal, Feb. 19, 2014. Last consulted on 02/19/2014, on : http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702303775504579392942097203608

GILBERT, Ben. Saudi Arabia walks a fine line in backing Syrian rebellion. In: Aljazeera America, January 20, 2014. In: http://america.aljazeera.com/articles/2014/1/20/saudi-arabia-walksafinelinkinbackingsyriarebellion.html. Last consulted on March 13, 2014.

KENNER, David. Saudi Arabia’s shadow war. Forein Policy, 11/06/2013. Last consulted on 03/23/2014, on: http://www.foreignpolicy.com/articles/2013/11/06/saudi_arabias_shadow_war?

MALBRUNOT, Georges. Le nouveau visage de la rébellion syrienne. Le Figaro, 13/01/2014. Consulté le 20/03/2014, sur http://www.lefigaro.fr/international/2014/01/13/01003-20140113ARTFIG00585-le-nouveau-visage-de-la-rebellion-syrienne.php

MALBRUNOT, Georges. Syrie : une guerre par procuration entre l’Iran et l’Arabie saoudite. Le Figaro. 13/01/2014.  Consulté le 20/03/2014 sur http://www.lefigaro.fr/international/2014/01/13/01003-20140113ARTFIG00602-syrie-une-guerre-par-procuration-entre-l-iran-et-l-arabie-saoudite.php

SOULEIMAN ALI, Abdallah. Saudi terrorism list raises question about Islamic Front. Translated by Rani Geha. Al-monitor, 03/10/2014. Last consulted on 03/201/2014, on: http://www.al-monitor.com/pulse/security/2014/03/saudi-terrorism-list-syria-spark-new-conflicts.html#

 

  1. HOURCADE, Bernard. Géopolitique de l’Iran.  Armand Colin,  Paris : 2010. 289 pages. []
  2. Idem. []
  3. The paradoxical position of Saudi Arabia towards the Syrian conflict, 03/14/2014. []
  4. Author unknown. Syria files : the opposition. Syria Deeply. []
  5. Author unknow. Arabia Saudita: alleanza con gli USA a rischio su Siria e Iran. Repubblica.it, 10/23/2013. []
  6. ENTOUS, Adam; KNICKMEYER, Ellen. Saudi Arabia Replaces Key Official in Effort to Arm Syria Rebels: Frustrated Kingdom Sets Out to Assuage U.S. Worries on Extremists in Three-Year Conflict. The Wall Street Journal, Feb. 19, 2014. []
  7. DUFOUR, Jean-Louis. L’Arabie saoudite demande au Pakistan de bien vouloir l’aider en Syrie. L’économiste [quotidien marocain], le 05/03/2014 []
  8. Idem. []
  9. BARTHE , Benjamin. L’Arabie saoudite veut endiguer le phénomène djihadiste en Syrie. Le Monde, 06/02/2014. []
  10. SOULEIMAN ALI, Abdallah. Saudi terrorism list raises question about Islamic Front. Translated by Rani Geha. Al-monitor, 03/10/2014. []
  11. GILBERT, Ben. Saudi Arabia walks a fine line in backing Syrian rebellion. In: Aljazeera America, January 20, 2014. []
  12. BARTHE , Benjamin, 06/02/2014. Op. ct. []
  13. DUFOUR, Jean-Louis, 05/03/2014. Op. ct. []
  14. BLACK, Ian. Saudi Arabia to spend millions to train new rebel force. The Guardian, 11/07/2013. []
  15. MALBRUNOT, Georges. Syrie : une guerre par procuration entre l’Iran et l’Arabie saoudite. Le Figaro. 13/01/2014. []
  16. SOULEIMAN ALI, Abdallah, 03/10/2014.Op. ct. []
  17. KENNER, David. Saudi Arabia’s shadow war. Forein Policy, 11/06/2013. []
  18. DUFOUR, Jean-Louis, 05/03/2014. Op. ct. []
  19. KENNER, David, 11/06/2013. Op. ct. []
  20. Author unknow. Arábia Saudita acusa Rússia de perpetuar guerra civil na Síria. Globo.com, 01/03/2014. []
  21. DUFOUR, Jean-Louis, 05/03/2014. Op. Ct. []
  22. Author unknown. Syria files : the opposition. Syria Deeply. []
  23. DUFOUR, Jean-Louis,05/03/2014. Op. Ct. []

Les réfugiés syriens en Jordanie : compte rendu de l’intervention de Cyril Roussel

Cyril Roussel, géographe en poste à l’IFPO Amman, travaille sur les migrations et les frontières. Ses premiers travaux portaient sur les druzes de Syrie et leurs mobilités (voir son livre), ainsi que sur les réfugiés irakiens en Syrie. Depuis son installation à Amman, il s’est lancé dans un programme d’étude des recompositions du Kurdistan irakien, entre autonomisation politique et économique, conflits et tensions frontaliers avec l’lrak ou  l’Iran, et implication dans le bouleversement politique en cours au Moyen-Orient. Il a notamment organisé un colloque important à Lyon l’an dernier, en lien avec le GREMMO, sur le Kurdistan (voir mon commentaire à cette occasion sur Rumor). Parallèlement à ces travaux sur le Kurdistan, Cyril Roussel a été aux premières loges, en Jordanie, pour observer les conséquences de la crise syrienne sur ce pays, et au premier chef, l’installation des réfugiés. Lors de ce séminaire au GREMMO, le 15 novembre 2013, il a présenté une première analyse de ce phénomène. Le texte ci-dessous reprend mes notes, que Cyril a relues et corrigées. Les liens et les illustrations sont de mon initiative. Continuer la lecture