Archives de l’auteur : jmaucourant

Sur la notion de “révolution” en Syrie (2011-2013)

Par Akram Kachee et Jérôme Maucourant1

Il est clair que les peuples qui devraient pouvoir se frayer des histoires neuves sont le plus souvent empêchés de le faire par leurs Etats avec leurs alliances, les intérêts qu’ils servent, les jeux qu’ils pratiquent. Les populations veulent devenir des peuples mais une formidable machine s’ingénie à les en contrarier. La pensée même d’un “peuple” n’est plus possible sans remettre en jeu toutes les notions reçues (identité, autodétermination, indépendance, etc.), mais il n’y a pas de doute sur l’existence d’un énorme peuplement de pauvres, de réfugiés, de massacrés, mutilés, égarés, désespérés, haineux ou accablés” Jean-Luc Nancy, Nous avons perdu la guerre, Le Monde (12 octobre 2013).

Préambule : les savants devant la catastrophe

Ainsi s’exprimait le philosophe Jean-Luc Nancy à propos de la Syrie il y a deux mois. Ce rappel nous semble utile, car un certain nombre de savants sur la Syrie contemporaine ont négligé ce courage remarquable témoigné par de nombreux Syriens qui, en 2011, fit qu’un peuple se constitua en lieu et place d’une multitude écrasée par un tyran. Il s’agissait, en réalité, d’une manifestation de la virtu propre à un peuple, si l’on étend le sens de ce mot que Machiavel, réservait au Prince.  C’est même la surprise qui a saisi l’Académie, car, par-delà la spécificité confessionnelle qui imprègne les sociétés de l’Orient arabe, une autre nation voulait naître. On peut même dire que les dissertations savantes sur les différentes appartenances religieuses ou communautaires, sur l’essence religieuse des Arabes (ou des Persans) et leur incapacité (raillée ou secrètement enviée) à entrer dans la modernité est une sorte de marqueur des études sur l’Orient. Et les chercheurs sont souvent attachés à ces capitaux spécifiques de connaissances dans un milieu aussi concurrentiel que bien d’autres !

Il y a, aussi, osons le dire, dans les études « orientalisantes », bien souvent, une sorte de parfum pré-moderne, une façon de spectre de René Guénon, dont la saveur peut plaire dans un monde mondialisé  de marchandisation et de technicisation à outrance. Par principe, ce supplément d’âme orientale n’est ni laïc ni démocratique, bien sûr ! Voilà que ce musée intérieur se fissurait, il y a près de trois ans : une révolution semblait naître. La conception orientaliste, l’Arabe réduit essentiellement à un homo religiosus à la Mircéa Eliade, bel étranger à l’idée de révolution, allait-elle être remise en cause ? Ainsi, une controverse s’est développée quant à la qualification des faits : derrière le spectacle de révolution démocratique, dupant de naïfs Occidentaux, n’y avait-il pas, dès l’origine, une guerre civile à fondement confessionnel ? D’ailleurs, les développements récents, caractérisée par une emprise croissante du jihadisme, ne sont-ils pas la preuve que l’apparence que la société orientale se réconcilie enfin avec son essence ? La fin d’un phénomène n’est-elle pas la clef de voûte de sa compréhension ? Continuer la lecture

  1. Respectivement Maison de l’Orient et de la Méditerranée et Université Jean-Monnet (Saint-Etienne) et Laboratoire Triangle (UMR 5206 du CNRS et ENS de Lyon). Nous remercions Eric Verdeil pour sa lecture amicale et critique, les erreurs et omissions n’engagent que nous-mêmes. Ce texte, revu le 12 décembre 2013, reprend une partie de l’argumentation développée le 18 octobre 2013 : « Quelle “révolution” pour quelle(s) “opposition (s)” », Journée d’étude commune Lyon 2-IEP Lyon & IEP Grenoble à Grenoble : La crise syrienne et les recompositions au Proche-Orient. []